Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


14 Adar



פורים
Pourim






La fête de פורים Pourim, assez tardive (IIème siècle avant notre ère), est peut-être d'origine perse dans certains de ses rites; son nom פורים signifie "sorts", "tirage au sort" (voir plus bas).

Elle se fonde sur la מגלּה (megillâh), le Rouleau de la reine Esther אסתּר ('estêr).


מגלּהת אסתר, le Rouleau d'Esther, rédigé au IIème siècle avant notre ère, a été écrit au moment de la persécution d'Antiochos IV, et était donc destiné à rendre courage au peuple menacé jusque dans son existence.

Ce Livre existe sous deux formes:
- l'une, plus brève, dans la TaNaKh, donc en hébreu;
- l'autre, beaucoup plus longue et d'esprit bien plus religieux, dans la LXX, donc en grec.


La veille au soir et le matin du jour de פורים  on lit donc la מגלּהת אסתר, le Rouleau d'Esther; elle est obligatoirement écrite à la main sur un rouleau de parchemin (voir cette page),
















conservé dans un boîtier;

<- Boîtier moderne, en argent;
sur l'anneau supérieur,
le titre "מגלּהת אסתר";
dans l'anneau inférieur,
scènes de l'histoire de la Reine Esther  

Boîtier de style traditionnel ->


Rouleau et boîtier ont tous deux suscité de nombreuses inspirations artistiques.


Ces deux lectures, qui constituent la première מצוה (mitsvâh) Mitsva de פורים se font si possible à la synagogue, devant le plus grand nombre possible de personnes; cependant, elles peuvent aussi avoir lieu même sans Minyane.

L'habitude s'est répandue de faire du bruit quand on cite le nom d'Haman.




<- Crécelle moderne



 Crécelle moderne humoristique ->




<- Crécelle de style "yéménite"



Cependant, ce chahut devra être supprimé après la mention de sa mort (car "Quand ton ennemi tombe, ne te réjouis pas").

De toute façon, ce chahut ne doit pas empêcher l'audition de tous les mots de la מגלּה.

De même, on ne répond pas Baroukh' hou baroukh' Shémo ("qu'Il soit béni et que Son nom soit béni") en écoutant les bénédictions récitées par l'officiant, car cela est considéré comme une interruption.

En écoutant la bénédiction Chéhé'héyanou (pour un événement nouveau), on pense aussi à l'accomplissement de l'ensemble des Mitsvot de פורים: cadeaux au amis (il faut envoyer un cadeau composé d’au moins deux sortes d’aliments prêts à être consommés - par exemple des gâteaux, des fruits, des boissons - à un ami au minimum pendant la journée de פורים. Il convient que les hommes envoient aux hommes et les femmes aux femmes. Cet envoi, qui doit être fait par l’intermédiaire d’une troisième personne, est souvent la tache des enfants qui font des messagers enthousiastes),

Boîtes pour michloakh' manot avec  l'inscription «Pourim sameah» en hébreu.


<- Sur celle-ci, dans un décor de château, on assiste au spectacle de Haman (que son nom soit effacé à tout jamais!) en train de faire défiler Mardochée sur le cheval du roi.





dons aux pauvres, festin (voir plus bas). 


Ces deux lectures se font non seulement en présence des adultes mais aussi des enfants,

<- מגלּהת אסתר pour enfants

qui viennent tous déguisés.

C'est pourquoi פורים  est souvent appelé "le carnaval juif".

En fait, si leur date et leur signification dans les calendriers liturgiques juif et chrétien différent (souvent de peu), la signification symbolique du "carnaval juif" et du "carnaval chrétien" est assez proche.


Pour les Juifs, la date est donc le 14 Adar; pour les Chrétiens, il a lieu le "mardi gras" (généralement en février/mars); le mot "carnaval" (sens étymologique: "viande, au revoir!") et l'adjectif "gras" indiquent qu'il s'agit du dernier jour avant le jeûne du Carême (qui prépare la fête de Pâques) qui commence le lendemain, "mercredi des Cendres".

Dans les deux cas, il s'agit d'un "renversement de personnalités", le faible devenant le fort, le pauvre le riche, le persécuté le persécuteur - le tout sous le couvert du masque et du déguisement (au Moyen-Age, et à plusieurs reprises dans l'histoire, l'Église a dû rappeler officiellement que le déguisement et la fête n'autorisaient néanmoins pas tous les débordements!).



פורים est une fête de libération et de joie.


• Les Juifs, qui étaient en exil depuis la destruction du Temple en 586 avant notre ère, s'étaient établis jusqu'en Perse - où ils vivaient en bonne entente avec la population locale.

Esther, jeune Juive vivant à Suse, est devenue l'une des épouses, et la préférée, du souverain perse Xerxès-Assuérus אחשׁורושׁ ('ăkh'ashvêrôsh) ou אחשׁרשׁ ('akh'ashrôsh), ->
<- après la répudiation de Vashti, qui avait osé refuser de venir "en sa présence, avec la couronne royale, pour montrer sa beauté aux peuples et aux grands, car elle était belle de figure" (Est 1,11).

Quand le nouveau et tout-puissant vizir Haman המן (hâmân) décide l'extermination de tous les Juifs du pays, qu'il haïssait, il décide de la date du massacre en consultant le sort - d'où le nom de la fête.

Esther, son oncle Mardochée מרדּכּי (mordekay), membre du grand Sanhédrin et prince de l'exil à la cour du roi, et tout le peuple juif de Perse jeûnèrent durant trois jours consécutifs (d'où la pratique du תענית אסתר "Jeûne d'Esther").

<- Esther intervient auprès d'Assuérus - Gustave Doré - 1866

Grâce à leurs interventions conjuguées auprès du souverain, ils obtinrent non seulement la grâce des Juifs, mais encore le châtiment d'Haman (il fut pendu ainsi que ses fils), et le droit de massacrer les ennemis.







C'est pourquoi on célèbre פורים dans la joie, avec des festins, des déguisements, des cadeaux des uns aux autres, des dons aux pauvres.


On confectionne dans les communautés occidentales des pâtisseries spéciales de forme triangulaire, les "אזני־המן" en hébreu, "Houmen Taschen" en yiddish, les "oreilles d'Haman" - pâte farcie de différents ingrédients selon les traditions familiales.




Au cours du festin de פורים, il est recommandé de boire et de se réjouir jusqu'à ce qu'on ne sache plus qui est qui - brouillage des identités qui permet peut-être à certains de sortir du "personnage" dans lequel il s'est laissé enfermer, voire enfermé lui-même...


Profitons-en: "לא כל־יום פורים - Ce n'est pas tous les jours Pourim, ce n'est pas tous les jours fête!"  

Les maîtres du Talmud expliquent que le miracle de פורים est un miracle où YHWH est resté discret et caché.

En effet, dans le récit de la מגלּה son Nom n'apparaît pas une seule fois: ce récit est l'histoire d'humains qui prennent leur destin en mains...
Et אסתּר signifie justement "ce qui est caché" (du verbe-racine סתר sâthar "cacher")...
   
_______________________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint