Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


Le 1er janvier:



Sainte Marie, Mère
de Dieu




Introduction

"Mère de Dieu": c'est le titre que les Églises d'Orient et d'Occident, unanimes, donnent à Marie, quand elles en font mémoire - dans la Prière eucharistique et dans les célébrations de la Nativité du Seigneur - ou encore quand elles s'adressent à elle en faisant appel à son intercession ("Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous...").
On ne saurait en effet la nommer autrement, puisque Jésus, son enfant, est le Fils du Très-Haut.

 
Historique

Le peuple chrétien l'a compris bien avant que le concile œcuménique réuni à Éphèse, en 431, le déclare solennellement - à l'encontre de ceux qui, avec Nestorius, refusaient une telle appellation: la proclamation du Magistère souleva dans cette ville une liesse populaire indescriptible!

À Rome, le pape Sixte III (432-440) fit restaurer sans tarder, après le concile d'Éphèse, l'antique basilique qui s'élevait depuis le IVème siècle sur l'Esquilin, et la consacra à la Vierge Marie. Aujourd'hui encore, on l'appelle "Sainte-Marie Majeure", parce qu'elle a été en Occident la première des églises dédiées à la Mère de Dieu.

Le couronnement de la Vierge ->
(mosaïque par Torriti, abside de Sainte-Marie-Majeure) - détail ci-dessus.

De cette époque date l'essor de la dévotion mariale, solidement fondée sur la foi en Jésus, Christ, Fils de Dieu.

En Orient, Marie est couramment appelée "Théotokos" (= Mère de Dieu en grec) dans le monde orthodoxe - et l'hymne acathiste dit ses louanges.


Sens théologique

Parce qu'elle a mis au monde Celui qui s'est fait notre frère, la Vierge Marie est notre Mère.
La manière dont l'"humble servante du Seigneur", "bénie entre toutes les femmes", a correspondu, dans la foi et l'humilité à sa vocation sans pareille, fait d'elle la Mère de l'Église, et le modèle de tout disciple fidèle à écouter la Parole et à la mettre en pratique.
Parce qu'en elle la grâce s'est déployée sans rencontrer le moindre obstacle, elle est la "Reine de tous les saints".
Intimement associée à l'œuvre de la rédemption accomplie par son Fils, elle prie auprès de nous pour nous, "pauvres pécheurs", "maintenant et à l'heure de notre mort".

L'octave de la Nativité du Seigneur est aussi, dans nos pays (qui suivent le calendrier grégorien, entré en vigueur le 15 octobre 1582), le premier jour de l'année nouvelle: que sera-t-elle pour chacun d'entre nous... et pour le monde? Nul ne saurait le dire au moment de l'échange des vœux. Une seule chose est certaine: nous pouvons compter sur la grâce quotidienne de Dieu, et sur l'intercession de Marie!

Mère de Dieu - avant 1667 - attr. Yûsuf Al-Musawwir (coll. Georges Antaki).
Marie figure dans l'attitude de la Vierge du Signe, dite "plus vaste que les cieux".
Elle porte en son sein le Christ Enfant
entouré d'un grand médaillon bleu figurant les sphères célestes.
Deux anges affrontés, représentés à une échelle réduite,
occupent les deux angles supérieurs de l'icône.
Cette représentation fait écho au chant liturgique célébrant
Marie "supérieure aux chérubins et aux séraphins, plus spacieuse que le ciel et la terre", recevant en son sein "Celui que les immensités célestes ne peuvent contenir".


 Les Textes de la Messe

• Première Lecture:

• Nb 6,22-27

En ce premier jour de l'année grégorienne, la liturgie appelle la protection du Seigneur, en empruntant une antique bénédiction rituelle.

Remarques.

Versets 24-26:
Cette bénédiction, particulièrement riche quant à son contenu, est également très élaborée:
- elle est de structure tripartite;
- chacune de ses parties contient le nom de YHWH et deux éléments de bénédiction;
- ces trois parties sont de longueur croissante, comme on le verra plus bas: le v.24 comporte trois mots, le v.25 cinq mots, le v.26 sept mots.
Elle était sans doute prononcée chaque matin, à l'issue de la prière.
L'emploi de la 2ème personne du singulier pour désigner le peuple juif appartient au style liturgique traditionnel.

Verset 24:
יברכך יהוה וישׁמרך׃
Que YHWH te bénisse, et qu'il te garde!

Verset 25:
יאר יהוה פניו אליך ויחנך׃
Que YHWH fasse luire sa face sur toi, et qu'il t'accorde sa grâce!
יאר יהוה פניו אליך - Que YHWH fasse luire sa face sur toi: l'expression "faire luire la face sur quelqu'un" exprime l'approbation de YHWH (Ps 4,7; 31,17; 80,4) - Page sur "La face de Dieu" en préparation.

Verset 26:
ישׂא יהוה פניו אליך וישׂם לך שׁלום׃
Que YHWH tourne sa face vers toi, et qu'il te donne la paix!
ישׂא יהוה פניו אליך - Que YHWH tourne sa face vers toi: "tourner la face vers quelqu'un" exprime la bienveillance, la sollicitude.
שׁלום - la paix: le terme a un sens bien plus étendu qu'en français: ce n'est pas seulement l'absence de conflits, mais c'est aussi la prospérité, le bonheur (c'est pourquoi ce mot est, aujourd'hui encore, une salutation).

Verset 27:
 ושׂמו את־שׁמי על־בני ישׂראל ואני אברכם׃ 
C'est ainsi qu'ils mettront mon nom sur les enfants d'Israël, et je les bénirai.
שׂמו את־שׁמי על־בני ישׂראל - ils mettront mon nom sur les enfants d'Israël: "apposer le Nom" signifie invoquer, demander la bénédiction de YHWH; comme on l'a vu, le Nom est invoqué trois fois dans cette bénédiction.



• Psaume :  

• Ps 67 (hébraïque)/ 66  ( LXX, Vulgate et liturgique), 2b-3;5;7;8b, antienne: 2a.

L'assemblée des croyants s'incline sous la bénédiction de Dieu, dans un geste d'adoration, de foi et de confiance.

Remarques.

Ce psaume (comme les Ps 65-68) est un psaume de reconnaissance du peuple envers YHWH pour ses nombreux bienfaits.
Il est anonyme (comme le Ps 66-68).
Il constituait peut-être une prière liturgique chantée par tout le peuple à la fin d'une cérémonie religieuse; il fait en effet écho à la bénédiction d'Aaron en Nb 6,23-26 (voir ci-dessus).

Traduction intégrale et remarques:

Verset 1:
למנצח בנגינת מזמור שׁיר׃
Au chef des chantres. Avec instruments à cordes. Psaume. Chant.

Verset 2:
אלהים יחננו ויברכנו יאר פניו אתנו סלה׃ 
Que Dieu ait pitié de nous et qu'il nous bénisse,
Qu'il fasse luire sur nous sa face. סלה sélah-Pause.
יאר פניו אתנוQu'il fasse luire sur nous sa face: reprise partielle de la bénédiction d'Aaron (Nb 6,25); voir Ps 4,7; 31,17.
אלהים - Dieu: le nom de l'Alliance, יהוה YHWH-Adonaï, est ici remplacé par le nom "générique" אלהים Elohim (sur les noms de Dieu, voir en cliquant ici; et cette page), peut-être parce que ce groupe de psaumes a une perspective universelle (voir Ps 65,3).

Verset 3:
לדעת בארץ דרכך בכל־גוים ישׁועתך׃
Afin que l'on connaisse sur la terre ta voie,
Et parmi toutes les nations ton salut!

Verset 4:
יודוך עמים אלהים יודוך עמים כלם׃
Les peuples te louent, ô Dieu!
Tous les peuples te louent.

Verset 5:
 ישׂמחו וירננו לאמים כי־תשׁפט עמים מישׁור ולאמים בארץ תנחם סלה׃
Les nations se réjouissent et sont dans l'allégresse;
Car tu juges les peuples avec droiture,
Et tu conduis les nations sur la terre. סלה sélah-Pause.

Verset 6:
יודוך עמים אלהים יודוך עמים כלם׃
Les peuples te louent, ô Dieu!
Tous les peuples te louent.

Verset 7:
ארץ נתנה יבולה יברכנו אלהים אלהינו׃
La terre donne ses produits; Dieu, notre Dieu, nous bénit.
ארץ נתנה יבולה - La terre donne ses produits: la récolte abondante est le fruit de la bénédiction divine (voir Ps 65,10-14).

Verset 8:
 יברכנו אלהים וייראו אתו כל־אפסי־ארץ׃
Dieu nous bénit, Et toutes les extrémités de la terre le craignent.


• Deuxième Lecture :  

• Ga 4,4-7

Une ère nouvelle: le Fils de Dieu s'est fait homme pour élever les hommes à la dignité de fils de Dieu. L'esprit qui a couvert Marie de son ombre en témoigne dans nos cœurs.

Traduction intégrale et remarques:

Verset 4:
ὅτε δὲ ἦλθεν τὸ πλήρωμα τοῦ χρόνου, ἐξαπέστειλεν ὁ Θεὸς τὸν υἱὸν αὐτοῦ, γενόμενον ἐκ γυναικός, γενόμενον ὑπὸ νόμον,
Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né
ὅτε[...]̀ ἦλθεντὸ πλήρωμα τοῦ χρόνου - lorsque les temps ont été accomplis: littéralement: "lorsque la totalité du temps est venue"; voir Ga 4,2 et Mc 1,15. Tout le Premier Testament pointe vers ce moment (voir Ga 3,16): allusion en particulier à Gn 17, qui développe les promesses divines liées à l'Alliance d'YHWH avec Abraham: possession de la terre de Canaan (v.8), importance numérique de la postérité d'Abraham (v.6) incluant "une multitude de peuples" (vv.4-6), et permanence de l'Alliance (v.7). C'est par le don de l'Esprit à tous ceux qui croient que débute l'accomplissement de ces promesses (voir Ga 3,14;29; et, ci-après, Ga 4,6-7) dans l'attente de la nouvelle terre (cf. Rm 4,13), préfigurée par le pays de Canaan.
ἐξαπέστειλεν ὁ Θεὸς τὸν υἱὸν αὐτοῦ - Dieu a envoyé son Fils: voir v.6 et remarque.

Verset 5:
ἵνα τοὺς ὑπὸ νόμον ἐξαγοράσῃ, ἵνα τὴν υἱοθεσίαν ἀπολάβωμεν.
afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.
ἐξαγοράσῃ- qu'il rachetât: littéralement, "ἐξαγοράζωexagoradzô - payer pour libérer"; même verbe qu'en Ga 3,13.
τὴν υἱοθεσίαν- l'adoption: ce que le Fil est de droit, le croyant le devient par adoption (vv.6-7; voir aussi Jn 17,21-26).

Verset 6:
῞Οτι δέ ἐστε υἱοί, ἐξαπέστειλεν ὁ Θεὸς τὸ Πνεῦμα τοῦ υἱοῦ αὐτοῦ εἰς τὰς καρδίας ἡμῶν, κρᾶζον· ἀββᾶ ὁ πατήρ.
Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père!
ἐστε - vous êtes: "vous" = les pagano-chrétiens (chrétiens non-Juifs d'origine) de Galatie (vv.6-10); opposés à v.3: "καὶ ἡμεῖς - Nous aussi" = les judéo-chrétiens (chrétiens d'origine juive, comme Paul) - voir page "Juifs et Goïm chez saint Paul".
• ἐξαπέστειλε - a envoyé: après la "mission" (au sens étymologique: "envoi") du Fils au v.4, Paul souligne celle de l'Esprit.
ἀββᾶ- Abba: mot araméen, signifiant "cher père"; diminutif de "אב (hébreu 'âb, araméen 'ab) - père". Voir Rm 8,15.

Verset 7:
ὥστε οὐκέτι εἶ δοῦλος, ἀλλὰ υἱὸς· εἰ δὲ υἱὸς, καὶ κληρονόμος Θεοῦ διὰ Χριστοῦ.
Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.
κληρονόμος- héritier: du Royaume de Dieu (cf. Ga 5,21).

 
• Evangile :  

• Lc 2,16-21

Silencieuse près de Joseph le Juste, marie se tient en retrait dans l'étable où elle a mis au monde le Sauveur. C'est sur lui seul que doit se concentrer l'attention de tous, pour lui qu'il faut glorifier et louer Dieu. Telle est toujours Marie dans l'Eglise: intensément présente, mais effacée aux côtés de Jésus, dont le nom signifie "Dieu sauve".

Remarques:

Voir à cette page, sur Lc 2,16-20.

Verset 21:
ἡμέραι ὀκτὼ -Le huitième jour: voir Lc 1,59; prescription de Lv 12,3: 
 וביום השׁמיני ימול בשׂר ערלתו׃
"Le huitième jour, l'enfant sera circoncis". (page sur la circoncision en préparation).

Méditation 

Prière d’introduction:
Seigneur Jésus, mon Sauveur et mon ami, ouvre mon cœur pour que j’entende ta parole et que je découvre toutes les richesses que tu as préparées pour moi en me donnant l’exemple de ta Mère ! Je crois en ton Incarnation, j’espère en son pouvoir pour me transformer, et je veux t’aimer de plus en plus en retour pour tout ce que tu as fait pour moi !

Demande:
Aide- moi, Seigneur, à apprécier et à imiter les vertus de la Vierge Marie.

Points de réflexion:

1. La servante du Seigneur.
Le nom de Marie n’apparaît que deux fois en ce texte. L’évangéliste ne décrit qu’une seule fois ce qu’elle faisait. Ce n’est pas fortuit. Elle est présente dans toutes ces scènes, mais elle ne veut pas être le centre de l’attention. Toute mère d’un nouveau-né a tout son amour et son attention concentrés sur son enfant; c’est encore plus vrai pour Marie.
Elle sait que son Fils est venu dans le monde pour sauver le monde, alors qu’elle est seulement "la servante du Seigneur".
Elle sait que sa mission est d’offrir son Fils à l’humanité et de nous guider jusqu’à lui. C’est bien ce qu’elle fait ici : elle soulève le bébé Jésus pour qu’il soit adoré par les bergers, alors qu’elle reste en retrait. Sa plus grande réalisation en tant que mère est de voir son Fils reconnu et aimé.
Pour comprendre le Christ et Noël, allons à Marie et contemplons-les sous ses conseils spirituels.

2.Marie, la contemplative.
Marie ne s’est pas contentée de faire son devoir et de s’occuper des aspects pratiques pour son enfant, le Fils de Dieu fait homme. Elle a assimilé tous les événements qui avaient trait à sa conception, à naissance, et à sa vie. Elle a cherché à découvrir la signification et le but divins derrière chaque joie et chaque épreuve, chaque parole et chaque geste. Elle "gardait toutes ces choses, les méditant en son cœur" (Lc 2,19) dans une perspective de foi.
Efforçons-nous d’avoir cette attitude à Noël.
Ne nous laissons pas envahir par le mercantilisme commercial ou distraire par les festivités puis arriver au Nouvel An comme si rien ne s’était passé.
Contemplons plutôt le mystère de la naissance du Christ tout au long la saison de Noël, jusqu’à la fête de l’Epiphanie. Marie a pu réaliser fidèlement la volonté de Dieu parce qu’elle a contemplé les mystères de Dieu dans la prière.

3. Heureux ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique.
Marie et Joseph cherchaient consciencieusement à répondre à la volonté de Dieu. Quand l’ange dit à Marie qu’elle concevrait, elle l’a cru et elle l’a accepté.
Quand un ange a dit à Joseph de partir pour l’Égypte, il est parti.
Ils faisaient aussi très attention de respecter la loi juive. Ils ont fait des pèlerinages à Jérusalem pour les fêtes annuelles. Ils ont offert les sacrifices prescrits.
Ici nous voyons les deux aspects de la vigilance de Marie et de Joseph combinée: ils ont réalisé la circoncision de Jésus selon la Loi, et ils lui ont donné le nom prescrit par l’ange Gabriel.
Marie entend, elle croit, et elle accomplit la volonté de Dieu en tout - l’ordinaire et l’extraordinaire. Grâce à sa fidélité, Jésus a été préparé pour sa mission.
Si nous suivons son exemple, nous aussi nous serons bénis.

Dialogue avec le Christ:
Jésus-Christ, merci de nous donner ta Mère Marie pour être notre mère.
Son exemple m’enseigne comment te suivre.
Savoir que j’ai son exemple et ses prières pour me guider me donne plus de confiance.
Aide-moi à réaliser tout ce que tu attends de moi.
Apprends-moi à être un véritable enfant de Marie!

Résolution:
J’examinerai chaque soir ma vie pour voir si, comme Marie, je cherche la volonté de Dieu en toutes choses.


Pour prolonger la méditation 
 
De Jean-Paul II - Homélie du 1er janvier 2002 (trad. © Libreria Editrice Vaticana)
Mère de Dieu, Mère du Prince de la Paix
      « Ave, Mère sainte : tu as donné le jour au Roi qui gouverne le ciel et la terre pour les siècles des siècles » (cf. antienne d'ouverture). Avec cet antique salut, l'Eglise s'adresse aujourd'hui, huitième jour après Noël et premier jour de l'année, à la très sainte Vierge Marie, en l'invoquant en tant que Mère de Dieu. Le Fils éternel du Père a pris en elle notre chair et, à travers elle, il et devenu « le fils de David et le fils d'Abraham » (Mt 1,1). Marie est donc sa mère véritable : la Theotokos, la Mère de Dieu ! Si Jésus est la Vie, Marie est la Mère de la Vie. Si Jésus est l'Espérance, Marie est la Mère de l'Espérance. Si Jésus est la Paix, Marie est la Mère de la Paix, Mère du Prince de la Paix. En entrant dans la nouvelle année, nous demandons à cette Mère sainte de nous bénir. Demandons-lui de nous donner Jésus, notre pleine bénédiction, dans lequel le Père a béni l'histoire une fois pour toutes, en la faisant devenir une histoire de salut [...] L'Enfant né à Bethléem est la Parole éternelle du Père faite chair pour notre salut, il est « Dieu avec nous », qui apporte avec lui le secret de la paix véritable. Il est le Prince de la Paix (Is 7,14; 9,5)...
      « Ave, Mère sainte ! » [...] L'enfant que tu serres contre ta poitrine porte un nom cher aux peuples de religion biblique : « Jésus », qui signifie « Dieu sauve ». C'est ainsi que l'appela l'archange avant qu'il ne soit conçu dans ton sein (Lc 2,21). Sur le visage du Messie nouveau-né, nous reconnaissons le visage de chacun de tes enfants outragés et exploités. Nous reconnaissons en particulier le visage des enfants, quelle que soit la race, le pays et la culture à laquelle ils appartiennent. Pour eux, ô Marie, pour leur avenir, nous te demandons d'émouvoir les cœurs endurcis par la haine, afin qu'ils s'ouvrent à l'amour et que la vengeance cède finalement la place au pardon. Ô Mère, obtiens pour nous que la vérité de cette affirmation -- il n'y a pas de paix sans justice, il n'y a pas de justice sans pardon -- s'imprime dans le cœur de tous. La famille humaine pourra ainsi retrouver la paix véritable, qui naît de la rencontre entre la justice et la miséricorde. Mère sainte, Mère du Prince de la Paix, aide-nous ! Mère de l'humanité et Reine de la Paix, prie pour nous !

_______________________________________________________________________

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint