Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven
תהלים
Tehilim
Psaumes
(ou "Louanges")



_________________________________________________________________________

Introduction au Livre des Psaumes
 (d'après A. Chouraqui)

Le livre des Psaumes a été ainsi dénommé en raison d’une traduction trop littérale du grec Βιβλος Ψαλμων et du latin Liber Psalmorum. En grec, ψαλμος désigne un air joué sur l’instrument à cordes appelé ψαλτεριον. Ainsi les versions ont-elles donné au contenu du recueil dont nous parlons un nom évoquant la manière dont ses éléments peuvent être chantés, plutôt que la nature même de ceux-ci. L’hébreu, lui, dit תהלים (Tehilim), mot qui dérive de la racine הלל, louer (d'où vient allelu-Yah); d’où le titre que Chouraqui a adopté: Louanges, mot splendide, mot rempli d’un contenu émotionnel certain, bien fait pour désigner des poèmes tout orientés vers la louange de YHWH-Adonaï.     
La numérotation de ceux-ci n’est pas la même dans la Septante et dans la Vulgate que dans le texte massorétique. En fait, cependant, d’un côté comme de l’autre, on aboutit à un total de cent cinquante psaumes; ce qui constitue un nombre parfait.
   
Le recueil est divisé en cinq livres (1-41; 42-72; 73-89; 90-106; 107-150). L’exégèse hébraïque offre peut-être la clé de cette répartition en disant que les cinq livres des Tehilîm forment le commentaire symphonique des cinq livres de la Torah de Moïse. Les quatre premiers livres se terminent par des doxologies. Le Psaume 150 semble constituer la doxologie du recueil tout entier comme le Psaume 1 en était l’introduction générale.     
La plupart des Psaumes ­ hormis trente-quatre d’entre eux, appelés « orphelins » dans la tradition, ­ ont des suscriptions
- qui indiquent les auteurs auxquels ils sont attribués
- ou précisent les circonstances dans lesquelles ils ont été composés,
- ou encore la manière dont ils doivent être chantés.

Un bon nombre est attribué à David. C’est le cas de tous les Psaumes du premier livre, qui constitue sans doute la collection la plus ancienne. Font cependant exception les Psaumes 1, 2, 10 et 33. On y trouve, décrites avec passion, avec fureur même, les péripéties de la guerre que le criminel livre au juste.
   
Le deuxième livre se caractérise, aux yeux de la critique, par la rareté relative de l’emploi du nom de YHWH-Adonaï (45 fois), contre celui d’Elohîm (210 fois). Ici ne sont plus chantées les tragédies de la guerre contre le criminel, mais celles des exils du juste. « Comme le cerf brame sur les eaux des ruisseaux, ainsi mon être brame vers toi, Elohîm »: tel est le cri qui introduit le Psaume 42. Les souffrances de l’exil, l’affrontement du Juste et d’Elohîm, la joie des noces royales (Psaume 45), l’allégresse plus vive du règne de gloire déjà pressenti; une joie plus constante, en somme, éclate dans chacun de ces poèmes. Le chef-d’œuvre de la série est sans doute le Psaume 68, qui est comme un résumé de l’ensemble.    

Les dix-sept poèmes du troisième livre constituent la collection médiane, la plaque tournante du Psautier. Elle est massive, statique. C’est une implacable méditation du passé dans l’attente des fins dernières. Le long poème consacré à la sortie d'Egypte, à la traversée et aux tentations du désert, aux révoltes d’Israël, à l’élection de Juda et de David (Psaume 78), occupe exactement, la Massora le souligne, le milieu du recueil.   
 
Avec le quatrième livre, le cap des douleurs semble franchi. Nous pénétrons dans la joie sans mélange des puissances de YHWH-Adonaï. Sa gloire, sa sublimité, son règne glorieux, la justice de son jugement, la délivrance universelle, la joie de toute la terre, tels sont les thèmes principaux de l’admirable série 90-106, traditionnellement interprétée dans les perspectives de l’eschatologie biblique.    

Le cinquième livre représente les dernières étapes d’une ascension. Ses trois premiers Psaumes (107-109) reprennent le thème de la délivrance des justes et de la condamnation des coupables, mais sur un ton d’allégresse auquel se mêlent des accents parfois terribles. Le Grand Hallel (113-118) introduit aux litanies du Psaume 119, divisé en vingt-deux strophes de huit vers dont chacun commence par la même lettre de l’alphabet. Suit l’étincelante collection des « שיר המעלות – Shir HaMaalot – chant des montées », les quinze poèmes des degrés (120-134). Le crescendo se poursuit dans les Psaumes suivants, qui chantent les grandeurs de YHWH-Adonaï. L’hymne de la glorification de l’homme en YHWH-Adonaï s’achève sur un cri de haine implacable contre les haineux. Il permet une nouvelle rupture des rythmes, d’ultimes appels aux grâces et aux justices de YHWH-Adonaï Elohîm, appels qui annoncent les tout-puissants accords du final (145-150).    

Peu de problèmes divisent autant les biblistes que celui de la chronologie du Psautier. Pendant des siècles, juifs et chrétiens ont attribué les Psaumes à David et aux autres auteurs mentionnés dans les suscriptions. La critique moderne a détruit ces tranquilles assurances. Au XIXe siècle, on a cru que les Psaumes ne remontaient pas plus haut que l’époque hasmonéenne. Cette position extrême est aujourd’hui abandonnée. Mais le problème de la datation de chaque psaume ou série de psaumes demeure sans réponse vraiment convaincante. 
  
En fait, le Psautier, bien plus qu’un livre écrit dans un très lointain passé, demeure un être vivant, qui parle et vous parle, qui souffre, gémit et meurt, pour ressusciter et chanter en dehors du temps, dans la pérennité du présent de l’homme, et qui vous prend, vous emporte, du commencement à la fin. Oui, ce volume recèle un mystère, pour que les âges ne cessent de revenir à ce chant, de se purifier à cette source, d’interroger chaque verset, chaque mot de l’antique prière, comme si ses rythmes battaient la pulsation du monde.     
Les Psaumes ont été traduits dans toutes les langues et dans une multitude de dialectes. Ils ont été paraphrasés en vers et en prose, glosés, commentés, illustrés, imités. Partout, les plus grands écrivains, de Marot à Claudel, de Sternhold à Carlyle ou Milosz, ont été littéralement fascinés par eux.     
Et voici bientôt deux millénaires que
couvents et ghettos
se rencontrent,
mystérieusement,
en une garde d’amour,
pour psalmodier
les hymnes
inventées par les chantres d’Israël.  
________________________________________________________________

________________________________________________________________

Psaumes 1 à 15

________________________________________________________________

• Ps 1 (hébraïque, LXX, Vulgate et liturgique), 1-4;6.

C'est en Dieu, leur espérance, que les prophètes trouvent force et soutien pour annoncer, envers et contre tout, sa justice et son salut.

Sur ce psaume:
Ce psaume n'a pas de suscription.
C'est un psaume d'instruction.
Le Psaume - et donc le Psautier - s'ouvre sur une béatitude. Le psautier se termine par un appel à louer Dieu, lancé à toute créature (Ps 150): l'ensemble du Psautier nous montre donc comment parvenir à ce bonheur et à cette louange.
Mais cette béatitude forme également inclusion entre les deux premiers psaumes.
Ces deux psaumes semblent avoir été placés intentionnellement au début du Psautier.
Le Ps 1, qui ouvre le recueil liturgique du culte juif, rappelle que le culte véritable ne peut être dissocié du comportement dans la vie quotidienne. Il souligne la nécessité de ne pas emprunter la voie des méchants - mais celle, opposée, des justes qui se délectent de la Loi divine. Il développe donc le thème classique des deux voies, celle du juste et celle du méchant.
Comme il est très court, et que seul le v.5 (à cause de "la colère" divine contre les méchants?...) ne figure pas dans la traduction liturgique, je donne la traduction commentée de ce psaume dans son intégralité.

Traduction et remarques:

Verset 1.
  אשׁרי־האישׁ אשׁר לא הלך בעצת רשׁעים ובדרך חטאים לא עמד ובמושׁב לצים לא ישׁב׃
Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants,
Qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs,
Et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs,
Ce verset est cité par Schoettgen comme exemple de sa "loi X" de l'exergasia. En effet, l'exergasia est ici trimembre: voir l'étude rhétorique du verset en cliquant ici.
אשׁר לא הלך - qui ne marche pas: La marche, dans la Bible, désigne la conduite, le comportement. "Marcher - הלך hâlak - selon le conseil des méchants", c'est les choisir comme guides, adopter leur système de pensée et de valeurs, vivre comme eux.
רשׁעים - les méchants: Le רשׁע râshâ‛ est l'auteur de crime ou de délit passible de sanction pénale (Ex 23,1;7; Pr 18,5; Mi 6,10); la plupart des traductions anglaises écrivent "the ungodly", "celui qui est sans Dieu".
חטאים - les pécheurs: Le חטּא khaṭṭâ' est celui qui transgresse la Loi divine.
לצים - les moqueurs: Le לוּץ loûts est celui qui se moque de Dieu et de sa Loi.
On voit que les trois termes désignent en fait les mêmes personnes (puisque la loi "civile" était la Loi mosaïque). Ce verset - avec son triple parallélisme pour désigner un seul et même groupe de personnes, ayant un seul et même comportement: le mépris de la תּורה Tôrâh donc de Dieu - est d'autant plus fort que tous les termes en sont très soigneusement choisis (voir l'étude sémantique du verset en cliquant ici).
במושׁב - en compagnie: Le terme מושׁב môshâb désigne un groupe de personnes.

Verset 2.
 כי אם בתורת יהוה חפצו ובתורתו יהגה יומם ולילה׃
Mais qui trouve son plaisir dans la loi de YHWH-Adonaï,
Et qui la médite jour et nuit!
תורת יהוה - la loi de YHWH-Adonaï: Au sens strict, le terme תּורה désigne les cinq Livres de Moïse, le Pentateuque; mais, par extension, "תורת יהוה TôrâtAdônaï" a fini par désigner toute la Révélation écrite, expression de la volonté divine.
• יהגה - médite: Le sens premier du verbe הגה hâgâh est "murmurer"; la lecture méditée de la TaNaKh se fait en effet le plus souvent à voix basse, plutôt que mentalement; le verbe a donc pris également le sens de "méditer" (voir Pr 15,28; 24,2).
Comp. Jos 1,7-8; Ps 35,28; 119. Le texte de Josué montre qu'il ne s'agit pas seulement de "lire" ni même de "méditer" la Loi, mais aussi de l'appliquer.
יומם ולילה - jour et nuit: Synthème globalisant, pour signifier "en tout temps", "constamment".

Sur les versets 1-2:
L'homme est donc appelé
- non pas à se laisser entraîner par la facilité de la vie des "méchants" (comme on l'a vu dans l'étude sémantique du v.1),
- mais à fréquenter avec assiduité la Loi divine et à se comporter selon celle-ci.
En effet, la fréquentation et l'assimilation de la Loi divine permettent d'évaluer le système de pensée et les manières d'agir du monde dans lequel il vit, et de résister ainsi à son influence, dans tout ce qu'elle a de mauvais et de pernicieux.

Verset 3.
 והיה כעץ שׁתול על־פלגי מים אשׁר פריו יתן בעתו ועלהו לא־יבול וכל אשׁר־יעשׂה יצליח׃ 
Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau,
Qui donne son fruit en sa saison,
Et dont le feuillage ne se flétrit point:
Tout ce qu'il fait lui réussit.
<- L'une des nombreuses rivières formant le Jourdain, et la végétation verdoyante de ses berges.
Le juste, semblable à un tel arbre, résiste à la sécheresse et aux tempêtes de la vie, surmonte tentations et épreuves (comp. Jr 17,8, à cette page).


Verset 4.
 לא־כן הרשׁעים כי אם־כמץ אשׁר־תדפנו רוח׃
Il n'en est pas ainsi des méchants:
Ils sont comme la paille que le vent dissipe.
כמץ - comme la paille: La plupart des traductions françaises utilise le terme "paille"; en fait, le mot hébreu, מץ ou מוץ môts, désigne la bale (parfois écrit "balle"), c'est-à-dire l'enveloppe des grains de céréales, qui était séparée de ces derniers par le vent, lors du vannage (voir Rt 3,2b:
הנה־הוא זרה את־גרן השׂערים הלילה׃
"Voici, il doit vanner cette nuit les orges qui sont dans l'aire."
Les céréales, foulées par les animaux durant la journée, étaient vannées par les hommes à la brise du soir: à l'aide de fourches, on jetait en l'air des pelletées de grains mélangés à la bale; le vent emportait cette dernière tandis que le grain, plus lourd, retombait sur l'aire). 

Verset 5.
על־כן לא־יקמו רשׁעים במשׁפט וחטאים בעדת צדיקים׃
C'est pourquoi les méchants ne résistent pas, au jour du jugement,
Ni les pécheurs, dans l'assemblée des justes;
Ce verset évoque deux aspects du sort des "méchants", lesquels rappellent le synthème bien connu: «justice צדק et équité ומשפט»:
במשׁפט - au jour du jugement:Le psalmiste évoque d'abord leur jugement, mais il n'est pas précisé s'il s'agit d'un jugement dans la vie présente (ce qui s'accorderait avec le sens propre du mot רשׁע - voir note au v.1), ou d'un jugement dans l'au-delà.
חטאים בעדת צדיקים - les pécheurs dans l'assemblée des justes: Puis le psalmiste évoque leur exclusion du peuple de Dieu.
D'après la Loi, ceux qui s'étaient rendus coupables de certains crimes devaient être "retranchés" du peuple, par bannissement voire par exécution.
Par la suite, les prophètes annonceront que Dieu "fera un tri" parmi son peuple pour en exclure ceux qui se rebellent contre lui, et refusent de revenir à lui.
צדיקים - les justes:Le terme צדיקים tsaddı̂yqyîm (pluriel de צדּיק tsaddı̂yq - voir page sur la צדקה tsedâqâh - justice) revient très fréquemment dans les Psaumes et les écrits de sagesse, pour désigner la "עדה ‛êdâh - communauté" de croyants fidèles à YHWH-Adonaï, qui l'honorent par leur foi et leur conduite, s'opposant ainsi aux "méchants".

Verset 6.
כי־יודע יהוה דרך צדיקים ודרך רשׁעים תאבד׃
Car YHWH-Adonaï prend en compte la voie des justes,
Et la voie des pécheurs mène à la ruine. 
יודע יהוה דרך צדיקים - YHWH-Adonaï prend en compte la voie des justes:pour les récompenser. Le verbe ידע yâda‛ a pour sens premier et très vague "connaître"; mais selon le contexte, son sens peut varier et se préciser; ici, on peut le traduire par "tenir compte de", comme en Ps 31,8; 37,18; Pr 3,6; etc.
________________________________________________________________

Ps 4, 2 ;7 ;9

Voici 3 versets d’un psaume qui n’en comporte que 9.
Tout d’abord, il clame la prière du peuple d’Israël : « בקראי ענני - Quand je crie, réponds-moi », « חנניושמע תפלתי - aie pitié de moi, entends ma prière! » mais, comme toute prière juive, il clame aussi sa confiance : « אלהי צדקי - ô Dieu de ma justice », « בצר הרחבת לי - Quand j'étais à l'étroit, tu m'as mis au large ».
Sur ce dernier segment, une remarque de vocabulaire : le mot hébreu « צר »  est d’abord un adjectif qui signifie « étroit » ; or, en français, le mot « angoisse » dérive directement de la racine latine « angust- », qui exprime également cette idée de « resserrement », d’étroitesse : quand on est angoissé, on a l’impression que la gorge « se resserre », qu’on ne peut plus respirer – parce qu’on se sent « à l’étroit » dans une certaine situation…  C’est ce que la traduction liturgique traduit par « détresse » et « tu me libères » (en français, le verbe « élargir » est d’ailleurs synonyme de « libérer »), mots qui ne rendent pas la métaphore filée par l’hébreu : « בצר – à l’étroit » -> « הרחבת – tu as élargi »…
« Les רבים אמרים – littéralement : nombreux disant », ceux qui s’interrogent, ce sont les étrangers – car le peuple juif ne s’interroge pas, il connaît la seule source de bonheur vrai pour l’homme : c’est Dieu.
C’est pourquoi il a conscience d’avoir été choisi, « mis à part » par Dieu : c’est le sens de l’adjectif « בדד – seul » ; la locution לבדד signifie « dans la solitude, dans l’isolement » ; cette locution s’applique ici au fidèle, le חסיד (hassid) (mot employé au verset 4 : « הפלה יהוה חסיד לו– l'Eternel a mis à part son fidèle » et non, comme certaines traductions le laissent supposer, à Dieu ; la traduction liturgique – malgré un effort dans la ponctuation – ne lève pas l’ambiguïté de façon suffisamment nette : il aurait mieux valu écrire « à moi seul tu donnes… ». La BJ traduit : « C’est toi, YHWH, qui m’établis à part, dans la sûreté ».
Le verset 7b :  « נסה־עלינו אור פניך – littéralement : lève sur nous la lumière
[de ] ta face » est une image biblique classique pour exprimer la bienveillance (du roi ou de Dieu). Par exemple en Nb 6,25-26 ; Ps 24,6sq ; 31,17 ; 67,2 ; 119,135 ; Pr 16,15 ; Dn 9,7 ; etc.
Le Psautier (AELF, 1977) conclut : « Dieu fidèle, tu as écouté la prière du Christ, tu l’as libéré de la détresse. Ne permets pas que nos cœurs se troublent, rends-les confiants, mets en eux ta joie ; et nous attendrons, dans le silence et la paix, le bonheur de voir ton visage. »
_______________________________________________________________

• Ps 8,4-9; antienne:2a/10.

Au cœur de la création, l'homme découvre sa grandeur divine.

Sur ce psaume:
Hymne au Dieu Créateur et Seigneur, adoré par l'homme en raison de la place de choix qui lui a été attribué dans l'immense création.
Il a pour suscription:
למנצח על־הגתית מזמור לדוד׃
Au chef des chantres. Sur la "גתית". Psaume de David.
Le mot גתית  gittîyth est le féminin de גּתּי  gittîy, qui désigne un habitant de Gath; on pense que la גתית est une harpe (ou un autre instrument de musique) originaire de cette ville de Philistie.
Mais comme le mot גּת  gath désigne aussi un pressoir, certains pensent qu'il s'agirait d'un chant de vendange et de pressoir.
On retrouve ce même mot en Ps 81,1 et 84,1.

Traduction et notes:

Versets 2a et 10.
       יהוה אדנינו מה־אדיר שׁמך בכל־הארץ׃
YHWH-Éternel, notre Seigneur!
Que ton nom est magnifique sur toute la terre!
Ces paroles sont reprises dans le dernier verset du psaume, selon le principe de l'inclusion, pour souligner que l'objet de cet hymne est de rendre gloire à YHWH.

Verset 4.
     כי־אראה שׁמיך מעשׂי אצבעתיך ירח וכוכבים אשׁר כוננתה׃
Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains,
La lune et les étoiles que tu as créées:

Verset 5.
       מה־אנושׁ כי־תזכרנו ובן־אדם כי תפקדנו׃
Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui?
Et le fils de l'homme, pour que tu prennes garde à lui?
מה־אנושׁ - Qu'est-ce que l'homme: Littéralement, אנושׁ 'ĕnôsh désigne un mortel. Jb 7,17-18 pose la même question; mais si le psalmiste s'émerveille de l'attention que Dieu porte à l'homme, Job voit cette attention de manière négative, comme si Dieu épiait l'homme, cherchant toujours à le prendre en faute.

Verset 6.
       ותחסרהו מעט מאלהים וכבוד והדר תעטרהו׃
Tu l'as fait de peu inférieur à אלהים,
Et tu l'as couronné de gloire et de magnificence.
ותחסרהו מעט מאלהים - Tu l'as fait de peu inférieur à אלהים: Le terme אלהים  'ĕlôhîym peut désigner Dieu ou des êtres célestes (voir "אלהים-Elohim" à la page "Les noms de Dieu"). LXX traduit מאלהים par "παρ᾿ ἀγγέλους" et Vulgate "ab angelis" - donc "aux anges".
On trouve cette ambiguïté en Gn 1,26-27, où en outre Dieu-Elohim parle au pluriel ("Faisons..."); certains ont pensé que Dieu s'adressait à sa cour céleste au moment de réaliser son œuvre suprême (l'homme) - mais le texte ne mentionne pas d'anges; plus vraisemblablement, il s'agit d'un pluriel d'auto-délibération (comp. 2S 24,14; Ct 1,11), ou encore Dieu s'adresse à son Esprit à l'œuvre dans la création (Gn 1,2).

Verset 7.
        תמשׁילהו במעשׂי ידיך כל שׁתה תחת־רגליו׃
Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains,
Tu as tout mis sous ses pieds,
Voir Gn 1,28: représentant et ambassadeur de Dieu sur terre, l'homme reçoit la gérance de ce monde (voir ci-dessous, vv.8-9). La culture, la science, la technologie sont des expression de cette souveraineté de l'homme sur la terre - pour autant qu'elles n'aboutissent pas à la détérioration (pollution), à l'asservissement et à la destruction de la nature, à plus forte raison des autres hommes.

Verset 8.
         צנה ואלפים כלם וגם בהמות שׂדי׃
Les brebis comme les bœufs,
Et les animaux des champs,

Verset 9.
        צפור שׁמים ודגי הים עבר ארחות ימים׃ 
Les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
Tout ce qui parcourt les sentiers des mers.
_________________________________________________________________________

• Ps 15 / 14, 1b-2;3ab;4ab;5.

"Souvenez-vous que l'hospitalité a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges" (Hé 13,2).

Sur ce psaume:
Ce psaume porte (v.1a) la suscription " מזמור לדוד".
1- Le terme qui lui est appliqué: "מזמור mizmôr" (du verbe-racine זמר zâmar, "1.tailler (la vigne)" => 2."frapper avec les doigts" => 3."toucher les cordes d'un instrument de musique" => 4."jouer de la musique tout en chantant" => 5."célébrer avec musique et chant") désigne un chant de louange, un psaume (LXX traduit d'ailleurs "Ψαλμὸς", et Vulgate "Psalmus"); c'est en quelque sorte le terme "générique" pour désigner un psaume.
2- Il est attribué à David: "לדוד".
C'est un psaume d'instruction pour ceux qui souhaitent accéder au sanctuaire d'YHWH et goûter à sa présence (comp.Ps 24,3-6; Is 33,14-16).
Bien que la traduction liturgique ait amputé certains versets, je donne ici l'intégralité de psaume, court mais dense.

Traduction et notes:


Verset 1.
       מזמור לדוד יהוה מי־יגור באהלך מי־ישׁכן בהר קדשׁך׃
Psaume de David.
O YHWH-Éternel! qui séjournera dans ta tente?
Qui demeurera sur ta montagne sainte?
בהר קדשׁך - sur ta montagne sainte: C'est-à-dire la colline de Sion, où seront bâtis Jérusalem, la ville choisie par YHWH, et son Temple (voir 2S 5,7; 1R 11,13; Ps 2,6; 3,5-6; 9,12; 15,1; 43,3; 46,5 et, sur le Temple, cette page)
Ce désir de demeurer dans le sanctuaire divin, c'est-à-dire dans la présence de Dieu, est souvent exprimé dans les psaumes, par ex. Ps 23,6; 27,4-6; 61,5; 84,11.

Verset 2.
        הולך תמים ופעל צדק ודבר אמת בלבבו׃
Celui qui marche dans l'intégrité, qui pratique la justice
Et qui dit la vérité selon son coeur.


Verset 3.
        לא־רגל על־לשׁנו לא־עשׂה לרעהו רעה וחרפה לא־נשׂא על־קרבו׃
Il ne calomnie point avec sa langue, Il ne fait point de mal à son semblable, Et il ne jette point l'opprobre sur son prochain.

Verset 4.
       נבזה בעיניו נמאס ואת־יראי יהוה יכבד נשׁבע להרע ולא ימר׃
Il regarde avec dédain celui qui est méprisable,
Mais il honore ceux qui craignent YHWH-l'Éternel;
Il ne se rétracte point, s'il fait un serment à son préjudice.
נשׁבע להרע ולא ימר - Il ne se rétracte point, s'il fait un serment à son préjudice: Littéralement: "נשׁבע - il a fait un serment"; "להרע - pour mal faire"; "ולא - et ne pas"; "ימר - il change"; autrement dit: "même s'il a fait un serment qui, a posteriori, s'avère désavantageux pour lui, il ne reprend pas sa parole".

Verset 5.
       כספו לא־נתן בנשׁך ושׁחד על־נקי לא לקח עשׂה־אלה לא ימוט לעולם׃
Il n'exige point d'intérêt de son argent,
Et il n'accepte point de don contre l'innocent.
Celui qui se conduit ainsi ne chancelle jamais.
כספו לא־נתן בנשׁך - Il n'exige point d'intérêt de son argent: La Loi interdit le prêter d'argent à intérêt entre Israélites (Ex 22,24; Dt 23,20).
ושׁחד על־נקי לא לקח - Et il n'accepte point de don contre l'innocent: Littéralement: "ושׁחד - et un pot-de-vin"; "על־ - contre"; "נקי - un innocent"; "לא - ne pas"; "לקח - il prend"; autrement dit: "il n'accepte pas de témoigner pour de l'argent contre un innocent"... ce qui est beaucoup plus fort et plus précis que la traduction liturgique ("il n'accepte rien qui nuise à l'innocent"), qui laisse simplement entendre qu'il ne ne tolère pas que quoi que ce soit  d'injuste ne soit commis envers un innocent.
Cette description de l'homme à la conduite intègre contraste avec les portraits du "méchant" (voir ci-dessus note sur Ps 1,10) que font d'autres psaumes (5,6-10; 12,3-5; 14, etc.).
Ce psaume souligne l'importance de l'intégrité morale, à côté des sacrifices et des actes de purification rituelle, pour avoir accès auprès de Dieu (voir Ex 20,-17; Is 1,10-17; 33,14-16; 58,6-10; Jr 7,2-7; Ez 18,5-9; Os 6,6; Am 5,14-15;21-24; Mi 6,6-8; Za 7,9-10; 8,16-17).
_________________________________________________________________________

• Ps 16 (hébraïque)/ 15  (LXX et liturgique), 5;8-10;1b;11

Au-delà de la mort et de la corruption du tombeau, éternité de vie et de joie auprès de Dieu. Ce défi auquel l'espérance se trouve affrontée est relevé par le Seigneur.

• Ps 16 / 15, 1b-2a;5;7-10;2b;11.

Dieu, notre seul partage, la source du vrai bonheur et d'une joie débordante.

Sur ce psaume:
Ce psaume porte (v.1a) la suscription " מכתם לדוד".
1- Le terme qui lui est appliqué: "מכתּם miktâm" désigne (étymologiquement, du verbe-racine כּתם kâtham, "graver, inscrire de façon indélébile") quelque chose qui est "gravé", et (techniquement) un "poème", un "cantique" (LXX traduit d'ailleurs "Στηλογραφία", littéralement, "écriture sur une stèle"); ce même terme est appliqué aux Ps 56-60.
2- Il est attribué à David: "לדוד".
C'est un psaume de confiance en Dieu.
Je rétablis ci-dessous l'ordre des versets, curieusement bouleversé dans la traduction liturgique (puisque le v.2 est fractionné; et que tantôt 1b, tantôt 2b est inséré entre v.10 et v.11!).

Traduction et notes:

Verset 1.
    מכתם לדוד שׁמרני אל כי־חסיתי בך׃
מכתם Mikhtam - לדוד de David
שׁמרני Garde-moi - אל El - כי־ car - חסיתי je me suis abrité - בך en toi
Cantique de David.
Garde-moi, ô Dieu!
Car je cherche en toi mon refuge.
אל - ô Dieu: Sur le terme "אל  'êl" pour désigner Dieu, voir à cette page.

Verset 2.
   אמרת ליהוה אדני אתה טובתי בל־עליך׃
Je dis à YHWH:
Tu es mon Seigneur,
Tu es mon souverain bien!
יהוה אדני - YHWH mon Seigneur:Sur les termes "יהוה" et "אדני 'ădônây" pour désigner Dieu, voir à cette page.
On peut remarquer qu'un lecteur juif de ce psaume devra lire " 'ădônây 'ădônây", puisque le kétiv "יהוה" ne doit pas être prononcé, mais remplacé par son qéré "אדני 'ădônây"; voir à cette page.
טובתי בל־עליך - Tu es mon souverain bien:Litt. "טובתי mon bien; בל rien; עליך au-dessus de toi" -> "je n'ai pas de plus grand bonheur que toi". Magnifique confession de foi; comp. Ps 73,25;28.

Verset 5.
    יהוה מנת־חלקי וכוסי אתה תומיך גורלי׃
יהוה YHWH - מנת־ la part de - חלקי mon partage - וכוסי et ma coupe - אתה toi - תומיך tu soutiens - גורלי mon destin
YHWH est mon partage et ma coupe:
"C'est toi qui m'assures mon lot";
• יהוה מנת־חלקי- YHWH est mon partage: Litt. "יהוה YHWH; [est] מנתla part pesée; חלקיde mon héritage". Comme pour les prêtres (Nb 18,20-23) et les lévites (Dt 10,8-9), c'est YHWH lui-même qui constitue l'héritage du psalmiste; comp. Ps 73,25-28; 119,57; 142,6; Lm 3,24).
Les mots מנת (littéralement "ce qui est pesé") et כּוס (littéralement "ce qui est contenu dans une coupe") constituent un mérisme: Dieu est à la fois le solide et le liquide de mon héritage => tout mon héritage, la totalité de ce qui me revient.

Verset 6.
    חבלים נפלו־לי בנעמים אף־נחלת שׁפרה עלי׃ 
Un héritage délicieux m'est échu,
Une belle possession m'est accordée.

Verset 7.
  אברך את־יהוה אשׁר יעצני אף־לילות יסרוני כליותי׃
Je bénis YHWH, mon conseiller;
Les nuits, mes reins m'avertissent.

Verset 8.
    שׁויתי יהוה לנגדי תמיד כי מימיני בל־אמוט׃ 
שׁויתי J'ai posé - יהוה YHWH - לנגדי devant moi - תמיד toujours - כי car - מימיני de ma droite -  בל־e ne pas - אמוט je chancellerai
J'ai constamment YHWH sous mes yeux;
Quand il est à ma droite, je ne chancelle pas.
מימיני - à ma droite: C'est-à-dire là où se tenaient tour à tour l'accusateur et le défenseur d'un accusé (Ps 109,6; Za 3,1).

Verset 9.
    לכן שׂמח לבי ויגל כבודי אף־בשׂרי ישׁכן לבטח׃
לכן C'est pourquoi - שׂמח il se réjouit - לבי mon cœur - ויגל et il exultera - כבודי mon honneur - אף־ aussi - בשׂרי ma chair - ישׁכן demeurera - לבטח à la confiance
Aussi mon coeur est dans la joie,
Mon esprit dans l'allégresse,
Et mon corps repose en sécurité.
כבודי - Mon esprit: Le mot כּבד ou, comme ici,כבוד, désigne ce qui a du poids; et, au sens figuré, tout ce qui a de la valeur.
On notera un nouveau mérisme: "לב le cœur" et "בשׂר la chair" désignent la totalité de l'être humain.

Verset 10.
 כי לא־תעזב נפשׁי לשׁאול לא־תתן חסידך לראות שׁחת׃
כי Car - לא־ ne pas - תעזב tu abandonneras - נפשׁי mon âme - לשׁאול au Sheol - לא־ ne pas - תתן tu donneras - חסידך ton Hassid - לראות à voir - שׁחת corruption
Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts,
Tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption.
Le verset est construit sur une juxtaposition (pas même la coordination
-ו) entre les termes parallèles:
A - לא־תעזב - tu n'abandonneras pas; B - נפשׁי - mon âme; C - לשׁאול - au shéol;
A' - לא־תתן - tu ne donneras pas; B' - חסידך - ton Hassid; C' - לראות שׁחת - à voir la corruption
לשׁאול - au séjour des morts: Le "שׁאל ouשׁאול  she'ôl": voir en cliquant ici.
Ce verset comporte donc deux mots connus par leur transcription: le shéol; et le hassid, "fervent", voir notes sur Ps 4 (singulier de Hassidim qui sont des Juifs très pieux).
שׁחת- la corruption: Le mot "שׁחתshakh'ath" a pour sens premier "fosse" (comme piège), puis "destruction", ou "corruption"; le sens dérivé en est "tombe"; LXX opte pour "διαφθορά - la tombe".

Verset 11.
תודיעני ארח חיים שׂבע שׂמחות את־פניך נעמות בימינך נצח׃
תודיעני Tu me feras connaître - ארח chemin - חיים de vie - שׂבע plénitude - שׂמחות des joies - את־ avec - פניך ta face - נעמות douceurs - בימינך en ta droite - נצח éternité
Tu me feras connaître le sentier de la vie;
Il y a d'abondantes joies devant ta face,
Des délices éternelles à ta droite.
ימינך - פניך - ta face - ta droite: Deux anthropomorphismes de Dieu: פּנים la face (page en construction; voir notes sur Ps 4);  et ימין la main droite, voir ci-dessus, note sur le v.8, et cette page.
________________________________________________________________

• Ps 17 / 16, 1bc;3ab;5-6;8;15.

Sur ce psaume:
Prière d'appel au secours à l'occasion de la persécution. 
Ce psaume porte la suscription: תפלה לדוד "Prière de David". Quatre autres psaumes ont la même (Ps 86; 90; 102;142).

Traduction et remarques:

Verset 1.
 תפלה לדוד שׁמעה יהוה צדק הקשׁיבה רנתי האזינה תפלתי בלא שׂפתי מרמה׃ 
Prière de David.
YHWH-Adonaï! écoute la droiture, sois attentif à mes cris,
Prête l'oreille à ma prière faite avec des lèvres sans tromperie!

Verset 3.
  בחנת לבי פקדת לילה צרפתני בל־תמצא זמתי בל־יעבר־פי׃
Si tu sondes mon coeur, si tu le visites la nuit,
 Comp. 7,4-5.

Verset 5.
 תמך אשׁרי במעגלותיך בל־נמוטו פעמי׃
Mes pas sont fermes dans tes sentiers,
Mes pieds ne chancellent point.

Verset 6.
 אני־קראתיך כי־תענני אל הט־אזנך לי שׁמע אמרתי׃
Je t'invoque, car tu m'exauces, ô Dieu!
Incline vers moi ton oreille, écoute ma parole!

Verset 8.
   שׁמרני כאישׁון בת־עין בצל כנפיך תסתירני׃
Garde-moi comme la prunelle de l'œil;
Protège-moi, à l'ombre de tes ailes,
כאישׁון בת־עין-comme la prunelle de l'œil:
Partie la plus précieuse de l'œil , donc celle que l'on protégera le mieux; l'image est reprise du cantique de Moïse (Dt 32,10-11).
• 
בצל כנפיך
à l'ombre de tes ailes
:
- L'image de l'oiseau protégeant ses petits sous ses ailes est souvent utilisée pour pour évoquer la présence protectrice de Dieu: Ps 36,8; 57,2; 61,5; 63,8; 91,4; mais aussi, par ex., Rt 2,12.
- D'autre part, l'ombre est une protection contre les agressions du soleil, et Dieu est parfois comparé à une ombre protectrice: Ps 91,1; 121,5; mais aussi, par ex., Is 25,4; 49,2; 51,16.


Verset 15.
  אני בצדק אחזה פניך אשׂבעה בהקיץ תמונתך׃
Pour moi, dans mon innocence, je verrai ta face;
Dès le réveil, je me rassasierai de ton image.

• 
dans mon innocence
:
L'intégrité,
est mise en relation avec la contemplation de Dieu comme dans les Ps 15 et 24.
• 
בהקיץ
-
dès le réveil
:
Peut-être le réveil faisant suite à la nuit mentionnée au v.3, ou bien le réveil après le sommeil de la mort.
אשׂבעה [...] תמונתך
-
je me rassasierai de ton image
:
Comp. Ps 11,7;
29,1;
68,3
;...
- "Voir la face d'un souverain", c'est être admis en sa présence, jouir de sa faveur (voir par ex. Gn 43,3;5; 44,23;26; 2S 3,13; etc.); "voir la face de Dieu", "contempler sa gloire", c'est jouir de sa faveur et de sa communion (voir par ex. Ps 11,7; 23,6; 140,14).
- Sur la possibilité de "voir Dieu" et sur le sens de cette expression, voir par ex. Gn 32,31; Ex 33,20; Jb 42,5. En effet, la Bible pose deux affirmations qui peuvent paraître absolument contradictoires:
1. on ne peut "voir la face de Dieu" et vivre: par ex. Ex 3,6 (voir note à cette page); 33,20;23; Jg 6,22-23; 13,22;
2. pourtant Dieu se laisse voir de différentes manières: par ex. Ex 24,10-11; Nb 12,8; Dt 34,10; Is 6,1-4; Ez 1. En fait, il semble s'agir d'expériences limitées durant lesquelles certains hommes voient Dieu "de dos" (Moïse) - c'est-à-dire imparfaitement et non pas dans sa plénitude.
Dieu donne donc quelque chose à connaître de lui (ici "sa puissance et sa gloire"), même si son être dépasse tout ce que la créature peut en connaître.

תמונתך - ton image: Le même terme est employé à propos de Moïse, pour indiquer qu'il "voyait YHWH de façon visible" (Nb 12,8). Le psalmiste évoque donc ici une relation particulièrement intime avec Dieu, semblable à celle dont jouissait Moïse. 
________________________________________________________________

• Ps 19 (hébraïque) / 18 (LXX et liturgique), 8-15.


Sur ce psaume:
Sur ce psaume, l’un des trois psaumes dits « de la Loi » (Ps 1 ; 18 ; 118), voir ici l’introduction de Dietrich Bonhoeffer. 
Ce psaume porte la suscription: למנצח מזמור לדוד "Au chef des chantres. Psaume de David".
Il célèbre la gloire d'YHWH, et est aussi un psaume d'instruction.
Il est composé de deux parties clairement distinctes:
- manifestation de la gloire divine dans la Création (vv.2-7);
- manifestation de la gloire divine dans la Torah, la Loi donnée à Israël (vv.8-12 - on pourra comparer ces vv. au Ps 119).
Il se termine par une demande de pardon pour les fautes commises, volontairement ou non (vv.13-14); et par une requête (v.15).


Traduction et remarques:

Verset 8.
 תורת יהוה תמימה משׁיבת נפשׁ עדות יהוה נאמנה מחכימת פתי׃
La Loi de YHWH-Adonaï est parfaite,
elle restaure l'âme;
Le témoignage de YHWH-Adonaï est véritable,
il rend sage l'ignorant.
• תורת יהוה - La Loi de YHWH-Adonaï : Dans la première partie du psaume, le psalmiste employait le nom commun de Dieu, "אל 'êl"; dans cette seconde partie où il évoque la ToratAdonaï, la Loi donnée par Dieu à son peuple,
- il emploie le nom ineffable de l'Alliance: "יהוה YHWH" (voir la page sur "les noms de Dieu";
- il emploie un rythme différent et très particulier (voir plus bas).
• נפשׁ - l'âme: Nous l'avons vu souvent, le mot "נפשׁ nephesh" ne désigne pas seulement "l'âme" au sens où nous l'entendons, mais tout principe vital, l'être profond, tout être vivant et tout l'être vivant, l'animus et l'anima latins.
עדות - Le témoignage: Le psalmiste emploie le mot "עדוּת ‛êdoûth", qui sert à désigner le document témoin de l'Alliance conclue par YHWH avec son peuple (et qui est souvent traduit par "acte de l'Alliance"). Voir Ex 25,16:
ונתת אל־הארן את העדת אשׁר אתן אליך׃
"Tu mettras dans l'arche le témoignage, que je te donnerai".
Ici, il désigne l'ensemble de la Loi.
פתי - l'ignorant: Ce mot désigne le faible d'esprit, celui que l'on trompe aisément, le niais (comp., par ex., Ps 119,98-100; Pr 1,4).
Nous  avons également vu souvent que le verbe "être"-copule (en français) n'est pas exprimé en hébreu (où il a le sens fort d'"exister").
Ce verset présente donc un parallélisme parfait :
תורת יהוה תמימה משיבת נפש עדות יהוה נאמנה מחכימת פתי׃  
 תורת la Torah de – יהוה YHWH l'Eternel – תמימה [est] parfaite – משיבת faisant revenir – נפש l’être 
עדות le témoignage de – יהוה YHWH l'Eternel – נאמנה [est] véridique – מחכימת rendant sage – פתי le simple,
parallélisme non seulement sémantique mais aussi grammatical, ce dernier impliquant, par le jeu des suffixes, des retours de sonorités, presque des « rimes » internes :
-         ת at dans תורת et עדות ,משיבת et מחכימת : suffixe caractéristique de noms (pour les deux premiers) et de participes (pour les seconds) féminins « à l’état construit » (= suivis d’un complément)
-         יהוה (lu : Adonaï) répété
-        ה ah dans תמימה et נאמנה : suffixe caractéristique d’adjectifs féminins. 
"L'enseignement de יהוה est immaculé, il convertit l'être;
le témoignage de יהוה est fidèle, il donne au simple la sagesse"

Verset 9.
Il présente exactement la même structure et les mêmes caractéristiques que le précédent, avec lequel il forme un tout, car il reprend les mêmes idées:
פקודי יהוה ישרים משמחי לב מצות יהוה ברה מאירת עינים׃
פקודי les préceptes de – יהוה YHWH l'Eternel – ישרים [sont] droits – משמחי réjouissant – לב le cœur מצות le commandement de – יהוה YHWH l'Eternel – ברה [est] limpide – מאירת illuminant – עינים les yeux 
"Les préceptes de יהוה sont droits, ils réjouissent le cœur;
le commandement de יהוה est lumineux, il illumine les yeux"

Verset 10.
יראת יהוה טהורה עומדת לעד משפטי יהוה אמת צדקו יחדו׃ 
יראת la crainte de - יהוה YHWH l'Eternel - טהורה [est] pure – עומדת se tenant – לעד – pour l’éternité  משפטי les jugements de – יהוה YHWH l'Eternel - אמת [sont] vérité – צדקו – ils sont justes – יחדו eux ensemble
"La crainte de יהוה est pure, elle se tient à jamais;
les jugements de יהוה sont vérité, ils sont justes tous ensemble"
Nous l’avons vu souvent, la « crainte » de Dieu n’est pas de la peur, mais le respect de sa Loi d’Amour. 

----------
Le rythme des vv.8-10:
Ces versets sont construits de façon strictement parallèle;
Leur parallélisme est à la fois sémantique (parallélisme du fond, du sens) et syntaxique (parallélisme de la forme, des structures grammaticales);
• Chaque verset est lui-même construit sur le rythme "3+2 accents"; c'est-à-dire que chaque membre de verset
- comprend 5 termes,
- est constitué d'un premier membre plus long d'un tiers que le second.
Ce rythme est couramment appelé "rythme de la קינה qîynâh (lamentation)" (car on le trouve dans le Livre des Lamentations de Jérémie).
Ainsi, au v.8:
A- תורת La Loi de יהוהYHWHתמימה parfaite 
B- משׁיבת restaurantנפשׁ l'âme
A'- עדות Le témoignage de יהוה YHWH נאמנה véritable 
B'- מחכימת rendant sageפתי l'ignorant
----------
Le sens théologique des vv.8-10:
Si donc on « fait le bilan » des versets 8 à 10, on constate bien (comme l’écrivait D.Bonhoeffer à propos des Psaumes de la Loi) que « les répétitions apparentes ne sont rien d’autre que de nouvelles tournures d’une seule et même chose : l’amour de la parole de Dieu » :
1. La Torah / les préceptes / la crainte
1’. Le témoignage / le commandement / les jugements
2. de YHWH l'Eternel
3. [est] parfaite / [sont] droits / [est] pure
3’. [est] véridique / [est] limpide / [sont] vérité
4. faisant revenir / réjouissant / se tenant
4’. rendant sage / illuminant / ils sont justes
5. l’être / le cœur / pour l’éternité
5’. le simple / les yeux / eux ensemble.
Ces trois versets disent donc tous la même chose :
« La Parole (1,1’) de YHWH l'Eternel (2) n’a que des qualités: vérité et "transparence", (3, 3’) qui font vivre dans le bien (4, 4’) tout être humain(5,5’) » ! 
----------

Verset 11.
הנחמדים מזהב ומפז רב ומתוקים מדבש ונפת צופים׃
הנחמדים ceux qui sont désirables - מזהב plus que l'or - ומפז et plus que l'or pur - רב abondant - ומתוקים et doux - מדבש plus que le miel - ונפת et le miel - צופים des rayons de miel
"Plus désirables que l'or, que l'abondance d'or pur;
plus doux que le miel, que le rayon de miel pur"
Très beau verset, tant par ses images que par les répétitions qui augmentent encore leur force; il s'applique à tous les membres 1-1' énumérés ci-dessus, donc à la תורת יהוה ToratAdonaï, aux préceptes divins.


Verset 12.
גם־עבדך נזהר בהם בשמרם עקב רב׃
גם־ même - עבדך ton serviteur - נזהר éclairé - בהם par eux - בשמרם en les gardant - עקב un profit - רב abondant
"Ton serviteur aussi en est éclairé;
quand on les garde, l'effet est immense"


Verset 13.
שגיאות מי־יבין מנסתרות נקני׃
שגיאות les égarements - מי־ qui? - יבין discernera - מנסתרות des choses cachées - נקני purifie-moi
"Qui comprend ses erreurs?
Innocente-moi de celles qui me sont voilées"
מנסתרות - celles qui me sont voilées: Il s'agit des fautes involontaires. La Loi distingue en effet
- les péchés commis involontairement (Lv 4,2; 5,2-4;18; Nb 15,24);
- les péchés commis "à main levée", i.e. volontairement (Nb 15,30-31).
Cependant même les premiers entraînent une culpabilité nécessitant le pardon divin.

Verset 14.
גם מזדים ׀ חשך עבדך אל־ימשלו־בי אז איתם ונקיתי מפשע רב׃
גם même - מזדים des fautes intentionnelles - חשך préserve - עבדך ton serviteur - אל־ que ne pas - ימשלו־ elles dominent - בי sur moi - אז alors - איתם je serai accompli - ונקיתי et je serai innocent - מפשע d'un péché - רב abondant
"Préserve aussi ton serviteur de l'orgueil; qu'il ne me domine pas!
Alors, je serai intègre, innocent d'une grande transgression".
מזדיםl'orgueil: L'orgueil conduit l'homme à penser qu'il est préférable de vivre par soi-même, sans Dieu et sans l'éclairage de sa Loi.
 מפשע רב - une grande transgression: Il s'agit sans doute ici des péchés commis volontairement, et/ou d'une certaine gravité, des fautes qu'un homme qui se veut fidèle à YHWH peut - et devrait! - éviter de commettre. David lui-même, cependant, n'a pas toujours su s'en garder (voir Ps 51 à cette page et 2S 11-12 à cette page).

Verset 15.
יהיו לרצון אמרי־פי והגיון לבי לפניך יהוה צורי וגאלי׃
"Reçois favorablement les paroles de ma bouche
Et les sentiments de mon coeur,
O YHWH-Éternel, mon rocher et mon libérateur!".
_________________________________________________________________________

• Ps 22/21, 8-9; 17-18a; 19-20; 23-24a

• O combien nombreux sont ceux qui voient dans les derniers mots du Christ en Croix "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?" (verset qui peut servir d'antienne à ce Psaume) un désespoir total par rapport à l'Amour de Dieu!...
• Pourtant, si l'on connaît le Ps 22/21 (écrit au retour de Babylone, voir en cliquant ici) dont ils sont le début, on sait qu'il exprime les "souffrances et espoirs du juste", et que la douloureuse plainte de l'innocent (on peut penser à Is 52,13-53,12) s'ouvre en fait sur une action de grâce pour la délivrance obtenue!...
• Avouons que dès lors que - si l'on sait que le Christ était si épuisé par les longues souffrances de sa Passion qu'il n'a pu aller jusqu'au bout de ce long (32 versets) psaume, mais qu'il le connaissait par cœur, et voulait aboutir avec celui-ci à la louange de Dieu: "Il n'a point méprisé ni dédaigné la pauvreté du pauvre, il n'a point caché de lui sa face, mais, invoqué par lui, il l'écouta. [...] Ils loueront יהוה YHWH, le Seigneur, ceux qui le cherchent: que vive votre cœur à jamais!" - ces derniers mots du Christ prennent un tout autre sens, une tout autre résonance!!!
• Fort opportunément, les versets chantés en ce jour - s'ils sont choisis pour leur aspect messianique (c'est à dire qu'ils annoncent, comme les "Chants du Serviteur" en Is, les souffrances endurées par le Christ) - ne font pas l'impasse sur cette idée essentielle: même au plus profond de la détresse humaine, Dieu peut nous rejoindre ("Mais tu m'as répondu") et nous sauver - c'est pourquoi nous lui rendons grâce: "je te loue en pleine assemblée".
• Petite (mais importante!) remarque de vocabulaire: "craindre" Dieu ne signifie aucunement "avoir peur" de Lui, mais Le respecter comme un enfant "craint" ses parents: les ordres ou interdits qu'on lui fixe sont là "pour son bien", et sont donc autant de preuves d'amour!
La "crainte de Dieu" implique
- la prise de conscience de la sainteté de Dieu;
- donc le respect, parfois empreint d'un certain trouble (on se sent "dépassé");
- et une fidélité chaleureuse à accomplir la volonté de ce Dieu. Voir cette page.
(L'expression les "craignant-Dieu" désigne par exemple, dans les Ac, les non-Juifs de naissance, mais sympathisants de la foi dans le Dieu des Juifs; ce ne sont pas des convertis - "prosélytes" - mais ils vivent auprès de communautés juives, et pratiquent leurs rites).
_________________________________________________________________________

Ps 23 (hébraïque) /22 (LXX, Vulgate et liturgique)

Chant de joie de ceux qui ont trouvé le Bon Pasteur, ce célèbre psaume exploite une double symbolique: celle du monde pastoral, mais également celle de l'hôte qui offre le festin messianique.

Remarques:
Psaume "de confiance", il peut évoquer des réalités multiples,
-- historiques, par ex.:
- le peuple arrivant en Terre Promise;
- David poursuivi par un ennemi (Saül?);
-- sociologiques, par ex.:
- le pèlerin qui arrive au Temple après des embûches;
- la vie des lévites;
-- théologiques, par ex.:
- la paix que trouve le fidèle auprès d'YHWH;
- le choix entre "les deux voies" (voir par ex. Gn 2,9 à cette page) qui s'offrent à l'homme, entre ce qui est "טוב ṭôb - bon" et mène à la vie; et ce qui est "רע rah - mauvais" et porteur de "mort" pour l'humain.Il faut cependant garder en mémoire le fait que le Temple n'existait pas au temps de David (voir cette page).
Donc SI* le psaume a été composé "par David" (suscription: מזמור לדוד - Cantique de David), on ne peut évoquer ici le Temple de Jérusalem.
-------
* Rappel - Le préfixe prépositionnel "ל" a des sens variés:
- il peut exprimer le but (LXX le traduit parfois par "Εἰς" + accusatif), l'attribution (LXX le traduit comme ici par le datif); ainsi, "לדוד" signifierait "pour David";
- mais dans une tournure passive, il peut introduire le complément d'agent; de très nombreux traducteurs, sous-entendant "écrit par", donnent donc: "de" ("לדוד" signifierait alors "de David").
-------
 
Très court, le psaume est ici donné dans son intégralité.

Traduction et notes:

Verset 1 : 
יהוה רעי לא אחסר׃
YHWH l'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
-- Dès le verset 1 (après la suscription), on entre d’emblée dans la thématique de YHWH-l'Éternel, bon Berger (voir page « Le berger dans la Bible »), qui s’oppose à celle des mauvais pasteurs qui égarent le troupeau du Seigneur, en Ez 34,1sqq par ex..
- Cette image est familière dans toute la littérature davidique (de et sur David; voir par ex. 1S 16,11 à cette page), et fréquente dans toute la TaNaKh; elle sert à exprimer la confiance de l'auteur en Dieu.
- En Israël, comme dans tout le Proche-Orient ancien où la vie pastorale jouait un rôle essentiel, elle était utilisée pour désigner le roi, conducteur et protecteur de son peuple (voir par ex. 78,71-72; 2S 5,2; Is 44,28; Jr 3,15;23,1-4; Mi 5,4).
- Ainsi l'Éternel est désigné comme le Roi-Berger de son peuple, Israël (28,9;79,13;80,2;95,7;100,3; Gn 48,15;49,24; Is 40,11; Jr 17,16;23,3-4;31,10;50,19; Ez 34,11-16;23; Za 11,4-17).
- Ici, le psalmiste applique la métaphore à sa relation personnelle avec Dieu.

Verset 2 :
בנאות דשא ירביצני על־מי מנחות ינהלני׃
Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me mène à des eaux paisibles.
-- Le thème du repos – d’une exceptionnelle richesse dans la Bible – est introduit par le biais de la métaphore pastorale dès le verset 2. 
- Tel un berger procurant repos et nourriture à ses brebis, l'Éternel procure à son fidèle tout ce dont il a besoin. Comp. Is 14,30;17,2; Jr 33,12; Ez 34,14-15; So 2,7;3,13. 
-- Le thème de l'eau est également introduit par le biais de la métaphore pastorale.
- Ici, les « eaux paisibles » s’opposent aux eaux terrifiantes de la Mer Rouge, et symbolisent ainsi la Terre promise.
- Mais l’expression évoque également la paix que trouve celui qui vit près de l'Éternel.
On peut faire le rapprochement avec le Ps 118/117, chant d’un homme (personnifiant le peuple hébreu) qui a été sauvé de la mortet se présente au Temple pour rendre grâce au Seigneur.

Verset 3 : 
נפשי ישובב ינחני במעגלי־צדק למען שמו׃
Il fait revenir mon être* ; il me guide dans sentiers de justice à cause de son nom.
-- Le terme *נפש nefesh désigne la vie, l’essence d’une personne, l’être, l’ « âme ».
-- YHWH redonne force à son fidèle, ainsi en Is 40,31 : « Ceux qui se confient en YHWH l'Éternel renouvellent leur force » et en Jr 31,25 : « Je rafraîchirai l'âme altérée, et je rassasierai toute âme languissante. »
Comp. Ps 19,8; Rt 9,15; Pr 25,13; Lm 1,16.
-- Il lui fait prendre le « droit chemin » (voir le thème des "deux voies" dans l'introduction; le thème de la justice à cette page), ainsi en Pr 4,11 : « Je te montre la voie de la sagesse, je te conduis dans les sentiers de la droiture. »
-- למען שמו - à cause de son nom: La bonne réputation d'un berger est fonction du bien-être et de la santé de ses brebis. (comp. Ps 31,4) et elle l'honore; l'attitude et la prospérité du serviteur de l'Éternel honore son Maître (voir par ex. 1R 8,41-42; Is 48,9; Jr 14,21; Ez 20,9;14;22).

Verset 4 : 
La façon dont le berger conduit le troupeau écarte de ce dernier toute crainte :
גם כי־אלך בגיא צלמות לא־אירא רע כי־אתה עמדי שבטך ומשענתך המה ינחמני׃
Quand bien même je marcherais dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne craindrais aucun mal; car tu es avec moi; c'est ton bâton et ta houlette qui me consolent.
-- Selon certains, ce v. constitue le coeur du psaume, énonçant la vérité centrale de celui-ci: la présence fidèle et protectrice de YHWH.
On peut rapprocher de Is 50,10 : « Celui qui marche dans l'obscurité et manque de lumière, qu'il se confie dans le nom de YHWH l'Eternel. » ; à l’inverse, Job, désespéré, demande à Dieu de le quitter, et de le laisser partir « pour ne plus revenir, dans le pays des ténèbres et de l'ombre de la mort » (Jb 10,21).
-- שׁבט shêbet ̣- le bâton et משׁענת mish‛eneth - la houlette sont les deux instruments caractéristiques du berger.
- Le bâton est un instrument d'autorité et de défense, dont le berger se sert aussi pour compter des bêtes.
- La houlette se termine par une sorte de crochet, servant à attraper les bêtes (généralement par la patte, parfois par le cou) sans les blesser.
-- « לא־אירא רע כי־אתה עמדי– je ne craindrais aucun mal, car toi [tu es] avec moi » est une allusion à 1S 22,23 :
« שבה אתי אל־תירא […] כי־משמרת אתה עמדי׃ – reste avec moi pour ne pas craindre […] car toi [tu es] bien gardé avec moi ».

Verset 5 :
תערך לפני שׁלחן נגד צררי דשׁנת בשׁמן ראשׁי כוסי רויה׃
Tu dresses devant moi une table, en la présence de mes ennemis; tu as oint ma tête d'huile, ma coupe est comble.

a.
תערך לפני ׀ שלחן […] דשנת בשמן ראשי כוסי רויה׃
« Tu installes devant moi une table […], tu as enduit avec l’oing ma tête, ma coupe [est en] surabondance. »
-- Avec ce verset nous rencontrons une nouvelle symbolique de ce psaume, celle de Dieu, hôte « parfait » selon la tradition orientale :
- non seulement il offre un banquet somptueux et d’abondantes boissons (qui dépassent le nécessaire de Jr 31,25, cf. supra, verset 3) à son invité,
- mais il lui parfume la tête, comme on le voit aussi en Ps92,11 : « tu répands sur moi l'huile fraîche », Ps 133,2 : « C'est comme l'huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe », Qo 9,8 : « que l'huile ne manque point sur ta tête », Am 6,6 : « Ils s'oignent avec la meilleure huile » ; ou encore 2S 12,20; Dn 10,3; et, dans le Nouveau Testament, en Lc 7,46 : « Tu n'as pas répandu d'huile sur ma tête; elle, au contraire, a répandu du parfum sur mes pieds. »
Cette huile parfumée est alors symbole de joie. 
-- Mais cette onction peut également évoquer l’onction royale : le roi est l’élu de Dieu (il peut cependant refuser cette élection – par ex. Saül), pour servir le peuple et le guider selon la Loi divine.
Cette huile parfumée est alors symbole de bénédiction divine
Le fidèle doit – tout comme le roi – servir ses frères selon la Loi de Dieu.

b.
En outre, nous rencontrons dans ce verset une image qui peut surprendre : « תערך לפני ׀ שלחן נגד צררי - Tu installes devant moi une table vis-à-vis de ceux qui m’attaquent ».
-- Prosaïquement, on peut expliquer ainsi cette image : après les dangers rencontrés lors de son voyage (« la vallée de l’ombre », « les ennemis »), le pèlerin prend part au festin qui suit les sacrifices d’arrivée de pèlerinage.
-- Métaphoriquement,
- le divin Roi-Berger reçoit David, son vassal, à sa table - et le prend sous sa protection, comme le faisaient les suzerains de tout le Proche-Orient ancien envers les rois vassaux. Les traités d'alliance étaient généralement scellés par un repas exprimant la joie et l'amitié (voir 41,10; et Gn 31,54; Ab 7), le vassal étant l'hôte du suzerain (Ex 24,8-12);
- l’homme, après son rude pèlerinage sur terre, prendra part au festin des Élus.
-- Théologiquement, on peut également expliquer ainsi cette image : Dieu, plutôt que de rendre plus fort l’opprimé afin qu’il puisse répondre à la violence qui lui est faite, préfère le libérer lui-même (par ex., Ex14,13sqq ;30) ; l’ennemi n’est pas vaincu par celui qu’il opprimait, mais il est contraint de contempler la grandeur et la générosité de YHWH l'Éternel pour son fidèle.

c.
Les ennemis, impuissants devant la haute protection (voir ci-dessus) dont jouit celui qu'ils poursuivaient, sont donc obligés d'assister au triomphe de ce dernier (comp. Est 6,11).
  
Verset 6 :
Ce psaume de confiance peut être le chant d’un familier du Temple qui trouve cette paix dans une intimité permanente avec le Seigneur qui veille sur son troupeau comme un bon berger :
אך טוב וחסד ירדפוני כל־ימי חיי ושבתי בבית־יהוה לארך ימים׃
Oui, la bonté et la gratuité me suivront tous les jours de ma vie, et mon habitation sera dans la maison de YHWH-l'Éternel pour de longs jours.  
-- Ce dernier verset ferait alors allusion à la vie de Lévites (Lévi, l’un des 12 fils de Jacob, a bien donné naissance à une tribu – mais une tribu sans territoire à son nom, puisque son domaine est le culte, sa « maison » le Temple).
-- Ou encore à la vie des consacrés au Temple (voir, par ex., Samuel - 1S 1,22).
-- Cependant ces interprétations ne sont possibles que si l'on admet que le psaume n'a pas été composé par David (voir introduction); dans le cas contraire, on peut penser
- que David, au moment où il compose ce psaume, est tenu éloigné de tout sanctuaire, peut-être même poursuivi par un ennemi (Saül?);
- que ce psaume a une valeur symbolique: David, pour son propre compte ou pour celui de son peuple, évoque le bonheur de celui qui a choisi la "bonne voie" (voir introduction), celle de ce qui est "טוב ṭôb - bon" et mène à la "חי kh'ay - vie". Cette interprétation semble confirmée par le choix du vocabulaire dans ce v., puisqu'on y retrouve ces deux termes.
-- On peut noter que « טוב וחסד – bonheur et amour gratuit » est un couple figé.
-- On peut rapprocher ce psaume du Ps 118/117 (voir à cette page), chant d’un homme (personnifiant le peuple hébreu) qui a été sauvé de la mort et se présente au Temple pour rendre grâce au Seigneur.
______________________________________________________________

• Ps 24/23, 1b-4b;5-6b.

Profession de foi en Dieu - qui, seul, ne déçoit pas.

Sur ce psaume:
Ce psaume est attribué à David, comme l'indique sa suscription "לדוד מזמור" (voir introduction au Ps 15).
Ce psaume célèbre l'entrée de l'Éternel à Sion; il a peut-être été composé à l'occasion du transfert du coffre de l'Alliance à Jérusalem,
ou pour la commémoration de cet événement.

<- Jan de BRAY (Haarlem, vers 1627- 1697) David jouant de la harpe – 1670 – Collection privée

Suivant le récit de 2S 6, de Bray représente David avec un vêtement de lin blanc ; il joue de la harpe, les yeux levés vers le ciel. Derrière lui, à gauche, on distingue l’Arche d’Alliance qui avait été enlevée par les Philistins, et que David « et tout le peuple » rapportent à Jérusalem  parmi les cris de joie et le son des trompes (que l'on entrevoit à droite).

C'est également un psaume d'instruction, indiquant comment accéder au sanctuaire de YHWH (comp. Ps 15).
Sa place à la suite du Ps 23 peut s'expliquer par la référence de ce dernier à l'habitation perpétuelle dans le Temple (au v.6, voir ci-dessus).
Il était peut-être chanté de manière antiphonaire par les pèlerins qui se rendaient à Jérusalem (comp. Ps 47, 68, 118, 132).
Selon le תלמוד Talmud, il était chanté au Temple le premier jour de la semaine (LXX et Vulgate l'écrivent: "Ψαλμὸς [...] τῆς μιᾶς σαββάτων"; "Psalmus [...] prima sabbati") . 

Traduction et remarques:

Verset 1.
    לדוד מזמור ליהוה הארץ ומלואה תבל וישׁבי בה׃ 
Psaume de David.
A l'Éternel est la terre et tout ce qu'elle contient, le monde et ceux qui l'habitent;
Comp.
Ex 19

Les vv.1-2 forment un prélude indiquant les raisons pour lesquelles YHWH est digne de louanges: il est le créateur et le propriétaire de l'univers.
 


Verset 2.
     כי־הוא על־ימים יסדה ועל־נהרות יכוננה׃
 Car lui l'a fondée sur les mers, et l'a établie sur les fleuves.
Le terme "
נהר
nâhâr" désigne tout "courant", y compris un courant marin, et c'est sans doute ce dont il est question ici, en part. au vu de la première partie du verset.

Ce verset est évocateur de la conception proche-orientale antique du cosmos: le disque de la terre repose sur "les eaux du dessous" (tandis que la pluie provient des "eaux du dessus" par des brèches dans le dôme céleste, auquel sont accrochés les "luminaires").

Verset 3.
    מי־יעלה בהר־יהוה ומי־יקום במקום קדשׁו׃
Qui pourra monter jusqu'à la montagne de YHWH-l'Éternel?
בהר־יהוה  -
jusqu'
à la montagne de YHWH;
במקום קדשׁ - 
jusqu'au lieu de sa sainteté:
Voir plus haut, note
sur

Verset 4.
    נקי כפים ובר־לבב אשׁר לא־נשׂא לשׁוא נפשׁי ולא נשׁבע למרמה׃
Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur;
 
נקי כפים ובר־לבב
-
Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur
:
Mérisme pour désigner une intégrité parfaite
(tant intérieure qu'extérieure), des actes irréprochables non entachés par des motivations non avouables.

לשׁוא
-
au mensonge
:
"Le mensonge",

Verset 5.
     ישׂא ברכה מאת יהוה וצדקה מאלהי ישׁעו׃ 
Il obtiendra la bénédiction de YHWH-l'Éternel,
La miséricorde du Dieu de son salut.


Verset 6.
     זה דור דרשׁו מבקשׁי פניך יעקב סלה׃
Voilà le partage de la génération qui l'invoque,
De ceux qui cherchent ta face, Jacob! -
סלה selâh
Pause.

יעקב
-
Jacob
: La plupart des manuscrits hébraïques ont ce texte; deux manuscrits hébraïques, LXX et la Syriaque ont "Dieu de Jacob".


_________________________________________________________________________

• Ps 25 (hébraïque)/ 24  ( LXX, Vulgate et liturgique), 4-5b;8-10;14; antienne: d'après verset 1.

Amour et vérité, droiture et bonté: attentes de tous les hommes!
Qui, sinon Dieu, pourrait en enseigner les voies?

Ce psaume est, malgré quelques irrégularités, un psaume alphabétique (= dont chaque verset commence, en acrostiche, par une lettre de l'alphabet hébraïque).C'est une prière d'appel au secours, attribuée à David

Traduction:

Verset 1.
 לדוד אליך יהוה נפשׁי אשׂא׃
לדוד de David - אליך vers toi - יהוה YHWH - נפשׁי mon âme - אשׂא j'élève
De David.
YHWH ô Éternel! j'élève vers toi mon âme.
Remarque:
Contrairement à l'homme injuste qui se tourne vers "le mensonge", i.e. vers les faux dieux et les idoles, l'homme de bien se tourne vers YHWH.

Verset 4.
  דרכיך יהוה הודיעני ארחותיך למדני׃ 
דרכיך tes voies - יהוהYHWH - הודיעני  fais-moi connaître - ארחותיך  tes chemins - למדני enseigne-moi
Éternel! fais-moi connaître tes voies, 
Enseigne-moi tes sentiers.
Remarque:
Ce verset bimembre est construit syntaxiquement selon un parallélisme synonymique rigoureux: 
דרכיך - tes voies; B הודיעני  - fais-moi connaître
A' ארחותיך  tes chemins; B' למדני - enseigne-moi

Verset 5.
 הדריכני באמתך ולמדני כי־אתה אלהי ישׁעי אותך קויתי כל־היום׃
הדריכני fais-moi marcher - באמתך dans ta vérité ולמדני et enseigne-moi - כי־ car - אתה toi - אלהי le Dieu de - ישׁעי  mon salut - אותך  toi - קויתי j'espère - כל־ tout - היום le jour
Fais-moi cheminer dans ta vérité, et instruis-moi; 
Car c'est toi le Dieu de mon salut, 
C'est toi que j'espère tout le jour.
Remarques:
- La dernière partie du verset "קויתי כל־היום Tu es toujours mon espérance" est omise dans la traduction liturgique.
- En général, les versets des psaumes alphabétiques sont bimembres; mais celui-ci est un trimembre.

Verset 8.
 טוב־וישׁר יהוה על־כן יורה חטאים בדרך׃ 
טוב־bon - וישׁר et droit - יהוה YHWH - על־כן c'est pourquoi - יורה  il instruit - חטאים pécheurs - בדרך dans la voie
YHWH l'Éternel est bon et droit: 
C'est pourquoi il montre aux pécheurs la voie.

Verset 9.
 ידרך ענוים במשׁפט וילמד ענוים דרכו׃ 
ידרך il fait marcher - ענוים  humbles - במשׁפט  dans le jugement - וילמד  et il enseigne - ענוים  humbles - דרכו sa voie
Il conduit les humbles dans la justice, 
Il enseigne aux humbles sa voie.
Remarques:
Remarques rhétoriques:
1- Ce verset bimembre est construit syntaxiquement selon un parallélisme rigoureux; en outre, chacun des membres a pour centre le même mot :"ענוים les humbles":
A ידרך  - il fait marcher; B ענוים  - les humbles; C במשׁפט  - dans le jugement
A' ילמד - il enseigne; B' ענוים  - aux humbles; C' דרכו - sa voie.
2- Mais si on pousse un peu l'observation de ce verset, on constate que, sémantiquement cette fois, il est construit de façon spéculaire:
A ידרך  - il fait marcher; B ענוים  - les humblesC במשׁפט  - dans le jugement
C'  - il enseigne; B' ענוים  - aux humbles; A' דרכו - sa voie,
les idées 
- de "marche" et de "voie" d'une part,
- de "jugement" (qui désigne ici le "bon sens" respectueux de la Loi) et d'"enseignement" divin d'autre part,
appartenant aux mêmes domaines.
Remarques théologiques:
1- Si le mot "ענוים les humbles" - les fameux "‛Ânâwim" (pluriel de ענו ‛ânâw) - humbles, pauvres, petits (matériellement peut-être, mais surtout avides, "en manque", de Dieu) a cette place centrale et redoublée dans ce verset si fortement structuré, c'est qu'il est essentiel dans la pensée biblique. Il est à la source de toute une théologie biblique, et sera en particulier à la base de la proclamation des Béatitudes (voir cette page).
Voir note sur Ps 34,3 à cette page.
2-Sur les versets 8-9: YHWH est comme un bon berger qui guide ses brebis (cf. Ps 23, en particulier au verset 3), ces dernières symbolisant la faiblesse confiante des Anawim.

<- Le Bon Pasteur - Mausolée de Galla Placidia (Ravenne)

Verset 10.
 כל־ארחות יהוה חסד ואמת לנצרי בריתו ועדתיו׃ 
כל־ tous - ארחות les chemins de - יהוה YHWH -חסד grâce - ואמת et vérité- לנצרי pour les gardants de - בריתו son alliance - ועדתיו et de son témoignage 
Tous les sentiers de YHWH l'Éternel sont miséricorde et fidélité, 
Pour ceux qui gardent son Alliance et ses commandements. 
Remarque:
Nous retrouvons ici encore la paire figée bien connue "חסד ואמת amour et vérité"; ainsi qu'une autre: "בריתו ועדתיו son Alliance et ses commandements", qui est en fait un doublet de mots abstraits, puisque l' "Alliance" entre Dieu et son peuple a été scellée par le don de ses "commandements", de sa Loi.

Verset 14.
סוד יהוה ליראיו ובריתו להודיעם׃
סוד mystère de - יהוה YHWH  - ליראיו à ses craignants - ובריתו et son alliance - להודיעם pour leur faire connaître
L'amitié de YHWH l'Éternel est pour ceux qui le craignent, 
Et son Alliance leur donne instruction.
Remarques:
- Ce verset bimembre est également construit sur un strict parallélisme:
A סוד יהוה mystère de YHWH; B ליראיו à ses craignants
A' בריתו son Alliance; B' להודיעם pour leur faire connaître 
- Le terme סוד a pour sens premier l' "intimité où l'on peut partager un secret"; il a ensuite pris, séparément, ces deux sens: le "mystère divin"; ou, comme ici l'intimité avec Dieu - qui permet la connaissance des choses divines.
- Le terme ירא ne signifie pas - faut-il le rappeler? - "avoir peur de", mais respecter ce que l'on aime.
___________________________________________________________________

• Ps 27 (hébraïque) / 26 (LXX, Vulgate et liturgique), 1;7-9c;13-14.

Dieu s'engage totalement dans ce qu'il dit.
Dès lors, je suis sûr de voir la réalisation de sa promesse.
_______________

• Ps 27/26,1b;4ab;13-14

Profession de foi et prière:
Le Seigneur est la lumière qui resplendit dans les ténèbres, l'espérance de ceux qui marchent vers sa maison.

Remarques:
Sur le Ps 27:
Psaume de confiance.
Une prière d'appel au secours (vv.7-12) est encadrée par des paroles manifestant la confiance du psalmiste en Dieu (vv.1-6; vv.13-14).
Suscription: לדוד
1. Le préfixe prépositionnel "ל" a des sens variés:
- Il peut exprimer le but (comme LXX, lorsqu'elle le traduit par "Εἰς" + accusatif), l'attribution (comme LXX, lorsqu'elle le traduit par par le datif); ainsi, "לדוד" signifierait "pour David";
- quant à la Vulgate, elle choisit parfois "In" + accusatif; or c'est la tournure qu'utilisèrent plus tard les Pères de l'Eglise pour introduire leurs commentaires sur les Livres bibliques: "In Esaiam" par ex. (et non "De", qui introduirait un nom commun); on pourrait alors traduire par "sur", "au sujet de"; ce qui aurait peu de sens ici.
- Mais dans une tournure passive, il peut introduire le complément d'agent; la plupart des traducteurs, sous-entendant "écrit par", donne donc: "de" ("לדוד" signifierait alors "écrit par David" => "de David")
LXX choisit d'ailleurs ici le génitif (qui exprime la possession): Τοῦ Δαυιδ.
2. Remarque: Vulgate précise "David priusquam liniretur", "<De> David, avant qu'il reçoive l'onction".

Traduction et notes:

Verset 1.
לדוד יהוה אורי וישׁעי ממי אירא יהוה מעוז־חיי ממי אפחד׃
De David.
YHWH-l'Éternel est ma lumière et mon salut: de qui aurai-je peur? YHWH-l'Éternel est la force de ma vie: de qui aurai-je frayeur?
אורי-ma lumière:
La lumière évoque et symbolise la vie, le salut. Voir par ex. Ps 18,29; 36,10; Is 9,1; 49,6; 58,8; 59,9; Jr 16,16; Am 5,18-20.
Elle représente aussi le bien-être. Voir par ex. Ps 97,11; Jb 18,5-6; 22,8; 29,3; Pr 13,9; Lm 3,2.
YHWH est tout cela pour David (voir aussi Is 10,17; 60,1-3; Mi 7,8-9).

Verset 4.
אחת שׁאלתי מאת־יהוה אותה אבקשׁ שׁבתי בבית־יהוה כל־ימי חיי לחזות בנעם־יהוה ולבקרבהיכלו׃
J'ai demandé une chose à YHWH-l'Éternel, je la rechercherai: que j'habite dans la maison de YHWH-l'Éternel tous les jours de ma vie, pour voir la beauté de YHWH-l'Éternel et pour m'enquérir diligemment de lui dans son temple.
שׁבתי בבית־יהוה כל־ימי חיי-que j'habite dans la maison de YHWH tous les jours de ma vie:
Comp.  Ps 15,1;23,6;24,3.
חיי-ma vie:

Verset 7.
 שׁמע־יהוה קולי אקרא וחנני וענני׃
YHWH-Adonaï! écoute ma voix, je t'invoque:
Aie pitié de moi et exauce-moi!

Verset 8.
 לך אמר לבי בקשׁו פני את־פניך יהוה אבקשׁ׃
Mon coeur dit de ta part:
Cherchez ma face!
Je cherche ta face, ô YHWH-Adonaï!
את־פניך [...] אבקשׁ - Je cherche ta face: "La face" d'une personne la représente. "Chercher la face" de quelqu'un (en particulier de Dieu), c'est donc se tourner vers lui (page sur "la face de Dieu" en construction - voir Ps 24,6; 105,4); si Dieu "cache sa face" (v.9), c'est qu'il abandonne l'homme.

Verset 9.
 אל־תסתר פניך ממני אל־תט־באף עבדך עזרתי היית אל־תטשׁני ואל־תעזבני אלהי ישׁעי׃
Ne me cache point ta face,
Ne repousse pas avec colère ton serviteur!
Tu es mon secours, ne me laisse pas, ne m'abandonne pas,
Dieu de mon salut!

Verset 13.
  לולא האמנתי לראות בטוב־יהוה בארץ חיים׃ 
Si je n'avais pas eu la certitude que je verrais la bonté de YHWH-l'Éternel sur la terre des vivants...
Sous-entendre "... que serais-je devenu?"
בארץ חיים- sur la terre des vivants:
- Sur ארץla terre, voir cette page.
- Sur חי le vivant, la vie, voir cette page.
- "La terre des vivants" désigne la "terre" donnée par YHWH-l’Éternel aux croyants, à ceux qui (y) "vivent" selon les préceptes divins (voir par ex. Dt 5,32-33: "Vous prendrez donc garde à faire comme YHWH-l'Éternel, votre Dieu, vous a commandé; vous ne vous écarterez ni à droite ni à gauche. Vous marcherez dans tout le chemin que YHWH-l'Éternel, votre Dieu, vous a commandé, afin que vous viviez, et que vous prospériez, et que vous prolongiez vos jours dans le pays que vous posséderez".)
- Attention, donc, à ne pas commettre d'anachronisme dans l'interprétation de cette locution:
(1) "La terre des vivants" ne saurait s'interpréter par rapport à la Vie éternelle - puisque cette foi n'a commencer à se faire jour qu'au IIème s. av. JC. - soit pratiquement 2000 ans après la composition des Psaumes!
(2) Ce n'est donc qu'en lisant ce Psaume à la lumière de la Résurrection du Christ - mais en ayant bien conscience de ce "glissement" d'interprétation! - que cette locution peut prendre pour les chrétiens le sens de "la terre de ceux qui sont appelés à ressusciter".

Verset 14.
  קוה אל־יהוה חזק ויאמץ לבך וקוה אל־יהוה׃ 
Espère en YHWH-l'Éternel! Fortifie-toi et que ton cœur soit ferme! Espère en YHWH-l'Éternel!
Verset de construction spéculaire: voir en cliquant ici.
_________________________________________________________________


• Ps 29

• Sur les Psaumes, voir plus haut.
Sur ce psaume:
Ce psaume porte (v.1a) la suscription "מזמור לדוד".
1 - Le terme qui lui est appliqué: "מזמור mizmôr" (du verbe-racine זמר zâmar, "1.tailler (la vigne)" => 2."frapper avec les doigts" => 3."toucher les cordes d'un instrument de musique" => 4."jouer de la musique tout en chantant" => 5."célébrer avec musique et chant") désigne un chant de louange, un psaume (LXX traduit d'ailleurs "Ψαλμὸς", et Vulgate "Psalmus"); c'est en quelque sorte le terme hébreu "générique" pour désigner un psaume.
2 - Il est attribué à David: "לדוד".
LXX ajoute à cette suscription: "ἐξοδίου σκηνῆς" - ce qui destinait ce psaume à un usage liturgique lors de la "clôture de la fête des Cabanes", i.e. à la "sortie de סכת - Soukkot"(voir cette page), ce qui s'accorderait bien avec le sens général du psaume: on a fini l'engrangement, juste avant l'automne, saison des pluies attendues avec impatience (voire anxiété, comme c'est actuellement le cas dans toute la région - en cruel déficit d'eau et de neige); lors de cette fête, on priait pour demander la pluie: voir Za 14,16-19. 
Ce psaume célèbre la majesté d'YHWH qui se manifeste dans l'orage, formidable démonstration de force et de puissance: en particulier, dans sa partie centrale (vv.3-9), il assimile le tonnerre terrifiant à "la voix d'YHWH".
Ce psaume a peut-être une portée polémique contre le culte de Baal (comp. 68,5 et note à cette page), considéré par les Cananéens comme le dieu de l'orage.
La maîtrise des éléments qui se déchaînent dans l'orage - voire, autrefois, dans le Déluge - révèle qu'YHWH règne sur l'univers.
Ce psaume, très élaboré, repose sur de nombreuses répétitions de racines, synonymies et reprises de termes - et fourmille d'images poétiques.
Traduction et notes:

Verset 1.
  מזמור לדוד הבו ליהוה בני אלים הבו ליהוה כבוד ועז׃
Psaume de David.

Rendez à YHWH-l'Éternel,
fils de Dieu, 
Rendez à YHWH-l'Éternel gloire et puissance!

הבו
-
Rendez
: Le verbe-racine "
יהב
yâhab" exprime l'idée de "don"; en français, s'il est courant de dire que l'on "rend gloire" à quelqu'un, c'est-à-dire que l'on "célèbre" sa gloire, qu'on la chante, le verbe "rendre" avec tout autre COd signifie "redonner à qq'un qq ch qui lui a été préalablement retiré"... D'où la difficulté de rendre le verbe hébreu par la même verbe français dans les vv.1-2...
La Bible du Semeur tourne la difficulté en traduisant "Célébrez l'Éternel [...]
Célébrez l'Éternel
en proclamant sa gloire et sa puissance
[...] Oui, c
élébrez
la gloire du nom de
l'Éternel".

בני אלים
-
fils de Dieu
: Le mot hébreu "
אלים
" donne bien du mal aux traducteurs et aux exégètes...
En effet
(voir à cette page)
, s'il ne s'agit pas
du nom "
אלהים
- 'ĕlôhı̂ym - Elohim
" - c'est le pluriel du mot "
אל

'êl"; adjectif ou adjectif substantivé,
1.
il signifie
"puissant = fort" (on trouve donc ainsi, par ex., dans la trad. Darby française, "fils des forts");
אל
- 'êl
-
El"
= "le Tout-Puissant" (le pluriel ici employé aurait une valeur intensive); d'où les traductions les plus nombreuses... (et les plus logiques, étant donné le contexte liturgique de ce psaume tel qu'indiqué par la LXX): "vous, les fils de Dieu".
Verset 2.
  הבו ליהוה כבוד שׁמו השׁתחוו ליהוה בהדרת־קדשׁ׃
Rendez à YHWH-l'Éternel gloire pour son nom!
Prosternez-vous devant YHWH-l'Éternel avec des ornements sacrés!

כבוד שׁמו
-
gloire pour son nom
: Littéralement "gloire de son nom" => "célébrez la gloire de son nom" ou "rendez gloire <pour> son nom (voir  v.1); rappelons que le "nom" représente la personne (d'où l'importance de celui-ci, et les nombreux changements de noms dans la Bible, qui correspondent à un changement de vie ou de vocation), et que
השם HaShèm = "Le Nom"
est l'une des façons de parler de YHWH sans prononcer le tétragramme.

• 
בהדרת־קדשׁ
-
avec des ornements sacrés
:
"
הדרה
hădârâh" est l'équivalent féminin de "
הדר
hâdâr" (voir v.4; il est lui-même dérivé du verbe-racine "
הדר
hâdar"); cet adjectif, substantivé aux deux genres, désigne
tout ce qui est plein
de magnificence, splendeur, ornement, beauté, etc.

"קדשׁ qôdesh" s'applique à ce qui est "sacré", "saint", et peut avoir valeur d'abstraction: "sainteté".
La locution "
בהדרת־קדשׁ
" peut s'appliquer à YHWH => "dans la splendeur de sa sainteté", le pluriel "
הדרת
" ayant alors valeur emphatique
; ou aux fidèles => "avec des ornements sacrés".
Verset 3.
 קול יהוה על־המים אל־הכבוד הרעים יהוה על־מים רבים׃
La voix de YHWH-l'Éternel

קול יהוה
-
La voix de YHWH
: L'expression est employée sept fois, chiffre de la plénitude.
אל־הכבוד הרעים
-
Le Dieu de gloire fait tonner
:
Comp. 18,14; 68,34; Jb 37,2;40,9.
• 
מים רבים
-
les grandes eaux
: Litt., "les eaux abondantes".
Alors que terme "
המים
les eaux" désigne sans doute celles que les hommes connaissent bien et pensent comprendre (la Méditerranée, les fleuves et lacs, et même la pluie), la locution "
מים רבים
" désigne très vraisemblablement les eaux qu'ils ont davantage de mal à comprendre: "l'eau d'en dessus" (la pluie - qui en provient - arrivant sur le "disque terrestre" par des "fissures" de la "voûte du ciel", cachées par les nuages) et "l
'eau d'en dessous"; et peut-être même les pluies anormalement fortes, ainsi que la Méditerranée lorsqu'elle est déchaînée lors d'une tempête (d'où "
הרעים
" - le tonnerre) - mais qu'YHWH, lui, maîtrise. 
Verset 4.
 קול־יהוה בכח קול יהוה בהדר׃
La voix de YHWH-l'Éternel est puissante,
La voix de YHWH-l'Éternel est majestueuse.

Verset 5.
 קול יהוה שׁבר ארזים וישׁבר יהוה את־ארזי הלבנון׃
La voix de YHWH-l'Éternel brise les cèdres;
YHWH-l'Éternel brise les cèdres du Liban,

ארזי הלבנון
-
les cèdres du Liban
: Les cèdres du Liban étaient (et demeurent!) le symbole des arbres les plus majestueux et des plus robustes; leur bois a été utilisé (entre autres) pour l'édification des plus somptueux bâtiments de l'Égypte ancienne, et - cela est bien connu dans la Bible - dans la construction du Temple (voir à
Ci-contre: un cèdre de la réserve de Tannourine, dans le Mont-Liban ->

On notera d'ailleurs que le mot hébreu "ארז'erez - cèdre" vient du verbe-racine "ארז'âraz", signifiant "être fort".
Comp., par ex., en Is 2,13: "כל־ארזי הלבנון הרמים והנשׂאים" - "tous les cèdres du Liban, hauts et élevés".

Verset 6.
  וירקידם כמו־עגל לבנון ושׂרין כמו בן־ראמים׃
Il les fait bondir comme des veaux,
Et le Liban et le Siryon comme de jeunes buffles.

לבנון ושׂרין
-
le Liban et le Siryon
: Chaînes de montagnes.
Le mont-Liban (73 occurrences), long de 170km, est parallèle à la côte de l'actuel Liban; certains de ses sommets dépassent 3000m, et sont couverts de neiges éternelles (d'où le nom "
לבנון
lebânôn", "la <montagne> blanche").
"Siryon" ("
שׂרין
śiryôn"; 2 occurrrences) est le nom sidonien de l'Hermon (16 occurrences), partie la plus élevée (sommet à 2814m) de l'Anti-Liban, chaîne parallèle au mont-Liban à l'intérieur
de l'actuel Liban, dominant la plaine de la Beqaa, et servant de frontière est entre ce pays et l'actuelle Syrie; l'Hermon est situé au sud de l'Anti-Liban.
Ce v. signifie que les arbres les plus énormes, les plus hautes montagnes tremblent et vacillent comme de jeunes animaux lorsque YHWH donne de la voix.

Verset 7.
 קול־יהוה חצב להבות אשׁ׃
La voix de YHWH-l'Éternel
fait jaillir des flammes de feu.
להבות אשׁ
-
des flammes de feu
: Exergasia (= synonymes, ici coordonnés) pour désigner les éclairs.
Verset 8.
 קול יהוה יחיל מדבר יחיל יהוה מדבר קדשׁ׃
La voix de YHWH-l'Éternel fait trembler le désert;
YHWH-l'Éternelfait trembler le désert de Qadesh.

מדבר קדשׁ
-
le désert de Qadesh
: Deux (voire plusieurs) oasis différentes portent ce nom ("
קדשׁ
qâdêsh": "sanctuaire", "lieu interdit, tabou", "refuge") qu'elles ont donné aux territoires environnants; cependant, la proximité textuelle avec le Liban et l'Hermon peut faire penser qu'il s'agit ici
de "Qadesh au pays des Hittites", le "
תּחתּים חדשׁי
 
Verset 9.
 קול יהוה יחולל אילות ויחשׂף יערות ובהיכלו כלו אמר כבוד׃
La voix de YHWH-l'Éternel fait enfanter les biches,
Elle dépouille les forêts.
Et dans son palais tout s'écrie: Gloire!

יחולל אילות ויחשׂף יערות
-
fait enfanter les biches et
dépouille les forêts
: Faune ("biches") et flore ("forêts"), tout comme la nature inanimée (montagnes, v.6, et déserts, v.8) réagissent à la manifestation de la puissance divine.

בהיכלו
-
dans son palais
: Le mot "
היכל
hêykâl"
(sans doute dérivé de la racine primaire "
יכול ou יכל
 yâkôl", exprimant l'idée de "capacité") désigne un vaste bâtiment public; d'où les deux traductions que l'on trouve ici: "son palais" (Martin, L.Segond, BJ, Semeur par ex.) ou "son temple" (Darby française, Ostervald par ex.). Mais ici "
כלו
" - litt. "tout <ce qui est> à lui" - désigne la nature (voir note précédente) et non le peuple; on penchera donc plutôt vers la traduction "son palais" au sens de "demeure céleste" -
voir 2,4;3,5;11,4;113,5; Is 6,1;40,22 -
plutôt que vers "son temple" (qui fait davantage penser au Temple matériel).
Verset 10.
  יהוה למבול ישׁב וישׁב יהוה מלך לעולם׃
YHWH-l'Éternel trônait lors du Déluge;
YHWH-l'Éternel
trône
comme roi éternellement.

Le psalmiste réaffirme la souveraineté ("
ישׁב
yâshab - être assis"; "מלך
mélék - <comme, en tant que> roi" => "trôner") de YHWH sur tous les éléments: le Déluge
("
מבּוּל
mabboûl
Verset 11.
  יהוה עז לעמו יתן יהוה יברך את־עמו בשׁלום׃
YHWH-l'Éternel donnera force à son peuple;
YHWH-l'Éternel
bénira son peuple par la paix.


La puissance divine
________________________________________

• Ps 30 (hébraïque)/ 29 ( LXX, Vulgate et liturgique),3-6;12-13.

Sur ce psaume:
Prière de reconnaissance pour une délivrance de l'épreuve, une grave maladie semble-t-il (vv.2-4).
Ce psaume porte la suscription suivante:
מזמור שׁיר־חנכת הבית לדוד׃
Psaume. Cantique pour la dédicace de la maison. De David.
שׁירCantique: Comp. Ps 18; 45; 46; 48; 65 à 68.
- חנכת הבית - pour la dédicace de la maison: "De la maison", i.e. du Temple. La liturgie juive utilisera par la suite ce psaume pour la fête de 'Hanoukka qui célèbre la dédicace (ou reconsécration) de l'autel du Temple par Judas Macchabée après sa profanation par le roi Antiochos IV Épiphane, ainsi que pour Lag Ba Omère, la fête des Prémices (voir Dt 26,1-11).

Traduction et notes:

Verset 3.
יהוה אלהי שׁועתי אליך ותרפאני׃
YHWH, mon Dieu!
J'ai crié à toi, et tu m'as guéri.

Verset 4.
 יהוה העלית מן־שׁאול נפשׁי חייתני מיורדי־בור׃
YHWH,tu as fait remonter mon âme du séjour des morts,
Tu m'as fait revivre loin de ceux qui descendent dans la fosse.
מיורדי־בור- loin de ceux qui descendent dans la fosse: Comp. Ps 28,1; Ez 26,20.

Verset 5.
זמרו ליהוה חסידיו והודו לזכר קדשׁו׃
Chantez pour YHWH, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges sa sainteté!

Verset 6.
 כי רגע באפו חיים ברצונו בערב ילין בכי ולבקר רנה׃
Car sa colère dure un instant,
Mais sa grâce toute la vie;
Le soir arrivent les pleurs,
Et le matin l'allégresse.
Verset 12.
  הפכת מספדי למחול לי פתחת שׂקי ותאזרני שׂמחה׃
Et tu as changé mes lamentations en allégresse,
Tu as délié mon sac, et tu m'as ceint de joie,
מיורדי־בור - loin de ceux qui descendent dans la fosse: Le mot שׂק śaq désigne un tissu lâche et rugueux fait de poils de chèvre ou de chameau, utilisé pour fabriquer les sacs à grain et les vêtements de deuil. Comp. Gn 37,34; 1R 21,27; Ps 35,13.
Verset 13.
  למען יזמרך כבוד ולא ידם יהוה אלהי לעולם אודך׃
Afin que mon coeur te chante et ne soit pas muet.
YHWH, mon Dieu! je te louerai toujours.
__________________________________________________________________





Psaumes 31 à 60: page suivante
Psaumes 61 à 90: à cette page
Psaumes 91 à 120: à cette page
Psaumes 121 à 150: à cette page
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint