Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven
 
Sur le Temps du Carême, voir cette page.
 
Sur le Carême des années A, voir cette page.
 
Sur le dimanche des Rameaux et de la Passion, voir cette page.
 
 
17 avril  2010
 
Dimanche
des Rameaux et de la Passion 
(années A)
 
(Commentaire des icônes à cette page)
 
L'Entrée à Jérusalem - La Crucifixion
Détail de l'icône "Les Douze Grandes Fêtes" - calendrier tétraptyque - Mont Sinaï, Monastère Sainte-Catherine, Égypte.
 
1.Procession des Rameaux:
Evangile - Mt 21,1-11
 
2.Messe de la Passion:
Première Lecture - Is 50,4-7
Psaume - Ps 22/21,8-9;17-18a;19-20;25c-26;27b - antienne:2
Deuxième Lecture - Ph 2,6-11
Evangile - Mt 26,14 - 27,66 (Lecture brève: 27,11-54)
 
Détail du "Symbole de la Foi" - (Musée Kolomienskoïe, Moscou)
Partie gauche, de gauche à droite et de haut en bas: La trahison de Judas; Jésus comparaît devant Pilate; La royauté de Jésus tournée en dérision; La montée au Calvaire.
Partie droite: La Crucifixion.
 
___________________________________________________________________________
 
Les Textes  
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
• Procession des Rameaux:
 
• Mt 21,1-11.
Les chants et les comportements des pèlerins venus à Jérusalem pour la Pâque témoignent de leur espérance messianique (Ps 118,25-26).Entouré de cette foule enthousiaste, Jésus s'avance en silence."Fils de David", messager de paix, roi doux et humble de coeur, il vient, "au nom du Seigneur", "pour accomplir la parole transmise par le prophète" (Za 9,9).Son entrée dans la Ville sainte annonce son intronisation glorieuse dans la Jérusalem des derniers temps, où tout ensemble fera corps (Is 62,1; Ap 7,9).Ceux qui aujourd'hui le suivent sur la voie de sa Pâque entreront avec lui dans la seule gloire qui n'est pas éphémère - celle qui vient du Père, et non des hommes.   
<- L'entrée à Jérusalem - XIXème siècle, École de Jérusalem - Église Saint-Siméon, Zabbougha, Liban.
 
 
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
• Messe de la Passion:
 
La Crucifixion - fin du XIIIème siècle, Mont Sinaï / Saint-Jean d'Acre / Chypre / Crète -
Monastère Sainte-Catherine, Mont Sinaï, Égypte.
 
• Première Lecture :  
 
• Is 50,4-7.
 
Le mystérieux "Serviteur de Dieu" entrevu par Isaïe (Is 42,1-8; 49,1-6; 50,4-9; 52,13 - 53,12) s'arrête un instant pour jeter un regard sur sa mission et la manière dont il l'a accomplie. Malgré les persécutions, il est resté fidèle à la Parole de Dieu, entendue jour après jour. Parce qu'à travers tout il a gardé une confiance totale en Dieu, rien n'a entamé sa fermeté d'âme et sa sérénité profonde.
En lui, la tradition chrétienne a vu, depuis les temps apostoliques (Ac 8,26-34), une annonce du Christ.
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
• Psaume :  
 
• Ps 22 (hébraïque) /  21  ( LXX, Vulgate et liturgique), 8-9;17-18a;19-20;25c-26;27b - antienne:2.
 
Au plus profond de son désarroi, le Juste garde la force de lever les yeux vers Dieu, son espérance; et, dans la nuit angoissante de sa foi, il perçoit la réponse à sa prière: déjà, l'action de grâce monte de son cœur!
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
• Deuxième Lecture :  
 
• Ph 2,6-11.
 
D'abaissement en abaissement jusqu'à la mort ignominieuse sur la croix, tel est l'itinéraire pascal du Christ, auquel Dieu "a conféré le Nom qui surpasse tous les noms".
C'est par une obéissance semblable - opposée à la désobéissance d'Adam - que nous aurons part à la gloire de Jésus, Christ et Seigneur.
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
• Evangile :  
 
• Mt 26,14 - 27,66.
 
L'Évangile de la Passion selon saint Matthieu a des résonances liturgiques: ce qui est advenu ces jours-là
- accomplit les Écritures,
- éclaire la véritable identité de Jésus,
- annonce ce qui s'accomplira pour tous ceux qui le suivent, et leur en donne le gage.
Lue à la lumière de la Parole de Dieu, la Passion révèle que Jésus est le Fils de l'homme qui siège à la droite du Très-Haut. A la fin des temps, il rassemblera toutes les nations pour le jugement.  
 
Saint Matthieu a écrit son évangile à une époque de grave affrontement entre la Synagogue et la jeune Église persécutée. De là, comme presque toujours en de semblables circonstances, un évident manque de nuances qui porte à rendre tout le peuple de ce qui s'est passé.
Les relations entre Juifs et Chrétiens en ont été, pendant des siècles, tragiquement affectées.
Aujourd'hui on doit, comme l'a fait le concile Vatican II - et tout récemment encore le pape Benoît XVI - porter un autre regard sur le peuple auquel appartenait Jésus.
 
C'est dans la foi qu'il faut lire l'Évangile: non pour juger et condamner qui que ce soit en croyant se justifier soi-même, mais, au contraire, pour prendre conscience de sa propre responsabilité.
Chacun doit se situer par rapport au Fils de l'homme, car l'étape ultime de l'histoire du Salut a commencé le jour où le Christ est mort en croix: résurrection de saints et phénomènes cosmiques mentionnés par l'évangéliste renvoient aux événements de la fin des temps. Alors aura lieu le jugement qui n'appartient qu'à Dieu.
Van der Weyden - Le jugement dernier (1446-52) - Musée de l'Hôtel Dieu, Beaune
 
Ni gardes, ni scellés, rien ne peut tenir en échec la puissance divine: elle a ressuscité Jésus, elle rendra la vie à nos pauvres corps mortels.
Celui qu'ont vu mourir les "femmes qui avaient suivi
____________________________________________________________________________
 
Méditation et prolongements
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
- On méditera avec fruit les icônes présentées à cette page.
 
- De Saint Bède le Vénérable (v. 673-735), moine, docteur de l'Église, Sermon n°23 
 
      Vers l'Agneau de Dieu monte l'hosanna du peuple : tous ceux qui le pressent dans la foule le louent dans une seule et même confession de foi : « Hosanna au fils de David ! » (Mt 21,9) Dans cette louange résonne déjà le chœur des saints qui chante : « Le salut est donné par notre Dieu qui est assis sur le trône et par l'Agneau ! » (Ap 7,10) Il monte là où tous les jours il va donner son dernier enseignement (Lc 20,47). C'est là qu'il va consommer le sacrement de la Pâque juive, observée fidèlement jusque là. Lui-même il va donner la Pâque nouvelle aux siens quand, sorti au Mont des Oliviers, il va être mis à l'épreuve par ses ennemis et mis en croix le lendemain. Tel l'agneau pascal, le voilà aujourd'hui qui aborde le lieu de sa Passion et accomplit la prophétie d'Isaïe : « Comme une brebis, le voilà conduit à l'abattoir, comme un agneau qui se tait devant celui qui le tond » (Is 53,7).
      Cinq jours avant sa Passion, il veut arriver en sa ville ; il prouve par là qu'il est bien l'agneau immaculé qui vient enlever le péché du monde (Jn 1,29) ; il est bien l'agneau pascal qui, immolé, libère le nouvel Israël de son esclavage d'Égypte (Ex 12) ; c'est bien cinq jours avant sa Passion, que ses ennemis décident sa mort de façon irréductible. Aujourd'hui, il nous signifie par là qu'il va nous racheter tous par son sang (Ap 5,9) ; dès aujourd'hui, dans la joie jubilante d'un peuple qui l'entoure et qui l'acclame, il entre dans le Temple de Dieu (Mt 21,12).
Le « médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ » (1Tm 2,5) va souffrir pour le salut du genre humain : c'est pour cela qu'il est descendu du ciel sur la terre, et aujourd'hui il veut approcher du lieu de sa Passion. Ainsi sera-t-il évident pour tous qu'il va supporter sa Passion de son plein gré, nullement par force.
 
___________________________________________________________________________
 
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint