Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Le מקוה  Miqvé

Le mot "מקוה miqvêh" se trouve en Gn 1,10: "ולמקוה המים קרא ימים",
"Et au מקוה = rassemblement des eaux, Il donna le nom de mers".

C'est un bain rituel, une sorte de bassin servant à purifier personnes et objets, et dont la construction et le contenu répondent donc à des règles très strictes:
• le מקוה doit contenir au moins 750 litres d'eau;
• cette eau, ayant vertu purificatrice, doit être naturelle; elle peut donc provenir
- d'une source,
- de l'eau de pluie,
- de la mer,
- d'une rivière,
- d'un lac...

Le מקוה est l'endroit où on lave les objets ou les personnes en état d'impureté rituelle (le pur et l’impur étant dans la Bible les catégories rituelles fondamentales, qui permettent ou empêchent le contact avec Dieu – cf. Lv 17 à 26). L'immersion dans le מקוה pour se purifier s'appelle la טבילה Tevila.
• L'impureté est essentiellement liée à l'idée de mort: ainsi toute personne se trouvant sous le même toit qu'un mort devient impure.
Le sang étant la vie (Lv 17,14: "l'âme de toute chair, c'est son sang - נפשׁ כל־בשׂר דמו"), lorsqu'il s'écoule anormalement il devient facteur de mort, donc vecteur d'impureté (ainsi, le NT montre "une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans" qui, espérant être guérie par Jésus mais craignant d'être repoussée par la foule et par celui-ci "s'approche par derrière" et touche les Tsitsit de son Talit - Mt 9,20//Lc 8,44). 
Le sang menstruel - puisqu'il résulte de la non-fécondation puis de la mort d'un ovule - rend la femme impure. Les rapports sexuels sont interdits durant les jours des menstruations plus sept jours sans écoulement, et ne sont à nouveau autorisés qu'après immersion de la femme au מקוה. Ces règles sont englobées sous le terme de lois de נדהNidda'.

Si, à l'époque du Temple, les occasions de se purifier étaient multiples, elles sont maintenant nettement moins abondantes - mais l'importance de l'acte n'a pas diminué pour autant.

Ainsi, de nos jours, la fréquentation du מקוה est surtout assurée par
1. les femmes
- à la veille de leur mariage;
- qui viennent se purifier après chaque accouchement;
- qui viennent se purifier après chaque menstruation;
- ménopausées, à qui une dernière immersion dans leמקוהapporte la pureté pour le restant de leur vie;
2. les personnes qui se convertissent au Judaïsme;
3. certains hommes, le vendredi, avant le Shabbat (page en préparation);
4. certains hommes, à la veille de Kippour.
Ces deux dernières catégories n'obéissent pas à une Mistva (prescription, obligation).

En revanche, chez les Hassidim, l'immersion dans le מקוה est un acte mystique de renaissance, de rapprochement avec יהוה l'Éternel, exécuté avec une grande ferveur, et indispensable chaque matin avant la prière - la pureté physique étant inextricablement liée pour eux à la pureté spirituelle.
_____________________________ 




Entrée de Miqvé 

(Venise, Italie) 


























Miqvé 
(Larnaca, Chypre)
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint