Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Sim'hat Torah

(Fête de la Torah)



--------
En Israël, Chémini Atséret et Sim'hat Torah se confondent en un seul jour.
En diaspora, cette fête de clôture s'étend sur deux jours : Chémini Atséret puis Sim'hat Torah (voir la raison de cette différence à cette page).
--------


- Chémini Atséret (le 22 Tichri) exprime l'allégresse de l'agriculteur au moment de l'engrangement, et la joie du croyant d'appartenir au peuple qui reçut la Torah.

- Sim'hat Torah (le 23 Tichri) clôture les fêtes d'automne; le cycle annuel de lecture de la תורה (voir à cette page) commence le Shabbat qui suit cette fête. A Sim'hat Torah, les fidèles dansent en farandoles joyeuses avec les rouleaux de la Torah.

C'est la fête de clôture à la fois
- des solennités du mois de Tichri,
- des fêtes de pèlerinage
- du cycle agricole. 
--------

Sources bibliques

שבעת ימים תקריבו אשה ליהוה ביום השמיני מקרא־קדש יהיה לכם והקרבתם אשה ליהוה עצרת הוא כל־מלאכת עבדה לא תעשו׃
« Pendant sept jours vous offrirez un mets à YHWH. Le huitième jour il y aura pour vous une sainte assemblée, vous offrirez un mets à YHWH. C'est jour de réunion, vous ne ferez aucune œuvre servile. »
(Lv 23,36 - Vayikra XXIII, 36)

ביום השמיני עצרת תהיה לכם כל־מלאכת עבדה לא תעשו׃
והקרבתם עלה אשה ריח ניחח ליהוה [...]׃
« Le huitième jour, vous aurez une réunion. Vous ne ferez aucune œuvre servile.Vous offrirez un holocauste, mets consumé en parfum d'apaisement pour YHWH [...] »
(Nb 29,35-36 - Bamidbar XXIX)

--------

Sens

« Chemini Atséret est une fête en elle-même (en diaspora, le second jour se nomme Sim'hat Torah), c'est pourquoi on ne prend pas son repas dans la soukkah et on n'agite pas le loulav. Cette fête est comparée au dernier repas qu'un roi offre à son fils qui déclare : Mes enfants, il m'est difficile de me séparer de vous, restez encore un jour. »
(D'après Rachi sur Vayikra)
« Rabbi Lévi enseigne :
Le Saint, béni soit-Il voulut offrir pour chaque mois d'été, une fête à
Israël :
En Nissan : Pessah, en Iyar : le second Pessah (pour celui qui n'aurait pu faire le premier), en Sivan : Chavouot.
Quand les enfants d'Israël commirent la faute du veau d'or, Il annula les mois de Tamouz, Av, Eloul.
Quand arriva Tichri, Israël se repentit, alors  le Saint, béni soit-Il, offrit trois fêtes : Roch HaChana pour compenser Tamouz, Kippour pour compenser Av et Soukkot pour compenser Eloul.
Il manquait une fête pour Tichri, Il donna Chemini Atséret. »
(D'après Pessikta de rav Kahana)
--------

Dinim - Lois pratiques

1 - Dans la Amida, on intercale la formule "béyom chemini hag atséreth azé". Si l'on a dit "béyom hag assoucoth azé", tant que l'on est dans la amida on reprendra à "ata béhartanou", sinon on recommencera.
(Resp. Yabia omer IV, 51. Resp Tsits Eliezer)
 
2 - Le soir de Sim'hat Torah (le deuxième jour de yom tov), on tournera 7 fois autour de l'arche rabbinique, en dansant et chantant avec les sifré Torah, sans tomber dans la légèreté.
(Ben ich Haï Vézot habérakha 18. Kaf hahaïm 639. 23)
 
3 - A cha'harit de Sim'hat Torah, on sortira trois sifré Torah.
Dans le premier on lira la Paracha "vézoth habérakha", en faisant monter le maximum de fidèles.
Celui qui clôture la Torah se nomme "hatan Torah, fiancé de la Torah". Dans le deuxième séfer, on lira le début de la Paracha "béréchit", celui qui aura l'honneur de cette montée est appelé "hatan béréchit, fiancé de béréchit".
Dans le troisième séfer, on lira le sacrifice du jour.
(Kaf hahaïm ibid. 2. Resp. Tsits Eliezer XVI, 8)

4 - En général, nous ne récitons pas de kaddish et nous ne nous interrompons pas entre le premier et le second séfer, pour montrer notre désir de recommencer la Torah.
(Resp. Yabia omer IV, 22)
__________________________________________________________________

On trouvera à cette page quelques précisions sur le ספר תורה-Sefer Tora' - et sur sa lecture publique à la synagogue.
__________________________________________________________________


Déroulement

Le 21 Tichri, 7ème jour de Souccot, 5ème jour de 'Hol Hamoed, le jour avant Chemini Atséret :

Cliquez ici  pour plus d'information sur cette journée. Ce qui suit sont les informations pertinentes seulement pour la préparation de Chemini Atséret.

Dans certaines communautés, il est de coutume que ceux qui vont réciter Yizkorner néchama le lendemain matin (c'est-à-dire toutes les personnes ayant perdu au moins un de leurs parents) allument une bougie de 24 heures avant le début de la fête.

Les femmes, les jeunes filles et les petites filles allument les bougies – de préférence dans la souccah – pour accueillir la fête. 
Office du soir, suivi – dans de nombreuses communautés – par les hakafot : chants et danse débordant de joie avec les rouleaux de la Torah.
Après les prières et les hakafot, on prend un repas de fête dans la souccah (ce soir et la journée du lendemain, aucune bénédiction n'est récitée sur la résidence dans la souccah).

Le 22 Tichri, Chemini Atséret:
Office du matin. Le Hallel entier est récité.
Deux rouleaux de la Torah sont extraits de l'arche.
Lecture de la Torah : Deutéronome 14, 22-16,17 et Nombres 29, 35-39.
Haftarah : 1Rois 8, 54-66.
Yizkor est récité par ceux ayant perdu l'un ou les deux parents.
Avant le début de la amidah de Moussaf, le gabay (dans la tradition ashkénaze) annonce "Machiv haroua'h oumorid haguéchem" ("Il fait souffler le vent et tomber la pluie"). A partir de cette prière jusqu'au premier jour de Pessa'h, ces mots sont insérés dans la seconde bénédiction de la amidah. Les premiers paragraphes de la répétition du Moussaf contiennent une prière spéciale, la Tefilat-HaGuéshem ("Prière pour la Pluie"), implorant YHWH d'accorder une pluie bénéfique, et lançant officiellement la saison méditerranéenne des pluies.
Les Cohanim bénissent l'assemblée au cours de la prière de Moussaf.
Repas de fête dans la souccah: un moment avant le coucher du soleil, il est de coutume de se rendre dans la souccah, d'y manger quelque chose, et de "faire ses adieux" à la sainteté de la souccah.
Après la tombée de la nuit, les femmes, les jeunes filles et les petites filles allument les bougies – à la maison – pour Sim'hat Torah en utilisant une flamme existante. 
Office du soir, suivi par les hakafot : chants et danse débordant de joie avec les rouleaux de la Torah.
Après les prières et les hakafot, on prend un repas de fête (rappel: on ne mange plus dans la souccah).

Le 23 Tichri, Sim'hat Torah:
Office du matin. Les Cohanim bénissent l'assemblée au cours de la prière de Cha'harit (la première prière du matin). Le Hallel entier est récité, suivi par les hakafot.
Trois rouleaux de la Torah sont extraits de l'arche. Chacun, y compris les enfants, reçoit une aliyah.
Lecture de la Torah : Deutéronome 33, 1-34, 12 ; Genèse 1, 1-2, 3 et Nombres 29, 35-39.
Haftarah : Josué 1, 1-18.
Repas de fête.
Le 24 Tichri, Shabbat Berechit (voir aussi cette page et celle-ci)-Shabbat Mevarkhim:
Office du matin: prières normales du Shabbat.
Lecture de la Torah : Genèse 1, 1–6, 8.
Haftarah : Isaïe 42, 5-21.
Repas de Chabbat.
Après la tombée de la nuit, on récite la Havdalah.

__________________________________________________________________




Assistant de création de site fourni par  Vistaprint