Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Sur Isaïe; sur les chap.1 à 39: voir cette page 


• Is 40,1-5;9-11

Bonne nouvelle!
Le Seigneur vient, il est là:
Roi puissant mais pacifique, il apporte le pardon et la libération;
Berger attentif aux plus petits et aux plus faibles, il conduit son peuple sur des routes sûres.

Remarques:
Sur "le" livre d'Isaïe, voir plus haut.
Sur Is 40-66: Le chapitres 40 inaugure ce qu'on l'on appelle souvent le "Livre de la Consolation d'Israël" (voir ci-dessous v.1). En effet, le prophète y annonce l'œuvre de salut que YHWH va accomplir pour son peuple.
Il ouvre aussi la seconde partie du Livre dit d'Isaïe, dans laquelle on peut repérer une structure tripartite, chaque partie regroupant neuf chapitres (40-48; 49-57; 58-66) et se terminant par un avertissement solennel adressé aux méchants.
Le prophète, portant ses regards vers l'avenir, développe trois grands thèmes:
1- le retour de l'exil babylonien;
2- le salut du peuple de Dieu, et son libérateur;
3- la gloire de la Jérusalem future.
Dès la première partie cependant, Isaïe porte ses regards au-delà de la captivité babylonienne et du retour de l'exil. Écrasant les perspectives, il embrasse toute l'histoire du Salut d'un seul coup d'œil, sans en séparer les étapes.

Verset 1.
  נחמו נחמו עמי יאמר אלהיכם׃
Consolez, consolez mon peuple,
Dit votre Dieu.
• נחמו נחמו- Consolez, consolez: ce redoublement - typiquement sémitique - est une forme emphatique, qui souligne la réalité de la consolation que YHWH-Adonaï va accomplir.
עמי - mon peuple: voir Os 2,1-3.
Cette phrase, à elle toute seule, est déjà une Bonne Nouvelle extraordinaire, presque inespérée, pour qui sait l'entendre ! Car les expressions « mon
peuple »,  « votre Dieu » sont le rappel de l'Alliance.
Or, c'était la grande question des exilés. Pendant l'Exil à Babylone, c'est-à-dire entre 587 et 538 avant J.C., on pouvait se le demander : est-ce que Dieu n'a pas abandonné son peuple, est-ce qu'il n'a pas renoncé à son Alliance...? Il pourrait bien s'être enfin lassé des infidélités répétées à tous les niveaux. Tout l'objectif de ce livret de la Consolation d'Isaïe est de dire qu'il n'en est rien. Dieu affirme encore « Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu », ce qui était la devise ou plutôt l'idéal de l'Alliance.

Verset 2.
   דברו על־לב ירושׁלם וקראו אליה כי מלאה צבאה כי נרצה עונה כי לקחה מיד יהוה כפלים בכל־חטאתיה׃
Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui
Que sa servitude est finie,
Que son iniquité est expiée,
Qu'elle a reçu de la main de YHWH
Au double de tous ses péchés.
כי מלאה צבאה - Que sa servitude est finie: l'image sert à évoquer le châtiment subi par Juda, i.e. son exil à Babylone, en raison de sa désobéissance.
Cela signifie donc que la servitude à Babylone est finie ; c'est une annonce de la libération et du retour à Jérusalem.
כפלים בכל־חטאתיה - Au double de tous ses péchés: le châtiment subi a été amplement suffisant; allusion à la loi d'Israël: un voleur devait rendre le double de ce qu'il avait volé.
Parler au passé de cette double punition, c'est donc une manière imagée de dire que la libération approche, puisque la peine est déjà purgée. Ce que le prophète, ici, appelle l'« iniquité » de Jérusalem, ses « fautes », ce sont tous les manquements à l'Alliance, les cultes idolâtres, les manquements au sabbat et aux autres prescriptions de la Loi, et surtout les trop nombreux manquements à la justice - pire que tout le reste, le mépris des pauvres.
Le peuple juif a toujours considéré l'Exil comme la conséquence de toutes ces infidélités. Car on le sait bien : s'écarter de la Loi de Dieu, c'est engendrer soi-même son propre malheur.

Verset 3.
  קול קורא במדבר פנו דרך יהוה ישׁרו בערבה מסלה לאלהינו׃
Une voix crie:
Préparez au désert le chemin de YHWH,
Aplanissez dans les lieux arides
Une route pour notre Dieu.
Ce verset est cité - d'après LXX: φωνὴ βοῶντος ἐν τῇ ἐρήμῳ Ἑτοιμάσατε τὴν ὁδὸν κυρίου, εὐθείας ποιεῖτε τὰς τρίβους τοῦ θεοῦ ἡμῶν· - en Mt 3,3; Mc 1,3; Jn 1,23. Quant à Lc 3,4-6, il cite les vv.3-5.
קול קורא במדבר פנו דרך - Une voix crie: Préparez dans le désert un chemin: dans le Proche-Orient ancien, la venue d'un personnage important était précédé par l'envoi d'émissaires. Comp. Is 57,14; 62,10.
Nulle part l'auteur de ce livret ne nous dit qui il est ; il se présente comme « la voix qui crie de la part de Dieu » ; c'est lui que nous appelons traditionnellement le « deuxième Isaïe ».
Le Nouveau Testament identifiera cette voix à celle de Jean le Précurseur, et indiquera que le changement d'attitude intérieure et extérieure constitue la façon de dégager le chemin pour Dieu (Mt 3,1-8).
מסלה לאלהינוUne route pour notre Dieu: dans les vv.3-11, on retrouve le thème de la מסלּה mesillâh - route, qui évoque le nouvel exode (voir 11,16; 19,23); tout comme le ערבה ‛ărâbâh - désert, voir 32,15-17; 44,3.
Déjà une fois dans l'histoire d'Israël, Dieu a préparé dans le désert le chemin qui menait son peuple de l'esclavage à la liberté : traduisez de l'Égypte à la Terre promise ; puisque le Seigneur a su jadis arracher son peuple à l'oppression égyptienne, il saura aujourd'hui, de la même manière, l'arracher à l'oppression babylonienne.

Verset 4.
   כל־גיא ינשׂא וכל־הר וגבעה ישׁפלו והיה העקב למישׁור והרכסים לבקעה׃
Que toute vallée soit exhaussée,
Que toute montagne et toute colline soient abaissées!
Que les coteaux se changent en plaines,
Et les défilés étroits en vallons!
Ce verset est une allusion aux travaux que les Juifs devaient accomplir à Babylone; en outre, une fois par an, un cortège royal faisait procession avec la statue du dieu Mardouk, et, chaque année, les Juifs devaient préparer la route pour le cortège - ce qui (travailler pour un dieu étranger) constituait pour eux l'humiliation suprême et un véritable déchirement intérieur.
Mais ce nouvel exode, contrairement au premier (sortie d'Égypte), sera aisé (comp. 35,8) - et c'est pour le Dieu Unique et pour son peuple que, contrairement à ce qui se passait à Babylone, la route sera ouverte.

Verset 5.
    ונגלה כבוד יהוה וראו כל־בשׂר יחדו כי פי יהוה דבר׃
Alors la gloire de YHWH sera révélée,
Et au même instant toute chair la verra;
Car la bouche de YHWH a parlé.
Dieu se révèlera, se fera connaître comme il ne l'avait jamais fait (comp. 35,1-2) - et ce, à tous les humains; on pourrait traduire « Dieu sera enfin reconnu comme Dieu et tous verront que Dieu a tenu ses promesses ».

Verset 9.
  על הר־גבה עלי־לך מבשׂרת ציון הרימי בכח קולך מבשׂרת ירושׁלם הרימי אל־תיראי אמרי לערי יהודה הנה אלהיכם׃
Monte sur une haute montagne,
Sion, pour publier la bonne nouvelle;
Élève avec force ta voix,
Jérusalem, pour publier la bonne nouvelle;
Élève ta voix, ne crains point,
Dis aux villes de Juda:
Voici votre Dieu!
ציון - Sion; ירושׁלם - Jérusalem: voir Is 1,8. Personnifications de Jérusalem, la ville choisie par YHWH-Adonaï, où se trouve son Temple (cf. 2S 5,7;1R 11,13; Ps 2,6; 15,1; 43,3; 46,5). Ou, de façon moins poétique, plus "concrète", métonymie (la Bible en français courant - "BFC" - traduit: "peuple de Sion", "peuple de Jérusalem").
מבשׂרת - pour publier la bonne nouvelle: celle de l'œuvre de salut que YHWH va accomplir en faveur de son peuple (comp. Is 41,27; 52,7; 61,1).
Noter le parallélisme presque parfait de ces deux phrases :
A- על הר־גבה - sur une haute montagne
B- עלי־לך - monte pour toi
C- מבשׂרת - portant une bonne nouvelle
D- ציון - Sion
A'- בכח - avec force
B'- הרימי קולך - élève ta voix
C'- מבשׂרת - portant une bonne nouvelle
D'- ירושׁלם - Jérusalem
Ce parallélisme, ainsi que la répétition deמבשׂרת(et celle, plus loin, de הרימי)a précisément pour but de porter l'accent sur cette "Bonne Nouvelle", qui va être explicitée au verset suivant.

Verset 10.
    הנה אדני יהוה בחזק יבוא וזרעו משׁלה לו הנה שׂכרו אתו ופעלתו לפניו׃
Voici, le Seigneur, YHWH, vient avec puissance,
Et de son bras il commande;
Voici, le salaire est avec lui,
Et les rétributions le précèdent.
• וזרעו משׁלה - Et de son bras il commande: sur la page sur "le bras de Dieu".

Verset 11.
     כרעה עדרו ירעה בזרעו יקבץ טלאים ובחיקו ישׂא עלות ינהל
Comme un berger, il paîtra son troupeau,
Il prendra les agneaux dans ses bras,
Et les portera dans son sein;
Il conduira les brebis qui allaitent.
• כרעה - Comme un berger: voir Ps 23,1; Ez 34,15. Après le langage de la force ("le bras de Dieu") au verset 10, le langage de ce verset annonce le nouvel exode, au cours duquel YHWH conduira de nouveau son peuple, tel un berger ses brebis (comp. Is 11,16; 35,4;8; Mi 2,12-12; voir aussi la page sur "le berger dans la Bible").
Le bon Roi, pour Israël, doit être un bon chef de guerre contre ses ennemis, mais aussi un "bon berger", qui sait conduire son peuple avec douceur - en particulier envers les plus humbles, les plus faibles.

Le Nouveau Testament fera de Jésus ce Bon Berger (Jn 10) ->
___________________________________________________________________________

• Is 42,1-7

Ce "Premier chant du Serviteur" trace le portrait d'un Envoyé de Dieu hors de pair. Doux et humble de coeur, infiniment miséricordieux à l'égard de tous, d'une force d'âme invincible, Lumière des nations et Alliance de Dieu avec son peuple, Messie pacifique, il s'imposera "devant les nations".

Remarques:
• Sur "le" livre d'Isaïe, voir à cette page.
• Sur Is 40,1-42,17:
Après avoir évoqué le passé et le présent - et blâmé Israël - le prophète tourne ses regards vers l'avenir, et annonce l'œuvre de salut que YHWH va accomplir en faveur de son peuple.
Il recevra le pardon et son châtiment prendra fin; Dieu va lui porter secours, intervenir puissamment et le libérer.
Isaïe s'attache à souligner le caractère incomparable de YHWH, le seul vrai Dieu: Créateur de l'univers, il est le Maître de l'Histoire et Souverain sur les nations. C'est pourquoi, contrairement aux faux dieux, il a la capacité d'annoncer à l'avance ce qui va se produire et de susciter ces événements nouveaux. Israël a donc toutes les raisons d'espérer.
L'œuvre divine de salut concerne à la fois l'avenir proche et l'avenir plus lointain. Le prophète - qui ne distingue pourtant pas toujours clairement ces deux époques - annonce que Dieu va accomplir cette œuvre en suscitant d'abord Cyrus, puis le "Serviteur de YHWH".
Le premier va rendre possible le retour de l'exil babylonien, tandis que le second, revêtu de l'Esprit, mènera bien plus loin cette œuvre de salut: elle ne se limitera pas à Israël, mais concernera les hommes de toutes les "גוים goïm - nations", c'est-à-dire les non-Juifs; elle permettra l'établissement de la justice et du droit, tout particulièrement en faveur des plus faibles

  
 
Traduction et remarques:

Verset 1.
  הן עבדי אתמך־בו בחירי רצתה נפשׁי נתתי רוחי עליו משׁפט לגוים יוציא׃
Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme trouve son plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui; il fera valoir le jugement à l'égard des nations.
Les vv.1-9 (certains disent 1-7) constituent le premier des "Chants du Serviteur" (2ème:
עבדי - mon serviteur: Cette expression, qui revient à plusieurs reprises dans les chap.41-53(41,8;9;42,1,19;43,10;44,1;2;21;26;45,4;49,6;52,13;53,11), désigne tantôt le peuple d'Israël tantôt un individu.
Comp. Ex 14,31; Nb 12,7; 2S 3,18; 2R 17,13; Jr 7,25. Le titre a été attribué, entre autres, à Moïse (voir
Ex 14,31; Nb 12,7) et à David (2S 3,18).
Zacharie l'associera (en 3,8) au
"יהיה צמח - germe de YHWH", mentionné en Is 4,2 (dans ce dernier cas, la locution désigne probablement le salut que YHWH fera germer, alors qu'en Is 11,1 le prophète désigne par cette même locution le Messie, agent du salut eschatologique. Cette expression "יהיה צמח - germe de YHWH" désignera d'ailleurs le Messie dans la littérature prophétique ultérieure: comp. par ex. Jr 23,5; 33,15; Za 3,8; 6,12).  
נתתי רוחי עליו - Je mettrai mon Esprit sur lui: Comme autrefois sur Moïse et sur les rois. Les idoles ne sont que du vent (même mot hébreu: רוּחroûakh'), alors que le Serviteur de YHWH sera habité par l'Esprit de YHWH.
משׁפט לגוים יוציא - il fera valoir le משׁפט jugement à l'égard des nations: Cette mission, de dimension universelle (rappel: le terme "גוים goïm - nations" désigne tous les non-Juifs), est soulignée à trois reprises (ici, aux vv.3 et 4).
On retrouve ici la même association (habitation de l'Esprit et rétablissement de la justice) qu'en 11,2-5 (voir à cette page) à propos de l'Emmanuel, le rameau-roi messianique.

Verset 2.
  לא יצעק ולא ישׂא ולא־ישׁמיע בחוץ קולו׃
Il ne criera pas, et il n'élèvera pas sa voix, il ne la fera pas entendre dans la rue.
Contrairement à Cyrus, qui agira par la force de ses armées (
Verset 3.
  קנה רצוץ לא ישׁבור ופשׁתה כהה לא יכבנה לאמת יוציא משׁפט׃
Il ne brisera pas le roseau froissé, et n'éteindra pas le lin qui brûle à peine. Il fera valoir le jugement en faveur de la vérité. 
קנה רצוץ לא ישׁבור ופשׁתה כהה לא יכבנה - Il ne brisera pas le roseau froissé, et n'éteindra pas le lin qui brûle à peine: Métaphores
Verset 4.
   לא יכהה ולא ירוץ עד־ישׂים בארץ משׁפט ולתורתו איים ייחילו׃
Il ne se découragera point et ne se relâchera point, jusqu'à ce qu'il ait établi le juste jugement sur la terre; et les îles espéreront sa loi. 
Le caractère universel de son œuvre et la référence à la Loi évoquent l'afflux des "
Verset 5.
   כה־אמר האל יהוה בורא השׁמים ונוטיהם רקע הארץ וצאצאיה נתן נשׁמה לעם עליה ורוח להלכים בה׃ 
Ainsi dit El, YHWH-l'Éternel, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a étendu la terre et ses produits, qui donne la respiration au peuple qui est sur elle, et un esprit à ceux qui y marchent:
Le rappel de l'œuvre divine de création prépare l'annonce de la nouvelle création - thème important de cette partie du livre, déjà évoqué en 41,20, et qui le sera encore par ex. en 48,7 et 65,17-18 - que YHWH va accomplir.
Verset 6.
  אני יהוה קראתיך בצדק ואחזק בידך ואצרך ואתנך לברית עם לאור גוים׃
Moi, YHWH-l'Éternel, je t'ai appelé pour rendre justice; et je tiendrai ta main; et je te garderai; et je te donnerai pour <être> une alliance du peuple, pour <être> une lumière des nations,
קראתיך - je t'ai appelé: Comme Cyrus (41,2: "העירותי", "je l'ai suscité" - verbe-racine "עוּר ‛oûr", comme ici employé avec le substantif "צדק tsedeq" - voir à cette page - dans le même verset; 41,25: "החזקתיך", "je t'ai pris" - verbe-racine " חזק kh'âzaq"); et comme Israël (41,9: "החזקתיך", "je t'ai pris" - verbe-racine "חזק kh'âzaq").
לברית עם - pour <être> une alliance du peuple: Comme Moïse autrefois, le Serviteur sera le médiateur d'une "ברית berîyth - alliance" entre YHWH et son peuple (comp. 55,3;59,21; Jr 31,31-34); il est ainsi le nouveau Moïse annoncé (voir Dt 18,15). Ce rôle indique donc, cette fois, que le Serviteur est à distinguer d'Israël et de Cyrus.
לאור גוים - pour <être> une lumière des nations: Comp. Is 49,6. La mission du Serviteur s'étendra donc à toutes les "גוים goïm - nations", c'est-à-dire aux non-Juifs (voir plus haut, introduction à la section).
En Is 9,1, l'image de la "
אור גדול - grande lumière" (qui sert souvent à évoquer le Salut chez Isaïe) est appliquée à l' "עמנו אל ‛immânoû'êl- Emmanuel" de 7,15 (voir, à cette page, les notes sur ces locutions), le roi messianique - ce qui montre que, finalement, on peut assimiler le Serviteur à l'"Emmanuel".
Le NT appliquera cette parole à Jésus (Lc 2,32; voir Jn 1,4-5;8-9;8,12; Ac 13,47;26,27).
___________________________________________________________________________

• Is 43,16-21.

Prophètes et sages d'Israël évoquent les merveilles opérées jadis par le Seigneur comme autant d'assurances pour aujourd'hui et demain. Dieu crée toujours du neuf. Faire mémoire des événements de jadis - de l'Exode par exemple - est donc un acte de foi et d'espérance, fondé sur l'expérience.

Sur ce passage:
Sur Isaïe, voir à cette page.
Sur Is 42,18 - 44,28: Dans le prolongement des chapitres précédents, Isaïe évoque l'œuvre divine de libération à venir à la lumière de l'œuvre accomplie dans le passé, et qui a donné naissance à Israël. Cette première œuvre de création en annonce une autre, nouvelle et bien plus grande.
Rappelant l'infidélité du peuple - qui a entraîné l'exil - le prophète souligne que ce ne sont pas les mérites du peuple qui sont à l'origine de cette intervention de YHWH, mais sa grâce et son amour pour Israël.
Cette œuvre grandiose que YHWH peut révéler à l'avance à son prophète souligne sa souveraineté sur l'Histoire; elle met également en évidence tout ce qui oppose YHWH aux idoles, qui font l'objet d'une critique cinglante de la part du prophète.

Traduction et remarques:

Versets 16-17.
 כה אמר יהוה הנותן בים דרך ובמים עזים נתיבה׃
Ainsi parle YHWH-Adonaï,
Qui fraya dans la mer un chemin,
Et dans les eaux puissantes un sentier,
   המוציא רכב־וסוס חיל ועזוז יחדו ישׁכבו בל־יקומו דעכו כפשׁתה כבו׃
Qui mit en campagne des chars et des chevaux,
Une armée et de vaillants guerriers,
Soudain couchés ensemble, pour ne plus se relever,
Anéantis, éteints comme une mèche:
Rappel de la traversée de la mer des Roseaux, où les chars et les cavaliers de pharaon furent détruits quand Dieu combattait contre eux (Comp. 51,10, où le même rappel introduit une demande d'intervention de YHWH en vue d'un nouvel exode; voir Ex 14,28;15,4).

Une partie de "la mer des Roseaux", constituée par les lacs Amer, ici le lac Timsah (au nord du grand lac Amer) au soleil couchant ->
Il est très difficile de photographier cette zone de façon suggestive, car toute sa topographie a été bouleversée par le creusement du canal de Suez (la plus grande partie de ce lac est occupée par le port pétrolier d'Ismaïlia) et, à part à quelques très rares moments, on a des pétroliers géants en file quasi-ininterrompue en arrière-plan!...) 

<- Une autre vue de "la mer des Roseaux" (à l'extrémité du grand lac Amer); à l'arrière-plan, couleur turquoise, le canal de Suez (sans trop de pétroliers visibles!)  
En outre, les eaux sont une image fréquente de l'épreuve et du danger (voir par ex. Ps 18,5-6;17; 42,8; 65,8; 74,13-15; 77,17;20; 88,18; Is 8,8; Na 1,8).
Noter le parallélisme de בים דרך ובמים עזים נתיבה - dans la mer un chemin
et dans les eaux puissantes un sentier. Il permet d'insister sur la toute-puissance de Dieu, face à l'ennemi redouté. 

Versets 18-19.
   אל־תזכרו ראשׁנות וקדמניות אל־תתבננו׃
Ne pensez plus aux événements passés,
Et ne considérez plus ce qui est ancien.  
הנני עשׂה חדשׁה עתה תצמח הלוא תדעוה אף אשׂים במדבר דרך בישׁמון נהרות׃
Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'éclore:
Ne la connaîtrez-vous pas?
Je mettrai un chemin dans le désert,
Et des fleuves dans la solitude.
Le prophète souligne la nouvelle intervention divine en faveur de son peuple; il associe ici le thème de la nouvelle création à celui du nouvel exode (voir 42,9)
תצמח - sur le point d'éclore: Le verbe employé ici, צמח tsâmakh, signifie "éclore", au sens propre; on peut également l'employer, au figuré - on trouve déjà ce même verbe, avec cette même idée de germination, en 42,9; l'image de la germination de nouveaux événements se retrouvera encore en 44,4; 55,11; 61,11 (alors que l'expression "germe de YHWH", chez le "Premier Isaïe" - à part, peut-être, en 4,2, où elle pourrait avoir le même sens qu'ici - et dans la littérature prophétique ultérieure, désigne le Messie: voir par ex. Jr 23,5; Za 3,8; 6,12).
En outre, il y a peut-être là une allusion au récit de la création, où ce même verbe était utilisé en Gn 2,5:
וכל שׂיח השׂדה טרם יהיה בארץ וכל־עשׂב השׂדה טרם יצמח כי לא המטיר יהוה אלהים על־הארץ ואדם אין לעבד את־האדמה׃
"Aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car YHWH Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol", ce qui renvoie bien à l'image de la nouvelle création (comp. Is 41,18-20; 42,5); ce qui implique la toute-puissance bienfaisante de Dieu, la bonne volonté nécessaire de l'homme - et le fait que l'œuvre de Salut et de nouvelle création ne s'effectuera pas d'un coup, mais progressivement, par un processus semblable à celui de la plante qui germe. 
Le verset 18, contrairement à ce que pourrait donner à penser la traduction française (qui présente un parallélisme) a une construction concentrique, la coordination ו étant son élément central: 
אל־תזכרו ראשׁנות וקדמניות אל־תתבננו - ne pensez plus aux événements passés
et ce qui est ancien ne (le) considérez plus .
Verset 20.  
  תכבדני חית השׂדה תנים ובנות יענה כי־נתתי במדבר מים נהרות בישׁימן להשׁקות עמי בחירי׃ 
Les bêtes des champs me glorifieront,
Les chacals et les autruches,
Parce que j'aurai mis des eaux dans le désert,
Des fleuves dans la solitude,
Pour abreuver mon peuple, mon élu.
YHWH ne se contentera pas de faire jaillir occasionnellement de l'eau d'un rocher (Ex 17,1-7): lors du nouvel exode, une eau abondante irriguera tout le désert (comp. 32,15-17; 35,6-7; 41,18): ce salut sera donc davantage encore que le retour de l'exil babylonien.
במדבר מים נהרות בישׁימן - des eaux dans le désert, des fleuves dans la solitude: Ici encore, la traduction française fait penser à un parallélisme, alors que l'hébreu présente une structure en chiasme: 
נהרות בישׁימן X במדבר מים - dans le désert: des eauxX des fleuves dans la solitude.

Verset 21.
  עם־זו יצרתי לי תהלתי יספרו׃
Le peuple que je me suis formé
Publiera mes louanges.
___________________________________________________________________________

• Is 49,3;5-6

Le lectionnaire a retenu ici quelques versets de l'oracle-poème appelé "Deuxième chant du Serviteur" - qui concerne la mission de ce mystérieux personnage. Très tôt, la tradition chrétienne y a vu l'esquisse des traits de Jésus.

Remarques:
Sur "le" livre d'Isaïe, voir à cette page.
Sur Is 49:
On peut repérer dans ce chapitre trois sections distinctes:
- une première, constituée par le "Deuxième chant du Serviteur"* (vv.1-9a);
- suivie d'une section centrée sur la communauté bénéficiaire de l'œuvre accomplie par le Serviteur de YHWH-l'Éternel (vv.9b-16; comp. 42,10-17);
- et enfin une troisième, évoquant la libération, à venir, d'Israël (vv.14-26).
Le prophète annonce l'œuvre de Salut que va accomplir YHWH par l'intermédiaire de son Serviteur, en rappelant l'œuvre divine déjà accomplie dans le passé: le Serviteur est ainsi dépeint sous les traits d'un nouveau Jacob, d'un nouveau Moïse, d'un nouveau Josué. Mais cette œuvre sera d'une bien plus grande ampleur et inclura de nombreux païens.
YHWH est présenté comme le libérateur et le sauveur de son peuple, et son amour apparaît comme plus fort encore que l'amour indéfectible d'une mère pour son enfant (v.15).
*Les quatre "Chants du Serviteur":
- 1er: 42,1-9;
- 2ème: 49,1-9a;
- 3ème: 50,4-11;
- 4ème: 52,13-53,12;
auxquels il convient d'ajouter les vv.51,16 et 61,1.
Si le texte liturgique omet le v.4, je le donne ici, afin de rendre sa cohérence au passage.  

Traduction et notes:

Verset 3.
 ויאמר לי עבדי־אתה ישׂראל אשׁר־בך אתפאר׃
Et il m'a dit: Tu es mon serviteur, Israël, en qui je me glorifierai.
עבדי־אתה- Tu es mon serviteur: Sur le terme "Serviteur", voir la note sur 42,1
ישׂראל- Israël:
משׁיחmâshîyakh'
Verset 4.
 ואני אמרתי לריק יגעתי לתהו והבל כחי כליתי אכן משׁפטי את־יהוה ופעלתי את־אלהי׃
Et moi j'ai dit: J'ai travaillé en vain, j'ai consumé ma force pour le vide et le néant; toutefois mon jugement est par devers YHWH-l'Éternel, et mon œuvre par devers mon Dieu.
Isaïe laisse entendre que la plus grande partie du peuple d'Israël rejettera le Serviteur.
משׁפטי- mon jugement: Sur ce mot, voir cette page. Attention! NPC les valeurs subjective et objective de cette locution: comme l'indique le contexte, ce n'est pas le Serviteur qui rend un jugement, mais sur lui et son œuvre que porte le jugement de YHWH.
פעלתי- mon œuvre: Le terme "פּעלּה pe‛ûllâh" est le participe passif féminin du verbe-racine "פּעלpâ‛al- faire, accomplir", d'où son sens premier: "ce qui a été fait", "travail", "œuvre"; mais il peut également avoir le sens de "rétribution d'un travail", "récompense". 
Verset 5.
  ועתה אמר יהוה יצרי מבטן לעבד לו לשׁובב יעקב אליו וישׂראל לא יאסף ואכבד בעיני יהוה ואלהי היה עזי׃
Et maintenant, dit YHWH-l'Éternel, qui m'a formé dès le ventre pour lui être serviteur afin de lui ramener Jacob; quoique Israël ne soit pas rassemblé, je serai glorifié aux yeux de YHWH-l'Éternel, et mon Dieu sera ma force;
יצרי מבטן- qui m'a formé dès le ventre: Comp. v.1b:
יהוה מבטן קראני ממעי אמי הזכיר שׁמי׃
"YHWH-l'Éternel m'a appelé dès le ventre; dès les entrailles de ma mère il a fait mention de mon nom".
Comme, plus tard, le prophète Jérémie (Jr 1,5); l'apôtre Paul, pharisien et élève de Gamaliel (donc excellent connaisseur de la TaNaKh), évoquera sa vocation de la même manière en Ga 1,15.
לשׁובב יעקב אליו- afin de lui ramener Jacob: C'est lui qui conduira le nouvel exode, le retour à YHWH - et c'est là un autre trait qui permet de l'identifier à l'Emmanuel d'Is 7,14:
הנה העלמה הרה וילדת בן וקראת שׁמו עמנו אל׃
(voir aussi 10,21;11,16;48,21 - et les notes sur 9,5-6 plus haut).

Verset 6.
   ויאמר נקל מהיותך לי עבד להקים את־שׁבטי יעקב ונצירי ישׂראל להשׁיב ונתתיך לאור גוים להיות ישׁועתי עד־קצה הארץ׃
Et il me dit: C'est peu de chose que tu me sois serviteur pour rétablir les tribus de Jacob et pour ramener les préservés d'Israël; je te donnerai aussi pour être une lumière des nations, pour être mon salut jusqu'au bout de la terre.
לאור גוים- pour <être> une lumière des nations:
- Rappel: "
גויםgôyîm" = "peuples" - ou, d'après le grec de LXX "ἐθνηéthnê" = "nations" - désigne les "non-Juifs", les païens.
-
Comp. Is 42,6.
La mission du Serviteur s'étendra donc à toutes l
es "גוים goïm - nations".
En Is 9,1, l'image de la "
אור גדול - grande lumière" (qui sert souvent à évoquer le Salut chez Isaïe) est appliquée à l' "עמנו אל ‛immânoû'êl- Emmanuel" de 7,15 (voir, plus haut, les notes sur 9,5-6), le roi messianique - ce qui montre que, finalement, on peut assimiler le Serviteur à l'"Emmanuel".
___________________________________________________________________________

• Is 49,8-26

Dans la Bible, Dieu se mêle de politique. Cela nous semble étrange – parfois même choquant – de voir le Seigneur retrousser ses manches et plonger dans l’ardeur du combat pour «chercher querelle à qui te cherche querelle». Bien sûr, il s’agit d’une image mais l’image biblique renvoie toujours à une vérité : ce que la Bible veut nous dire par là, c’est que Dieu n’est pas étranger au devenir de l’homme, du monde, de l’histoire. Au temps de Teglat-Phalasar, terrible souverain des Assyriens, cela se traduit par sa présence au milieu des combats et par la victoire à nul autre attribuée qu’au Seigneur des armées, lui qui n’abandonne pas ceux qui se confient en lui et leur fait porter du fruit ; mais à la plénitude des temps, cela se traduit par la présence dans la chair du Verbe du Très-Haut. Dieu n’est étranger à rien de ce qui touche l’homme. Ceux qui espèrent en lui ne seront pas déçus.

_________________________

• Is 49,14-15

La tendresse du cœur de l'Éternel est incomparable.

Remarques:

Sur "le" livre d'Isaïe: voir à cette page
Sur Is 49:
On peut repérer dans ce chapitre trois sections distinctes:
- une première, constituée par le "Deuxième chant du Serviteur" (vv.1-9a);
- suivie d'une section centrée sur la communauté bénéficiaire de l'œuvre accomplie par le Serviteur de YHWH-l'Éternel (vv.9b-16; comp. 42,10-17);
- et enfin une troisième, évoquant la libération, à venir, d'Israël (vv.14-26).
Le prophète annonce l'œuvre de Salut que va accomplir YHWH par l'intermédiaire de son Serviteur, en rappelant l'œuvre divine déjà accomplie dans le passé: le Serviteur est ainsi dépeint sous les traits d'un nouveau Jacob, d'un nouveau Moïse, d'un nouveau Josué. Mais cette œuvre sera d'une bien plus grande ampleur et inclura de nombreux païens.
YHWH est présenté comme le libérateur et le sauveur de son peuple, et son amour apparaît comme plus fort encore que l'amour indéfectible d'une mère pour son enfant (v.15).


Traduction et notes:


Verset 14.
   ותאמר ציון עזבני יהוה ואדני שׁכחני׃
Mais Sion a dit: YHWH-l'Éternel m'a abandonnée, et le Seigneur m'a oubliée!
יהוה ואדני - YHWH-l'Éternel [...] et le Seigneur: Remarque: on trouve ici successivement le tétragramme divin יהוה, kétiv théologique ("Si l’homme ne peut lire le tétragramme, c’est que le Mystère de l’identité de Dieu le dépasse") et son qéré אֲדֹנָי Adonaï – traduit textuellement: "mon Seigneur").
Verset 15.
   התשׁכח אשׁה עולה מרחם בן־בטנה גם־אלה תשׁכחנה ואנכי לא אשׁכחך׃
Une femme oubliera-t-elle son nourrisson, pour ne pas avoir compassion du fruit de son ventre? Même celles-là oublieront; mais moi, je ne t'oublierai pas.

___________________________________________________________________________

Is 50, 4-7

Le mystérieux « Serviteur de Dieu » entrevu par Isaïe (Is 42,1-8 ; 49,1-6 ; 50,4-9 ; 52,13–53,12 - voir page« Le serviteur de Dieu ») s’arrête un instant pour jeter un regard sur sa mission et la manière dont il l’a accomplie : malgré les persécutions, il est resté fidèle à la Parole de Dieu, entendue jour après jour. Parce qu’à travers tout il a gardé une totale confiance en son Seigneur, rien n’a entamé sa fermeté d’âme, ni sa sérénité profonde.
C’est pourquoi la tradition chrétienne a vu en lui, de tout temps, une annonce du Christ (Ac 8,26-34).
___________________________________________________________________________

• Is 50,5-9a.

Tout serviteur (voir cette page) de Dieu fait, d'une manière ou de l'autre, une expérience semblable à celle du mystérieux personnage qu'Isaïe donne en exemple: il lui en coûte de rester fidèle à sa vocation, et il reconnaît que Dieu lui-même est sa force.
C'est également l'expérience d'une communauté inébranlablement attachée au Seigneur.
Et, pour le chrétien, le parfait "Serviteur de Dieu" est le Christ, "obéissant jusqu'à mourir, et mourir sur une croix" (Ph 2,7-8).
___________________________________________________________________________

• Is 52,7-10

Un oracle en forme de poème au lyrisme entraînant.

Remarques:

Verset 7.
רגלי מבשׂר - Les pieds de celui qui apporte les nouvelles: lors des batailles, des hommes étaient chargés d'informer le roi et le peuple de leur issue (voir, dans l'Histoire, le "messager de Marathon"; dans la Bible, 2S 18,26). Suivant l'interprétation que l'on donne aux versets 6-10 (l'Eternel manifeste sa puissance aux yeux de tous en ramenant son peuple d'exil; ou le prophète a une vision plus lointaine, messianique voire eschatologique), il peut s'agir ici
- des sentinelles de Jérusalem informant la ville du retour des exilés;
- des prophètes qui annoncent le règne messianique et la venue de YHWH prenant la tête du "nouvel exode" et apportant le Salut à son peuple (cf. verset 8). Comparer: Na 2,1.
מלך אלהיך- ton Dieu règne: la délivrance et le salut accordés à son peuple manifestent que Dieu règne (voir Ps 93,1, et la note sur les "Psaumes du Règne" à cette page).

Verset 8.
בשׁוב יהוה ציון - YHWH ramène Sion:
- le verbe שׁוּבshûb signifie "retourner", transitivement on intransitivement, au sens propre ou au sens figuré; les traductions de cette phrase varient donc grandement: YHWH "revient à Sion" (B.J. et trad. liturgique) ou "retourne dans Sion" (Semeur), "ramène Sion" (L.Segond, Ostervald) ou "ramènera Sion" (Martin), "restaurera Sion" (Darby);
- le texte de Qumrân ajoute "avec amour".

Verset 10.
חשׂף יהוה את־זרוע קדשׁו - YHWH montre le bras de sa sainteté: le bras d'YHWH, qui évoque la puissance de son intervention, est souvent associé au salut du peuple (voir Ex 6,6; Is 51,9 et cette page).
___________________________________________________________________________

Is 52,13 - 53,12

Après le monologue où le Serviteur* parlait de lui-même (cf. ci-dessus, 50,4-7), voici une méditation sur ses souffrances, sa mission et sa destinée. Les hommes l’ont méprisé parce qu’ils n’avaient pas vu qu’il avait pris sur lui le poids de leurs péchés. Dieu, lui, a reconnu qu’il était Juste, et a agréé son sacrifice d’expiation. Il en a fait le chef d’une multitude de rachetés. Mais qui est ce « Serviteur » ? De qui est-ce la figure ?
On songe ici à une liturgie de Yôm Kippour, « Jour des Expiations », à un Juste qui récapitule en lui la destinée de tous ceux qui ont été reconnus comme des « Justes d’Israël » pour avoir, au cours des siècles et encore de notre temps, pris sur eux, héroïquement, leur part des souffrances et des persécutions infligées au peuple.
-------
*Voir page « Le serviteur de Dieu ». Dans ce passage, sa patience (50,6) et son humilité (53,7) le rendent capable d’offrir sa vie et d’accomplir par sa souffrance le dessein d’ יהוה YHWH (53,4sqq ; 53,10) : justifier les pécheurs de toutes les nations (53,8 ; 53,11sqq). ___________________________________________________________________________

• Is 53,10-11.

Cet oracle prophétique est particulièrement suggestif.Il est lu par la tradition chrétienne comme un éclairage sur le mystère de la mort et de la résurrection du Christ, Sauveur du monde.
___________________________________________________________________________

• Is 54,1-10.

«Qui m’a enfanté ceux-ci ?», demandait la Fille de Sion. Ici encore, il est question de fécondité et même de nuptialité. C’est peut-être la pointe de la promesse divine à l’égard de son peuple : l’alliance qui se noue entre eux n’est pas une alliance juridique ou politique entre deux suzerains qui y trouveraient un intérêt réciproque ; c’est une alliance entre un époux et une épouse, une alliance scellée par un amour éternel, plus fort que – s’il se pouvait ! – les mouvements des collines. C’est ainsi que l’on peut comprendre la colère de Dieu dans la bouche du prophète : il ne s’agit bien sûr pas de violence, ni même de colère au sens humain du mot, mais de la blessure que cause l’éloignement. Dans le langage du prophète, Dieu «se fâche» de voir son peuple aimé lui tourner le dos, mais cette «colère» ne dure qu’un «court instant» : son vrai visage est celui de la miséricorde.
___________________________________________________________________________

Sur les chap.55 à 66: voir cette page
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint