Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven



La « chair » selon saint Paul 


 



1. En grec, le mot "σάρξ sarx" a pour sens premier "la chair, la viande" en tant qu'on en a "arraché" la peau; il vient en effet très vraisemblablement du verbe "σαρόω saroō", nettoyer, ôter, arracher (la poussière, etc.).
D'où:
1. au sens strict, la viande d'un animal, en tant que nourriture.
2. Puis, par extension, le corps:
- opposé à l'âme ou à l'esprit (en particulier dans la pensée grecque);
- ou comme symbole de ce qui est extérieur;
- ou encore comme moyen de relation.
3. Puis, par implication, la nature humaine (avec toutes ses fragilités, tant physiques que morales, et ses passions).
4. Et donc, spécifiquement, un être humain 
- en tant qu'il est charnel
- ou dont l'esprit est tourné vers les préoccupations de la chair.


2. C'est pourquoi , dans un contexte biblique et tout particulièrement paulinien,
- si généralement on traduit tout simplement "selon la chair",
- il arrive que l'on extrapole, en fonction du contexte;
ainsi:
"de manière purement humaine" (par ex. en Ga 4,23;29),
ou encore: "comme l'homme livré à lui-même" (par opposition avec "l'Esprit"; voir par ex. Ga 5,13-26; 6,8);
- que l'on précise, par ex.: "en vous remettant à des rites extérieurs" (allusion à la circoncision, Ga 5,3; 6,12-13).


3. En tout cas, ce terme n'a jamais dans le NT la connotation sexuelle qu'on lui prête parfois.


4. Il ne désigne pas non plus une "partie" du croyant: le texte grec ne dit pas "votre chair", mais "la chair"; Paul ne l'oppose donc pas à une autre "partie" du croyant qui serait son esprit (comme le faisaient les Grecs), mais à l'Esprit Saint (vv.16-17;19;22).


5. La "chair" est donc plutôt un principe qui gouverne la vie.


6. Attention! Certains exégètes chargent à tort le mot de connotations très négatives (et extrapolent: par ex. "la nature pécheresse", "la propension au mal" - s'appuyant donc non surla pensée sémitique de Paul, mais sur la pensée hellénisante qui, en opposant "chair" et "esprit", opposait "pureté" et "impureté").

Paul met en revanche en parallèle "chair" et "régime de la Loi" (v.18): c'est en se faisant circoncire que les Galates s'appuyaient sur la "chair" pour parvenir à la perfection (3,3).


7. En fait, la pensée sémitique, lorsqu'elle met en balance "chair" et "esprit" oppose "terrestre" et "céleste".

Chez Paul, juif et chrétien, cette opposition est transformée par une double expérience:
- celle du péché auquel la chair nous a entraînés,
- et celle de l'Esprit Saint qui est donné aux chrétiens.


8. Ainsi, en 1Co 3,3, l'expression "σαρκικοί ἐστε, vous êtes charnels" (avec l'adjectif "σαρκικός sarkikos", directement dérivé de "σάρξ") a pour synonyme "κατὰ νθρωπον περιπατεῖτε, vous marchez selon l'homme".


9. La "chair" semble donc bien désigner ce que l'homme est en Adam: par création, il est soumis au principe de justification de la Loi, avec l'obéissance pour seul moyen de ne pas tomber dans la mort (Gn 2,16-17; Rm 5,13-14), et, à cause de la chute, il est faible, livré à lui-même, pécheur.

C'est cette réalité "humaine" qui s'impose à tout homme tant que l'Esprit ne le fait pas naître à une vie nouvelle, dans le Christ, sous le régime de la grâce (voir Rm 8,1-17). 

_______________________________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint