Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven
DUCCIO di Buoninsegna (env. 1255- 1319) - Pentecôte, 1308-11 - Museo dell'Opera del Duomo, Sienne




(Sur la Vigile de la Pentecôte: voir cette page.)



Messe du dimanche de la Pentecôte

(Années C)


Introduction:
Sur la Pentecôte, voir cette page.

___________________________________________________________________________

Les Textes 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Première Lecture et le Psaume sont communs aux années ABC; voir à cette page (ainsi que l'étude d'icônes typologiques de la Pentecôte, et d'autres textes de méditation).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• Deuxième Lecture :  

• Rm 8,8-17.

Morts au péché, "héritiers" avec le Christ, promis à une résurrection semblable à la sienne: telle est la condition nouvelle des croyants, qu'atteste l'Esprit. C'est lui qui murmure en nos cœurs les mots de la prière reçue du Seigneur. Il vient au secours de notre faiblesse, pour que nous puissions surmonter les tentations de la "chair". Il nous donne de vivre dans la liberté des enfants de Dieu.

Le contexte:
Sur Paul, les épîtres et l'Épître aux Romains, voir à cette page.
Sur Rm 8,1-17:
Il n'y a, pour ceux qui appartiennent à Jésus Christ, plus de condamnation - car ce que la Loi exige d'eux se trouve accompli grâce au sacrifice de Jésus et à l'action de l'Esprit en eux. Le croyant n'est donc plus dans le camp de l'homme livré à lui-même, incapable de mettre la Loi en pratique, et voué à la mort: il vit par l'Esprit, il est conduit par l'Esprit, c'est de l'Esprit que vient son espérance et son assurance; c'est à lui qu'il se doit, car il est fils de Dieu, héritier du Père et cohéritier du Fils, même s'il lui faut, pour un temps, passer par la souffrance.

Traduction et notes:

Verset 8.
οἱ δὲ ἐν σαρκὶ ὄντες Θεῷ ἀρέσαι οὐ δύνανται.
Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.
οἱ δὲ ἐν σαρκὶ ὄντες - Or ceux qui vivent selon la chair: Voir Ga 5,3. La "chair" et l' esprit" ne sont pas deux natures qui s'opposeraient entre elles dans le croyant, mais deux principes auxquels les hommes peuvent ou non se soumettre (v.12).

Verset 9.
ὑμεῖς δὲ οὐκ ἐστὲ ἐν σαρκὶ, ἀλλ ἐν πνεύματι, εἴπερ Πνεῦμα Θεοῦ οἰκεῖ ἐν ὑμῖν. εἰ δέ τις Πνεῦμα Χριστοῦ οὐκ ἔχει, οὗτος οὐκ ἔστιν αὐτοῦ.
Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit du Christ, il ne lui appartient pas.
εἰ δέ τις Πνεῦμα Χριστοῦ οὐκ ἔχει...  - Si quelqu'un n'a pas l'Esprit du Christ...: Toute personne n'ayant pas l'Esprit n'appartient pas au Christ; ceci implique que tout croyant a l'Esprit (v.10).
Voir aussi v.4. Paul n'oppose pas certains croyants qui ne vivraient pas dans la dépendance de l'Esprit à d'autres qui auraient une relation particulière avec ce dernier. Il oppose:
- ceux qui vivent à la manière de l'homme livré à lui-même, ceux qui n'ont pas l'Esprit (vv.4;5;9); qui tendent à la mort (v.6); qui haïssent Dieu et ne peuvent se soumettre à la Loi (v.7; voir 7,13-25);
- à ceux qui ont l'Esprit, qui vivent de l'Esprit, et non plus à la manière des hommes livrés à eux-mêmes (vv.4;5;9); ils tendent à la vie et à la paix (v.6; voir 5,1).
Tout ce passage (vv.5-17) ne consiste pas en une exhortation à vivre selon l'Esprit, mais en une description et une explication de l'œuvre de l'esprit, qui donne la vie à ceux qui étaient morts.

Verset 10.
εἰ δὲ Χριστὸς ἐν ὑμῖν, τὸ μὲν σῶμα νεκρὸν δι᾿ ἁμαρτίαν, τὸ δὲ πνεῦμα ζωὴ διὰ δικαιοσύνην.
Et si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'esprit est vie à cause de la justice.
• εἰ δὲ Χριστὸς ἐν ὑμῖν - Et si le Christ est en vous: C'est par l'Esprit que le Christ demeure dans le croyant car l'Esprit est "l'Esprit du Christ" (v.9; voir Jn 14,16-18;23). Paul ne confond pas le Christ et l'Esprit, comme s'ils étaient deux manifestations interchangeables de Dieu.
διὰ δικαιοσύνην - à cause de la justice: Comme nous avons été libérés de toute condamnation grâce à Jésus Christ (v.1), l'Esprit peut, sans empêchement, devenir notre "vie": sa visée - la vie et la paix (v.6) - peut devenir effective en nous par les fruits qu'il produit (voir Ga 5,22). Mais cette tendance de l'Esprit vise plus qu'une transformations intérieure: elle se concrétisera dans notre résurrection (v.11), même si notre corps a pour l'heure encore à souffrir de la mort (voir v.23).

Verset 11.
εἰ δὲ τὸ Πνεῦμα τοῦ ἐγείραντος ᾿Ιησοῦν ἐκ νεκρῶν οἰκεῖ ἐν ὑμῖν, ὁ ἐγείρας τὸν Χριστὸν ἐκ νεκρῶν ζῳοποιήσει καὶ τὰ θνητὰ σώματα ὑμῶν διὰ τοῦ ἐνοικοῦντος αὐτοῦ Πνεύματος ἐν ὑμῖν.
Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
εἰ δὲ τὸ Πνεῦμα τοῦ ἐγείραντος ᾿Ιησοῦν - Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus: On remarquera la formulation explicitement trinitaire:
- τὸ Πνεῦμα:l'Esprit;
- τοῦ ἐγείραντος: de celui qui a ressuscité = le Père (voir 1,4);
- Ιησοῦν: Jésus = le Fils.

Verset 12.
 ῎Αρα οὖν, ἀδελφοί, ὀφειλέται ἐσμέν οὐ τῇ σαρκὶ τοῦ κατὰ σάρκα ζῆν·
Ainsi donc, frères, nous ne devons pas à la chair de vivre selon la chair.
κατὰ σάρκα ζῆν - vivre selon la chair: Paul appelle les chrétiens de Rome à vivre ce qu'ils sont (voir 6 et 12,1-2): ils n'ont pas de dette envers "la chair", ils n'ont de dette qu'envers l'Esprit, source de leur vie (v.10). C'est pourquoi,au v.13, l'apôtre précise qu'il ne faut pas se tromper de créancier: il s'agit de faire le choix qu'imposent nos "obligations"(v.12), non de vivre à la manière de l'homme livré à lui-même, ce qui entraîne la mort, mais de vivre selon l'Esprit, ce qui produit la vie. Or tel est le choix que devraient faire ceux qui sont conduits par l'Esprit car ils sont "fils" (v.14) et non plus "esclaves" (v.15).

Verset 13.
 εἰ γὰρ κατὰ σάρκα ζῆτε, μέλλετε ἀποθνῄσκειν· εἰ δὲ πνεύματι τὰς πράξεις τοῦ σώματος θανατοῦτε, ζήσεσθε.
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,

Verset 14.
ὅσοι γὰρ Πνεύματι Θεοῦ ἄγονται, οὗτοι εἰσιν υἱοὶ Θεοῦ.
car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.
ἄγονται - sont conduits: L'emploi du passif souligne que l'Esprit lui-même rend capable de ne pas vivre à la manière de l'homme livré à lui-même.
υἱοὶ Θεοῦ - fils de Dieu: Privilège d'Israël dans le PT (Dt 14,1; Os 11,1). Voir v.15 et note.

Verset 15.
οὐ γὰρ ἐλάβετε πνεῦμα δουλείας πάλιν εἰς φόβον, ἀλλ᾿ ἐλάβετε πνεῦμα υἱοθεσίας, ἐν ᾧ κράζομεν· ἀββᾶ, ὁ πατήρ.
Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!
υἱοθεσίας - d'adoption: L'adoption était une pratique courante dans le monde hellénistico-romain. Les enfants adoptifs avaient les mêmes droits que les enfants "biologiques", y compris les droits à l'héritage (que l'on pense à la succession des empereurs romains!) familial (voir v.23; 9,4; Ga 4,5).
Par l'envoi de "son propre Fils" (v.3), le Père s'est acquis un peuple de fils (v.29): tout ce qui est au Fils est à eux (v.17 et note), ce dont l'Esprit est le gage (vv.14;23; Ep 1,14). Ce statut d'adopté par Dieu introduit chaque croyant dans une relation de liberté avec son Père.
ἀββᾶ, ὁ πατήρ - ܐܒܐ ܐܒܘܢ - Abba! Père!: Le terme araméenܐܒܐsignifie "cher père" (voir Ga 4,6); c'est celui que Jésus employait dans sa prière. C'est à la fois un terme d'affection, de respect et de confiance, qui souligne notre privilège d'enfants de Dieu. Allusion possible à Lc 11,2.

Verset 16.
αὐτὸ τὸ Πνεῦμα συμμαρτυρεῖ τῷ πνεύματι ἡμῶν ὅτι ἐσμὲν τέκνα Θεοῦ.
L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.
αὐτὸ τὸ Πνεῦμα συμμαρτυρεῖ τῷ πνεύματι ἡμῶν - L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit: L'un des privilèges du croyant est cette œuvre intérieure de l'Esprit qui produit en lui l'humble assurance de l'adoption par le Père.

Verset 17.
εἰ δὲ τέκνα, καὶ κληρονόμοι, κληρονόμοι μὲν Θεοῦ, συγκληρονόμοι δὲ Χριστοῦ, εἴπερ συμπάσχομεν ἵνα καὶ συνδοξασθῶμεν.
Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d'être glorifiés avec lui.
συγκληρονόμοι - cohéritiers: Cet héritage est lié à la "gloire" du Christ, à laquelle nous aurons part. Il concerne la participation au Royaume éternel à venir, que Jésus établira sur la nouvelle terre, lors de la résurrection (v.23; voir Mt 5,5).
εἴπερ συμπάσχομεν - si toutefois nous souffrons avec lui: Voir vv.18-30.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• Evangile :  

• Jn 14,15-16;23b-26.

Fidélité à la parole du Christ et à l'amour fraternel, "le commandement du Seigneur"; présence du Père et du Fils qui établissent leur "demeure" dans le cœur des fidèles; rappel incessant de l'enseignement de Jésus et acuité sans cesse plus pénétrante pour en découvrir le sens: voilà l'œuvre de l'Esprit, le Défenseur.

Le contexte:
Sur Jean: Voir à cette page.
Sur Jn 13,31 - 14,31: Voir à cette page.

Traduction et notes:

Verset 15.
Εὰν ἀγαπᾶτέ με, τὰς ἐντολὰς τὰς ἐμὰς τηρήσατε·
Si vous m'aimez, gardez mes commandements.

Verset 16.
καὶ ἐγὼ ἐρωτήσω τὸν πατέρα καὶ ἄλλον παράκλητον δώσει ὑμῖν, ἵνα μένῃ μεθ᾿ ὑμῶν εἰς τὸν αἰῶνα,
Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous,
• ἄλλον παράκλητον- un autre consolateur: Le terme "παράκλητος paraklētos" désignait la personne qui représentait l'accusé dans une situation judiciaire. On le trouve donc traduit par "avocat, défenseur, soutien..." ou transcrit par "Paraclet".
L'Esprit va venir en aide aux croyants, en particulier dans les épreuves et les persécutions qu'ils connaîtront dans le cadre de leur mission dans un environnement hostile (10,17-20); et leur donner les connaissances et la puissance nécessaires à un témoignage efficace (14,26; 16,14; Ac 1,8). Il va les soutenir ainsi dans le procès qu'il mène contre "le monde" (16,8-11).La présence de l'Esprit apportera donc aux disciples un réconfort (paix et joie) malgré le départ de Jésus.
Il est à noter que le ministère de Jésus et celui de l'Esprit sont très proches:
- il est aussi un "avocat": ἐάν τις ἁμάρτῃ, παράκλητον ἔχομεν πρὸς τὸν πατέρα, ᾿Ιησοῦν Χριστὸν δίκαιον - si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste (1Jn 2,1);
- Jésus est la "vérité"; le Paraclet est l' "Esprit de vérité" (14,6;17; 1Jn 5,6);
- tous deux enseignent (14,26);
- tous deux sont témoins (15,26; 18,37);
- tous deux sont rejetés (5,43; 14,17).
Jusque là, Jésus avait représenté le Père sur la terre; à partir de la Pentecôte, l'Esprit va représenter Jésus.
-------

Verset 23.
ἀπεκρίθη ᾿Ιησοῦς καὶ εἶπεν αὐτῷ· ἐάν τις ἀγαπᾷ με, τὸν λόγον μου τηρήσει, καὶ ὁ πατήρ μου ἀγαπήσει αὐτόν, καὶ πρὸς αὐτὸν ἐλευσόμεθα καὶ μονὴν παρ᾿ αὐτῷ ποιήσομεν.
Jésus répondit [à Jude]: Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.
• ἀγαπᾷ με - m'aime: La manifestation dont parle Jésus aux vv.21-22 se produit dans le cadre d'une relation d'amour (qui s'exprime par la foi et l'obéissance).
μονὴν παρ᾿ αὐτῷ ποιήσομεν - nous ferons notre demeure chez lui: Par l'Esprit. Comp. 14,2-3.

Verset 24.
ὁ μὴ ἀγαπῶν με τοὺς λόγους μου οὐ τηρεῖ· καὶ ὁ λόγος ὃν ἀκούετε οὐκ ἔστιν ἐμὸς, ἀλλὰ τοῦ πέμψαντός με πατρός.
Celui qui ne m'aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n'est pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé.

Verset 25.
Ταῦτα λελάληκα παρ᾿ ὑμῖν μένων·
Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous.

Verset 26.
ὁ δὲ παράκλητος, τὸ Πνεῦμα τὸ ῞Αγιον ὃ πέμψει ὁ πατὴρ ἐν τῷ ὀνόματί μου, ἐκεῖνος ὑμᾶς διδάξει πάντα καὶ ὑπομνήσει ὑμᾶς πάντα ἃ εἶπον ὑμῖν.
Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
ὁ  παράκλητος - le consolateur: Voir v.16 et note.
ἐν τῷ ὀνόματί μου - en mon nom: L'Esprit est envoyé par le Père et le Fils (voir 15,26).
• ὑπομνήσει ὑμᾶς - vous rappellera: L'Esprit permettra aux apôtres de comprendre la portée des paroles et des actes de Jésus (voir 2,17;22; 12,16; 15,26; 16,12-15). C'est ainsi qu'ils pourront en particulier rédiger les documents du Nouveau Testament. L'enseignement de Jésus a toujours été présenté comme étant celui du Père; par la suite, l'enseignement de l'Esprit sera celui du Fils.







ANDREA DA FIRENZE
La descente du Saint Esprit (1365-68) -> 
Chapelle Spagnuolo, Santa Maria Novella, Florence

La Vierge et les Douze sont dans "la chambre haute", le Cénacle; au-dessus d'eux plane la colombe symbolisant l'Esprit; à l'extérieur, les "hommes pieux" "de tous les pays" s'étonnent (voir détail à cette page).






Méditation :

De Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l'Eglise: Sermons pour le dimanche et les fêtes des saints.
 

« Vous aussi vous rendrez témoignage »

      Pentecôte est le mot grec qui veut dire « cinquantième ». Ce cinquantième jour, que fêtait le peuple juif, se comptait à partir du jour où on avait immolé l'agneau pascal ; et cela parce que, cinquante jours après la sortie d'Egypte, la Loi fut donnée sur le sommet embrasé du mont Sinaï. De même, dans le Nouveau Testament, cinquante jours après la pâque du Christ, le Saint Esprit descendit sur les apôtres et leur apparut sous la forme de feu. La Loi est donnée sur le mont Sinaï, l'Esprit sur le mont Sion ; la Loi sur le sommet de la montagne, l'Esprit au Cénacle.

      « Tous les disciples étaient réunis au même endroit. Soudain il se fit un grand bruit »... Comme le dit un psaume, « l'élan du fleuve réjouit la cité de Dieu » (Ps 46,5). Un grand bruit accompagne l'arrivée de celui qui venait enseigner les fidèles. Remarquez comme cela s'accorde avec ce que nous lisons dans l'Exode : « Le troisième jour, on entendit le tonnerre, on vit briller des éclairs, une épaisse nuée couvrit la montagne, des trompettes sonnaient avec force, et tout le peuple fut saisi de crainte » (Ex 19,16). Le premier jour fut l'Incarnation du Christ ; le deuxième jour fut sa Passion ; le troisième jour, c'est la mission du Saint Esprit. Ce jour arrive : on entend le tonnerre, il se fait un grand bruit ; des éclairs brillent (les miracles des apôtre) ; une épaisse nuée (la componction du coeur et la pénitence) couvre la montagne, le peuple de Jérusalem (Ac 2,37-38) [...]

      « Il leur apparut alors comme des langues de feu. » Des langues, celles du serpent, d'Ève et d'Adam, avaient ouvert à la mort l'accès de ce monde [...] C'est pourquoi l'Esprit apparaît sous la forme de langues, opposant langues à langues, guérissant par le feu le venin mortel [...] « Ils se mirent à parler. » Voilà le signe de la plénitude ; le vase plein déborde ; le feu ne peut pas se contenir [...] Ces langues diverses sont les différentes leçons que nous a laissées le Christ, telles que l'humilité, la pauvreté, la patience, l'obéissance. Nous parlons ces langues diverses quand nous donnons au prochain l'exemple de ces vertus. Vive est la parole, quand parlent les œuvres. Faisons parler nos œuvres !
___________________________________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint