Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


Lazzaro BASTIANI (Venise ; vers 1430 - vers 1512) - Pentecôte,1484-90 - Tapisserie - Santa Maria della Salute, Venise



(Sur la Vigile de la Pentecôte: voir cette page.)



Messe du dimanche de la Pentecôte

(Années A)


Introduction:

Sur la Pentecôte, voir cette page.

_______________________________________________________________________

Les Textes 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Première Lecture et le Psaume sont communs aux années ABC; voir à cette page (ainsi que l'étude d'icônes typologiques de la Pentecôte, et d'autres textes de méditation).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• Deuxième Lecture :  

• 1Co 12,3b-7;12-13.

L'effusion universelle de l'Esprit rassemble dans l'unité tous ceux qui confessent que Jésus est le Seigneur ressuscité. Cette unité est celle d'un corps vivant aux membres divers, dont le bon fonctionnement assure la cohésion et l'harmonie.


Le contexte:
Sur Paul et les épîtres: voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens: voir à cette page.

Traduction et notes:

Verset 3.
διὸ γνωρίζω ὑμῖν ὅτι οὐδεὶς ἐν Πνεύματι Θεοῦ λαλῶν λέγει ἀνάθεμα ᾿Ιησοῦν, καὶ οὐδεὶς δύναται εἰπεῖν Κύριον ᾿Ιησοῦν εἰ μὴ ἐν Πνεύματι ἁγίῳ.
C'est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l'Esprit de Dieu, ne dit: "Maudit <soit> Jésus"; et que nul ne peut dire "Seigneur Jésus", si ce n'est par l'Esprit Saint.
οἱ δὲ ἐν σαρκὶ ὄντες - Or ceux qui vivent selon la chair: Voir

Verset 4.
Διαιρέσεις δὲ χαρισμάτων εἰσί, τὸ δὲ αὐτὸ Πνεῦμα·
Il y a diversité de dons, mais le même Esprit;
χαρισμάτων - de dons: Le substantif grec χάρισμα charisma, qui peut se traduire par "don de la grâce divine", et qui a directement donné notre nom "charisme" est précisément dérivé du nom χάρις charis, désignant dans le vocabulaire biblique grec la "grâce divine". 
En 1Co 1,7, Paul disait aux Corinthiens qu'il ne leur manquait "aucun don de la grâce divine", donc que tout ce qu'ils avaient reçu venait de Dieu (comp. 1Co 4,7): ces dons ne sont donc pas des signes de spiritualité, dont les Corinthiens pourraient se vanter.
Pourtant il doit revenir ici (et tout au long des chap.12-14) sur cette question des dons, des charismes - signes de la grâce de Dieu (comp. v.11). 

Verset 5.
καὶ διαιρέσεις διακονιῶν εἰσι, καὶ ὁ αὐτὸς Κύριος·
diversité de ministères, mais le même Seigneur;
διακονιῶν - de ministères: Le substantif grec διακονία diakonia, qui peut se traduire par "ministère", et qui a directement donné notre nom "diaconie" (même famille que "diacre", "diaconat") désigne l'ensemble des services que les charismes permettent d'accomplir.

Verset 6.
καὶ διαιρέσεις ἐνεργημάτων εἰσίν, ὁ δὲ αὐτὸς ἐστι Θεός, ὁ ἐνεργῶν τὰ πάντα ἐν πᾶσιν.
diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous.
Θεός - Dieu: La formulation des vv.4-6
- repose sur un parallélisme typiquement sémitique: si Paul écrit en grec, il pense en Juif, donc en hébreu;
- est trinitaire (et le parallélisme insiste sur l'égalité des trois Personnes): verset 4 - l'Esprit; verset 5 - le Fils; verset 6 - le Père.

Verset 7.
ἑκάστῳ δὲ δίδοται ἡ φανέρωσις τοῦ Πνεύματος πρὸς τὸ συμφέρον.
Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune.
ἑκάστῳ - à chacun: Comp. 1P 4,10. Paul souligne la diversité qui existe nécessairement au sein de l'Eglise, et qui reflète la diversité qui existe en Dieu lui-même (vv.4-6). Les charismes sont forcément divers, puisqu'ils sont accordés à "chacun" individuellement, mais trouvent leur unité
- en leur source commune: l'Esprit,
- en leur but: le bien commun.

Verset 12.
Καθάπερ γὰρ τὸ σῶμα ἕν ἐστι καὶ μέλη ἔχει πολλὰ, πάντα δὲ τὰ μέλη τοῦ σώματος τοῦς ἑνός, πολλὰ ὄντα, ἕν ἐστι σῶμα, οὕτω καὶ ὁ Χριστός·
Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ.
τὸ σῶμαἕν ἐστι καὶ μέλη ἔχει πολλὰ - le corps est un et a plusieurs membres:
Dans l'Antiquité, l'image du corps était très habituellement utilisée pour décrire un groupe social, et notamment pour inciter chacun à rester à sa place.
Mais cette image du corps pour parler de l'Eglise est typiquement paulinienne: voir Ep 1,22-23; 2,16; 5,23;30; Col 1,18; 3,15.
Ici Paul utilise la comparaison du corps pour souligner
- la nécessaire diversité au sein de l'Eglise (vv.12-19);
- la dépendance de chaque membre de l'Eglise à l'égard des autres (vv.20-25).
C'est pourquoi il serait regrettable d'en rester au seul texte liturgique (alors que les vv.25-26, par ex., sont particulièrement importants), qui tronque fortement l'expression de l'idée de Paul: l'unité du peuple de Dieu, dans le respect de la diversité des capacités de chacun, trouve son fondement dans le Christ. On trouvera la suite du texte et les notes correspondantes à cette page.
Voir Rm 12,5; Ep 4,1-16; Col 2,19.

Verset 13.
καὶ γὰρ ἐν ἑνὶ Πνεύματι ἡμεῖς πάντες εἰς ἓν σῶμα ἐβαπτίσθημεν, εἴτε ᾿Ιουδαῖοι εἴτε ῞Ελληνες, εἴτε δοῦλοι εἴτε ἐλεύθεροι, καὶ πάντες εἰς ἓν Πνεῦμα ἐποτίσθημεν.
Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit.
Ελληνες - Grecs: Ici, Paul utilise ce terme pour désigner les non-Juifs, les "גויםgoïm", et pas seulement les personnes de nationalité grecque (voir cette page).
πάντες εἰς ἓν Πνεῦμα ἐποτίσθημεν - nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit: Voir Mt 3,11; Jn 1,33; Ac 1,5.
Cette expression renvoie avant tout à l'œuvre historique et initiale de l'Esprit qui, donné à la Pentecôte, a séparé les "vrais Juifs" de ceux qui l'étaient uniquement de naissance pour former, à partir de ce "reste fidèle" d'Israël, le germe du peuple de Dieu de la fin des temps, qui jouira de l'accomplissement des promesses de Dieu (Ac 2,26-17).
Les Samaritains (Ac 8,16-17), baptisés et "nés de nouveau" à la manière des croyants du Premier Testament, reçoivent ensuite l'Esprit de Pentecôte - qui intègre dans le peuple de Dieu - par l'imposition des mains de Pierre et Jean.
Puis les païens, les "גויםgoïm" (Ac 10,44; 11,15) ont à leur tour reçu l'Esprit.
Depuis lors, chaque croyant est intégré - comme par une Pentecôte personnelle - à ce peuple de l'Esprit, ce "seul corps" où les différences ancestrales ou sociales (l'expression "εἴτε δοῦλοι εἴτε ἐλεύθεροι - soit esclaves, soit libres" implique un renversement complet des mentalités) ne comptent plus. Comp. Ga 3,28.
ἐποτίσθημεν - nous avons été abreuvés: Comp. Jn 7,37,39.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• Évangile :


• Jn 20,19-23.

Voir à cette page.


Méditation :

De Saint Ephrem (v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église, Sur l'effusion du Saint Esprit:

      Les apôtres étaient là, assis au Cénacle, la chambre haute, attendant la venue de l'Esprit. Ils étaient là comme des flambeaux disposés et qui attendent d'être allumés par l'Esprit Saint pour illuminer toute la création par leur enseignement [...] Ils étaient là comme des cultivateurs portant leur semence dans le pan de leur manteau qui attendent le moment où ils recevront l'ordre de semer. Ils étaient là comme des marins dont la barque est liée au port du commandement du Fils et qui attendent d'avoir le doux vent de l'Esprit. Ils étaient là comme des bergers qui viennent de recevoir leur houlette des mains du Grand Pasteur de tout le bercail et qui attendent que leur soient répartis les troupeaux.

      « Et ils commencèrent à parler en des langues diverses selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. » Ô Cénacle, pétrin où a été jeté le levain qui a fait lever l'univers tout entier ! Cénacle, mère de toutes les Églises ; Cénacle qui a vu le miracle du buisson ardent (Ex 3). Cénacle qui a étonné Jérusalem par un prodige bien plus grand que celui de la fournaise qui a émerveillé les habitants de Babylone (Dn 3). Le feu de la fournaise brûlait ceux qui étaient autour, mais protégeait ceux qui étaient au milieu de lui ; le feu du Cénacle rassemble ceux du dehors qui désirent le voir tandis qu'il réconforte ceux qui le reçoivent. Ô feu dont la venue est parole, dont le silence est lumière, feu qui établis les cœurs dans l'action de grâces ! [...]

      Certains qui étaient opposés au Saint Esprit disaient : « Ces gens-là ont bu du vin doux, ils sont ivres ». Vraiment vous dites la vérité, mais ce n'est pas comme vous croyez. Ce n'est pas du vin des vignes qu'ils ont bu. C'est un vin nouveau qui coule du ciel. C'est un vin nouvellement pressé sur le Golgotha. Les apôtres l'ont fait boire et ont enivré ainsi toute la création. C'est un vin qui a été pressé à la croix.
_______________________________________________________________________

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint