Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Évangile selon
saint Matthieu

(3 - chapitres 6-7)


1. Introductions aux évangiles, à l'Évangile selon saint Matthieu; Mt 1-3: à cette page.
2. Mt 4-5: à cette page

3. Mt 6-7.

4.Mt 8-9: à cette page
5. Mt 10-12: à cette page
6.Mt 13-16: à cette page
7.Mt 17-20: à cette page
8.Mt 21-24: à cette page
9. Mt 25-28: à cette page
_________________________________________________________________________

• Mt 6,1-6;16-18.

Jésus ne récuse pas la valeur de l'aumône, de la prière, du jeûne: il met en garde contre les pratiques ostentatoires; elles peuvent peut-être tromper les hommes, mais pas Dieu - qui voit les intentions du cœur.
Une mise en garde toujours d'actualité, car le pharisaïsme menace, aujourd'hui comme hier, les meilleures des pratiques.  

Sur ce passage:
Sur Matthieu et son Evangile, voir à cette page.
Ce passage fait partie de ce qu'il est convenu d'appeler le "Sermon sur la montagne" (voir à cette page); on sait (voir note sur Lc 6,17 à cette page) que Matthieu ne respecte pas ici la réalité topographique, mais situe "sur la montagne" ce qui est le premier des cinq grands discours de Jésus dans son évangile  pour une raison théologique: après la tentation au désert, Jésus, nouveau Moïse, gravit "sa" montagne, "son Sinaï", pour donner à son peuple la Loi du Royaume.
Sur la section Mt 6,1-18:
Jésus invite ses auditeurs à réexaminer leur manière de vivre leur relation avec Dieu dans trois domaines essentiels de la piété: l'aumône, la prière et le jeûne.
L'accusation centrale qu'il leur adresse est celle d'hypocrisie (vv.2;5;16): ce qu'ils devraient vivre "devant Dieu", ils le vivent "devant les hommes" (v.1)! Certes, nombreux parmi les contemporains de Jésus sont ceux qui auraient aussi condamné cette hypocrisie; mais derrière les mots, il y a les faits - et c'est ce dont Jésus veut faire prendre conscience, au moyen d'exemples et d'images frappants (vv.2-3;5;16-18).
Car l'enjeu est de taille: il en va de la conception même de Dieu!
En effet, on ne manipule pas le Dieu de Jésus - même au prix de pratiques religieuses; car Il est
- le Père (vv.4;6;8;9;15;18),
- céleste et souverain (vv.8;9;14),
- dont la présence ("qui est là", vv.6,18)
- et l'intimité ("ton Père, vv;4,6,18; "votre Père", vv.8,14; "notre Père", v.9)
- sont pour ceux qui se livrent à son regard ("qui te voit", v.4)
- dans le secret (vv.4;6;18) et non sous le regard des autres.

Traduction et remarques :

Verset 1.
᾿Προσέχετε τὴν δικαιοσύνην ὐμῶν μὴ ποιεῖν ἔμπροσθεν τῶν ἀνθρώπων πρὸς τὸ θεαθῆναι αὐτοῖς· εἰ δὲ μή γε, μισθὸν οὐκ ἔχετε παρὰ τῷ πατρὶ ὑμῶν τῷ ἐν τοῖς οὐρανοῖς. 
Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.
 τὴν δικαιοσύνην ὐμῶν͂ - votre justice: Jésus englobe sous ce terme de "δικαιοσύνη dikaiosunē " ce que recouvre le mot hébreu צדקה tsedâqâh - à savoir le jeûne avec la prière, et l'aumône qui doit résulter de la privation - et rétablir ainsi la justice divine, mise à mal par l'injustice humaine (voir cette page et cette page); ces trois domaines, la prière, le jeûne et l'aumône sont essentiels dans la pratique de la religion juive (à noter: une variante du texte grec donne ici déjà "ἐλεημοσύνη eleēmosun", l'aumône, que l'on aura au verset suivant).
μισθὸν [...] παρὰ τῷ πατρὶ ὑμῶν τῷ ἐν τοῖς οὐρανοῖς͂ - récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux: Sur cette "récompense", voir à cette page la note sur Lc 6,23. Voir aussi Mt 5,12; 6,2;5;16.

Verset 2.
᾿῞Οταν οὖν ποιῇς ἐλεημοσύνην, μὴ σαλπίσῃς ἔμπροσθέν σου, ὥσπερ οἱ ὑποκριταὶ ποιοῦσιν ἐν ταῖς συναγωγαῖς καὶ ἐν ταῖς ῥύμαις, ὅπως δοξασθῶσιν ὑπὸ τῶν ἀνθρώπων· ἀμὴν λέγω ὑμῖν, ἀπέχουσι τὸν μισθὸν αὐτῶν.
Lors donc que tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d'être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
Οταν [...] ποιῇς ἐλεημοσύνην͂ - Lorsque tu fais l'aumône: Voir la note sur "τὴν δικαιοσύνην ὐμῶν͂" au v.1; voir aussi Dt 15,7-11; Jb 31,19-20)
σαλπίσῃς - sonner de la trompette: Lors de certaines fêtes juives, ou pour annoncer le culte du Shabbat, on sonnait du shofar.
μὴ σαλπίσῃς ἔμπροσθέν σου - ne fais pas sonner de la trompette devant toi: Ceci n'est pas, comme on le croit souvent, une image destinée à frapper l'imagination. En effet, Jésus semble plutôt fustiger certaines pratiques de riches juifs, qui utilisaient des sonneurs de shofar pour les escorter à la synagogue ou même au Temple, et qui payaient des sonneurs "personnels" lors des cérémonies cultuelles.
οἱ ὑποκριταὶ - les hypocrites: N'oublions pas, d'abord, le sens premier du mot ὑποκριτής hupokritēs: ce terme désignait l'acteur, car il jouait toujours "sous - ὑπο" un masque. L'"hypocrite" est donc celui qui porte toujours un masque, qui a une "façade" pour les autres - mais que Dieu sait percer à jour. Sa conduite simule la foi mais la dément, et déshonore Dieu.
Cette accusation d'"hypocrisie" est fréquente chez Matthieu (Mt 6,5;16; 7,5; 15,17; 16,3; 22,18; 23,13;14;15;23;25;27;29; 24,51). Cependant cette attitude n'est pas nécessairement consciente: plusieurs textes lient hypocrisie et aveuglement (Mt 7,3;5; 23,16;19;24).

Verset 3.
᾿῞σοῦ δὲ ποιοῦντος ἐλεημοσύνην μὴ γνώτω ἡ ἀριστερά σου τί ποιεῖ ἡ δεξιά σου,
Mais quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite,

Verset 4.
᾿῞ὅπως ᾖ σου ἡ ἐλεημοσύνη ἐν τῷ κρυπτῷ, καὶ ὁ πατήρ σου ὁ βλέπων ἐν τῷ κρυπτῷ ἀποδώσει σοι ἐν τῷ φανερῷ.
afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
ἐν τῷ κρυπτῷ͂ - en secret: Voir vv.6;18.

Verset 5.
᾿῞Καὶ ὅταν προσεύχῃ, οὐκ ἔσῃ ὥσπερ οἱ ὑποκριταί, ὅτι φιλοῦσιν ἐν ταῖς συναγωγαῖς καὶ ἐν ταῖς γωνίαις τῶν πλατειῶν ἑστῶτες προσεύχεσθαι, ὅπως ἄν φανῶσι τοῖς ἀνθρώποις· ἀμὴν λέγω ὑμῖν ὅτι ἀπέχουσι τὸν μισθὸν αὐτῶν.
Et lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
ὅταν προσεύχη - lorsque vous priez: Le verbe προσεύχομαι proseukhomaï est employé quatre fois (vv.5;6;7;9), pour introduire quatre directives:
- ne pas prier comme les "hypocrites";
- prier en secret;
- ne pas prier comme les païens;
- prier le Père avec simplicité.
οἱ ὑποκριταί - les hypocrites: Voir la note au v.2.
ὅπως ἄν φανῶσι - pour être vus: La prière des offices synagogaux ayant lieu à heures fixes, ceux qui le souhaitaient pouvaient se faire remarquer de tous alors qu'ils accomplissaient leur devoir religieux (voir Mt 23,5-6; Lc 18,10-14). Cependant, plus qu'une conduite précise, c'est un état d'esprit que dénonce ici Jésus.

Verset 6.
᾿῞σὺ δὲ ὅταν προσεύχῃ, εἴσελθε εἰς τὸ ταμεῖόν σου, καὶ κλείσας τὴν θύραν σου πρόσευξαι τῷ πατρί σου τῷ ἐν τῷ κρυπτῷ, καὶ ὁ πατήρ σου ὁ βλέπων ἐν τῷ κρυπτῷ ἀποδώσει σοι ἐν τῷ φανερῷ.
Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
τὸ ταμεῖόν σου - ta chambre: Le ταμεῖον tameïon' - comme le חדר kheder d'Is 26,20 - est une petite pièce, servant de lieu de rangement ou d'entrepôt (l'équivalent d'un cellier, d'une cave, ou d'un grenier; voir Lc 12,24); la plupart des maisons galiléennes n'avaient qu'une ou deux pièces, communes, d'habitation. Cette fois, plus qu'une conduite précise, c'est un état d'esprit que Jésus recommande; sa propre pratique témoigne d'un tel état d'esprit (Mt 14,23; Mc 1,35-37).

Verset 16.
᾿῞ ῞Οταν δὲ νηστεύητε, μὴ γίνεσθε ὥσπερ οἱ ὑποκριταὶ σκυθρωποί· ἀφανίζουσι γὰρ τὰ πρόσωπα αὐτῶν ὅπως φανῶσι τοῖς ἀνθρώποις νηστεύοντες· ἀμὴν λέγω ὑμῖν ὅτι ἀπέχουσι τὸν μισθὸν αὐτῶν.
Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
  ῞Οταν δὲ νηστεύητε - Lorsque vous jeûnez: Dans l'Écriture, le jeûne est une expression de la vie religieuse qui accompagne
- le deuil: Jg 20;26; 2S 1;12;
- des situations dramatiques ou périlleuses: 2Ch 20,3; Est 4,6; Ps 35,13; Mt 4,1-2;
- des temps de confession des péchés: Esd 9,7; 10,2;6; Né 9,1-2; Dn 9,3; Jon 3,5.
Seuls quelques textes du Nouveau Testament suggèrent que le jeûne peut être lié au désir de consacrer plus de temps à la prière (Lc 2,37; Ac 13,2-3; 14,23; voir aussi 1Co 7,5 sur le "jeûne sexuel" dans la vie du couple.
 ὥσπερ οἱ ὑποκριταὶ - comme les hypocrites: Voir ci-dessus, note sur le v.2; sur la critique du jeûne dans le Premier Testament, voir Is 58,6-10; Jr 14,12; Za 7,5-6
_________________________________________________________________________

• Mt 6,24-34


Les disciples du Seigneur le savent: service de Dieu et idolâtrie de l'Argent sont radicalement incompatibles. Ils ont également conscience d'avoir fait une option qui implique des renoncements toujours plus ou moins difficiles à consentir.Au lieu de les évoquer dans les détails, Jésus énonce quelques principes de discernement auxquels chacun doit se reporter, en toutes circonstances - pour vérifier l'authenticité de son attachement à Dieu;- pour déterminer comment il doit agir:
- la place des biens matériels dans sa hiérarchie de valeurs,
- ses préoccupations quotidiennes majeures:
- le degré de sa confiance en Dieu.
"Chercher d'abord le Royaume de Dieu et sa justice": telle est la règle d'or!


Remarques:

Sur Matthieu et son évangile, voir à cette page.
Sur Mt 6,19-34:
Si la relation à Dieu peut être dévoyée par le souci de briller aux yeux des hommes (vv.1-18), elle peut aussi être pervertie par la soif de posséder (vv.19-34).
Or cette soif de posséder est un calcul insensé (v.19), elle détruit la lucidité (v.23) et crée une allégeance idolâtre (v.24).
Le disciple de Jésus doit apprendre à valoriser ce qui demeure (vv.20-21), à bien voir ce qui est essentiel (v.22), à choisir entre Dieu et l'Argent (v.24).
Son ennemi, c'est l'inquiétude (vv.25;27;28;31;34) qui renverse la hiérarchie des vraies valeurs (vv.25-26) et dissimule mal une part d'orgueil (v.27).
Mais le Père n'est pas un de ces dieux païens dont il faut forcer la main pour qu'il l'ouvre et réponde ainsi aux besoins des hommes (v.32). Il est le Seigneur de la création, dont toute créature dépend (vv.26;28).
C'est donc par la confiance en ce Dieu (v.30) et la soif de voir sa justice enfin régner sur une terre (v.33) encore soumise à la "peine" (v.34), que les fils du Père calmeront leur angoisse pour leurs besoins du lendemain (v.34).  
 

Traduction et notes:

Verset 24.
Οὐδεὶς δύναται δυσὶ κυρίοις δουλεύειν· ἢ γὰρ τὸν ἕνα μισήσει καὶ τὸν ἕτερον ἀγαπήσει, ἢ ἑνὸς ἀνθέξεται καὶ τοῦ ἑτέρου καταφρονήσει. οὐ δύνασθε Θεῷ δουλεύειν καὶ μαμωνᾷ. 
Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre: vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.
μισήσει [...] ἀγαπήσει - il haïra [...] aimera: Voir Jc 4,4: "Adultères, ne savez-vous pas que l'amitié du monde est inimitié contre Dieu? Quiconque donc voudra être ami du monde, se constitue ennemi de Dieu." L'amour du monde est un adultère spirituel, une rupture de l'engagement envers Dieu, pour se lier à un autre dieu.
Comme cela a été fait par les Prophètes et la littérature sapientiale du PT (voir par ex. Pr 1,20-33;8), est exprimée ici - en terme très forts - la nécessité du choix, et l'impossibilité de garder un cœur partagé. 
μαμωνᾷ - Mammon: Le terme "μαμ[μ]ωνᾶς mam[m]ōnas" est la transcription grecque de l'araméen "ממון mamôn", d'origine incertaine (peut-être à rapprocher de l'hébreu "מטמון matmôn", "trésor").
Dans le Talmud (comme ici dans le NT) ce mot désigne les possessions matérielles, parfois personnifiées.
C'était en effet pratique courante chez les Kabbalistes de donner à un ange/démon le nom de sa fonction. Ainsi l'ange/démon Mammon est-il l'ange de la richesse et le démon de l'avarice.
Sainte Françoise Romaine (1384-1440; fondatrice des Oblates bénédictines) présentera Mammon comme étant "un des trois princes des Enfers, soumis à Lucifer seulement", présidant aux divers péchés que fait commettre l'amour de l'argent.

Verset 25.
Διὰ τοῦτο λέγω ὑμῖν, μὴ μεριμνᾶτε τῇ ψυχῇ ὑμῶν τί φάγητε καὶ τί πίητε, μηδὲ τῷ σώματι ὑμῶν τί ἐνδύσησθε· οὐχὶ ἡ ψυχὴ πλεῖόν ἐστι τῆς τροφῆς καὶ τὸ σῶμα τοῦ ἐνδύματος;
C'est pourquoi je vous dis: Ne soyez pas en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez et de ce que vous boirez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus: la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?

Verset 26.
ἐμβλέψατε εἰς τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρανοῦ, ὅτι οὐ σπείρουσιν οὐδὲ θερίζουσιν οὐδὲ συνάγουσιν εἰς ἀποθήκας, καὶ ὁ πατὴρ ὑμῶν ὁ οὐράνιος τρέφει αὐτά· οὐχ ὑμεῖς μᾶλλον διαφέρετε αὐτῶν;
Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup mieux qu'eux?
τὰ πετεινὰ τοῦ οὐρανοῦͅ - oiseaux du ciel: Voir Ps 104,10-30.
La création est riche en leçons spirituelles: Jésus en tire à plusieurs reprises (Mt 6,28;30;10,16;29-31;16,2-4;
Jn 15,1-5; etc.).
Ici, les animaux servent de leçon de dépendance au Seigneur.
Bien entendu, une telle leçon n'exclut pas la nécessité de travailler pour vivre (cf., par ex., PT: Pr 6,6-11; NT: 2Th 3,7-12 - qui fustigent la paresse). Mais elle situe tout travail humain dans le cadre de la providence divine: c'est Dieu qui, de manière ultime, nourrit (vv.26-27) et donne de quoi se vêtir (vv.28-30).
Ce qui est blâmable, c'est le fait de se préoccuper du superflu, de vouloir amasser provisions et richesses, sans faire confiance à la divine providence.

Verset 27.
 τίς δὲ ἐξ ὑμῶν μεριμνῶν δύναται προσθεῖναι ἐπὶ τὴν ἡλικίαν αὐτοῦ πῆχυν ἕνα;
Et qui d'entre vous, par le souci qu'il se donne, peut ajouter une coudée à sa taille?
• ἐπὶ τὴν ἡλικίαν αὐτοῦ -à sa taille: Le terme "ἡλικία hēlikia" désigne la plénitude, la maturité (en taille ou en âge); c'est pourquoi on trouve aussi la traduction "qui peut ajouter quoi que ce soit à sa vie/à son âge?". Néanmoins, comme le terme "πῆχυς pēch'us" désigne d'abord l'avant-bras, puis une mesure de longueur s'y référant (d'où la "coudée"), la traduction donnée ici paraît la plus vraisemblable. En outre, la notion de "taille" s'adapte mieux au contexte de la nourriture.

Verset 28.
καὶ περὶ ἐνδύματος τί μεριμνᾶτε; καταμάθετε τὰ κρίνα τοῦ ἀγροῦ πῶς αὐξάνει· οὐ κοπιᾷ οὐδὲ νήθει·
Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement? Étudiez les lis des champs, comment ils croissent: ils ne travaillent ni ne filent;


Verset 29.
λέγω δὲ ὑμῖν ὅτι οὐδὲ Σολομὼν ἐν πάσῃ τῇ δόξῃ αὐτοῦ περιεβάλετο ὡς ἓν τούτων.
cependant je vous dis que, même Salomon dans toute sa gloire, n'était pas vêtu comme l'un d'eux. 


Piero della Francesca (1416 - 1492, Borgo San Sepolcro) – Salomon et la reine de Saba (détail) –>
Fresque, Saint-François, Arezzo



Verset 30.
Εἰ δὲ τὸν χόρτον τοῦ ἀγροῦ, σήμερον ὄντα καὶ αὔριον εἰς κλίβανον βαλλόμενον, ὁ Θεὸς οὕτως ἀμφιέννυσιν, οὐ πολλῷ μᾶλλον ὑμᾶς, ὀλιγόπιστοι;
Et si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs qui est aujourd'hui, et qui demain est jetée dans le four, ne vous vêtira-t-il pas bien plutôt, gens de peu de foi?

Verset 31.
μὴ οὖν μεριμνήσητε λέγοντες, τί φάγωμεν ἤ τί πίωμεν ἤ τί περιβαλώμεθα; 
Ne soyez donc pas en souci, disant: Que mangerons-nous? ou que boirons-nous? ou de quoi serons-nous vêtus? 

Verset 32.
πάντα γὰρ ταῦτα τὰ ἔθνη ἐπιζητεῖ· οἶδε γὰρ ὁ πατὴρ ὑμῶν ὁ οὐράνιος ὅτι χρήζετε τούτων ἁπάντων.
car les nations recherchent toutes ces choses; car votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses;
τὰ ἔθνη - les nations:
-- Rappel: cette locution est employée par LXX pour traduire l'hébreu "הגוים ha goïm", les "non-Juifs" - c'est-à-dire les "païens", les idolâtres; Jésus compare à plusieurs reprises le comportement de ses contemporains à celui des "nations", des païens (5,47;6,7;11,21-24;18,17;20,25; comp. Lv 18,3;20,23; Dt 18,9; Jr 10,2).
-- Contrairement à la tendance humaine "naturelle", la foi à laquelle Jésus appelle ses disciples ne cherche pas à obtenir de Dieu davantage de biens matériels: elle cherche son règne et sa volonté (v.33). 
οἶδε -sait: L'attitude prônée par Jésus n'est pas l'insouciance (voir v.26 et note), mais la confiance en un Dieu Père qui "sait" ce qui est bon pour l'homme (voir v.8 - et Lc11,2sqq. à cette page).

Verset 33.
ζητεῖτε δὲ πρῶτον τὴν βασιλείαν τοῦ Θεοῦ καὶ τὴν δικαιοσύνην αὐτοῦ, καὶ ταῦτα πάντα προστεθήσεται ὑμῖν.
mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
τὴν βασιλείαν τοῦ Θεοῦ -le royaume de Dieu:
-- Rappel: le terme "βασιλεία basiléïa" désigne indifféremment la "royauté", le "règne" (sens abstrait) et le "royaume" (sens concret). Sur le sens à donner à ce mot, voir à cette page Mt 5,3 et note.
-- Le CD du nom "τοῦ Θεου"est absent de nombreux manuscrits - et en
particulier du Codex Sinaiticus ->-- On retrouve ici la hiérarchie qu'exprime le Notre Père (Mt 6,10 sqq.; et Lc 11,1-4, notes et introduction, à cette page).
τὴν δικαιοσύνην αὐτοῦ - sa justice: Rappel: le terme "δικαιοσύνη dikaïosunē" est employé par LXX pour traduire l'hébreu "צדקה tsedâqâh" (voir à cette page) - qui désigne tantôt leseffort humains pour rétablir sur terre la Loi divine; tantôt la "justice" de cette Loi; tantôt, comme ici, l'établissement messianique de cette Loi par un renversement absolu et définitif des pseudo-valeurs humaines (voir 5,10-12 et notes à cette page).
ταῦτα πάντα προστεθήσεται ὑμῖν - toutes ces choses vous seront données par-dessus: Voir Mc 10,29-30: "29.Jésus, répondant, dit: En vérité, je vous dis: il n'y a personne qui ait quitté maison, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou femme, ou enfants, ou champs, pour l'amour de moi et pour l'amour de l'évangile, 30.qui n'en reçoive maintenant, en ce temps-ci, cent fois autant, maisons, et frères, et sœurs, et mères, et enfants, et champs, avec des persécutions, et dans le siècle qui vient, la vie éternelle". Comp. Dt 15,1-11.

Verset 34.
μὴ οὖν μεριμνήσητε εἰς τὴν αὔριον· ἡ γὰρ αὔριον μεριμνήσει τὰ ἑαυτῆς· ἀρκετὸν τῇ ἡμέρᾳ ἡ κακία αὐτῆς. 
Ne soyez donc pas en souci pour le lendemain, car le lendemain sera en souci de lui-même: à chaque jour suffit sa peine.
εἰς τὴν αὔριον - pour le lendemain: Le souci du "lendemain" contredit en effet le "donne-nous aujourd'hui" du Notre Père (Mt 6,11; et Lc 11,3 et note, à cette page).   
ἡ κακία αὐτῆς - sa peine: Attention! si cette locution est passée en français en proverbe, c'est à contre-sens!
En effet, il n'est pas ici question des efforts et de la "peine" fournis au travail (=>
"chaque chose en son temps", "ce qui n'est pas fait aujourd'hui pourra l'être demain") - mais de véritables "maux", "souffrances" (voire des "persécutions" accompagnant l'exercice de la "justice"; voir la note précédente par ex., ou les Béatitudes).
Le substantif "κακία kakia" - dérivé de l'adjectif-racine "κακός kakos" (qui, lui-même substantivé, sert dans le NT à désigner "le Mauvais", "le Malin") - sert à désigner toute forme de "malignité", tout ce qui est mauvais (à faire ou à subir). Ici il s'agit donc de toutes les difficultés de la vie, de toutes les peines, de toutes les tensions, de toutes les souffrances de la vie quotidienne - voire de toutes les persécutions - que les croyants auront à affronter dans cette vie  terrestre;
voir 5,10-12 et notes à cette page.


Méditations:

-
De Saint Jean Chrysostome, Homélies sur saint Matthieu XXII

       « Cherchez d'abord le Royaume, et tout cela vous sera donné par-dessus ». Après avoir délivré notre âme de ses préoccupations charnelles, Jésus lui montre le ciel, car - venu sur terre pour briser les vieilles entraves et nous appeler à une meilleure patrie - il s'efforce par tous les moyens de nous débarrasser des superfluités et des attachements terrestres. Nous ne sommes pas sur terre pour manger, boire et nous vêtir, mais pour plaire à Dieu et mériter les biens éternels. Ce qui n'a qu'un intérêt secondaire dans notre vie ne doit avoir qu'une place secondaire dans notre prière. Voilà pourquoi Jésus nous dit « Cherchez d'abord le Royaume, et tout cela vous sera donné par-dessus ». Par là il nous apprend que, parmi tous ses dons, les biens d'ici-bas ne comptent pour rien au prix des biens à venir.
           
- De Saint Vincent de Paul (1581-1660), prêtre, fondateur de communautés religieuses, Entretien du 21/02/1659

      « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes les choses dont vous avez besoin vous seront données par-dessus » [...] Il est donc dit que l'on cherche le royaume de Dieu. « Que l'on cherche », ce n'est qu'un mot, mais il me semble qu'il dit bien des choses. Il veut dire [...] de travailler incessamment pour le royaume de Dieu, et non pas demeurer en un état lâche et arrêté, de faire attention à son intérieur pour le bien régler, mais non à l'extérieur pour s'y amuser [...] Cherchez Dieu en vous, car saint Augustin avoue que, pendant qu'il l'a cherché hors de lui, il ne l'a pas trouvé. Cherchez-le en votre âme, comme en sa demeure agréable ; c'est le fond où ses serviteurs qui tâchent de mettre toutes les vertus en pratique les établissent. Il faut la vie intérieure, il faut tendre là ; si on y manque, on manque à tout [...] Cherchons à nous rendre intérieurs [...] Cherchons la gloire de Dieu, cherchons le règne de Jésus Christ [...]
      « Mais, [me direz-vous], il y a tant de choses à faire, tant d'offices à la maison, tant d'emplois à la ville, aux champs ; travail partout ; faut-il donc laisser tout là pour ne penser qu'à Dieu ? » Non, mais il faut sanctifier ces occupations en y cherchant Dieu, et les faire pour l'y trouver plutôt que pour les voir faites. Notre Seigneur veut que devant tout nous cherchions sa gloire, son royaume, sa justice, et, pour cela, que nous fassions notre capital de la vie intérieure, de la foi, de la confiance, de l'amour, des exercices de religion [...], des travaux et des peines, en la vue de Dieu, notre souverain Seigneur [...] Si une fois nous sommes ainsi établi en la recherche de la gloire de Dieu, nous sommes assurés que le reste suivra.
_________________________________________________________________________

• Mt 7,21-27

La conclusion du "Sermon sur la montagne" (voir Mt 5,1, introduction et note à cette page) insiste sur une double nécessité: la foi doit être mise en pratique, la pratique doit être une expression de la foi.
Dès lors, également vaines sont les professions de foi qui ne se traduisent pas en actes, et les actions - même les plus spectaculaires - qui n'ont que les dehors de la foi.
Ces deux attitudes relèvent de l'hypocrisie: "Ils disent et ne font pas" (Mt 23,3); "Ils agissent pour être remarqués des hommes" (Mt 23,4).
Ceux-là seuls qui font la volonté de Dieu, volonté enracinée dans leur coeur, résisteront lors de la grande épreuve de la fin des temps: l'Évangile selon saint Matthieu ne cesse d'inculquer "ce qui est dit là".  


Remarques:
Sur Matthieu et son évangile, voir à cette page.
Sur Mt 7,12-29:
Le "Sermon sur la montagne" se conclut par trois sections (vv.13-14; vv.15-20; vv.21-29), qui divisent les hommes en deux groupes distincts:
-- d'un côté 
-
les hommes faisant preuve de sagesse (v.24);
- qui sont peu nombreux (v.14);
- qui sont sur le chemin de la vie (v.14);
-- de l'autre côté 
-
les insensés (v.26);
- qui sont nombreux (vv.13;22);
- qui se dirigent vers la ruine et la perdition (vv.13;27).
L'appel de la Sagesse (Pr 9,1-6): "לכו לחמו בלחמי ושׁתו ביין מסכתי׃ - Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j'ai mêlé!" (Pr 9,5), que Jésus reprend, est lancé: il faut entrer!
Entrer "dans le Royaume" (v.21) "par la porte étroite" (v.13), sans se satisfaire d'une religion superficielle aux apparences d'efficacité (vv.21-22), ou des discours alléchants de "prophètes" dont la vie dément le bien-fondé (vv.15-20;23).
Oui, il faut entrer dans le Royaume, en s'engageant à mettre en pratique ce que veut le Père (v.21), et que Jésus lui-même a expliqué (v.24) dans le "Sermon sur la montagne".    


Traduction et notes:

Verset 21.
᾿Οὐ πᾶς ὁ λέγων μοι Κύριε Κύριε, εἰσελεύσεται εἰς τὴν βασιλείαν τῶν οὐρανῶν, ἀλλ᾿ ὁ ποιῶν τὸ θέλημα τοῦ πατρός μου τοῦ ἐν οὐρανοῖς.
Ce ne sont pas tous ceux qui me disent: "Seigneur, Seigneur", qui entreront dans le Royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
ὁ ποιῶν τὸ θέλημα τοῦ πατρός μου - celui qui fait la volonté de mon Père:L'Évangile du "Royaume des cieux" inclut l'exigence de la totale observance des "מצות mitsvôt", des "commandements" de la "תורה Tôrâh - Loi", c'est-à-dire l'obéissance à la volonté de Dieu (Mt 5,19;21;27;...; et ici), le pardon (Mt 6,15), la persévérance (Mt 10,22;24,13), une vie sainte (Hé 12,14), le refus de renier le Seigneur (Mt 10,32-33; 2Tm 2,12), le fait de demeurer dans la foi (1Co 15,1-2; Col 1,23), le refus de vivre "selon la chair" (1Co 6,9-10; Ga 5,19-21).
Le croyant sait, en outre, que c'est Dieu lui-même qui - dans sa grâce - lui permet de vivre ces exigences (Ph 1,6;2,13; 1Th 5,23-24).


Verset 22.
πολλοὶ ἐροῦσί μοι ἐν ἐκείνῃ τῇ ἡμέρᾳ· Κύριε Κύριε, οὐ τῷ σῷ ὀνόματι προφητεύσαμεν, καὶ τῷ σῷ ὀνόματι δαιμόνια ἐξεβάλομεν, καὶ τῷ σῷ ὀνόματι δυνάμεις πολλὰς ἐποιήσαμεν;
Beaucoup me diront en ce jour-là: "Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom, et n'avons-nous pas chassé des démons en ton nom, et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?"
πολλοί - Beaucoup:Voir vv.13-14.

Verset 23.
καὶ τότε ὁμολογήσω αὐτοῖς ὅτι Οὐδέποτε ἔγνων ὑμᾶς· ἀποχωρεῖτε ἀπ᾿ ἐμοῦ οἱ ἐργαζόμενοι τὴν ἀνομίαν.
Et alors je leur déclarerai: "Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l'iniquité".
ὁμολογήσω - je déclarerai:Jésus, parlant à la 1ère pers., se présente donc comme le "Seigneur" (v.22; voir 25,11;37;44) qui jugera les hommes en fonction de leurs actes (voir 25,31-46; Ac 17,31; Rm 2,6).
ἀποχωρεῖτε ἀπ᾿ ἐμοῦ οἱ ἐργαζόμενοι τὴν ἀνομίαν - retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l'iniquité:Allusion à Ps 6,9a: "סורו ממני כל־פעלי - LXX: ἀπόστητε ἀπ᾿ ἐμοῦ, πάντες οἱ ἐργαζόμενοι τὴν ἀνομίαν - Éloignez-vous de moi, vous tous qui pratiquez l'iniquité".

Verset 24.
Πᾶς οὖν ὅστις ἀκούει μου τοὺς λόγους τούτους καὶ ποιεῖ αὐτοὺς, ὁμοιώσω αὐτὸν ἀνδρὶ φρονίμῳ, ὅστις ὠκοδόμησε τὴν οἰκίαν αὐτοῦ ἐπὶ τὴν πέτραν·
Quiconque donc entend ces miennes paroles et les met en pratique, je le comparerai à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc;

Verset 25.
καὶ κατέβη ἡ βροχὴ καὶ ἦλθον οἱ ποταμοὶ καὶ ἔπνευσαν οἱ ἄνεμοι καὶ προσέπεσον τῇ οἰκίᾳ ἐκείνῃ καὶ οὐκ ἔπεσε· τεθεμελίωτο γὰρ ἐπὶ τὴν πέτραν.
et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et ont donné contre cette maison; et elle n'est pas tombée, car elle avait été fondée sur le roc.

Verset 26.
καὶ πᾶς ὁ ἀκούων μου τοὺς λόγους τούτους καὶ μὴ ποιῶν αὐτοὺς ὁμοιωθήσεται ἀνδρὶ μωρῷ, ὅστις ὠκοδόμησε τὴν οἰκίαν αὐτοῦ ἐπὶ τὴν ἄμμον·
Et quiconque entend ces miennes paroles, et ne les met pas en pratique, sera comparé à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable;
ἀνδρὶ φρονίμῳ(v.24) [...] ἀνδρὶ μωρῷ - à un homme prudent (v.24) [...] à un homme insensé:
--Pour cette opposition, et la parabole de la construction de la maison, voir Pr 9,1;13.
-- La maison palestinienne (comme la plupart des maisons proche-orientales) n'ayant pas de sous-sol, sa solidité dépend de la qualité du sol sur lequel elle est construite.
--L'homme "prudent" est celui qui construit sa vie sur les paroles de la Sagesse, qu'incarne Jésus.
On retrouve en effet dans tout le Sermon sur la montagne l'atmosphère "familiale" de Pr 1-9, où la Sagesse (1,20;8,9) s'adresse à son fils (2,1;3,1;21;8,32) et est opposée à la Folie (9,1;13).
--On retrouvera les mêmes adjectifs ("φρόνιμος phronimos", "prudent", "sensé", sage" / "μωρός mōros", "imprévoyant", "insensé", "fou") en Mt 25,2, dans la parabole des "vierges sages et des vierges folles".  


Méditation:

De Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église,
Sermons sur le Cantique des Cantiques, n°61:

Établi sur le roc

      « Ma colombe cachée au creux des roches, dans les cavités de la muraille, montre-moi ton visage, que ta voix résonne à mes oreilles » (Ct 2,14). Quelqu'un a [...] reconnu dans ces creux les plaies du Christ. Il a eu raison, car le Christ est un roc. Bienheureux trous, qui permettent d'élever l'édifice de la foi en la résurrection et attestent la divinité du Christ !
« Mon Seigneur et mon Dieu », disait un apôtre (Jn 20,28).
D'où est sortie cette exclamation répétée par tous les échos, sinon des creux de la pierre ?
Le passereau y a trouvé un abri, et la tourterelle un nid pour ses petits (Ps 84,4). La colombe, tapie dans ce refuge, regarde sans trembler l'épervier qui trace ses cercles au-dessus d'elle.
C'est pourquoi l'Époux dit : « Ma colombe dans les creux de la roche », et la colombe reprend : « Il m'a établie sur le roc » et : « Il a consolidé mes pieds sur le roc » (Ps 27,5; 40,3).

      L'homme sage bâtit sa maison sur le roc, pour n'avoir à redouter ni la violence du vent ni les inondations. Quel bien n'est pas fourni par le roc ? Sur le roc, je m'élève, j'y suis en sûreté, j'y demeure ferme. J'y suis à l'abri de l'ennemi et protégé des accidents, parce que je suis élevé au-dessus de la terre –- et tout ce qui est terre est douteux et caduc. Que notre vie soit au ciel, et nous ne craindrons ni de tomber, ni d'être jetés à bas. Le roc s'élève jusqu'au ciel et nous offre la sécurité ; c'est le refuge des marmottes (Ps 104,18). Et de fait, où notre fragile assurance peut-elle trouver paix et sécurité, sinon dans les plaies du Sauveur ? Je demeure là avec d'autant plus de confiance que sa force pour me sauver est plus grande. Le monde chancelle, le corps pèse de tout son poids, le diable tend ses pièges : je ne tombe pas, car je suis fondé sur un roc solide. J'ai commis quelque péché grave, ma conscience se trouble, mais elle ne perd pas courage, puisque je me souviens des plaies du Seigneur, qui a été blessé pour nos fautes (Is 53,5). Rien n'est si entièrement voué à la mort que par sa mort le Christ ne puisse y remédier.
_______________________________________________________________




Assistant de création de site fourni par  Vistaprint