Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven
(Essai de réponse à une question posée)


Juif et païen selon saint Paul

   

Pour Paul comme pour les prophètes, l’humanité se partage en deux groupes : le peuple élu, « יהודי – le juif », et « גוים – les nations », « ιουδαιος […] ελλην – le Juif et le Grec » (Ga 3,28) ; avec la venue du Christ, cette distinction est à la fois supprimée et maintenue. 



1.     Les avantages du Juif.

-         Le nom même de Juif est un titre de gloire (Rm 2,17), sans doute d’après l’étymologie du nom de Juda selon Gn 29,35 : « אודה – je célébrerai ; את־יהוה – YHWH l’Eternel ; על־כן – c’est pourquoi ; קראה – elle appela ; שמו –son nom ; יהודה – Juda (= « célébré ») ; et en vertu de la bénédiction de Jacob en Gn 49,8 : יהודה – Juda ; אתה – toi ; יודוך – te célèbreront ; אחיך – tes frères.»

-         De fait, à lui reviennent les privilèges de la Loi et de la circoncision (Rm 2,17-29).
Titre de fierté que revendique Paul : « ημεις – nous ; φυσει – par naissance ; ιουδαιοι – Juifs ; και – et ; ουκ – non ; εξ εθνων – originaires des « nations » ; αμαρτωλοι – pécheurs » (Ga 2,15) : cette exclamation de l’ancien élève de Gamaliel (pharisien, « Docteur de la Loi respecté de tout le monde ») aide à comprendre la prière du Juif pieux qui, chaque jour, remercie Dieu de ne pas l’avoir fait goï.
Aussi, tout chrétien qu’il soit, Paul se dit-il Juif:
• en Rm 11,1 : « εγω – moi ; ισραηλειτης – Israélite ; ειμι – je suis ; εκ σπερματος – de la postérité (littéralement : « issu du sperme ») ; αβρααμ – d’Abraham. »
• en Ph 3,5 : « περιτομη – circoncis ; οκταημερος – le huitième jour ; εκ – issu de ; γενους – la race ; ισραηλ – d’Israël […] ; εβραιος – Hébreu ; εξ – issu de ; εβραιων – Hébreux ; κατα – selon ; νομον – la loi ; φαρισαιος – Pharisien.»
• et selon saint Luc, en Ac 22,2-3, il proclame solennellement, en hébreu, à Jérusalem : « εγω – moi ; ειμι – je suis ; ανηρ – un homme ; ιουδαιος – juif […] ; ανατεθραμμενος – élevé ; εν – dans ; τη πολει ταυτη – cette ville ; παρα τους ποδας – aux pieds ; γαμαλιηλ – de Gamaliel ; πεπαιδευμενος – instruit ; κατα ακριβειαν – avec rigueur ; του πατρωου νομου – de la Loi de nos pères ; ζηλωτης – zélé ; υπαρχων – me trouvant ; του θεου – pour Dieu ; καθως – comme ; παντες υμεις – vous tous ; εστε – êtes ; σημερον – aujourd'hui. ».

-          Les dons de Dieu sont grands à tous égards, mais « noblesse oblige ! » Paul accuse les Juifs de ne pas pratiquer la Loi qu’ils enseignent aux autres et, finalement, au lieu de faire louer Dieu, de faire blasphémer son Nom parmi « les nations » (Rm 2,17-24).
Le privilège de la circoncision ne vaut que si l’on est « circoncis de cœur » (voir « La circoncision du cœur »), comme le demandaient les prophètes. Le Juif incrédule n’est donc Juif qu’en apparence : « ου – ne pas ; γαρ – en effet ; ο – le ; εν τω φανερω – dans le visible ; ιουδαιος – Juif ; εστιν – est ; ουδε – et ne pas ; η – la ; εν τω φανερω – dans le visible ; εν σαρκι – dans la chair ; περιτομη – circoncision » (« En effet, ce n’est pas ce qui se voit qui fait le Juif, ni la marque visible dans la chair qui fait la circoncision » : Rm 2,28).

-         Le chrétien est le vrai circoncis : « βλεπετε – prenez garde à ; την κατατομην – la mauvaise circoncision » (Ph 3,2), il est le « Juif au-dedans » : «ο – le ; εν τω κρυπτω – dans le caché ; ιουδαιος – Juif ; και – et ; περιτομη – la circoncision ; καρδιας – du cœur ; εν πνευματι – dans l’esprit ; ου γραμματι – non dans la lettre» (« Celui-là est Juif qui l'est au-dedans, et la circoncision est celle du cœur, selon l'esprit, et non selon la lettre » : Rm 2,29).

-          Au terme du réquisitoire de Paul contre tout homme, les privilèges du Juif semblent donc bien être abolis : « Juifs ou Grecs », tous sont également pécheurs (Rm 3,9)


2.     Le païen converti et le Juif incrédule.

Cependant la situation respective des deux fractions de l’humanité est complexe.
 
-         D’une part, toute différence est nivelée, non seulement sur le plan du péché, mais sur celui de la grâce :  « ουκ – ne pas ; ενι* – il y a ; ιουδαιος – Juif ; ουδε – ni ; ελλην – Grec ; ουκ – ne pas ; ενι – il y a ; δουλος – esclave ; ουδε – ni ; ελευθερος – homme libre** ; ουκ – ne pas ; ενι – il y a ; αρσεν – mâle ; και – et ; θηλυ – femelle ; απαντες – tous ; γαρ – en effet ; υμεις – vous ; εις – un ; εστε – êtes ; εν – dans ; χριστω ιησου – le Christ Jésus »
-------
* ενι pour ενεστι(ν) = il est, il y a.
** Propos très forts : c’est parce que les chrétiens refusent, entre autres choses, la distinction entre esclaves et hommes libres qu’ils seront considérés comme « subversifs » par rapport à l’Empire Romain, et donc persécutés.
-------
« Il n'y a plus ni Juif ni Grec; il n'y a plus ni esclave ni libre; il n'y a plus ni homme ni femme; car vous êtes tous un en Jésus-Christ» (Ga 3,28),  

car dans le Christ nous ne formons qu’un seul Etre :
« ουκ – ne pas ; ενι – il y a ; ελλην – Grec ; και – et ; ιουδαιος – Juif ; περιτομη – circoncision ; και – et ; ακροβυστια – incirconcision ; βαρβαρος – barbare* ; σκυθης – Scythe** δουλος – esclave ; ελευθερος – homme libre ; αλλα – mais ; τα παντα – le tout ; και – et ; εν – dans ; πασιν – tous ; χριστος – le Christ »
-------
* Le « barbare » est, pour le Grec, le non-Grec ; et pour le Romain, le non-Grec-ni-Romain. On pense que le mot serait formé sur les « borborygmes » (même racine), les sons (et non les « paroles ») émis par les non-grecs, tels qu’entendus par les Grecs !
** Le Scythe (d’un peuple des bords septentrionaux de la mer Noire) a la réputation d’être la « quintessence » du barbare – contrairement à ce que nous avons pu constater lors  de la fabuleuse exposition « L’or des Scythes » ! Les Scythes sont cités deux fois dans la Bible : en 2M 4,47 et ici.
-------
« Il n'y a ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni Barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout en tous » (Col 3,11). 

La Foi, et non la pratique de la Loi, est source de la justice :
« νομον – la Loi ; ουν – donc ; καταργουμεν – supprimerons-nous ; δια – à cause de ; της πιστεως – la Foi ; μη – que ne pas ; γενοιτο – ce soit ; αλλα – mais ; νομον – la Loi ; ιστανομεν – nous confirmons »
« Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Nullement! Au contraire, nous établissons la loi. » (Rm 3,31)  

Dans ces conditions, la réconciliation des nations – annoncée par les prophètes – peut s’accomplir :
« η – ou bien ; ιουδαιων – des Juifs ; ο θεος – Dieu ; μονον – seulement ; ουχι – et pas ; και – aussi ; εθνων – des nations ; ναι – oui ; και – aussi ; εθνων – des nations » « Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs? Ne l'est-il pas aussi des païens ? Si, il l'est aussi des païens » (Rm 3,29)
« ουκ – ne pas ; εστιν – il y a ; διαστολη – de différence ; ιουδαιου – du Juif ; τε και – et ; ελληνος – du grec ; ο – le ; γαρ – en effet ; αυτος – même ; κυριος – Seigneur. »
« Il n'y a point de distinction entre le Juif et le Grec, parce que tous ont un même Seigneur » (Rm 10,12)  

-         Pourtant, Paul établit quelques nuances : 
« ειπερ – puisque ; εις – un seul ; ο θεος – Dieu ; ος – qui ; δικαιωσει – justifiera ; περιτομην – la circoncision ; εκ à partir de ;  πιστεως – la foi ; και – et ; ακροβυστιαν – l’incirconcision ; διαau moyen de ; της πιστεως – la foi » 
« Car il y a un seul Dieu, qui justifiera les circoncis à partir de la foi, et les incirconcis à cause de la foi. » (Rm 3,30)  

-         D’autre part, Paul maintient jalousement la priorité du Juif par rapport au non-Juif 
que ce soit pour la tribulation ou la gloire, pour la punition ou la récompense :
« θλιψις – détresse ; και – et ; στενοχωρια – angoisse ; επι – sur ; πασαν – toute ; ψυχην – âme ; ανθρωπου – d’humain ; του κατεργαζομενου – le mettant en œuvre ; το κακον – le mal ; ιουδαιου – du Juif ;τε πρωτον – d’abord ; και  - et aussi ; ελληνος – du Grec ;
δοξα – gloire ; δε – en revanche ; και – et ; τιμη – honneur ; και – et ; ειρηνη – paix ; παντι – pour tout ; τω εργαζομενω – l’œuvrant ; το αγαθον – le bien ; ιουδαιω – au Juif ; τε πρωτον – d’abord ; και  - et aussi ; ελληνι – au Grec ;
ου – ne pas ; γαρ – en effet ; εστιν – est ; προσωπολημψια – de partialité ; παρα – chez ; τω θεω – Dieu.
οσοι – tous ceux qui ; γαρ – en effet ; ανομως – sans la Loi ; ημαρτον – ont péché ; ανομως – sans la Loi ; και – aussi ; απολουνται – seront détruits ; και – et ; οσοι – tous ceux qui ; εν νομω – sous la Loi ; ημαρτον – ont péché ; δια νομου – par la Loi ; κριθησονται – seront jugés »
« L'affliction et l'angoisse à tout homme qui fait le mal; au Juif d'abord, puis au Grec;
Mais la gloire, l'honneur et la paix à tout homme qui fait le bien; au Juif d'abord, ensuite au Grec;
Car Dieu n'a point de partialité.
Tous ceux qui auront péché sans la Loi, périront aussi sans la Loi; et tous ceux qui auront péché, ayant la loi, seront jugés par la loi. » (Rm 2,9-12)

Cette même priorité est rappelée au païen converti au christianisme qui serait tenté de penser qu’il a pris la succession du Juif dans le dessein de Dieu : « το περισσον του ιουδαιου, la supériorité du Juif » (Rm 3,1) demeure,
car:
κατα – selon ; την εκλογην – l’élection ; αγαπητοι – bien-aimés ; δια – à cause de ; τους πατερας – les pères
« à l'égard de l'élection, [les Juifs] sont aimés à cause de leurs pères » ,
même s’ils sont, pour les nouveaux chrétiens,
« κατα το ευαγγελιον εχθροιennemis à cause de l’Evangile » (Rm 11,28)
parce que :
αμεταμελητα -  irrévocables ; τα χαρισματα – les dons ; και – et ; η κλησις – l’appel ; του θεου – de Dieu
« les dons et la vocation de Dieu sont irrévocables » (Rm 11,29).

Les Juifs convertis constituent « les branches naturelles » de l’olivier, tandis que les chrétiens d’origine païenne ont été « greffés contre nature » (Rm 11,24) :
ει – si ; γαρ – en effet ; συ – toi ; εκ – de ; της – le ; κατα φυσιν – par nature ; εξεκοπης – tu as été retranché ; αγριελαιου – olivier sauvage ; και – et ; παρα φυσιν – contre nature ; ενεκεντρισθης – tu as été greffé ; εις – vers ; καλλιελαιον – un olivier cultivé ; ποσω – combien ; μαλλον – plus ; ουτοι – ceux-ci ; οι – les ; κατα φυσιν – par nature ; ενκεντρισθησονται – seront-ils greffés ; τη ιδια ελαια – à leur propre olivier. « En effet, si tu as été coupé de l'olivier sauvage de ta nature, et si contre l'ordre de la nature, tu as été enté sur un olivier cultivé; combien plus ceux-ci qui sont les rameaux naturels seront-ils entés sur leur propre olivier? »

 (Je pense que ce paragraphe, tout particulièrement, répond  à la question posée sur les versets 25-26, en les éclairant par leur contexte et leur conclusion: « και αυτη αυτοις η παρ εμου διαθηκη οταν αφελωμαι τας αμαρτιας αυτωνκαι – et ; αυτη- celle-ci ; αυτοις – pour eux ; η – la ; παρ εμου – d’auprès de moi ; διαθηκη – alliance ; οταν – quand ; αφελωμαι – j’effacerai ; τας αμαρτιας – les péchés ; αυτων – d’eux Et mon alliance sera avec eux, lorsque j'effacerai leurs péchés. », Rm 11,27)

-        Enfin, même « endurci » (voir pages sur la conversion, la circoncision du cœur et le cœur nouveau, et Pharaon et le cœur endurci »), Israël a un rôle tout particulier dans l’Eglise du Christ : il est un « manque » qui doit faire éprouver « λυπη μεγαλη, une grande tristesse – και αδιαλειπτος οδυνη, et une douleur incessante – τη καρδιαau cœur » de tout croyant (Rm 9,2). 

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint