Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


תהלים-Tehilim

Psaumes
(ou "Louanges")

106 à 120



Introduction aux Psaumes: à cette page
_____________________________________________________________________

• Ps 107  (numérotation hébraïque) /106 (numérotation LXX et liturgique), 21a;22a; 24-26;28-31

Le psalmiste nous invite – avec la confiance ancrée au corps – à rendre grâce au Seigneur pour « ses merveilles parmi les océans ». Dans la tempête où le vent soulève les vagues, les hommes sont « malades à rendre l’âme ». Le Seigneur avait parlé et provoqué la tempête. Mais lorsque les hommes sont dans « l’angoisse », ils crient « vers le Seigneur, et lui les [tire] de la détresse, […]  faisant taire les vagues ». Conduits au port qu’ils désiraient, « ils rendent grâce au Seigneur de son amour » : Dieu ne nous abandonne pas lorsque nous sommes aux prises avec les tempêtes de la vie.

Une fois encore, la traduction liturgique est plate, tronquée, et parfois inexacte…
Voici l’intégralité de ce passage (versets 21-31) du Ps 107/106, sa traduction littérale, sa traduction dans « la Bible d’Olivétan revue par Ostervald » et sa traduction par André Chouraqui:

21.
יודו ליהוה חסדו ונפלאותיו לבני אדם׃
Littéralement: יודו – qu’ils célèbrent ; ליהוה – pour YHWH l’Eternel ; חסדו – sa fidélité ;  ונפלאותיו – et ses merveilles ; לבני – pour les fils de ; אדם – être humain
« Qu'ils célèbrent l'Éternel pour* sa bonté, pour* ses merveilles envers les fils des hommes! »
Ils célébrèrent IHVH-Adonaï, son chérissement,
ses merveilles pour les fils de l’humain.
-----
* On remarquera qu’ici, comme souvent, Ostervald ne suit pas la parataxe sémitique (que respecte Chouraqui) – il « subordonne » les compléments d'objet direct au verbe en en faisant des compléments circonstanciels de but.

22.
ויזבחו זבחי תודה ויספרו מעשיו ברנה׃
Littéralement: ויזבחו – et qu’ils sacrifient; זבחי – des sacrifices de ; תודה – reconnaissance ; ויספרו – et qu’ils racontent ; מעשיו – ses œuvres ; ברנה – avec un cri de joie
« Qu'ils offrent** des sacrifices d'actions de grâces, et racontent ses œuvres en chantant de joie! »
Ils sacrifièrent des sacrifices de merci;
ils racontèrent ses faits dans la jubilation.
-----
** Ostervald ne traduit pas l’ « accusatif d’objet interne » (verbe et son complément d'objet direct de même racine : זבח ), cas particulier de binarisme (que respecte Chouraqui).

23. 
יורדי הים באניות עשי מלאכה במים רבים׃
Littéralement: יורדי – ceux qui descendent; הים – en mer; באניות – dans des navires; עשי – ceux qui font ; מלאכה – un travail; במים – sur les eaux; רבים - nombreuses « Ceux qui descendent sur la mer dans des navires, et*** qui trafiquent sur les grandes eaux, »
Ceux qui descendent sur la mer dans les navires,
les faiseurs de travail sur les eaux multiples,
-----
*** Ostervald ne suit pas la parataxe sémitique (que respecte Chouraqui) – il coordonne des termes juxtaposés en hébreu.

24.
המה ראו מעשי יהוה ונפלאותיו במצולה׃
Littéralement: המה – eux; ראו – ils ont vu; מעשי – les œuvres de ; יהוה - YHWH l’Eternel ; ונפלאותיו – et ses merveilles ; במצולה – dans les profondeurs
« Ceux-là ont vu les œuvres de l'Éternel, et ses merveilles dans les lieux profonds. »
eux-mêmes virent le fait de IHVH-Adonaï,
ses merveilles dans le gouffre.

25.
ויאמר ויעמד רוח סערה ותרומם גליו׃
Littéralement: ויאמר – et il a dit; ויעמד – et il a fait se tenir; רוח – un souffle de; סערה – tempête ; ותרומם – et il a soulevé; גליו – ses déferlantes
« Il parla, et fit lever un vent de tempête, qui**** souleva les vagues de la mer. »
Il dit et dressa le souffle de la tempête;
il exalta les vagues.
-----
****  Ostervald ne suit pas la parataxe sémitique, que respecte Chouraqui – il « subordonne » la troisième proposition à la deuxième.

26.
יעלו מים ירדו תהומות נפשם ברעה תתמוגג׃
Littéralement: יעלו – ils montent; מים – aux cieux; ירדו – ils descendent; תהומות – aux abîmes ; נפשם – leur être; ברעה – dans un mal; תתמוגג – se fond 
« Ils montent aux cieux; ils descendent aux abîmes; leur âme se fond d'angoisse. »
Ils montèrent aux ciels, descendirent aux abîmes;
leur être se fondit de malheur.

27.
יחוגו וינועו כשכור וכל־חכמתם תתבלע׃
Littéralement: יחוגו – ils ont le vertige; וינועו – et ils titubent; כשכור – comme un ivrogne; וכל־ – et toute; חכמתם – leur sagesse; תתבלע – s’engloutit
« Ils tournoient et chancellent comme un homme ivre; toute leur sagesse leur manque*****. »
Ils tournoyèrent et se murent comme un ivrogne,
toute leur sagesse engloutie.
-----
***** Ostervald ne respecte pas la métaphore filée, que respecte Chouraqui : la sagesse des hommes « s’engloutit » dans la mer tempétueuse.

28.
ויצעקו אל־יהוה בצר להם וממצוקתיהם יוציאם׃
Littéralement: ויצעקו – et ils ont crié; אל־ – vers; יהוה – YHWH l’Eternel; בצר – dans l’angoisse; להם – pour eux; וממצוקתיהם – et hors de leurs anxiétés; יוציאם – il les a fait sortir
« Alors****** ils ont crié à l'Éternel dans leur détresse, et il les a retirés de leurs angoisses. »
Ils réclamèrent vers IHVH-Adonaï dans leur détresse.
Il les fit sortir de leurs harcèlements.
-----
****** Ostervald ne suit pas la parataxe sémitique, que respecte Chouraqui – il ajoute une nuance de temps/cause avec l’adverbe « alors ».

29.
יקם סערה לדממה ויחשו גליהם׃
Littéralement: יקם – il a fait lever; סערה – la tempête ; לדממה – pour le calme; ויחשו – et se sont apaisées; גליהם – leurs déferlantes
« Il arrête la tempête, la changeant en calme, et les ondes se taisent. »
Il éleva la tempête au silence,
leurs vagues se turent.
-----
Remarque rhétorique - On peut comparer par parallélisme les versets 25 et 29 (malheureusement, je ne peux pas insérer un tableau, qui rendrait ce parallélisme encore plus évident):
יעמד = il a fait se tenir // יקם = il a fait lever
-> première action divine
רוח = un souffle de ; סערה = tempête  // סערה = tempête ; לדממה = pour le calme
-> chiasme sur « la tempête » 
ותרומם = et il a soulevé // ויחשו = et se sont apaisées
-> seconde action divine
גליו = ses déferlantes //  גליהם = leurs déferlantes
-> parallélisme sur « les déferlantes »

30.
וישמחו כי־ישתקו וינחם אל־מחוז חפצם׃
Littéralement: וישמחו – et ils se sont réjouis; כי־ – car; ישתקו – elles se calmaient; וינחם – et il les a conduits; אל־ – vers; מחוז – le port de; חפצם – leur plaisir
« Ils se réjouissent de ce qu'elles sont calmées; et il les conduit au port qu'ils désiraient. »
Ils se réjouirent, car elles s’étaient tues.
Il les mena au havre de leur désir.

31.
יודו ליהוה חסדו ונפלאותיו לבני אדם׃
Littéralement: יודו – qu’ils célèbrent ; ליהוה – pour YHWH l’Eternel ; חסדו – sa fidélité ;  ונפלאותיו – et ses merveilles ; לבני – pour les fils de ; אדם – être humain
« Qu'ils célèbrent la bonté de l'Éternel, et** ses merveilles envers les fils des hommes! »
Il célébrèrent IHVH-Adonaï, son chérissement,
ses merveilles pour les fils de l’humain.
Remarque rhétorique : Ce verset est exactement semblable au verset 21 – ce qui prouve, en rhétorique sémitique, que nous sommes bien ici en présence d’un segment concentrique (= où les éléments se correspondent deux à deux autour d’un élément central) cohérent.
En effet,
-          les versets 21 et 31, exactement semblables, montrent l’exultation des marins pour la grandeur du Seigneur.
-          Les versets 22 et 30, décrivent les formes que prend cette exultation des marins à leur arrivée à bon port. Le verset 23 est comme une parenthèse décrivant les marins dans l’accomplissement de leur travail en situation « normale », peut-être trop sûrs d’eux ; le verset 24 en annonce en quelque sorte la conséquence.
-          Les versets 25 et 29 décrivent, comme nous l’avons vu, les actions du Seigneur Tout-Puissant, d’abord « contre » les hommes trop sûrs d’eux, ensuite « pour » eux, lorsqu’ils ont admis leur besoin de Dieu.
-          Au centre de ce segment, se trouve aux versets 26-28 la description des marins malades « à mourir » – puisque « leur être fond » et « leur sagesse s’engloutit » – description qui est donc essentielle, car elle exprime la détresse de l’homme sans Dieu, et son cri vers son Sauveur.  
En la confrontant au texte hébreu, nous pouvons donc constater combien la traduction liturgique
- déséquilibre la structure de ce segment en le « coupant »,
- en affadit l’expression originale,
- voire en « censure » la verve (allusions au « travail » des marins-commerçants, ou à l’apparence d’ivrognerie – pourtant bien conforme à la réalité : quiconque a vu, et entendu, une personne vraiment malade à bord d’un voilier le sait !...);
or ces différents éléments n'ont pas seulement une valeur littéraire ou descriptive, certes importante ici; il ne faut jamais oublier que, dans la Bible (et tout particulièrement dans les psaumes) chaque image est porteuse d'une signification théologique.
D'ailleurs ce segment se situe dans un psaume qui narre le secours apporté par Dieu à ses « rachetés » dans tous les périls qu'ils ont dû affronter, après qu'ils aient « crié » vers lui (versets 6;13;19;28: «Et ils criaient vers l'Eternel dans leur détresse, de leur angoisse il les a délivrés»), et se termine de façon sapientielle au verset 43:
« Est-il un sage?
Qu'il observe ces choses,
et comprenne l'amour de l'Eternel! »
_____________________________________________________________________

• Ps 110 /109,1b-4.

Louange au Messie, qui sera le Prêtre parfait.

Sur ce psaume:

Ce psaume a pour suscription:
לדוד מזמור
De David. Psaume.
Cette attribution à David sera citée par Jésus (Mt 22,43; Mc 12,36; Lc 20,42-43). 
Il a un caractère messianique très prononcé.
Il annonce en effet un roi qui cumulera à la fois les fonctions de prêtre et l'office royal; or ce n'était pas possible pour un roi de la lignée davidique, puisque cette lignée appartenait à la tribu de Juda, tandis que les prêtres devaient être pris dans la tribu de Lévi, parmi les descendants d'Aaron. David a donc eu cette révélation prophétique concernant le Messie à venir.
Cette révélation se fondait sur le personnage de Melkisédek (voir Gn 14,18-20 et notes, à cette page), qui avait été roi de (Jéru)Salem avant David: le Messie est dépeint comme un nouveau Melkisédek; sans doute David considérait-il que le Messie ne pourrait pas être moindre que ce roi-prêtre d'antan.
Ce psaume est le plus souvent cité dans le NT (notamment le v.1, cité huit fois), en raison de ce caractère messianique - d'ailleurs reconnu dès avant l'ère chrétienne par de nombreux auteurs et interprètes juifs, et largement souligné par les auteurs du NT (Mt 22,43; 26,64; Mc 12,36; 14,62; Lc 20,42-43; 22,69; Ac 2,34-36; 1Co 15,25; Hé 1,13; 5,6; 7,17;21).


Traduction et notes:

Verset 1.
        לדוד מזמור נאם יהוה לאדני שׁב לימיני עד־אשׁית איביך הדם לרגליך׃
De David. Psaume.
Parole de YHWH-l'Éternel à mon Seigneur:
Assieds-toi à ma droite,
Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.
לאדני - à mon Seigneur: Puisque le roi-Messie à venir allait exercer la fonction sacerdotale, qui était interdite à David, David a compris que ce Messie serait bien plus important que lui. C'est pourquoi il l'appelle "mon Seigneur".
Jésus citera ces mots pour souligner que le Messie ne pouvait être un simple descendant de David, puisque ce dernier se considérait comme moins important que lui (voir Mt 22,41).
• שׁב לימיניAssieds-toi à ma droite:La place située juste à la droite de celle du souverain était la place d'honneur (comp. Ps 45,10; 1R 2,19); a fortiori ici: c'est la place de celui qui occupe la plus haute fonction d'autorité, juste après YHWH-l'Éternel. 
איביך הדם לרגליך - de tes ennemis ton marchepied:
- Voir 2Ch 9,18; 99,5. Les trônes antiques étaient placés très haut, il fallait donc des marches pour y monter.
- Comme le montrent des représentations égyptiennes et assyriennes, les rois vainqueurs posaient leurs pieds sur la nuque des vaincus (comp. Ps 18,39; Jos 10,24; 1R 5,17). Cette position dénote donc la victoire et la domination sur les ennemis (voir v.2; 1Co 15,25; Ep 1,20).
- Cette parole est appliquée par le NT à Jésus (Mt 22,44; Mc 12,36; Lc 20,42-43; Ac 2,34; 1Co 15,25; Hé 1,13).

Verset 2.
        מטה־עזך ישׁלח יהוה מציון רדה בקרב איביך׃
YHWH-l'Éternel étendra de Sion le sceptre de ta puissance:
Domine au milieu de tes ennemis!
Sion, la cité royale de David (2S 5,7;9) sera le point de départ d'une domination qui n'aura pas limites (comp. Ps 2,8).

Verset 3.
         עמך נדבת ביום חילך בהדרי־קדשׁ מרחם משׁחר לך טל ילדתיך׃
Ton peuple est plein d'ardeur, quand tu rassembles ton armée;
Avec des ornements sacrés, du sein de l'aurore
Ta jeunesse vient à toi comme une rosée.
• בהדרי־קדשׁAvec des ornements sacrés: Littéralement: "Dans les beautés de la sainteté". Comp. Ps 29,2; 96,6).
Peut-être un écho à Ex 19,6a: 
 ואתם תהיו־לי ממלכת כהנים וגוי קדושׁ
Vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte.
(Voir aussi Dt 4,20; 7,6; 14,2; 26,18). Israël est devenu:
1. le royaume dont YHWH est roi (Nb 23,21; Dt 33,5);
2. un peuple de prêtres, tous consacrés au service de YHWH, ce qui peut se comprendre de deux manières:
- soit Israël sera le prêtre de Dieu auprès des autres peuples, avec pour mission de faire connaître YHWH à toutes les nations (comp. Ex 19,5);
- soit il sera le serviteur de YHWH pour lui rendre un culte, car il n'est pas un simple suzerain politique, il est Dieu;
3. une nation sainte, ce dernier terme désignant tout ce qui a rapport au culte; Israël est donc "une nation sainte" dans ce sens qu'il a pour vocation de rendre un culte à YHWH. 
מרחם משׁחר לך טל ילדתיך - du sein de l'aurore ta jeunesse vient à toi comme une rosée: Ce passage (littéralement: "du sein de l'aurore vers toi la rosée de ta jeunesse") a été très diversement traduit.
LXX donne: "ἐκ γαστρὸς πρὸ ἑωσφόρου ἐξεγέννησά σε - litt.: du sein devant l'aurore je t'ai engendré"; on pourrait, éventuellement, extrapoler: "de [mon] sein, avant l'aurore, je t'ai engendré". La traduction liturgique ("Comme la rosée qui naît de l'aurore, je t'ai engendré" s'appuie de toute évidence sur la LXX, mais on voit mal ce qui dans le texte grec, pourrait justifier la comparaison ("comme..."); et la traduction de "ἐκ γαστρὸς πρὸ" par "qui naît de" est plus qu'hasardeuse...
La trad. syriaque donne: "je t'ai engendré, toi, comme enfant".
Les traductions modernes s'appuient tantôt sur l'hébreu, tantôt sur la LXX:
en français par ex., on a (outre Louis Segond, donnée ci-dessus):
- BJ: "A toi le principat au jour de ta naissance, les honneurs sacrés dès le sein, dès l'aurore de ta jeunesse" pour le verset tout entier;
- Darby: "Du sein de l'aurore te viendra la rosée de ta jeunesse";
- Martin: "la rosée de ta jeunesse te [sera produite] du sein de l'aube du jour";
- Semeur: "et, du sein de l'aurore, tous tes jeunes guerriers se presseront vers toi comme naît la rosée";
- Ostervald: "ta jeune milice sera devant toi comme la rosée naissant du sein de l'aurore".
Quant à André Chouraqui, toujours désireux de rester au plus près de l'hébreu et de la mentalité hébraïque, il traduit ainsi ce verset: "Ton peuple généreux, au jour de ta vaillance, dans les magnificences du sanctuaire, matriciel dès l’aube,est pour toi la rosée de ton enfance".

Verset 4.
          נשׁבע יהוה ולא ינחם אתה־כהן לעולם על־דברתי מלכי־צדק׃
YHWH-l'Éternel l'a juré, et il ne s'en repentira point:
Tu es prêtre pour toujours,
A la manière de Melchisédek.
מלכי־צדק - Melchisédek: Voir Gn 14,18-20 et notes, à cette page.
_____________________________________________________________________

• Ps 112/111,1b;4-5a;6-8a;9

Heureux ceux dont la vie rayonne de la lumière de l'Éternel!

Remarques:

Psaume d'instruction, qui exhorte l'homme à révérer YHWH-l'Éternel, il a des affinités avec le Ps 111 et le Ps 1.
Comme les Ps 106;111;113;117;135;146;150, il s'ouvre par l'expression הללו־יה Hallelou-Yah, "alléluia - louez Yah".
Comme les Ps 9, 24, 35, 111, 119 et 145, il est composé en acrostiche alphabétique ; c'est-à-dire que chacun des deux/trois membres de ses versets commence par l’une des 22 lettres (consonnes) de l’alphabet hébraïque.
-      Rappel : La division en versets s’est faite a posteriori (voir à cette page).
Il est en outre à noter que, en bonne logique, l'invite d'ouverture "הללו־יה" ne devrait pas être numérotée comme début de verset; la numérotation des versets devrait commencer à "אשׁרי־אישׁ" (voir ici: א alef = 1 => v.1).
-      Pourquoi cette construction ?
1-         L’explication la plus simpliste consiste à parler de procédé artificiel d'un poète qui souhaite « faire joli ».
2-         Si l’on « avance » un peu plus loin dans la mentalité hébraïque – ainsi que l’ont fait Robert Lowth, dès le XVIIIème siècle, ou, plus près de nous, Charles L. Souvay en 1911 – on peut dire avec ce dernier que ce procédé (qu'il met pourtant encore au nombre des « artifices stylistiques ») nous « permet de retrouver quelque trace des lois qui présidaient à la versification hébraïque ».
3-         Si l’on approfondit encore cette réflexion, on constate que tous les textes acrostiches alphabétiques (les sept Psaumes, les Lamentations, le chapitre 31 de Proverbes) veulent exprimer une idée de totalité(n’oublions pas que les lettres hébraïques ont aussi une valeur numérique ; donner toutes les lettres, c’est exprimer la totalité numérique, donc quantitative).
Un tel texte est ainsi une sorte de « sommaire » (nous dirions « l’ABC ») spirituel du sujet traité – le plus souvent (comme ici) la louange de Dieu. C'est pourquoi - contrairement au texte liturgique proposé ici - je le donne dans son intégralité.


Traduction et notes:

Verset 1.
   הללו יה
אשׁרי־אישׁ ירא את־יהוה
במצותיו חפץ מאד׃
Alléluia - Louez Yah!
Bienheureux l'homme qui craint YHWH-l'Éternel, qui prend un grand plaisir à <mettre en pratique> ses commandements!
אשׁרי־אישׁ - Bienheureux l'homme: Sur le terme "אשׁר 'esher" et la notion de "béatitude", voir à cette page, la notes sur Mt 5,1.
אישׁ ירא את־יהוה - l'homme qui craint YHWH: Sur la "crainte" de Dieu, voir ici.
במצותיו חפץ מאד - qui prend un grand plaisir à ses commandements: Comp. Ps 1,1-2;111,4.

Verset 2.  
 גבור בארץ יהיה זרעו
דור ישׁרים יברך׃
Sa semence sera puissante dans le pays; la génération des hommes droits sera bénie.
בארץ - dans le pays: Sur le mot "ארץ 'erets", voir cette page.
זרעו- sa semence: C'est-à-dire sa postérité, sa descendance (voir cette page).
ישׁרים- hommes droits: Sur cette notion, voir à cette page, les notes sur Mt 5,5 (parallèle avec le Ps 37);8.

Verset 3.  
 הון־ועשׁר בביתו
וצדקתו עמדת לעד׃
Les biens et la richesse seront dans sa maison, et sa justice demeure à perpétuité.
צדקתו עמדת לעד-sa justice demeure à perpétuité:
-
Sur la notion de "
צדקהtsedâqâh", voir cette page.
-La phrase "וצדקתו עמדת לעד - et sa justice demeure à perpétuité" a déjà été textuellement donnée en
Ps 111,3b.
Mais, alors qu'ici la "justice" est vue du point de vue de celui qui la reçoit, l'homme (valeur objective du terme: l'homme est "objet" de justice), au Ps 111, elle était considérée du point de vue de celui qui l'exerce, YHWH (valeur subjective: YHWH est "sujet" de justice); les premières parties des deux vv. sont, par ailleurs, strictement parallèles:
- Ps 112,3a: הון־ועשׁרבביתו - Les biens et la richesse <seront> dans sa maison (= la maison de l'homme) => צדקתו - sa justice (= la justice que reçoit l'homme)
- Ps 111,3a: הוד־והדרפעל - Glorieuse et magnifique <est> son œuvre (= l'œuvre de YHWH) => צדקתו - sa justice (= la justice que donne YHWH).

Verset 4.  
 זרח בחשׁך אור לישׁרים
חנון ורחום וצדיק׃
La lumière se lève dans les ténèbres pour les hommes droits. Il est plein de grâce, et miséricordieux, et juste.
זרח בחשׁך אור - La lumière se lève dans les ténèbres: L'image de la lumière sert souvent à évoquer le Salut; voir par ex. Is 9,1 (à cette page).
לישׁרים - pour les hommes droits: Voir v.2.
Ce psaume attribue à l'homme droit ("חנון ורחום") les qualités attribuées à YHWH en Ps 111,4b: "חנון ורחום יהוה׃"; les deux termes "חנּוּן kh'annûn" et
"
רחוּםrakh'ûm
וצדיק - et juste: Voir cette page.



 





בארץ - dans le pays: Sur le mot "ארץ 'erets", voir cette page.
אישׁ חונן
-
l'homme qui use de grâce
:
C'est-à-dire celui qui témoigne de la bonté, celui qui - dans un esprit de générosité et d'amour, de
חסד
kh'êsêd - vient en aide aux autres. Voir par ex. Mi 6,8: 
ומה־יהוה דורשׁ ממך כי אם־עשׂות משׁפט ואהבת חסד והצנע לכת עם־אלהיך׃
"Et qu'est-ce que YHWH-l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu?"

Verset 6.  
  כי־לעולם לא־ימוט
לזכר עולם יהיה צדיק׃
Aussi il ne sera jamais ébranlé.La mémoire du juste sera, pour toujours.

Verset 7.  
   משׁמועה רעה לא יירא
נכון לבו בטח ביהוה׃
Il ne craindra pas une mauvaise nouvelle: son coeur est ferme, se confiant en YHWH-l'Éternel;

La confiance en YHWH, et l'obéissance à sa volonté, sont deux caractéristiques essentielles de la vraie piété (voir par ex. Ps 34,9-15).

Verset 8.  
   סמוך לבו לא יירא
עד אשׁר־יראה בצריו׃
Son coeur est affermi, il ne craint pas, jusqu'à cequ'il trouve son plaisir à voir ses adversaires.

Verset 9.  
    פזר נתן לאביונים
צדקתו עמדת לעד
קרנו תרום בכבוד׃
Il répand, il donne aux pauvres; sa justice demeure à perpétuité; sa corne est haute en gloire.

Ce v. est cité en 2Co 9,9, selon la version des LXX:
ἐσκόρπισεν, ἔδωκεν τοῖς πένησιν· ἡ δικαιοσύνη αὐτοῦ μένει εἰς τὸν αἰῶνα <τοῦ αἰῶνος>
צדקתו עמדת לעד
-
sa justice demeure à perpétuité
:
Voir v.3 et note.
קרנו
-
sa corne
:
Le mot "
קרן
qeren" désigne d'abord une "corne", la "défense" d'un éléphant (d'où l'"ivoire"); d'où tout ce qui "dépasse" (c'est le sens de la racine "
קרן
qâran" d'où dérive le substantif): le coin d'un autel, le sommet d'une montagne, et même un rai de lumière; et, figurativement, la puissance, le pouvoir, la gloire... C'est à cause de ce terme que Moïse est traditionnellement représenté avec des cornes.

Verset 10.  
   רשׁע יראה וכעס
שׁניו יחרק ונמס
תאות רשׁעים תאבד׃
Le méchant le verra, et en aura du dépit; il grincera les dents et se consumera;le désir des méchants périra.


• Ps 118/117,1 ;4 ;8-9 ;22-23 ;28a ;29

• Ps 118,1;4;13-14;19;21-25

• Ps 118, 1 ;4 ;16-17 ;22-25

Remarques:

Ce Psaume est le Psaume final du Hallel (qui commence avec le Ps 113/112) que les Juifs récitaient pour les grandes fêtes, notamment au temps pascalcf. Mt26,36sq).
Il est aussi proclamé lors de la fête des Tentes, חַג הַסֻּכֹּת (Dt 16,13) .

Ce psaume était vraisemblablement chanté de manière antiphonée.
Il est composé d’un invitatoire (versets 1-4), puis de l’hymne d’action de grâces placé sur les lèvres de la communauté personnifiée (i.e. parlant à la 1ère personne du singulier) complété par le livret des répons (vv.19-21 ; 25-27) – récités par différents groupes quand la procession entrait au Temple.

Ce psaume de reconnaissance peut être classé parmi les "psaumes royaux".
Il célèbre en effet YHWH-l'Éternel pour la protection et la délivrance accordées au roi, qui a pu accéder au trône malgré son rejet par les dirigeants du peuple (v.22, voir note), et a remporté une victoire militaire sur ses ennemis (vv.10-16).

Certains commentateurs voient dans ce psaume le chant d’un homme (personnifiant le peuple hébreu) qui a été sauvé de la mort et se présente au Temple pour rendre grâces au Seigneur.
Le verset 26 : בָּרוּךְ הַבָּא בְּשֵׁם יְהוָה « Béni soit celui qui vient au nom de l'Éternel! » serait la formule de bienvenue rituelle prononcée par les prêtres ou les habitants de Jérusalem pour accueillir le pèlerin.

Il ne comporte pas de suscription.

Plusieurs versets de ce psaume - très important dans la vie liturgique juive - sont cités dans le Nouveau Testament :
- le verset 6 en Hé 13,6 ;
- le verset 22 par Luc en Lc 20,17 et en Ac 4,11 ;
- les versets 22-23 en Mt 21, 42 ;
- les versets 25-26 en Mt 21,29 // Lc 19,38 (verset 26) ;
- Lc 13,34 citait déjà le verset 26.

Traduction et notes:

Verset 1.
 הודו ליהוה כי־טוב כי לעולם חסדו׃
Célébrez YHWH-l'Éternel! Car il est bon; car sa bonté demeure à toujours.
לעולם חסדו- sa bonté <demeure> à toujours: Refrain liturgique, qui revient à plusieurs reprises dans les Psaumes (Ps 100,5;106,1;107,1; 118,1;4;29; 136); mais aussi en 1Ch 16,34; 2Ch 5,13; 7,3; Esd 3,11; Jr 33,11.

Verset 4.
 יאמרו־נא יראי יהוה כי לעולם חסדו׃ 
Que ceux qui craignent YHWH-l'Éternel disent que sa bonté demeure à toujours!
יראי יהוה - ceux qui craignent YHWH:Sur la "crainte" de l'Éternel, voir ici.

Verset 13.
 דחה דחיתני לנפל ויהוה עזרני׃
Tu m'avais rudement poussé, pour que je tombasse; mais l'Éternel m'a été en secours.

Verset 14.
  עזי וזמרת יה ויהי־לי לישׁועה׃
Yah a été ma force et mon cantique, et il a été mon salut
Ce v. est la reprise d'une parole du cantique de Moïse (Ex 15,2a); elle est également reprise en Is 12,2.
יה - Yah: Forme abrégée du tétragramme divin, employée à plusieurs reprises dans ce psaume.

Versets 15b-17, on note (voir ici):
-         des répétitions-parallélismes,
-         un segment tri-membre en ABA, ou concentrique(le membre central B ne comportant d’ailleurs qu’un terme différent par rapport aux membres extrêmes A),
-         et un anthropomorphisme(« la main droite ») attribué à Dieu,
le tout pour insister sur sa force protectrice:
יְמִין יְהוָה עֹשָׂה חָיִל
יְמִין יְהוָה רֹומֵמָה
יְמִין יְהוָה עֹשָׂה חָיִל
יְמִין יְהוָה : La main droite de יְהוָה YHWH - עֹשָׂה חָיִל : fait vertu (A)
יְמִין יְהוָה : La main droite de יְהוָה YHWH - רֹומֵמָה     : est haut élevée (B)
יְמִין יְהוָה : La main droite de יְהוָה YHWH - עֹשָׂה חָיִל : fait vertu (A)
 
Verset 19.
פתחו־לי שׁערי־צדק אבא־בם אודה יה׃
Ouvrez-moi les portes de la justice; j'y entrerai, je célébrerai Yah.
 שׁערי־צדק - les portes de la justice: Peut-être une allusion aux portes donnant sur le parvis intérieur du Temple (voir v.20; comp. 24,7-8): le roi, conduisant le cortège du peuple, demande à entrer sur le parvis du Temple.

Verset 21.
אודך כי עניתני ותהי־לי לישׁועה׃
Je te célébrerai, car tu m'as entendu, et tu as été mon salut.
Le roi, qui jusqu'ici parlait de YHWH à la 3ème personne, s'adresse maintenant à Lui à la 2ème personne, sans doute parce qu'il est désormais sur le parvis du Temple.

Verset 22.
אבן מאסו הבונים היתה לראשׁ פנה׃
La pierre que ceux qui bâtissaient avaient rejetée, est devenue la tête de l'angle.
אבן [...] היתה לראשׁ פנה- La pierre [...] est devenue la tête de l'angle:
- Le roi est le comparé, la pierre le comparant.
- La "ראשׁ פנה rô'sh pinnâh tête d'angle" est la pierre de fondation que l'on place à l'angle, et à partir de laquelle on aligne les murs du bâtiment (comp. Za 3,9;4,7;10,4).
Le peuple de l'Éternel est donc le comparé, le bâtiment le comparant; le roi en est la pierre principale, autour de lui son peuple s'organise.  
- "הבונים hâ bownyîm les bâtisseurs" est le comparant pour désigner les dirigeants du peuple.
Le texte suggère que ces dirigeants ne voulaient pas du roi choisi par l'Éternel - lequel lui a néanmoins confié la royauté.
- On pensera donc bien sûr à David, que les dirigeants des tribus du Nord (sous la conduite d'Abner) ont rejeté dans un premier temps, se donnant pour roi un fils de Saül, Ishbaal. Mais David a fini par être reconnu par "tout Israël", i.e. par le Nord, Israël, et le Sud, Juda dont il était déjà roi (2S 3,12-21): voir 2S 2-5 et cette page
-- Les vv. 22-24 peuvent aussi faire allusion au Temple rebâti. Le thème de la « pierre d’angle » (qui peut devenir « pierre d’achoppement ») est un thème messianique chez les prophètes, comme Isaïe ou Zacharie.
-- Plusieurs textes du NT citent cette parole en l'appliquant à Jésus (Mt 21,42; Mc 12,10;20,17; Ac 4,11; 1P 2,7; voir aussi Ep 2,20).

Verset 23.
 מאת יהוה היתה זאת היא נפלאת בעינינו׃
Ceci a été, de par YHWH-l'Éternel: c'est une chose merveilleuse devant nos yeux.
• Cité en Mt 21,42; Mc 12,11.

Verset 24.
  זה־היום עשׂה יהוה נגילה ונשׂמחה בו׃
C'est ici le jour que YHWH-l'Éternel a fait; égayons-nous et réjouissons-nous en lui! 

Verset 25.
אנא יהוה הושׁיעה נא אנא יהוה הצליחה נא׃
O YHWH-Éternel, sauve, je te prie! YHWH-Éternel, je te prie, donne la prospérité!
הושׁיעה נא - sauve, je te prie: Ces mots "הֹושִׁ֘יעָ֥ה  נָּ֑א howshîyi'ahna'" ont été transcrits"ὡσαννὰ" en grec et "osanna" en latin néo-testamentaires, d'où le "hosanna!" que l'on trouve dans le texte français des évangiles, où il est utilisée comme acclamation (avec le temps, cette locution semble avoir pris le sens de "louange, gloire à <celui qui sauve>") lors de l'entrée de Jésus à Jérusalem (Mt 21,9; Mc 11,9; Jn 12,13).
Nouveau parallélisme:
אָנָּא יְהוָה הֹושִׁיעָה נָּא
O Éternel, donne le salut!
אָנָּא יְהוָה הַצְלִיחָה נָּא׃
O Éternel, donne la prospérité!
On retrouve par ailleurs ici la même expression qu'en Ne 11,1: אָנָּא ... נָא avec la double particule אָנָּא et נָא, qui
- la première, אָנָּא, signifie "s'il te plaît";
- la seconde, נָא ,marque l'insistance déprécative (= de prière) après un impératif, un jussif, un cohortatif; on pourrait la traduire par "donc", "je t'en prie"...
- comme le parallélisme, elle marquent  l'insistance,
- et forment un redoublement de racine et un retour de sons l'une avec l'autre; les redoublements marquent également l'insistance (par exemple avec les compléments "d'objet interne": le complément a la même racine que le verbe: "donner un don" n'est pas considéré en hébreu comme un pléonasme, mais comme une forme d'insistance)
_____________________________________________________________________





Assistant de création de site fourni par  Vistaprint