Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Les Jeûnes






1. Jeûnes privés

On appelle "jeûne privé" un jeûne qui ne concerne qu'un individu, ou un groupe d'individus, qui à titre personnel décide de jeûner pour une raison religieuse.
 
On classe dans cette catégorie:
- le jeûne pour la date anniversaire du décès de son père ou sa mère, du matin jusqu'après la prière du soir;
- le jeûne des mariés, le jour du mariage du matin jusqu'à la cérémonie;
- le jeûne la veille du Nouveau Mois (Roch Hodech), le lundi et jeudi en général, ou le lundi et jeudi situés dans les semaines où est lue la paracha Chémot jusqu'à Michpatim (chovavim), les jours entre Roch Hachana et la veille de Kippour;
- pour un grand maître décédé, lorsqu'on fait tomber un

2. Jeûnes communautaires

(Voir aussi cette page - sur le calendrier)

- Mois de Tichri:
Jeûne de Guedalia
Jeûne de Kippour
- Mois de Tevèt: Jeûne du 10 (voir ci-dessous)
- Mois de Nissan: Jeûne des Premiers-nés (TaanitBekorôt)
- Mois Tamouz: Jeûne du 17
- Mois de Av: Jeûne du 9, Ticha BeAv


3. Pratique du jeûne

- Règle générale: les adultes en bonne santé – à partir de l’âge de bar et bat mitsva – s’abstiennent de manger et de boire depuis l’aube jusqu’à la tombée de la nuit.
- Les femmes enceintes et qui allaitent ne jeûnent pas.
Un malade doit consulter un rabbin.
Cependant, ceux qui sont dispensés de jeûne, comme les malades et les enfants, ne devraient pas consommer de douceurs en ce jour.
- Il est permis de se lever avant le début du jeûne pour manger quelque chose, à condition d’avoir eu l’intention de le faire avant d’aller dormir (voir plus bas, les dinim).
- Mais s’abstenir de manger et de boire est l’aspect superficiel d’un jour de jeûne.
À un degré plus profond, un jour de jeûne est un jour propice, un jour où l’Éternel est accessible, attendant le repentir.


4. Jeûne du 10 de Tevèt
(Cette année 5772/2012: le 5 janvier)

Historique:
 
Le 10 tévet en -587, le roi de Babylone commença le siège de Jérusalem; ce siège s'acheva par la destruction du Temple et de la ville le 9 av -586.
 
Sens du jeûne:
 
Le jeûne du 10 Tevèt est lié au traumatisme de la destruction (hourban) des deux Temples et de Jérusalem. Le choc fut terrible, non seulement à cause des nombreuses victimes (Flavius Josèphe évalue à près d'un million, le nombre de Judéens massacrés par les légions de Titus), mais parce que cette catastrophe, et l'exil qui en découla, sapèrent toute la vision du messianisme biblique que l'on avait reçue depuis Abraham. En effet, le message spirituel d'Israël devait obligatoirement émaner du peuple ayant reçu la Torah à partir de la terre des promesses.

L'exil de 70 obligea le judaïsme à se reconstituer en une foi ardente sans terre. La conquête du Livre remplaça la conquête de l'espace, et le juif devenait «Bâtisseur du temps». Cependant, en orientant ses synagogues vers son pays ancestral, en jeûnant le 3 tichri, le 10 tévet, le 17 tamouz et le 9 av et aux trois autres dates, Israël affirmait - dans le drame de sa diaspora - son unité religieuse et nationale. L'on peut comprendre pourquoi paradoxalement le 9 av est appelé moed, jour de fête,
« rendez -vous »… avec sa propre identité.
 
Rites, prières:
Au cours de la prière du matin, on récite les prières spéciales de seli’hotrelatives à ce jour.
Le “Avinou Malkeinoulong” est récité lors de l’office du matin et de celui de l’après-midi.
La Torah est lue lors de l’office du matin et de celui de l’après-midi. La lecture – qui est la même pour ces deux offices – est Ex 31,11-14 et 34,1-10, et évoque comment, après l’incident du Veau d’Or, Moïse a intercédé auprès de YHWH-l’Éternel en faveur des Israélites, jusqu’à obtenir Son pardon pour eux.
Dans le rite ‘hassidique et le rite ashkénaze, après la lecture de l’après-midi, la Haftarah des jours de jeûne est lue (Is 55,6 - 58,8).

D’après le calendrier juif, le 10 Tévet ne peut pas tomber un Shabbat. Il peut toutefois tomber un vendredi et, lorsque tel est le cas, on jeûne en ce jour jusqu’au kiddouche du Shabbat.
Dinim - Lois pratiques:
 
1 - Chaque membre majeur de la communauté devra jeûner le 3 tichri, le 10 tévet, le 17 tamouz et le 9 av et il est interdit de briser la barrière de la Tradition.
(Maran 650, 1)
2 - Le jeûne commence au lever du jour jusqu'à l'apparition des étoiles. Durant ce jeûne, il est permis de se laver, de se parfumer, de porter des chaussures de cuir et de pratiquer l'intimité conjugale.
(Maran ibid. 2)
3 - Une femme enceinte ou qui allaite est dispensée de ce jeûne, elle mangera cependant pour sa santé et celle de l'enfant et non par plaisir (elle ne consommera pas des mets d'agrément comme des glaces, des gâteaux, etc.). De même, une femme dans les 30 jours qui suivent la naissance de son enfant est dispensée du jeûne.
(Maran 654, 5 et 6)
4 - Un malade est dispensé du jeûne, même si sa vie n'est pas en danger. Il mangera cependant avec discrétion, et uniquement ce qui est nécessaire pour sa santé et pas de mets d'agrément.
(Maran ibid. Michna béroura 11, Kaf hahaïm 33)

5 - Des jeunes mariés dans la semaine de leur mariage doivent jeûner, ainsi que le père le jour de la circoncision de son fils, le mohel et le porteur du bébé (sandak); le kiddouch sera alors bu par un enfant mineur.
(Resp. Yabia omer V, 40)
6 - A priori, on ne se lavera pas la bouche et on ne se brossera pas les dents, sauf si l'on ne supporte pas cette situation, auquel cas on fera attention de ne pas avaler d'eau.
(Michna béroura 11, Kaf hahaïm 14, Kol Sinaï 9. Resp. Minhat Yitsak V,109).
7 - Il est licite de fumer, si on ne peut se passer de la cigarette, mais interdit de mâcher un chewing-gum
(Kol Sinaï 12, Resp Yaskil avdi VIII, 20. Resp. Yéhavé daat V,39).
8 - Afin de pouvoir manger au petit matin, il est souhaitable d'en poser expressément la condition avant de dormir : « Si je me lève avant le lever du soleil, je mangerai », car sinon le sommeil est considéré comme début du jeûne.
(Maran 664, 1 et Rama)

_______________________________________________________________

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint