Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Textes tirés de l'Évangile selon
saint Jean


Illustrations: Saint Jean symbolisé par l'aigle


Les Pères de l'Eglise ont rattaché chacun des quatre évangélistes à l'un des "quatre Vivants" de l'Apocalypse entourant le Christ en gloire.


Saint Jean est représenté par l'aigle, en raison de l'élévation spirituelle avec laquelle il présente la divinité du Verbe; selon saint Jérôme, "son Evangile est celui qui vole le plus haut", comme l'aigle était considéré comme l'oiseau volant le plus haut.


Plaque de reliure émaillée - XIIème siècle - (Musée de Cluny, Paris) ->







<- Mosaïque - Mausolée de Galla Placidia - Ravenne










Détail de broderie (fils d'or et d'argent sur velours) pour ornement liturgique - 1681 - Couvent patriarcal de Bzommar (Liban) ->


Sur l’Évangile
selon saint Jean :    

L’identification de l’auteur du quatrième évangile fait problème. La plus ancienne tradition chrétienne l’attribuait à Iohanân bèn Zabdi, devenu en français « Jean, fils de Zébédée », qui l’aurait écrit dans sa vieillesse à Éphèse. Mais à partir du XIXème siècle des exégètes élèvent des doutes: le véritable auteur serait un certain Jean le Presbytre ou, pour d’autres, tout simplement un inconnu. Mais ces thèses ne sont pas sans se heurter à de graves objections. D’éminents critiques affirment l’existence d’une « école johannique » qui aurait recueilli les traditions de Iohanân et leur aurait donné la forme que nous leur connaissons aujourd’hui. Cette opinion tient compte des méthodes, courantes à l’époque, de transmission des textes; elle a l’avantage de sauver, pour l’essentiel, l’origine johannique de l’ouvrage, tout en expliquant certaines des difficultés que la critique biblique croit y déceler.     

Le lieu où Jean aurait rédigé son œuvre serait, selon d’anciennes traditions, l’Asie Mineure; Irénée précise même: la ville d’Éphèse. Éphrem, lui, opte pour Antioche. Des exégètes concilient ces deux opinions en avançant que la rédaction se serait étendue sur une longue période, au cours de laquelle l’auteur aurait séjourné dans ces deux villes. Cet évangile est cité dès la première moitié du IIème siècle; les auteurs situent sa rédaction entre les années 60 et 100.     

Quelques thèmes fondamentaux caractérisent l’évangile de Jean et se retrouvent tout au long de son œuvre:  
-          Jésus le Messie est le λογος-logos, le mot grec traduisant l’hébreu דבר-dabar : parole de l’Eternel.
-          Le Messie est source de lumière. Jean revient sur le thème initial des premières lignes de la Genèse où la lumière, première des créatures d’Elohim, est citée cinq fois. Source de lumière, Jésus la rend à un aveugle (ch. 9).
-          Jésus est le témoin et la route qui mènent à la parfaite adhésion à sa Torah. Ce thème est l’un des plus constants de l’annonce.
-          Jésus est la source de la vérité. ­    

Les exégètes s’évertuent à trouver la clé selon laquelle Jean organise la mise en œuvre de sa documentation: les uns découvrent dans les douze premiers chapitres de Jean 7 sections de 7 périodes divisées à leur tour en 7 ou 14 parties; d’autres répartissent le texte autour des six fêtes liturgiques dont il est fait mention (2,13; 3,1; 6,4; 7,2; 10,22; 11,55).     
Plutôt qu’une composition en parties nettement distinctes, Jean semble avoir adopté une composition « symphonique », comparable à celle du Cantique des Cantiques. Déconcertés par ce type de composition pourtant bien conforme au génie oriental, des exégètes s’efforcent de recomposer l’évangile de Jean en le pliant aux exigences d’une logique occidentale et moderne. Là où ces exégètes voient une « dislocation » du texte, due à l’intervention de sources distinctes, ne vaut-il pas mieux déceler le talent d’un auteur dont la composition demeure aujourd’hui aussi neuve qu’elle l’était voilà vingt siècles ?     
Le génie de Jean consiste justement à employer le grec pour exprimer le mystère d’une vision hébraïque. Il y réussit en créant une langue nouvelle, sorte d’hébreu-grec où le ciel hébraïque se reflète dans son miroir hellénique.     

C’est l’œuvre d’un fils d’Israël versé dans les lettres hébraïques aussi bien qu’araméennes et qui n’entend rien cacher de ses racines au profit d’un quelconque conformisme littéraire.
Il lui suffit d’être lui-même; et cela étant, il n’hésite pas devant l’emploi de parataxes, d’inclusions, de chiasmes, de parallélismes, caractéristiques de l’expression hébraïque (voir le Traité de rhétorique biblique de Roland Meynet, par exemple ; et le site de la Société internationale pour l’étude de la Rhétorique Biblique et Sémitique – RBS –  http://www.retoricabiblicaesemitica.org/index_fr.html).
Il reproduit dans son texte des mots hébreux ou araméens, accompagnés de leur traduction.
Il accumule les sémitismes comme l’infinitif absolu.
Il donne à certains verbes grecs le sens que leur équivalent a en hébreu; « voir » signifie ainsi « éprouver » ou « jouir »; « répondre » a le sens du verbe ענה-‘ana, qui signifie en hébreu « prendre la parole »; « à son entrée et à sa sortie » est la forme concrète que l’hébreu emploie pour signifier le mouvement de l’homme, ses allées et venues. Jean donne au verbe περιπατειν-peripatein le sens de הלך-halakh, aller, « marcher » ; le mot « main » garde pour lui son sens hébraïque de « puissance » (voir page « Le bras et la main de Dieu »); « jeter au cœur » signifie dans son grec particulier « inspirer ».     

L’existence d’un original hébreu ou araméen n’est pas démontrée. Ce serait d’ailleurs une erreur d’opposer de manière tranchée l’hébreu et l’araméen parlés par les contemporains de Jésus. Le second est abondamment mêlé d’hébraïsmes que l’on retrouve dans son vocabulaire, sa syntaxe, sa morphologie. En fait les deux langues sont devenues, aux premiers siècles de l’ère chrétienne, des sœurs jumelles. Même quand ils s’expriment ou écrivent en araméen, les Hébreux pensent dans la langue de la Bible, c’est-à-dire en hébreu. Le substrat linguistique de Jean est essentiellement l’hébreu, qu’il ait existé ou non un document préalablement écrit en cette langue. Cette réflexion est valable, à des degrés variables, pour tous les livres du Nouveau Testament.     

Cela nous amène à un deuxième trait, également valable pour l’ensemble des livres de la Bible: il est artificiel de distinguer abruptement entre tradition orale et tradition écrite. Toute œuvre, avant d’être couchée sur le papier, dans telle ou telle langue, est d’abord gravée dans la pensée de l’homme. Un livre de la nature du quatrième évangile, au-delà du grec, de l’araméen ou de l’hébreu, semble émaner des sources du silence, là où le Verbe se révèle en tant que λογος-logos, Parole vivante. Et c’est à partir d’une contemplation silencieuse qu’il faut lire, comprendre, commenter et, éventuellement, traduire l’œuvre de Jean.     

L’univers des Hébreux est jalonné de « signes », אותת-otot, qui sont autant d’attestations de la volonté de l’Eternel. Ainsi en est-il de l’évangile de Jean, où Jésus change l’eau en vin, sauve un enfant de la mort, guérit un homme paralysé depuis trente-huit ans, nourrit cinq mille hommes avec cinq pains et deux poissons, guérit un aveugle-né, ressuscite d’entre les morts Èl‘azar de Béit-Hananyah – Lazare de Béthanie. Ces signes majeurs soulignent les axes profonds de la théologie de Jean et annoncent le signe ultime et décisif: la résurrection du Crucifié.     

La puissance d’expression de Jean se manifeste dans cette marche en avant d’un homme que rien ne peut arrêter, pas même l’horreur de la crucifixion; en lui, il voit le Mashiah bèn Elohîm – Messie Fils d’Elohim, le sauveur d’Israël et de l’humanité, le vainqueur du Prince de ce monde, le triomphateur de la mort.      

Par rapport aux évangiles synoptiques, Jean remplace le thème fondamental de l’annonce du Royaume (ce mot n’apparaît chez lui qu’en 3,3 et 5 et 18,36), par celui de la vie éternelle, certes conçue comme un bien eschatologique, divin, mais qu’il est possible de posséder dès maintenant.     

Jean donne des dimensions nouvelles à l’eschatologie. Il ne fait pas mention de la venue du Fils de l’homme pour son ultime triomphe lors des assises du Jugement dernier. Plus sobre que les synoptiques, il actualise partiellement la gloire de Jésus, son salut, son jugement. Si bien que les passages sur la résurrection corporelle à la fin des temps, que les pharisiens enseignaient, sont considérés par certains auteurs (mais peut-être à tort) comme des additions adventices. Jean croit en fait au progrès de l’histoire qui a trouvé son sens depuis la venue, la mort et la résurrection du Messie. Pour lui, l’histoire de Jésus annonce la fin de l’histoire du monde; le Messie a vaincu le monde et refoulé dans les ténèbres extérieures le prince de ce monde. Sa mission consiste à découvrir aux hommes les trésors ineffables de la vie, de l’amour, de la paix du Seigneur Dieu.     

Dans ce sens, Jean souligne, davantage peut-être que ses devanciers, le mystère de la personne de Jésus, de sa transcendance et de sa préexistence. Ainsi comprend-il la passion et le supplice du Crucifié comme le début de sa glorification (voir page « la Passion selon saint Jean » .     

Toute lecture de Jean doit donc tenir compte du caractère sacramentaire et, à certains égards, symbolique de son livre. Son symbolisme, inhérent à la pensée hébraïque, s’enracine cependant dans les faits dont il souligne la signification théologique et sotériologique. Davantage que dans le syncrétisme hellénistique ou dans la gnose orientale, Jean puise son inspiration dans le fond traditionnel de la pensée d’Israël, à une heure où l’espérance messianique apparaît comme l’unique recours contre l’abîme de déréliction où Rome plonge Jérusalem. Ainsi le mysticisme johannique a ses racines non seulement dans les Psaumes et les Prophètes, mais aussi dans les préoccupations immédiates des Hébreux, à l’heure de leurs plus grandes épreuves.     

On peut justement penser que ni dans la Bible ni dans la littérature universelle, il n’existe de livre comparable au quatrième évangile. Il confirme en la complétant l’unité profonde de la Bible et de son ultime partie, le Nouveau Testament, aux jaillissements des feux du génie créateur d’Israël, confronté à l’épreuve de la destruction de sa patrie et à l’heure de son exil.
Jean voit dans l’incarnation du Messie
la réponse donnée par YHWH à un monde aux abois
pour le sauver du néant,
en communiquant aux hommes les mystérieux bienfaits de la vie divine.
__________________________________________________________________________

1. Chapitres 1 à 4

__________________________________________________________________________

• Jn 1,1-18
La première page de l'Évangile selon saint Jean a le style, sobre et solennel à la fois, d'une grande hymne liturgique. Elle fait songer à l'ouverture d'une symphonie qui énoncerait les thèmes développés par la suite en de multiples variations au contrepoint subtil.La réalité de l'incarnation de Dieu en son Fils est au centre de cette vigoureuse entrée en matière du IVème évangile.Le Verbe fait chair est la révélation du Père, de son Amour.Le recevoir, croire en lui, c'est recevoir la Vie éternelle.

Remarques:
Sur cette péricope: L'évangile de Jean ne commence pas par les scènes de la Nativité (comme ceux de Matthieu et Luc), ou du ministère de Jésus (comme celui de Marc); pas non plus de généalogie (comme chez Matthieu et Luc) remontant à Abraham, voire Adam.Mais, au moyen d'une construction très travaillée, reposant en particulier sur plusieurs parallélismes, il dévoile les relations éternelles du Père et du "Λόγος Logos - Verbe-Fils" (versets 1-2 // v.18).
Créateur, vie et lumière (vv.3-5), le Fils Révélateur, grâce et vérité, nous a comblés de richesses que la Loi ne pouvait donner (vv.16-17). Jean le Précurseur en a été le témoin devant les hommes (vv.6-8 // v.15). Car la lumière est venue dans le monde (vv.9-10) pour y faire resplendir la gloire de Dieu résidant dans le Fils incarné (v.14). Les siens l'ont rejeté, certains pourtant l'ont accueilli et ont cru en lui (v.11 // v.12) et leur "privilège" est de devenir "enfants de Dieu" (vv.12-13).

Verset 1.
᾿Εν ἀρχῇ - Au commencement: reprise de la traduction par la LXX de "בראשׁית berêshìyth", premier mot de la Genèse (celui que l'on donne comme titre à ce Livre en hébreu).
Or Gn 1,3;6;9;11;14;20;24;29 précisent que c'est par sa Parole (ויאמר אלהים VaYômèr 'Ĕlôhîym - et Dieu dit) que Dieu a créé toute chose (cf. Ps 33,6;9; 147,15-18); ce qui annonce la suite du texte.
ὁ Λόγος - la Parole: ce mot est pour Jean et ses contemporains hellénistes beaucoup plus lourd de sens que nos mots "Parole" ou "Verbe" (du latin Verbum, traduction par la Vulgate de ὁ Λόγος). En effet, le mot Λόγος unifie deux traditions:
- pour les stoïciens, le λόγος est une sorte d'âme du monde, la raison, divine et cosmique mais impersonnelle, qui lui donne sa cohésion;
- pour la tradition juive, le Λόγος renvoie à la "חכמה Khokmâh - Sagesse" divine qui a créé le monde et qui le soutient (voir Pr 8,23-36; Si 24,1-22: Ἡ Σοφία hè Sophia - même terme que LXX utilise pour traduire חכמה; dans ces deux Livres, la Sagesse divine est personnalisée).
C'est ce Λόγος-חכמה qui nous a expliqué Dieu (voir plus bas, verset 18; voir aussi 1Jn 1,1; Ap 19,13 - à noter que ces textes sont des écrits johanniques).
πρὸς τὸν Θεόν - auprès de Dieu: voir verset 18; non seulement le Λόγος est Dieu (Θεὸς ἦν ὁ Λόγος: pas d'ambiguïté possible dans la traduction: en grec, si le sujet peut être précédé de l'article - ici ὁ - l'attribut ne peut l'être => Θεὸς = attS, ὁ Λόγος = S), mais il est également auprès de Dieu, ce qui implique une différenciation au sein même de la Divinité. 

Verset 3.
πάντα - toutes choses: tout ce qui est vrai du Dieu unique, en particulier la création ex nihilo, est vrai aussi du Λόγος, puisqu'il est Dieu.
δι᾿ αὐτοῦ [...] χωρὶς αὐτοῦ - avec lui [...] sans lui: voir 1Co 8,6; Col 1,16. Sur l'œuvre de création par la חכמה, voir Pr 4,19; 8,27-31.

Verset 4.
ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν - En lui était la vie: la vie est un des thèmes majeurs de Jean (cf. Jn 3,15 par ex.).
C'est en particulier une manière pour lui de désigner le Salut.
τὸ φῶς - la lumière: autre thème très important chez Jean.
En Gn 1,3, la lumière (אור 'ôr) est la première création de Dieu; dans le Premier Testament, elle représente la révélation de Dieu qui guide le croyant (voir par ex. Ps 36,10, qui lie lumière et parole, ou Ps 119,105), elle annonce parfois la présence divine (buisson ardent, nuée de feu, etc...). Chez Jean (comme dans les textes de Qumrân), elle est associée à la vérité: voir par ex. Jn 8,12.

Verset 5.
ἐν τῇ σκοτίᾳ - dans la ténèbre: ténèbre spirituelle et morale, ignorance de la vérité - qui peut conduire au refus de la lumière (voir plus bas).
ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν - la ténèbre ne l'a pas ?: le verbe "καταλαμβάνω katalambanô" a pour sens premier "prendre (λαμβάνω) avec avidité, force" (au propre comme au figuré); donc il peut signifier "se saisir de" (de façon positive: "accepter avec empressement"; de façon négative "s'emparer de", "faire prisonnier").
Les traductions de ce verset peuvent donc être antinomiques:
- "les ténèbres ne l'ont point reçue": L.Segond, Martin,Ostervald; et "les ténèbres ne l'ont pas comprise": Darby;
- "les ténèbres ne l'ont pas saisie": la Bible de Jérusalem garde l'ambiguïté (le verbe "saisir" pouvant signifier "comprendre", comme dans les traductions précédentes; ou "faire prisonnier", comme dans les suivantes);
- "les ténèbres ne l'ont pas étouffée": Semeur, qui explicite en note "c.-à-d. vaincue, selon l'un des sens du mot grec"; et "les ténèbres ne l'ont pas arrêtée": traduction liturgique.
Cependant, les versets 10-11 feraient plutôt choisir la première série de traductions.

Verset 6.
ὄνομα αὐτῷ ᾿Ιωάννης - son nom était Jean: le Précurseur, Jean le Baptiste (voir v.15).

Verset 7.
εἰς μαρτυρίαν, ἵνα μαρτυρήσῃ - pour servir de témoin, pour rendre témoignage: le thème du témoignage ("μαρτυρία marturia"; la racine "μαρτυρ-" a donné notre mot "martyr": le "martyr" est le témoin par excellence, puisqu'il accepte le martyre pour témoigner de sa foi; notons que Jean le Précurseur a subi le martyre) est important chez Jean. Voir par ex. Jn 1,8;15;19;32;34; 3,26; 5,33).
"Saint Jean Baptiste le Précurseur, ange du désert" - XVIème siècle (monastère des Solovki) - Musée Kolomenskoïe, Moscou. Il est traditionnellement représenté sur les icônes à la fois comme "témoin" (ou "ange": l'étymologie grecque du mot désigne celui qui porte une annonce): il porte un phylactère où l'on peut lire l'annonce du Messie-Christ (comme ici: Mt 2,1;10 // Lc 3,8-9; Jn 1,29; ...); et comme "martyr": il porte (comme ici) ou montre à ses pieds sa tête sur un plateau, comme offerte à Salomé et Hérodiade sur ordre d'Hérode.
ἵνα πάντες πιστεύσωσι - afin que tous crussent: le thème de la foi est un autre thème très important chez Jean, qui emploie très fréquemment le verbe "πιστεύω pisteuô - croire").

Verset 9.
῏Ην τὸ φῶς τὸ ἀληθινόν, ὃ φωτίζει πάντα ἄνθρωπον - Cette lumière était la véritable lumière, qui éclaire tout homme: voir v.14.
εἰς τὸν κόσμον - dans le monde: le terme "κόσμος kosmos" désigne ce qui est "organisé"; le sens de "monde" découle de ces idées, tant dans l'optique grecque que dans l'optique chrétienne.
Chez Jean, le "monde" peut être l'univers créé, la terre, ou ses habitants; mais aussi les hommes en tant qu'opposés à Dieu et à son plan - c'est le cas ici, voir ci-après.

Verset 10.
ὁ κόσμος αὐτὸν οὐκ ἔγνω - le monde ne l'a point connu: tragiquement, en rejetant le Λόγος, le κόσμος rejette son Créateur.

Verset 11.
εἰς τὰ ἴδια ἦλθε - il est venue chez les siens: désigne soit le κόσμος, soit plutôt Israël, puisque la suite de l'évangile rapporte rapporte quelle a été son attitude à l'égard du Λόγος.

Verset 12.
ἔδωκεν αὐτοῖς ἐξουσίαν - il  leur a donné ? : le substantif "ἐξουσία exousia" désigne la "capacité", d'où le "pouvoir", le "droit", le "privilège".
Dieu a fait tout ce qui était nécessaire pour atteindre les hommes et leur offrir son Salut, pour qu'ils deviennent ses enfants.
Le but de l'évangile de Jean est de présenter le Christ à ses lecteurs, de sorte qu'ils le reçoivent et deviennent enfants de Dieu (Jn 20,31); pour cela, il faut qu'ils naissent de Dieu (voir v.13 et Jn 3,1-21).

Verset 13.
οὐκ ἐξ αἱμάτων, οὐδὲ ἐκ θελήματος σαρκὸς, οὐδὲ ἐκ θελήματος ἀνδρὸς, ἀλλ᾿ ἐκ Θεοῦ ἐγεννήθησαν - ils sont nés non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu: voir la même opposition entre l'œuvre des hommes et celle de Dieu en Jn 3,6.

Verset 14.
Καὶ ὁ Λόγος σὰρξ ἐγένετο- "Et le Verbe s'est fait chair": cette phrase très célèbre est en fait beaucoup plus forte dans sa "version originale" grecque.
En effet, le mot "σάρξ sarx" désigne, selon son étymologie, la viande en tant que "pelée", la chair de laquelle on a enlevé la peau; ce terme est donc très cru, trivial - et l'opposition entre le Λόγος (voir plus haut, au verset 1, ce qu'évoque ce terme, à la fois philosophiquement et spirituellement parlant) et la σάρξ est presque choquante, en tout cas provocatrice.
C'est que Jean voulait très vraisemblablement par cette phrase s'opposer à l'une des hérésies de son temps, le docétisme, qui niait la pleine humanité du Christ - en affirmant avec force la réalité matérielle de l'Incarnation: tout en demeurant le Λόγος, Jésus a été pleinement humain.  
καὶ ἐσκήνωσεν ἐν ἡμῖν - "et il a habité parmi nous": ici encore, la phrase fameuse est très fade par rapport au texte grec.
En effet, le verbe "σκηνόω skénoô" signifie "dresser une tente". Pour les lecteurs de Jean, deux images se bousculent donc en le lisant:
- celle, très prosaïque, du nomade qui dresse chaque soir sa tente;
- celle, beaucoup plus spirituelle, du Tabernacle, la "Tente de la Rencontre" de Dieu avec son peuple, Tente qui était pleine de la Gloire de Dieu (Ex 40, 34-35).
Jésus - qui pourtant vit comme l'humain qu'est le nomade - est à la fois le nouveau Temple (voir Jn 2,19-21) plein de la Gloire divine, et cette Gloire elle-même; les croyants ont donc désormais accès à cette Présence par l'Incarnation (vv.17-18).
πλήρης - plein: contrairement à ce que donnent certaines traductions, ou disent certains commentaires, cet adjectif au nominatif ne peut être apposé qu'au sujet de la phrase, ὁ Λόγος; en effet, "τὴν δόξαν, la Gloire" est à l'accusatif (cas du comp. d'objet direct) et "μονογενοῦς Fils unique" est au génitif (cas du comp. de détermination) - donc la traduction liturgique est ou incorrecte grammaticalement (par rapport au grec) ou syntaxiquement (en français), puisqu'elle appose (littéralement "pose à côté") "plein de" à "Fils unique"; pour être exacte et correcte, elle aurait dû reprendre le mot "Verbe": "comme Fils unique, Verbe plein de grâce..." (ou, comme L.Segond, "remonter" ce segment immédiatement après ὁ Λόγος: "Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père").
χάριτος καὶ ἀληθείας - de grâce et de vérité: cette expression est l'équivalent de la paire figée hébraïque "חסד ואמתkhesed ou'émet" que l'on trouve en Ex 34,6, lorsque Dieu se présente à Moïse lors du renouvellement de l'Alliance, et qui est ensuite très souvent reprise dans le Premier Testament.

Verset 15.
᾿Ιωάννης - Jean: le Précurseur.
ἔμπροσθέν μου γέγονεν, ὅτι πρῶτός μου ἦν - m'a précédé, car il était avant moi: conformément aux versets 1-3, et malgré leur âge et l'ordre chronologique des ministères respectifs de Jean Baptiste et de Jésus.

Verset 16.
ἐκ τοῦ πληρώματος αὐτοῦ ἡμεῖς πάντες ἐλάβομεν - nous avons tous reçu de sa plénitude: celle qui est mentionnée au v.14 (voir Col 1,19).

Verset 17.
ἡ χάρις καὶ ἡ ἀλήθεια - la grâce et la vérité: voir v.14.
ὁ νόμος διὰ Μωϋσέως ἐδόθη, ἡ χάρις καὶ ἡ ἀλήθεια διὰ ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ ἐγένετο - la Loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ: Jean oppose la Loi à l'Évangile, Moïse au Christ.
Le Dieu qui s'est révélé à Moïse comme étant "plein de grâce et de vérité" (voir v.14 et Ex 34,6) et qui lui a fait connaître sa Gloire par avance, mais sans que le peuple puisse la voir (Ex 34,33-35; 2Co 3,12-17), peut désormais être contemplé dans le Christ (v.14) qui nous a "révélé" (voir v.18) le Père.

Verset 18.
Θεὸν οὐδεὶς ἑώρακε πώποτε - Personne n'a jamais vu Dieu: Moïse lui-même n'a pu voir Dieu que "de dos" (Ex 33,23).
μονογενὴς υἱὸς ὁ ὢν εἰς τὸν κόλπον τοῦ πατρὸς - le Fils unique, qui est dans le sein du Père: littéralement, "μονογενής monogenês" signifie "le seul engendré".
Cet engendrement éternel, que Jean distingue radicalement de toute création (v.1-3), exprime le rapport, en Dieu lui-même, de Fils avec le Père.
ἐκεῖνος ἐξηγήσατο - il l'a fait connaître: Jésus nous l'a révélé, le μονογενής est le Λόγος qui nous a expliqué Dieu par sa présence, sa propre parole et son exemple.
__________________________________________________________________________


• Jn 1,29-34

Jean le Baptiste proclame qu'il "ne connaissait pas" vraiment Jésus, son cousin, jusqu'au jour où il a vu l'Esprit "descendre et demeurer" sur lui.
Remarques:
Sur Jean et son évangile, voir plus haut
.

משׁיח
  mâshîyakh' - Μεσσίας messias - Messie"
, "
• Les disciples de Jésus sont tous comme amenés, ou donnés, à Jésus par le Père (voir aussi 6,39;17,2;6; "
נתנאל
nethan'êl - Ναθαναήλ Nathanaēl - Nathanaël"
signifie "donné par Dieu"): Jean le Baptiste leur présente Jésus (

Traduction et notes:

Verset 29.
Τῇ ἐπαύριον βλέπει ὁ ᾿Ιωάννης τὸν ᾿Ιησοῦν ἐρχόμενον πρὸς αὐτόν καὶ λέγει· ἴδε ὁ ἀμνὸς τοῦ Θεοῦ ὁ αἴρων τὴν ἁμαρτίαν τοῦ κόσμου.
Le lendemain, Jean voit Jésus venant à lui, et il dit: Voilà l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde!
ὁ ἀμνὸς τοῦ Θεοῦ
-
l'agneau de Dieu
: Cette
locution semble réunir plusieurs symboles.
ὁ αἴρων τὴν ἁμαρτίαν τοῦ κόσμου  -
qui ôte le péché du monde" (que l'on retrouve dans
Papyrus Berlin11710,15-17) renvoie à l'agneau du
"
חטאה
  kh'ăṭâ'âh
",
le sacrifice expiatoire juif - et à l'image du Serviteur de YHWH (qui, tel un agneau, donnerait sa vie pour les péchés de son peuple) dans le Livre d'Isaïe (
Verset 30.
οὗτός ἐστι περὶ οὗ ἐγὼ εἶπον· ὀπίσω μου ἔρχεται ἀνὴρ ὃς ἔμπροσθέν μου γέγονεν, ὅτι πρῶτός μου ἦν. 
C'est de celui-ci que moi, je disais: Après moi vient un homme qui prend place avant moi, car il était avant moi.
πρῶτός μου ἦν
-
il était avant moi
:
- "πρῶτος prōtos"
est ici une forme intensive de la préposition "πρό
pro
", qui signifie "devant" (dans tous les sens, concret ou abstrait; spatial, "face à", "avant", ou temporel, "avant"); ce qui explique les différentes traductions: "il m'a précédé"; "il est plus grand que moi"...
- Si l'on opte pour la valeur temporelle, il faut se reporter à Jn 1,1-3
(voir à cette page)
pour expliquer cette locution. En effet, selon la chronologie "humaine", Jean était de quelques mois plus âgé que Jésus, son cousin, et le ministère du premier a débuté avant celui du second; il faut donc considérer que Jésus était "avant" Jean, comme avant toute chose et toute créature vivante, puisqu'il était "au commencement".  
Jn 1,1).
 

Verset 31.
κἀγὼ οὐκ ᾔδειν αὐτόν, ἀλλ᾿ ἵνα φανερωθῇ τῷ ᾿Ισραὴλ, διὰ τοῦτο ἦλθον ἐγὼ ἐν τῷ ὕδατι βαπτίζων.
Et pour moi, je ne le connaissais pas; mais afin qu'il fût manifesté à Israël, à cause de cela, je suis venu baptiser dans l'eau.
ἐν τῷ ὕδατι βαπτίζων
-
baptiser dans l'eau
:
Notre verbe "baptiser" est la tr
anscription directe du grec "
Verset 32.
Καὶ ἐμαρτύρησεν ᾿Ιωάννης λέγων ὅτι τεθέαμαι τὸ Πνεῦμα καταβαῖνον ὡς περιστερὰν ἐξ οὐρανοῦ, καὶ ἔμεινεν ἐπ᾿ αὐτόν.
Et Jean rendit témoignage, disant: J'ai vu l'Esprit descendant du ciel comme une colombe, et il demeura sur lui.
• Sur cette image, voir par ex.

<- l'Évangéliaire de la reine Keran - 1272 - Patriarcat arménien de Jérusalem.
(L'accent est mis sur la Sainte Trinité: le cercle symbolisant le Père, celui qui entoure la colombe de l'Esprit et l'auréole du Fils sont sensiblement de même diamètre et reliés par un rayon vertical; l'Esprit est à égale distance du Père et du Fils. Les trois anges sont également un symbole trinitaire)

et d'autres représentations iconographiques, à



Verset 33.
κἀγὼ οὐκ ᾔδειν αὐτόν, ἀλλ᾿ ὁ πέμψας με βαπτίζειν ἐν ὕδατι, ἐκεῖνός μοι εἶπεν· ἐφ᾿ ὃν ἂν ἴδῃς τὸ Πνεῦμα καταβαῖνον καὶ μένον ἐπ᾿ αὐτόν, οὗτός ἐστιν ὁ βαπτίζων ἐν Πνεύματι ῾Αγίῳ.
Et pour moi, je ne le connaissais pas; mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau, celui-là me dit: Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre, et demeurer sur lui, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint.

ὁ βαπτίζων ἐν Πνεύματι ῾Αγίῳ
-
qui baptise dans l'Esprit Saint
:
Comp. Mt 3,11: "
αὐτὸς ὑμᾶς βαπτίσει ἐν Πνεύματι ῾Αγίῳ καὶ πυρί
-
Lui, il vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu"
:
- Le baptême "dans l'Esprit Saint" est donc également mentionné en Mt 3,11, mais aussi en Mc 1,8; Lc 5,16; Ac 1,5; 11,16; 1Co 12,13; cette annonce reprend l'espérance des textes du PT, tels que Ez 36,25-27; 37,9;14; 39,29; Jl 3,1.
- L'expression matthéenne "dans l'Esprit Saint et le feu" doit très vraisemblablement être considérée d'un seul bloc (métaphorique puisque le terme introduisant l'explicitation n'est pas exprimé): "l'Esprit" agira comme un "feu" purificateur qui, répandu sur le peuple (Jl 3,1), séparera (Mt 3,12) les "vrais" fils d'Abraham des "faux" (Mt 3,9).
- Pour l'accomplissement de cette parole du Baptiste, voir Ac 2, où "l'Esprit" descend sous la forme de "langues de feu".
- Sur Jésus, "Médiateur" de l'Esprit, voir Jn 7,38-39; 14,16.
- La métaphore contenue dans le verbe "baptiser" (voir plus haut, note sur le v.31) souligne l'abondance qui caractérisera l'effusion de l'Esprit.
 
Verset 34.
κἀγὼ ἑώρακα καὶ μεμαρτύρηκα ὅτι οὗτός ἐστιν ὁ Υἱὸς τοῦ Θεοῦ.
Et moi, j'ai vu et j'ai rendu témoignage que celui-ci est le Fils de Dieu.

ὁ Υἱὸς τοῦ Θεοῦ
-
le Fils de Dieu
:
D'après le v.30 (et à la lumière de 1,1-18), on peut y voir une référence au statut divin de Jésus.
Mais "fils de Dieu" est aussi un titre royal, qui pourrait être pour le Baptiste une façon de désigner le
"
משׁיח
- Messie" attendu (v.49).
- Comp. en effet Mt 16,16: "σὺ εἶ ὁ Χριστὸς ὁ Υἱὸς τοῦ Θεοῦ τοῦ ζῶντος -
Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant";
et Jn 1,41: "<
Μεσσίας>
ὅ ἐστι μεθερμηνευόμενον Χριστός - le 'Messie', ce qui, traduit, <est> 'Christ' "

- Le mot "Christ" est la francisation du grec "Χριστός", traduction de l'hébreu
משׁיח
mâshîyakh', en fait un adjectif (même s'il est souvent substantivé), qui désigne tout homme qui a reçu une onction d'huile sainte, l' "oint".
- Dans le PT, les rois (par ex. 1S 16,1;13; 26,11), les prêtres (par ex. Ex 40,13-15; Lv 4,3), et parfois les prophètes recevaient une onction, signifiant qu'ils étaient consacrés au service d'YHWH.
- Notre majuscule signifie que Jésus est l' "Oint" par excellence, qui réunit ces trois fonctions en sa personne (voir Mt 16,16).
- Les prophètes ont annoncé cet Oint par excellence, le Roi, fils de David, qui délivrerait le peuple et établirait son royaume (Is 11,1-5; Jr 33,15-16). Certains textes suggèrent que ce Roi serait aussi Prêtre (Ps 110,1-4; Za 6,12-13).
- Les Juifs de l'époque avaient une conception essentiellement politique et guerrière de ce Messie, ce qui explique le refus de Jésus de se laisser appeler "Messie" en public (par ex. Mt 16,20; Lc 9,21).

Commentaire patristique:
De Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), évêque et docteur de l'Église,
Sur Isaïe, IV, 2:

« Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »

      « Cieux, réjouissez-vous ! Car Dieu a fait miséricorde à Israël. Sonnez de la trompette, fondements de la terre ! [...] Car Dieu a racheté Jacob » (Is 44,23, LXX). On peut facilement conclure de ce passage d'Isaïe que la rémission des péchés, la conversion et la rédemption de tous les hommes, annoncées par les prophètes, seront accomplies par le Christ aux derniers jours. En effet, lorsque Dieu, le Seigneur, nous est apparu, lorsque, devenu homme, il a vécu avec les habitants de la terre, lui l'Agneau véritable qui enlève le péché du monde, lui, la victime totalement pure, alors, quel motif de réjouissance pour les puissances d'en haut et les esprits célestes, pour tous les ordres des saints anges ! Ils chantaient, ils chantaient sa naissance selon la chair : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre ; bienveillance parmi les hommes ! » (Lc 2,14)

      S'il est vrai selon la parole du Seigneur – et c'est absolument vrai – qu'« il y a de la joie dans les cieux chez les saints anges pour un seul pécheur qui se convertit » (Lc 15,7), comment douter qu'il y ait joie et liesse chez les esprits d'en haut, lorsque le Christ ramène toute la terre à la connaissance de la vérité, appelle à la conversion, justifie par la foi, rend brillant de lumière par la sanctification ? « Les cieux se réjouissent car Dieu a fait miséricorde », non seulement à l'Israël selon la chair, mais à l'Israël compris selon l'esprit. « Les fondements de la terre », c'est-à-dire les ministres sacrés de la prédication de l'Évangile, ont « sonné de la trompette ». Leur voix éclatante est parvenue partout ; comme des trompettes sacrées, elle a retenti de toutes parts. Ils ont annoncé la gloire du Sauveur en tous lieux, ils ont appelé à la connaissance du Christ aussi bien les juifs que les païens.
______________________________________________________________

• Jn 1,35-42.

Rencontrer le Christ sur sa route, sentir son regard qui invite à le suivre, chercher à le connaître, s'attacher progressivement à lui: d'une façon ou d'une autre, telles sont toujours les étapes de la vocation chrétienne, qui bouleverse la vie.
______________________________________________________________

• Jn 2,1-11.

- "Commencement des signes accomplis par Jésus".
- Mention de son"Heure" qui, dans le IVème évangile, évoque toujours celle de la Passion.
- Présence de Marie, que saint Jean mentionne à nouveau lors de la crucifixion.
- Foi des disciples, dont, par la suite, l'évangéliste souligne souvent l'incompréhension.
- "Gloire" de Jésus manifestée.
Manifestement, l' "Evangile de Cana" doit être lu, et longuement médité, à la lumière de la foi pascale.
D'autre part, ce repas de mariage fait songer à ce saint Jean écrira au Livre de l'Apocalypse: "Heureux les invités au festin des noces de l'Agneau" (Ap 19,9).


Traduction et remarques :

Verset 1.
[...] γάμος ἐγένετο ἐν Κανὰ τῆς Γαλιλαίας, καὶ ἦν ἡ μήτηρ τοῦ ᾿Ιησοῦ ἐκεῖ·
[...] il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là, 
ἦν ἡ μήτηρ τοῦ ᾿Ιησοῦ ἐκεῖLa mère de Jésus était là: Il est possible que Marie ait été de la famille des mariés, ce qui expliquerait le fait que Jean la cite en premier lieu, et son inquiétude lorsqu'elle constatera qu'il n'y a pas assez de vin. Théologiquement, le fait que Jean mentionne la présence de Marie s'explique par le parallèle avec la crucifixion (cf. introduction).

Verset 2.
ἐκλήθη δὲ καὶ ὁ ᾿Ιησοῦς καὶ οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ εἰς τὸν γάμον.
et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples.  
καὶ ὁ ᾿Ιησοῦς καὶ οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ - et Jésus aussi [...] avec ses disciples: L'hospitalité orientale explique que non seulement Jésus, mais également ses disciples soient invités.

Verset 3.
καὶ ὑστερήσαντος οἴνου λέγει ἡ μήτηρ τοῦ ᾿Ιησοῦ πρὸς αὐτόν· οἶνον οὐκ ἔχουσι.
Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit: Ils n'ont plus de vin.   
• ὑστερήσαντος οἴνοῦ - Le vin ayant manqué: Les mariages peuvent durer plusieurs jours. La famille du marié (c'est encore vrai de nos jours dans ces régions) est tenue de pourvoir financièrement à l'organisation de la fête; et la tâche d'organisation est généralement confiée à un "ἀρχιτρίκλινοςarchitriklinos - ordonnateur", comme on le verra au v.9.
οἶνον οὐκ ἔχουσῖ - Ils n'ont plus de vin: Dans la remarque de Marie, il y a implicitement une demande d'intervention à Jésus (ce qui confirmerait l'hypothèse avancée à propos du v.1).

Verset 4.
λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· τί ἐμοὶ καὶ σοί, γύναι; οὔπω ἥκει ἡ ὥρα μου.
Jésus lui répondit: Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi? Mon heure n'est pas encore venue. 
γύναῖ - Femme:En grec, formule de politesse difficile à traduire (en général, "Madame"; ici "ô Mère", "chère Mère" par exemple); on la retrouve en Jn 8,10; 19,26; 20,13;15. 
τί ἐμοὶ καὶ σοί; - qu'y a-t-il entre moi et toi?:Jésus, en prenant ses distances avec l'autorité maternelle, indique que, désormais, c'est à son Père céleste de décider de l'action à accomplir, et de son moment.
οὔπω ἥκει ἡ ὥρα μου - Mon heure n'est pas encore venue:Dieu dirige souverainement les événements, jusqu'à l' "Heure" de la Passion et de la Résurrection. Comp. Jn 7,30; 8,20; 12,23;27; 13,1; 17,1.

Verset 5.
λέγει ἡ μήτηρ αὐτοῦ τοῖς διακόνοις· ὄ τι ἂν λέγῃ ὑμῖν, ποιήσατε. 
Sa mère dit aux serviteurs: Faites ce qu'il vous dira. 
ὄ τι ἂν λέγῃ ὑμῖν - ce qu'il vous dira:L'emploi de la particule ἀν introduit une valeur de potentiel; on pourrait traduire par "quoi qu'il puisse vous dire", "quels que soient les ordres qu'il vous donnera, même s'ils vous paraissent étranges". Cette tournure - tout comme sa simple remarque du v.3 - montre que Marie a conscience des capacités thaumaturgiques de Jésus.

Verset 6.
ἦσαν δὲ ἐκεῖ ὑδρίαι λίθιναι ἓξ κείμεναι κατὰ τὸν καθαρισμὸν τῶν ᾿Ιουδαίων, χωροῦσαι ἀνὰ μετρητὰς δύο ἢ τρεῖς.
Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures.
τὸν καθαρισμὸν τῶν ᾿Ιουδαίων - les purifications des Juifs: Sur les rites de purification entourant les repas, voir cette page. Comp. Mt 15,2.
μετρητὰς δύο ἢ τρεῖς - deux ou trois mesures: Le terme grec est vague; il s'agit probablement de הין "hîn"(= environ 7,5 litres) car les autres "mesures" pour les liquides sont trop petites ("log" = env. 0,6l.) ou trop importantes ("bat" = env. 22,5l.) pour être vraisemblables. Les vasques destinées à contenir l'eau pour les ablutions contiennent donc chacune entre 15 et 22,5 litres environ, ce qui fait au total entre 90 et 135 litres. La Bible du Semeur donne directement comme traduction "entre quatre-vingts et cent vingt litres".

Verset 7.
λέγει αὐτοῖς ὁ ᾿Ιησοῦς· γεμίσατε τὰς ὑδρίας ὕδατος. καὶ ἐγέμισαν αὐτὰς ἕως ἄνω.
Jésus leur dit: Remplissez d'eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu'au bord.

Verset 8.
καὶ λέγει αὐτοῖς· ἀντλήσατε νῦν καὶ φέρετε τῷ ἀρχιτρικλίνῳ. καὶ ἤνεγκαν.
Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent.

Verset 9.
ὡς δὲ ἐγεύσατο ὁ ἀρχιτρίκλινος τὸ ὕδωρ οἶνον γεγενημένον - καὶ οὐκ ᾔδει πόθεν ἐστίν, οἱ δὲ διάκονοι ᾔδεισαν οἱ ἡντληκότες τὸ ὕδωρ - φωνεῖ τὸν νυμφίον ὁ ἀρχιτρίκλινος
Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin - ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien - il appela l'époux,
ὁ ἀρχιτρίκλινος - l'ordonnateur du repas: Littéralement, le "chef de triclinium", le mot triclinium désignant dans le monde hellénistico-romain les trois banquettes disposées en U autour de la table, sur lesquelles les convives s'allongeaient pour dîner; puis la salle où se trouvaient ces banquettes. Il est cependant peu vraisemblable que cette manière de prendre les repas ait été adoptée en Galilée. Le mot ἀρχιτρίκλινος
architriklinos peut donc bien se traduire par "ordonnateur" (ou, comme dans la traduction liturgique "maître") du repas. Cependant, ce n'est pas le "maître de maison", qui est le père du marié, mais un étranger à la famille qui fait profession d'organiser les fêtes familiales.

Verset 10.
καὶ λέγει αὐτῷ· πᾶς ἄνθρωπος πρῶτον τὸν καλὸν οἶνον τίθησι, καὶ ὅταν μεθυσθῶσι, τότε τὸν ἐλάσσω· σὺ τετήρηκας τὸν καλὸν οἶνον ἕως ἄρτι.
et lui dit: Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent.

Verset 11.
Ταύτην ἐποίησε ἀρχὴν τῶν σημείων ὁ ᾿Ιησοῦς ἐν Κανὰ τῆς Γαλιλαίας καὶ ἐφανέρωσε τὴν δόξαν αὐτοῦ, καὶ ἐπίστευσαν εἰς αὐτὸν οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ. 
Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.
τῶν σημείων - des miracles: Littéralement, σημεῖον sêméïon est un "un signe", "une indication". Ce terme est utilisé par Jean (alors que les synoptiques parlent plutôt de "θαυμάσιον thaumasion - miracle") pour insister sur le fait que le miracle n'a pas de valeur en lui-même (le mot grec θαυμάσιον désigne littéralement "ce qui étonne"; il peut être employé à propos, par exemple, de magie), mais qu'il est révélateur d'une réalité supérieure, qu'il faut rechercher (on ne doit pas se contenter de "s'étonner" devant un miracle christique, il faut chercher plus loin, plus haut, ce qu'il "signifie").
Ici, le "signe" révèle "τὴν δόξανla gloire" (la δόξα étant, au sens premier, la "réputation" d'une personne) de Jésus, c'est-à-dire la présence de Dieu en lui

Ταύτην ἐποίησε ἀρχὴν τῶν σημείων ὁ ᾿Ιησοῦς - Tel fut le premier des miracles que fit Jésus: Littéralement, "Jésus fit le début des signes"; voir Jn 4,54.
Par ce "premier signe", Jésus surpasse Moïse (voir Jn 1,17) et révèle le plan de Dieu pour les hommes - qui aboutira au festin messianique d'Is 25,6:
 ועשׂה יהוה צבאות לכל־העמים בהר הזה משׁתה שׁמנים משׁתה שׁמרים שׁמנים ממחים שׁמרים מזקקים׃
"יהוה צבאותAdonaï tsebâ'ôt - YHWH des armées" prépare à tous les peuples, sur cette montagne,
Un festin de mets succulents,
Un festin de vins vieux,
De mets succulents, pleins de moelle,
De vins vieux, clarifiés*.
L'eau des ablutions de l'ancienne Loi sera remplacée par le Vin de la nouvelle Alliance.


Méditation
Réflexion:
1. Jésus fait son premier miracle et il commence ainsi sa vie publique.
Il est surprenant de constater que ce premier miracle est la conséquence d’un acte d’obéissance à sa mère.
Mais ce qui est plus surprenant encore, c'est l’attitude de Marie. Quand elle demande le miracle, Jésus ne veut pas agir ("Mon heure n’est pas encore venue"); mais Marie, sans tenir compte des paroles de son fils, dit aux serviteurs: "Faites tout ce qu’il vous dira".
Le Fils de Dieu ne laissera pas sa mère sans réponse.
Remarquons que Jésus lui obéit plus que parfaitement: il fait un vin infiniment meilleur que celui qui a été servi auparavant!
2.Quand nous demandons quelque chose à Dieu, le plus souvent, c'est pour nous-mêmes.
Marie a un cœur profondément aimant. C’est pour cela qu’elle voit les besoins des autres et qu’elle intervient pour les autres.
Peut-être que, si nous sortions un peu de nous-mêmes et aimions un peu plus les autres, nous serions capables, comme Marie, de voir ce dont ils ont besoin et ainsi de les aider de notre mieux...
"Aimons-nous les uns les autres de tout notre être... comme Il nous a aimés".

Prière:
Jésus, augmente ma générosité et aide-moi à aimer profondément.

Résolution:
J'aurai aujourd’hui un geste gratuit de générosité envers quelqu’un de mon entourage.


Pour prolonger la méditation:

- Du Premier Testament:
- Pr 9,3;5: "[La Sagesse] crie
Sur le sommet des hauteurs de la ville:
Venez, mangez de mon pain,
Et buvez du vin que j'ai mêlé*".
- Am 9,13: "Voici, les jours viennent, dit YHWH,
[...] Où le vin nouveau ruissellera des montagnes
Et coulera de toutes les collines".
- Jl 2,24: "Les aires se rempliront de blé,
Et les cuves regorgeront de vin nouveau et d'huile".

- Du Nouveau Testament:
- Mt 22,2: "Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils".
- Jn 3,29: "Celui à qui appartient l'épouse, c'est l'époux; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l'époux: aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite".
- Ap 19,7: "Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'agneau sont venues".
- Ap 22,17: "Et l'Esprit et l'épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l'eau de la Vie, gratuitement".

- Commentaires patristiques:
- De Saint Romanos le Mélode (?-v. 560), hymnographe, Hymne n°18, Les Noces de Cana:
« Tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant »
      Alors que le Christ assistait aux noces et que la foule des convives se régalait, le vin leur manqua, et leur joie se changea en chagrin [...] Voyant cela, la très pure Marie vint aussitôt dire à son fils: « Ils n'ont plus de vin ; alors, je t'en prie, mon enfant, montre que tu peux tout, toi qui as tout créé avec sagesse. »
      S'il te plaît, Vierge vénérable, d'après quels miracles de lui as-tu su que ton fils, sans avoir vendangé de raisin, pouvait accorder le vin, alors qu'il n'avait pas encore fait de miracles auparavant ? Apprends-nous [...] comment tu as dit à ton fils :
« Donne-leur du vin, toi qui as tout créé avec sagesse. »
      « J'ai vu moi-même Elisabeth m'appeler Mère de Dieu avant l'enfantement ; après l'enfantement Syméon m'a chantée, Anne m'a célébrée; les mages sont accourus de la Perse à la crèche, car une étoile annonçait d'avance cet enfantement; les bergers avec les anges se faisaient hérauts de la joie, et la création se réjouissait avec eux. Que pourrais-je aller chercher de plus grand que ces miracles, pour croire sur leur foi que mon fils est celui qui a tout créé avec sagesse ? » [...]
      Quand le Christ changea manifestement l'eau en vin par sa puissance, toute la foule se réjouit, trouvant admirable le goût de ce vin. Aujourd'hui, c'est au banquet de l'Eglise que nous nous asseyons tous, car le vin est changé en sang du Christ, et nous le buvons tous avec une allégresse sainte, glorifiant le grand Époux. Car l'Époux véritable, c'est le fils de Marie, le Verbe qui est de toute éternité, qui a pris la forme d'un esclave, et qui a tout créé avec sagesse.
      Très-Haut, Saint, Sauveur de tous, garde sans altération le vin qui est en nous puisque tu présides à tout. Chasse en nous toute perversité, toutes les pensées mauvaises qui mouillent ton vin très saint [...] Par les prières de la sainte Vierge Mère de Dieu, délivre-nous, de l'angoisse des péchés qui nous oppressent, Dieu miséricordieux, toi qui as tout créé avec sagesse.

Notre Seigneur habitue d'abord leur bouche à son pain et à son vin en attendant de les nourrir de son corps et de son sang.
Il leur accorde la jouissance passagère du pain et du vin pour les conduire à la jouissance du Pain de Vie et du Sang du Salut.
Gratuitement il nous offre ces dons mineurs pour nous inciter à recevoir les dons immenses et sans prix.
Pain et vin, plaisir pour le goût; corps et sang, salut de l'âme.
Par ce qui flatte le palais, il nous stimule, il nous mène à ce qui vivifie l'esprit.
Le vin qu'il offre, il le fait excellent, pour suggérer les trésors cachés en son sang vivifiant.
Le premier signe qu'il accomplit, c'est le vin réjouissant les convives; la signification, c'est son sang qui réjouit les nations.
Toutes les joies de la terre s'unissent dans le vin; tout ce qui est du salut s'unit dans le mystère de son sang.
Il offre un vin suave
qui transforme les cœurs,
afin qu'ils croient la doctrine enivrante
qui transforme les cœurs.

- Commentaire moderne:
De F. Quéré,Une lecture de l'Évangile de Jean (1987):
C'est donc son premier signe et il s'expose dans le contraste d'un éclat et d'un secret. Les invités croient ce vin tiré de la cave, l'intendant s'interroge; seuls, serviteurs et disciples savent, sans rien ébruiter. Mais quel flot d'aménité jeté sur la misère terrestre! Le vin nouveau coule à ras bords. Dieu est venu mêler sa noce à celle des hommes, et il les gratifie de ses coutumes somptueuses, l'abondance, l'allégresse, le grand vin pour finir, mais finir quoi? Tout en effet commence.

-------
* Dans l'Antiquité, le vin était très épais et très fort afin de pouvoir être conservé; on devait donc le "clarifier" et le "mêler" d'eau avant de le consommer.
__________________________________________________________________________



• Jn 2,13-22.

Dans l'Evangile selon saint Jean, la purification du Temple est mise en relation directe avec la résurrection de Jésus.
C'est lui, le Seigneur ressuscité, éternellement auprès de Dieu, le Temple qui n'est pas fait de main d'homme, en qui et par qui les croyants célèbrent le culte en esprit et en vérité.


Méditation 1

Prière d’introduction:
Jésus, apprends-moi à faire silence dans mon cœur pour parler avec toi. J’ai beaucoup de choses à dire. Il y a tant de choses que je ne comprends pas. Je suis faible et petit. J’ai besoin de ton aide pour discerner ta volonté dans ma vie. J’ai besoin de ta force pour résister au péché. Aide-moi à atteindre le niveau de sainteté que tu désires pour moi.
Prière de demande:
Que le désir de ton amitié me consomme tellement que j’enlève tout péché de ma vie.

Points de réflexion:
1. L’ardeur pour la maison de son Père.
Le Temple de Jérusalem était le seul endroit où un Juif pouvait adorer Dieu. Le Temple était la demeure de Dieu, son repose-pied. Israël y offrait ses holocaustes. C’était un endroit privilégié pour prier. Ainsi un jour, Jésus y est allé pour dialoguer avec son Père.
Cependant, les marchands et les changeurs de monnaie avaient transformé le temple en une place de marché. L’ardeur pour la maison de son père le consommait, et Jésus a ôté ces obstacles de son chemin.
La prière a besoin d’une une ambiance de paix et de récollection. C’est une disposition intérieure de confiance et de foi en Dieu, tel que le calme se fait même au milieu d’un orage. Aujourd’hui, pour venir parler avec Jésus, nous devons enlever d’abord tous les obstacles de notre chemin, tout ce qui pourrait nous empêcher de tourner nos cœurs vers lui.
2. Temples de l’Esprit Saint.
Le Temple était une construction physique. Dieu l’a béni avec sa présence, et sa présence l’a rendu saint.
Jésus est vrai Dieu et vrai homme. Le trouver, c’est trouver Dieu. Parler avec lui, c’est parler avec Dieu. L’écouter, c’est découvrir la volonté de Dieu pour nous. Puisqu’il est Dieu, Jésus peut comparer son corps au temple. "Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai." De même saint Paul a pu parler des chrétiens comme les ’ temples de l’Esprit Saint’.
Le Christ sanctifie nos corps par sa présence.
C’est pourquoi nous devrions rester purs et libres de la tache du péché. Par nos actes de ce jour, nous nous offrons en tant que sacrifices vivants acceptables à Dieu.
3. La prière est mémoire.
Jésus a présenté sa mort prochaine et sa résurrection comme un signe. Les chefs juifs lui avaient demandés un signe qui démontrerait son autorité pour vider le temple des marchands et des changeurs de monnaie qu’eux-mêmes avaient autorisés. Son autorité était celle d’un fils dans la maison de son père.
Après la Résurrection, ses disciples se sont souvenus de ses paroles et ils ont cru. Prier, c’est faire mémoire. Nous méditons sur l’action de Dieu en notre vie comme sur ses paroles dans l’Ecriture. La foi est le fruit de la méditation. En cela, Marie est le modèle parfait. Elle a toujours gardé en son cœur les mystères de son fils.

Dialogue avec le Christ:
Aujourd’hui, Seigneur, aide-moi à me souvenir de toutes les bonnes choses que tu m’as données à moi-même et à ma famille. Fais-moi entrevoir l’œuvre de ta providence. Je sais que tu me viens en aide par des centaines de manières différentes. Donne-moi la force et la confiance pour comprendre et pour accomplir ta volonté en ce jour. Aide-moi à devenir davantage semblable à Marie, et à "méditer toutes ces choses dans mon cœur".

Résolution:
Je rejetterai tout péché de ma vie, toute chose qui pourrait me séparer du Seigneur Jésus-Christ.

Méditation 2

Points de réflexion:
1. Dans ce passage de son Evangile, Jésus nous enseigne plusieurs choses.
- Quand il chasse du Temple les bœufs, les brebis, les colombes et les changeurs d’argent, Jésus manifeste son amour profond et son respect pour les affaires de son Père.
Examinons notre recueillement à l’église et notre attention pendant la prière : que montrons-nous de notre amour et de notre respect envers notre Père ?
- Ensuite, Jésus se réfère au fait que nous sommes les temples de Dieu.
Cela implique que nous devons chasser de notre intérieur tout ce qui fait barrière à notre amour pour Dieu (l’égoïsme, la paresse, les désirs mondains...).  Au moment du baptême, les trois personnes de la Sainte Trinité sont venues dans notre âme avec le désir de s’unir à nous. Par la présence divine, notre âme se convertit en un "petit ciel" ! Apprenons donc à traiter Dieu présent en nous avec plus d’égards.
2. Dieu est réellement présent dans l’âme en état de grâce. Pourtant, pour converser avec Lui, il faut se concentrer car, sous l’influence de nos sentiments, nous avons tendance à nous éparpiller. Nous devons toujours agir en sachant que nous sommes « temples de Dieu ». Efforçons-nous de toujours vivre dans l’intimité de la Sainte Trinité. Dans la mesure où nous purifions notre cœur et notre regard, dans la mesure où, avec l’aide du Seigneur, nous arrivons à ce recueillement, il nous sera plus aisé de rencontrer Dieu dans la prière.
3. Quand Jésus dit aux Juifs : « Détruisez ce Temple et en trois jours, je le rebâtirai », il fait allusion à sa mort sur la croix et à sa résurrection. Ici, le Seigneur nous rappelle qu’il est impossible de Le suivre sans passer par la croix. « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. » (Lc 9, 23) Pour purifier notre cœur et le rendre plus humble, nous devons mortifier notre corps et nos sens. Pour donner du fruit, c’est à dire pour aimer Dieu et pour réellement aider les autres, le sacrifice est nécessaire. Nous devons « mourir à nous-mêmes ». L’efficacité surnaturelle nécessite une abnégation continuelle, un oubli complet de notre confort et de notre égoïsme. Ces sacrifices ne peuvent pas nous rendre tristes car c’est pour le Seigneur que nous les offrons !

Prière:
Merci, Seigneur, de me donner l’occasion de t’aider à porter la croix que tu as portée toi-même jusqu’au calvaire. Avec toi, je veux participer à la rédemption du monde par la mortification de mes sens, de mes goûts, de mes appétits charnels...
Aide-moi à me charger joyeusement chaque jour de ma croix afin de m’unir d’avantage à ton œuvre de salut.

Résolution:
Mettre tout l’amour possible dans un acte de mortification que personne ne soupçonnera.

Pour prolonger la méditation

- Du Premier Testament : 
- Esd 3,10-11: « Lorsque les ouvriers posèrent les fondements du temple de l'Éternel, on fit assister les sacrificateurs en costume, avec les trompettes, et les Lévites, fils d'Asaph, avec les cymbales, afin qu'ils célébrassent l'Éternel, d'après les ordonnances de David, roi d'Israël.Ils chantaient, célébrant et louant l'Éternel par ces paroles: Car il est bon, car sa miséricorde pour Israël dure à toujours! Et tout le peuple poussait de grands cris de joie en célébrant l'Éternel, parce qu'on posait les fondements de la maison de l'Éternel. » 
- Is 56,7: « Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière; Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. » 
- Ez 37,27: « Ma demeure sera parmi eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » 
- Ps 40/39,7: « Tu ne désires ni sacrifice ni offrande, Tu m'as ouvert les oreilles; Tu ne demandes ni holocauste ni victime expiatoire. » 
- Jr 7,4: « Ne vous livrez pas à des espérances trompeuses, en disant: C'est ici le temple de l'Éternel, le temple de l'Éternel, Le temple de l'Éternel!. » 

- Du Nouveau Testament :
- Lc 2,49 : « Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père? »
- Jn 7,37-39 : « Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s'écria: Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui. »  

- Commentaire patristique:
De Saint Augustin, Homélie sur le psaume 130:
    « Le Seigneur les chassa tous du Temple. » L'apôtre Paul dit : « Le temple de Dieu est saint et ce temple, c'est vous » (1Co 3,17), c'est-à-dire, vous tous qui croyez au Christ et qui croyez au point de l'aimer... Tous ceux qui croient ainsi sont les pierres vivantes dont s'édifie le temple de Dieu (1P 2,5) ; ils sont comme ce bois imputrescible dont a été construite l'arche que le déluge n'a pas pu submerger (Gn 6,14). Ce temple, le peuple de Dieu, les hommes eux-mêmes, c'est l'endroit où Dieu exauce quand on l'y prie. Ceux qui prient Dieu en dehors de ce temple ne sauraient être exaucés pour la paix de la Jérusalem d'en haut, même s'ils sont exaucés pour certains biens matériels que Dieu accorde aussi aux païens... Mais c'est tout autre chose d'être exaucé en ce qui concerne la vie éternelle ; cela n'est accordé qu'à ceux qui prient dans le temple de Dieu.
      Car celui qui prie dans le temple de Dieu prie dans la paix de l'Eglise, dans l'unité du Corps du Christ, parce que le Corps du Christ est constitué de la multitude des croyants répartis sur toute la terre... Et celui qui prie dans la paix de l'Eglise prie « en esprit et en vérité » (Jn 4, 23) ; l'ancien Temple n'en était que le symbole. En effet, c'était pour nous instruire que le Seigneur a chassé du Temple ces hommes qui ne cherchaient que leur propre intérêt, qui ne s'y rendaient que pour acheter et pour vendre. Si cet ancien Temple a dû subir cette purification, il est évident que le Corps du Christ lui aussi, le temple véritable, contient des acheteurs et vendeurs mêlés à ceux qui prient, c'est à dire des hommes qui ne cherchent que « leur propre avantage et non celui de Jésus Christ » (Ph 2,21)... Un temps viendra où le Seigneur mettra dehors tous ces péchés.     
[...]
     Cette assemblée de fidèles, temple de Dieu et corps du Christ, n'a qu'une voix qui chante le psaume comme par la bouche d'un seul homme. Beaucoup de psaumes nous ont déjà fait entendre sa voix; écoutons-la aussi dans celui-ci. Si nous le voulons, en l'entendant chanter, nous chantons aussi dans notre cœur.

- Commentaire moderne:
D'après G.Motte, Homélie (1972):
Ce qui semble en cause, ce n'est pas une réforme superficielle. Jésus nous donne ici le signe d'une autre bousculade, d'une autre expulsion plus subtile à saisir.
Les marchands qui vendaient, ou changeaient de la monnaie, les fidèles qui leur achetaient les animaux nécessaires au culte s'échangeaient réciproquement de la bonne conscience. Ils pouvaient être quittes de leurs obligations cultuelles, et ainsi rendre le Tout-Puissant favorable à leurs demandes.
Précisément, c'est cela qui est terminé désormais. Les disciples se sont rappelés l'Ecriture; les autres Juifs ont demandé: "Quel signe nous donnes-tu pour justifier cette action?"
Et Jésus leur donne ce signe qu'ils ne comprennent pas - et que Jean doit nous expliquer: il ressuscitera trois jours après qu'il aura été mis à mort. Ce sera, bien sûr, le signe de sa puissance et de son autorité personnelle, ce sera - bien plus encore - une violente secousse dans toutes nos convictions ou nos conventions religieuses et culturelles; ce sera "la bousculade fondamentale" qui fera sauter les habitudes les plus sacrées, fera exploser les convictions les plus solides, transformera la folie ne sagesse et la faiblesse en force.
Signes rassurants, sagesse satisfaisante, tels sont les deux appuis qui nous permettraient de traverser l'existence dans la sérénité paisible et la satisfaction de soi.
C'est précisément tout cela que Jésus veut faire éclater - c'est cet éclatement que signifie la bousculade du temple de Jérusalem.
__________________________________________________________________________

• Jn 3,13-17

Le Christ élevé en croix, révélation de l'amour de Dieu et cause du salut pour tous ceux qui, dans la foi, lèvent les yeux vers lui.

__________________________________________________________________________

Jn 3, 14- 21

Le Père Guillaume de Menthière, dans Magnificat, livre une excellente synthèse de la Foi chrétienne:
Dieu n'a pas livré un serviteur ni un ange mais son Fils unique! Son unique, insiste l'Evangile. Qu'est-ce à dire? Dieu n'a pas un grand nombre de Fils pour nous sauver. Il n'en a qu'un et il nous l'a donné. [...] Il n'a pas gardé par-devers lui une petite miséricorde de surplus pour ceux qui refuseraient le Fils en qui il a mis tout son amour. Le refus total de l'amour est rendu possible par le don total de l'amour (c'est moi qui souligne). Le risque existe de manquer cette occasion unique. La possibilité de l'enfer, révélation du Nouveau Testament, est un corollaire paradoxal mais indubitable de cette affirmation: "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique(Jn 3, 16)".

1- Le serpent d'airain ("de bronze" dans la traduction liturgique).
Dans le désert, les Hébreux redoutaient la morsure mortelle des serpents - mais leur esprit était également assailli par les morsures mortelles du doute envers Dieu (cette image nous rappelle celle du serpent de la Genèse (Gn 3, 4-5), qui instille le doute envers Dieu dans l'âme d'Eve). On retrouve alors l'ambivalence du serpent non seulement dans la Bible (avec, en particulier, l'ambiguïté des mots "saraphשָׂרָף ֙ au singulier: un serpent brûlant, et "seraphim" הַשְּׂרָפִים  au pluriel: les séraphins, ministres du feu purificateur, serviteurs de Dieu), mais également dans les cultes Proche-Orientaux contemporains de celle-ci, ou encore dans les emblèmes de nos médecins et pharmacien: le serpent peut tuer ou guérir!
Cette ambivalence est à plusieurs reprises marquée dans la Bible:
- le Seigneur montre à Moïse que son pouvoir est plus que de la magie en Ex 4; le bâton de Moïse se transforme en serpent et redevient bâton, dans les versets 2 à 5; puis on assiste à un rituel de guérison (donc, dans la mentalité hébraïque, de purification) de la lèpre, dans les versets 6 à 9: cette proximité n'est pas fortuite, elle annonce déjà le "serpent d'airain" auquel St Jean fait référence au début de l'Evangile de ce dimanche;
- réduit à l'impuissance ("Tu mangeras de la poussière (עָפָר ophr en hébreu, plutôt "sol", "terre")", Gn 3,14), il symbolise chez Isaïe, avec d'autres animaux réputés dangereux, la Paix d'une nouvelle terre: "Quant au serpent, la poussière (ophr encore) sera sa nourriture. Ils (les animaux dangereux) ne feront ni mal ni destruction sur toute ma montagne sainte, dit  יְהוָה  le Seigneur" (Is 65, 25).
- De même, au moment d'entrer en Canaan, le peuple critique Moïse, et donc, à travers lui, Dieu lui-même. Dieu les punit par l'envoi des "serpents brûlants" הַנְּחָשִׁ֣ים הַשְּׂרָפִ֔ים ; lorsque les hébreux se repentent, et demandent à Moïse son intercession auprès de Dieu, ce dernier donne à Moïse une réponse mystérieuse: c'est l'image d'un serpent "guérisseur" qui les soulagera: "Moïse façonna donc un serpent d'airain qu'il plaça sur l'étendard, et si un homme était mordu par quelque serpent, il regardait le serpent d'airain et restait en vie" (Nb 21, 9). Le récit insiste sur un fait, développé dans le livre de la Sagesse : c'est le Seigneur qui a l'initiative de cette opération; contrairement à ce que l'on voyait chez les peuples voisins, le serpent d'airain n'est pas une idole, pas un dieu guérisseur: "Quiconque se retournait était sauvé, non par l'objet regardé, mais par toi, le Sauveur de tous" (Sg 16, 5-7).

2- Le Christ, "élevé".
St Jean rappelle donc la valeur salutaire de ce serpent d'airain pour expliquer la si dérangeante mais salvifique "élévation" du Christ (ce mot grec, χριστος, est la traduction du mot hébreu מְשִׁיחֹ, Messie; tous deux désignent l'"oint" de Dieu), en donnant au verbe υψοθηναι, "être élevé" la double valeur de l'élévation sur la Croix et de l'élévation dans la Gloire.
Comme avec le serpent d'airain pour la guérison physique selon le livre de la Sagesse, quiconque se tourne vers le Christ est sauvé.
On peut également se remémorer la 1ère Lecture du 2ème dimanche de Carême (Gn 22, 1-18, "sacrifice" d'Isaac, fils unique d'Abraham): dans celle-ci, ce qui était traduit par « tu offriras [ton fils] en sacrifice » signifie littéralement, en hébreu « tu l’élèveras, tu le feras monter en élévation »; en effet, comme cela était dit dans le Psaume qui suivait, « il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens »; Dieu ne demande pas de sacrifices sanglants, mais « un sacrifice d’action de grâce ». Le Christ n'a pas été sacrifié, il ne s'est pas sacrifié, il a été "élevé" sur la Croix pour que nous le voyions et que nous soyons sauvés.

Sur ce thème, voici un passage du sermon Sur la pénitence, attribué à saint Ephrem le Syrien (env.306-373), docteur de l'Église
"Lorsque le peuple a péché dans le désert, Moïse, qui était prophète, a ordonné aux Israélites de dresser un serpent sur une croix, c'est-à-dire de mettre à mort le péché... C'était un serpent qu'il fallait regarder, puisque c'était par des serpents que les fils d'Israël avaient été frappés pour leur châtiment. Et pourquoi par des serpents? Parce qu'ils avaient renouvelé la conduite de nos premiers parents. Adam et Ève avaient péché tous deux en mangeant du fruit de l'arbre ; les Israélites avaient murmuré pour une question de nourriture. [...] Voilà ce qu'atteste le psaume : « Ils parlèrent contre Dieu dans les lieux arides »*. Or, dans le paradis aussi, le serpent a été à l'origine du murmure... Les fils d'Israël devaient ainsi apprendre que le même serpent qui avait tramé la mort d'Adam, leur avait procuré la mort à eux aussi**. Moïse l'a suspendu donc au bois, afin qu'en le voyant, ils soient amenés, par la similitude, à se souvenir de l'arbre. Ceux, en effet, qui tournaient leurs yeux vers lui étaient sauvés, non certes grâce au serpent, mais à cause de leur conversion**. Ils regardaient le serpent et ils se rappelaient leur péché. Parce qu'ils étaient mordus, ils se repentaient et, une fois de plus, ils étaient sauvés**. Leur conversion transformait le désert en demeure de Dieu ; le peuple pécheur devenait par la pénitence une assemblée ecclésiale et [...] il adorait la croix**.
---
*(Ps 77,17)
** C'est moi qui souligne.

Sur ce thème encore, de Sévérien de Gabala (?-vers 408), évêque en Syrie, 6ème Homélie sur la création du monde, 5-6:
      Il y avait au milieu du Paradis un arbre. Le serpent s'en servit pour tromper nos premiers parents. Remarquez cette chose étonnante : pour abuser l'homme, le serpent va recourir à un sentiment inhérent à sa nature. En façonnant l'homme, le Seigneur en effet avait mis en lui, outre une connaissance générale de l'univers, le désir de Dieu. Dès que le démon découvrit ce désir ardent, il dit à l'homme : « Vous deviendrez comme des dieux (Gn 3,5). Maintenant vous n'êtes que des hommes et vous ne pouvez pas être toujours avec Dieu ; mais si vous devenez comme des dieux, vous serez toujours avec lui »... Ainsi, c'est le désir d'être égal à Dieu qui séduisit la femme..., elle mangea et elle engagea l'homme à en faire autant... Or, après la faute, « Adam entendit la voix du Seigneur qui se promenait dans le Paradis vers le soir » (Gn 3,8)... Béni soit le Dieu des saints d'avoir visité Adam vers le soir ! Et de le visiter encore maintenant vers le soir, sur la croix.
      Car c'est bien à l'heure où Adam venait de manger que le Seigneur souffrit sa passion, à ces heures marquées par la faute et le jugement, c'est-à-dire entre la sixième heure et la neuvième. À la sixième heure, Adam mangea, selon la loi de la nature ; ensuite il se cacha. Et vers le soir, Dieu vint à lui.
      Adam avait désiré devenir Dieu ; il avait désiré une chose impossible. Le Christ a comblé ce désir. « Tu as voulu devenir, dit-il, ce que tu ne pouvais être ; mais moi, je désire devenir homme, et je le peux. Dieu fait tout le contraire de ce que tu as fait en te laissant séduire. Tu as désiré ce qui était au-dessus de toi ; je prends, moi, ce qui est au-dessous de moi. Tu as désiré être l'égal de Dieu ; je veux, moi, devenir l'égal de l'homme... Tu as désiré devenir Dieu et tu ne l'as pas pu. Moi, je me fais homme, pour rendre possible ce qui était impossible. » Oui, c'est bien pour cela que Dieu est venu. Il en témoigne à ses apôtres : « J'ai désiré d'un grand désir manger cette pâque avec vous » (Lc 22,15)... Il est descendu vers le soir et il a dit : « Adam, où es-tu ? » (Gn 3,9)... Celui qui est venu pour souffrir est le même que celui qui est descendu dans le Paradis.

3- La liberté de l'homme.
Comme nous l'avons lu dans l'introduction du P. de Menthière, nous avons toujours le choix: Dieu nous laisse libres - par Amour - de refuser son Amour...
Réponse à tous ceux qui se demandent "Pourquoi le mal?..."
Le mal naît du refus de l'Amour, Amour venu de Dieu envers les hommes, Amour si incommensurable qu'il nous laisse même la liberté de le refuser - mais qui nous permet toujours, même après un refus, d'"être sauvés" en nous "retournant" (le mot "conversion" signifie, étymologiquement, "retournement", du latin cum et vertere) non plus vers le serpent d'airain, mais vers le Christ, crucifié et exalté (synonyme étymologique de "élevé") dans la Gloire de sa Résurrection. C'est bien là le sens de l'excommunication (constat d'un péché mortel pour l'âme), qui peut toujours être suivie par une conversion, un retournement sincère dans la Confession.


4- La lumière.
Le thème de la lumière parcourt toute la Révélation biblique: ainsi, la séparation de la lumière et des ténèbres fut le premier acte de Dieu (Gn 1,3). Puis l'histoire humaine prend souvent la forme d'un conflit entre lumière et ténèbres, entre vie et mort (Jn 1,4s). Enfin, au terme de l'histoire du Salut, c'est Dieu lui-même qui sera la lumière (Ap 21,5.23) de la Nouvelle Création.
Si l'on cite le livre de l'Apocalypse (mot qui signifie en grec "révélation", "dévoilement"), c'est qu'il fait partie des écrits johanniques - et que le thème de la lumière (en opposition ou non avec les ténèbres) est très présent dans tous les écrits de St Jean.

• La lumière a une très forte valeur symbolique dans tout le Premier Testament ; elle représente en particulier la présence bienveillante de Dieu pour l’homme, sa Loi qui le guide (Jb 29,3 ; Pr 6,23 ; Ps 18/17,29 ; 119/118,105 : « Une lampe sur mes pas – ta Parole – une lumière sur ma route ». Dieu conduit ainsi l’homme juste vers la Joie d’un jour lumineux (Ps 36/35,10 ; 97/96,11 ;  112/111,4 ; Is 58,10), alors que la lampe du méchant s’éteint (Jb 18,5s ; Pr 13,9 : « La lumière des justes est joyeuse, la lampe des méchants s’éteint » ; 24,20 ; Jb 18,5s). Ainsi, la lumière représente-t-elle le bonheur de l’homme avec Dieu, et les ténèbres le malheur de l’homme sans Dieu.
Il n’est donc pas étonnant de retrouver cette image de la lumière opposée aux ténèbres dans une perspective eschatologique (du grec « dernier » et « discours » = l’eschatologie est la doctrine des « fins dernières » de l’homme et du monde), donc dans les livres prophétiques : les ténèbres précèdent et annoncent le « Jour d’יהוה , du Seigneur » (Is 13,10 ; Jr4,23 ;13,16 ; Ez 32,7 ; Am 8,9 ; Jl 2,10 ; etc.).
Mais ce « Jour du Seigneur » sera pour les justes, humiliés et angoissés, un jour de délivrance et de Joie : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière » (Is 9,1 ; 42,7 ; 49,9 ; Mi 7,8s).
Le Dieu vivant remplacera la lumière des astres, Il illuminera lui-même les siens : « Tu n’auras plus, le jour, le soleil comme lumière ; la clarté de la lune ne t’illuminera plus : le Seigneur sera pour toi une lumière éternelle » (Is 60,19s ; cf. Ap 21,23 ; 22,5 : « De nuit il n’y aura plus ; ils se passeront de lampe et de soleil pour s’éclairer car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière »).
__________________________________________________________________________

Jn 3,29
 La figure de Jean le Précurseur est centrale durant le temps de l’Avent : il est celui qui ouvre la voie – littéralement qui «court devant» –, qui attise dans les âmes, par le feu de sa prédication, le désir d’un Messie qu’il finit par désigner aux regards de ceux qui le cherchent : «Voici l’Agneau de Dieu» (Jean 1,36). Il ne nous est pas immédiatement compréhensible que Jean le Baptiste, cet homme taillé à vif par le vent du désert, au verbe coupant et parfois violent – qu’on se souvienne des «engeances de vipères» ! – soit le saint par excellence de la joie. Pour le comprendre, il faut tout d’abord relire le récit de la Visitation (que nous entendrons le dernier dimanche de l’Avent) où il nous est dit que l’enfant «tressaille d’allégresse dans le sein de sa mère» au moment où Marie, enceinte du Sauveur, salue sa vieille cousine Élisabeth. La joie est native chez Jean ! Elle n’en sera pas moins douloureuse, au jour où, abandonné de ses disciples partis à la suite de l’époux, il recevra pour ultime vocation de diminuer tandis que lui grandirait : «Telle est ma joie et elle est complète». Précurseur de la joie des noces de Dieu et de son peuple, prie pour nous !
__________________________________________________________________________

• Jn 4,5-42

Jésus est vraiment le sauveur du monde, le Messie promis; nous ne devons pas en attendre un autre: c'est souvent au terme d'un itinéraire sinueux qu'on parvient à cette découverte - parfois totalement inattendue pour les autres... et même pour soi!
 
Remarques:

Sur Jean et son évangile, voir à cette page.


Sur Jn 4,1-54:

-- Après le Juif religieux (Nicodème, chap.3), apparaissent la Samaritaine (4,1-42) et le Juif qui collabore avec le pouvoir en place (vv.43-54).

-- D'un point de vue narratif, le récit de la rencontre de Jésus avec la femme samaritaine est marqué par la surprise et le quiproquo.
- La surprise:
- Jésus passe par la Samarie, et s'y arrête;
- il discute avec une femme, en public;
- or cette femme avait certainement mauvaise réputation;
- il lui révèle clairement son identité, alors qu'il ne fait pas en Israël;
- cette femme, samaritaine et pécheresse, devient un messager et un témoin du Sauveur, et son témoignage porte du fruit.
- Le quiproquo, et même l'ironie:
- la femme a du mal à comprendre le discours de Jésus sur l'eau vive - qui utilise une image matérielle pour décrire une réalité spirituelle;
- les disciples sont perplexes lorsque Jésus leur dit qu'il a déjà "mangé";
- il leur parle de moisson spirituelle en leur montrant des champs où les épis sont mûrs.
GUERCINO (1591-1666) - Jésus et la Samaritaine (1640-41) - Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid
--
On peut comparer ce récit
à ceux des rencontres au bord d'un puits dans le PT:


Nicolas POUSSIN (1594-1665) - Rebecca au puits (vers1648) - Musée du Louvre, Paris ->
Abraham a envoyé Eliezer en Mésopotamie, d’où il était originaire, afin d’y trouver une épouse pour son fils Isaac, de préférence à une Cananéenne. À Nahor, en Chaldée, Eliezer prie Dieu de le guider. La femme qui lui donnera de l’eau, pour lui et ses chameaux, sera choisie. Ce sera Rebecca.

(Gn 29,1-20);


<- Luca GIORDANO (Naples, 1634-1705) - Jacob et Rachel au  puits (vers 1690) - Collection privée.

--
Or Jésus vient d'être appelé le "marié" (
--
Le deuxième miracle de Cana (4,43-54)
contient de nombreux parallèles avec le premier et révèle une structure commune à d'autres épisodes miraculeux:
- Jésus
intervient effectivement, mais pas comme on aurait pu l'imaginer;

--
Le message des textes précédents est confirmé:
Jésus avait
parlé
-
à Nicodème d'une nouvelle naissance conduisant à la "vie éternelle"
(
Sur le passage par la Samarie: Jésus quitte la Judée pour retourner en Galilée (4,3)
, et décide (v.4) de passer directement via la Samarie (voir la carte sur
Lc 9,52-53

-- L
es Samaritains

- ils refusent aux pèlerins qui,
de Galilée (au nord),
se rendent à Jérusalem le droit de traverser leur territoire, ainsi que le passage inverse.
-- Les Juifs (voir Lc 9,52-53) refusent de leur côté tout contact avec les Samaritains pour ne pas se rendre rituellement impurs.


Traduction et notes:

Verset 5.
ἔρχεται οὖν εἰς πόλιν τῆς Σαμαρείας λεγομένην Συχὰρ, πλησίον τοῦ χωρίου ὃ ἔδωκεν ᾿Ιακὼβ ᾿Ιωσὴφ τῷ υἱῷ αὐτοῦ·
Il vient donc à une ville de la Samarie, nommée Sichar, près de la terre que Jacob donna à Joseph son fils. 

• 
Sur cette terre, v
oir
Verset 6.
ἦν δὲ ἐκεῖ πηγὴ τοῦ ᾿Ιακώβ. ὁ οὖν ᾿Ιησοῦς κεκοπιακὼς ἐκ τῆς ὁδοιπορίας ἐκαθέζετο οὕτως ἐπὶ τῇ πηγῇ. ὥρα ἦν ὡσεὶ ἕκτη.
Et il y avait là le puits de Jacob. Jésus donc, étant lassé du chemin, se tenait là assis sur la fontaine; c'était environ la sixième heure.

ὥρα ἦν ὡσεὶ ἕκτη
-
c'était environ la sixième heure
:
C'
est-à-dire la mi-journée, en pleine chaleur.
Verset 7.
 ῎Ερχεται γυνὴ ἐκ τῆς Σαμαρείας ἀντλῆσαι ὕδωρ. λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· δός μοι πεῖν.
Une femme de Samarie vint puiser de l'eau. Jésus lui dit: "Donne-moi à boire".

ἀντλῆσαι ὕδωρ
-
puiser de l'eau
:
Habituellement, à cause de la chaleur, les femmes venaient "puiser" le soir; à cause de sa situation particulière (v.18), cette femme ne souhaitait vraisemblablement pas rencontrer les autres: elle choisit donc le moment où il est totalement improbable de rencontrer qui que soit pour sortir "puiser de l'eau".  

Verset 8.
οἱ γὰρ μαθηταὶ αὐτοῦ ἀπεληλύθεισαν εἰς τὴν πόλιν ἵνα τροφὰς ἀγοράσωσι.
(car ses disciples s'en étaient allés à la ville pour acheter des vivres).


Verset 9.
λέγει οὖν αὐτῷ ἡ γυνὴ ἡ Σαμαρεῖτις· πῶς σὺ ᾿Ιουδαῖος ὢν παρ᾿ ἐμοῦ πεῖν αἰτεῖς, οὔσης γυναικὸς Σαμαρίτιδος; οὐ γὰρ συγχρῶνται ᾿Ιουδαῖοι Σαμαρίταις.
La femme samaritaine lui dit donc: "Comment toi qui es Juif, me demandes-tu à boire à moi qui suis une femme samaritaine?" (Car les Juifs n'ont point de relations avec les Samaritains).

Voir introduction, sur les relations entre Juifs et Samaritains.
-- 
Elle s'étonne que Jésus lui parle car
-
elle est habituée au mépris des autres - même samaritain(e)s - à cause de sa situation (v.18);
Jésus, en tant que Juif
, est supposé mépriser
cette femme en tant que 
Samaritaine
.

-- 
Elle est en outre étonnée qu'il lui "demande à boire", car
- en lui
"demandant" quelque chose
, il se met en position d'infériorité;
- et, s'il boit de l'eau puisée par un(e) Samaritain(e), et surtout dans un récipient utilisé par
un(e) Samaritain(e),
il se met en état d'impureté rituelle...
Verset 10.
ἀπεκρίθη ᾿Ιησοῦς καὶ εἶπεν αὐτῇ· εἰ ᾔδεις τὴν δωρεὰν τοῦ Θεοῦ, καὶ τίς ἐστιν ὁ λέγων σοι, δός μοι πεῖν, σὺ ἂν ᾔτησας αὐτὸν, καὶ ἔδωκεν ἄν σοι ὕδωρ ζῶν.
Jésus répondit et lui dit: "Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit: 'Donne-moi à boire', tu lui aurais toi-même demandé, et il t'aurait donné de l'eau vive".

ὕδωρ ζῶν
-
de l'eau vive
:

-- 
Litt., "de l'eau vivante", donc de l'eau courante.
L'eau "vive" vient d'une source, par opposition à l'eau stagnante de certains puits.
-- 
Jeu de mots avec l'eau "qui donne la vie" (v.14).

-- 
L'image de l'"eau vive" est régulièrement employée dans le PT (par ex.
Verset 11.
λέγει αὐτῷ ἡ γυνή· Κύριε, οὔτε ἄντλημα ἔχεις, καὶ τὸ φρέαρ ἐστὶ βαθύ· πόθεν οὖν ἔχεις τὸ ὕδωρ τὸ ζῶν;
La femme lui dit: "Seigneur, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond; d'où as-tu donc cette eau vive?

Κύριε
-
Seigneur
:
Ce terme a ici une simple valeur de respect (équivalent à "Monsieur" = "mon Sieur" - qui est le doublet de "mon Seigneur" = "Monseigneur" - ou à "Maître").

Verset 12.
μὴ σὺ μείζων εἶ τοῦ πατρὸς ἡμῶν ᾿Ιακώβ, ὃς ἔδωκεν ἡμῖν τὸ φρέαρ, καὶ αὐτὸς ἐξ αὐτοῦ ἔπιε καὶ οἱ υἱοὶ αὐτοῦ καὶ τὰ θρέμματα αὐτοῦ;
Es-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné le puits; et lui-même en a bu, et ses fils, et son bétail?"

τοῦ πατρὸς ἡμῶν ᾿Ιακώβ
-
[que] notre père Jacob
:
Bien qu'étant en partie d'origine non-juive, les Samaritains disaient descendre d'Ephraïm et Manassé, fils de Jacob. 

Verset 13.
ἀπεκρίθη ᾿Ιησοῦς καὶ εἶπεν αὐτῇ· πᾶς ὁ πίνων ἐκ τοῦ ὕδατος τούτου διψήσει πάλιν·
Jésus répondit et lui dit: "Quiconque boit de cette eau-ci aura de nouveau soif;


Verset 14.
ὃς δ᾿ ἂν πίῃ ἐκ τοῦ ὕδατος οὗ ἐγὼ δώσω αὐτῷ, οὐ μὴ διψήσει εἰς τὸν αἰῶνα, ἀλλὰ τὸ ὕδωρ ὃ δώσω αὐτῷ γενήσεται ἐν αὐτῷ πηγὴ ὕδατος ἁλλομένου εἰς ζωὴν αἰώνιον.
mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, moi, n'aura plus soif à jamais; mais l'eau que je lui donnerai, sera en lui une fontaine d'eau jaillissant en vie éternelle".

οὐ μὴ διψήσει εἰς τὸν αἰῶνα
-
n'aura plus soif à jamais
:

-- 
Jésus se présente comme la source d'eau vive,
c'est-à-dire comme la Sagesse (voir par ex. Pr 13,14: "תורת חכם מקור חיים לסור ממקשׁי מות׃ - L'enseignement du sage est une fontaine de vie, pour faire éviter les pièges de la mort"; Pr 18,4: "מים עמקים דברי פי־אישׁ נחל נבע מקור חכמה׃ - Les paroles de la bouche d'un homme sont des eaux profondes, et la fontaine de la sagesse est un torrent qui coule").
-- 
L'eau vive est aussi symbole de l'Esprit (voir
Verset 15.
λέγει πρὸς αὐτὸν ἡ γυνή· Κύριε, δός μοι τοῦτο τὸ ὕδωρ, ἵνα μὴ διψῶ μηδὲ διέρχωμαι ἐνθάδε ἀντλεῖν.
La femme lui dit: "Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie pas soif et que je ne vienne pas ici pour puiser".

Verset 16.
λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· ὕπαγε φώνησον τὸν ἄνδρα σου καὶ ἐλθὲ ἐνθάδε.
Jésus lui dit: "Va, appelle ton mari, et viens ici".


Verset 17.
ἀπεκρίθη ἡ γυνὴ καὶ εἶπεν· οὐκ ἔχω ἄνδρα. λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· καλῶς εἶπας ὅτι ἄνδρα οὐκ ἔχω·
La femme répondit et dit: "Je n'ai pas de mari". Jésus lui dit: "Tu as bien dit: 'Je n'ai pas de mari'; 

Verset 18.
πέντε γὰρ ἄνδρας ἔσχες, καὶ νῦν ὃν ἔχεις οὐκ ἔστι σου ἀνήρ· τοῦτο ἀληθὲς εἴρηκας.
car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari; en cela tu as dit vrai".

πέντε [...] ἄνδρας
-
cinq maris
:
Les Juifs admettaient deux, tout au plus trois mariages. Si les Samaritains avaient les mêmes règles, cette femme devait être très mal vue
(voir vv.7;9).
C'était en principe les hommes qui décidaient de divorcer: cette femme avait donc probablement été répudiée par ses cinq maris successifs.
Mais - quoi qu'il en soit - Jésus ne s'arrête pas à cette réalité.

Verset 19.
λέγει αὐτῷ ἡ γυνή· Κύριε, θεωρῶ ὅτι προφήτης εἶ σύ.
La femme lui dit: "Seigneur, je vois que tu es un prophète.

• 
Les manuscrits n'étant pas ponctués, on pourrait également traduire: "En cela tu as dit vrai, lui dit la femme; seigneur, je vois que tu es un prophète".
Verset 20.
οἱ πατέρες ἡμῶν ἐν τῷ ὄρει τούτῳ προσεκύνησαν· καὶ ὑμεῖς λέγετε ὅτι ἐν ῾Ιεροσολύμοις ἐστὶν ὁ τόπος ὅπου προσκυνεῖν δεῖ.
Nos pères ont adoré sur cette montagne-ci, et vous, vous dites qu'à Jérusalem est le lieu où il faut adorer".

• 
La femme ayant franchi un premier pas vers la compréhension de qui est Jésus (ce n'est plus seulement un Juif, mais c'est "un prophète"), elle l'interroge sur le problème de l'antagonisme religieux entre Juifs et Samaritains.
ἐν τῷ ὄρει τούτῳ
-
sur cette montagne-ci
:

--
Les Samaritains, ne venant pas adorer au Temple de Jérusalem, avaient construit au IVème s. av.J.C. un sanctuaire sur le mont Garizim (près de l'ancienne Sichem), que l'on pouvait voir de l'endroit où se trouvait Jésus.
--
Ce temple avait été détruit par le chef juif asmonéen Jean Hyrcan Ier (petit-fils de Mattathias et neveu de Judas Macchabée; voir à cette page) vers 129
av.J.C., mais il est vraisemblable que les sacrifices avaient encore lieu sur son emplacement.

--
E
n effet, l
e Garizim abrite de nos jours encore une petite mais active communauté de Samaritains.
ἐν ῾Ιεροσολύμοις ἐστὶν ὁ τόπος ὅπου προσκυνεῖν δεῖ
-
à Jérusalem est le lieu où il faut adorer
:
--
Le Temple a été construit à Jérusalem par choix divin (1R 8,48;11,13;Ps 122,1-4); c'était, dans l'intention divine, le lieu de la présence et de la manifestation de YHWH au milieu de son peuple.
--
La reconstruction du Temple dit "d'Hérode" avait commencé en 20-19 av. J.C.
; les travaux, cependant, ne cesseront qu'en 63 ap. J.C., soit sept ans avant sa destruction par les Romains (voir cette page). 

Verset 21.
λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· γύναι, πίστευσόν μοι ὅτι ἔρχεται ὥρα ὅτε οὔτε ἐν τῷ ὄρει τούτῳ οὔτε ἐν ῾Ιεροσολύμοις προσκυνήσετε τῷ πατρί.
Jésus lui dit: "Femme, crois-moi: l'heure vient que vous n'adorerez le Père, ni sur cette montagne, ni à Jérusalem.

οὔτε ἐν τῷ ὄρει τούτῳ οὔτε ἐν ῾Ιεροσολύμοις
-
ni sur cette montagne, ni à Jérusalem
:
La femme propose à Jésus un choix entre deux lieux de culte; mais, pour lui l'heure vient où la vraie adoration ne sera plus liée à un lieu donné (v.23).

Verset 22.
ὑμεῖς προσκυνεῖτε ὃ οὐκ οἴδατε, ἡμεῖς προσκυνοῦμεν ὃ οἴδαμεν· ὅτι ἡ σωτηρία ἐκ τῶν ᾿Ιουδαίων ἐστίν.
Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

προσκυνεῖτε ὃ οὐκ οἴδατε
-
vous adorez ce que vous ne connaissez pas
:
Le jugement de Jésus sur la religion des Samaritains est tout en nuances: ils adorent bien le vrai Dieu, mais sans le connaître.
ἡ σωτηρία ἐκ τῶν ᾿Ιουδαίων ἐστίν
-
le salut vient des Juifs
:
Sur le rôle des Juifs pour le Salut, voir en particulier à
Verset 23.
ἀλλὰ ἔρχεται ὥρα, καὶ νῦν ἐστιν, ὅτε οἱ ἀληθινοὶ προσκυνηταὶ προσκυνήσουσι τῷ πατρὶ ἐν πνεύματι καὶ ἀληθείᾳ· καὶ γὰρ ὁ πατὴρ τοιούτους ζητεῖ τοὺς προσκυνοῦντας αὐτόν.
Mais l'heure vient, et elle est maintenant, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; et en effet le Père en cherche de tels, qui l'adorent.

ἐν πνεύματι καὶ ἀληθείᾳ
-
en esprit et en vérité
:

--
Cette locution peut avoir diverses traductions: litt. "dans l'
esprit et la vérité"; mais aussi "dans l'Esprit" (pas de majuscules dans les manuscrits - voir par ex. la trad. du mot au v.24); "et par la vérité"; etc.
--
Jésus annonce une ère nouvelle ("l'heure vient") où les barrières rituelles (v.21) seront brisées, où les lieux n'auront plus la même valeur: la véritable adoration se fera "dans l'esprit" des croyants, et/ou leur sera inspirée par l'Esprit; elle sera adressée au Père "dans" le Christ - qui est "la vérité" (voir 1,14;14,16). 
-- En outre,
le Christ apportera "la vérité" de tout
ce que préfiguraient les institutions et les pratiques du PT.

Verset 24.
πνεῦμα ὁ Θεός, καὶ τοὺς προσκυνοῦντας αὐτὸν ἐν πνεύματι καὶ ἀληθείᾳ δεῖ προσκυνεῖν.
Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité.


Verset 25.
λέγει αὐτῷ ἡ γυνή· οἶδα ὅτι Μεσσίας ἔρχεται ὁ λεγόμενος Χριστός· ὅταν ἔλθῃ ἐκεῖνος, ἀναγγελεῖ ἡμῖν πάντα.
La femme lui dit: Je sais que le Messie (qui est appelé le Christ) vient; quand celui-là sera venu, il nous fera connaître toutes choses.

Μεσσίας [...] ὁ λεγόμενος Χριστός
-
le Messie (qui est appelé le Christ)
:
--
Rappel: Le terme grec "
ΧριστόςChristos" (du verbe "χρίω chriō", "frotter d'huile", "oindre") est celui qui est utilisé par LXX pour traduire l'hébreu "
משׁיח
mâshîyakh" (du verbe-racine "
משׁח
mâshakh" - qui a exactement les mêmes sens que
"χρίω": "frotter d'huile", "oindre")
.
-- 
Le terme
latin "Christus"
est la transcription, employée par la Vulgate, du terme grec.
--
Le terme "Μεσσίας Messias", en revanche, n'est que la transcription en grec (en latin: "Messias") du terme hébreu, comme le terme "Messie" en est la
transcription en français
, que Jean emploie ici pour expliquer que
"
משׁיח
"
et
"
Χριστός"
ont le même sens.
Μεσσίας ἔρχεται
-
le Messie [...] vient
:
Le
s Samaritains, sur la base de
Verset 26.
λέγει αὐτῇ ὁ ᾿Ιησοῦς· ἐγώ εἰμι ὁ λαλῶν σοι.
Jésus lui dit: "Je le suis, moi qui te parle".

ἐγώ εἰμι
-
Je le suis, moi
:
C'est la seule fois où, dans Jn, Jésus affirme clairement être le Messie avant son procès.
C'est que, comme on l'a vu au v. précédent, le terme
"
משׁיח
" n'a pas en Samarie les mêmes connotations politiques qu'en Israël, puisque les Samaritains attendaient plutôt un Prophète: Jésus risquait moins d'y être incompris.
 

Verset 27.
Καὶ ἐπὶ τούτῳ ἦλθον οἱ μαθηταὶ αὐτοῦ, καὶ ἐθαύμασαν ὅτι μετὰ γυναικὸς ἐλάλει· οὐδεὶς μέντοι εἶπε, τί ζητεῖς ἤ τί λαλεῖς μετ᾿ αὐτῆς;
Et là-dessus ses disciples vinrent; et ils s'étonnaient de ce qu'il parlait avec une femme; toutefois nul ne dit: "Que lui demandes-tu?" ou "De quoi parles-tu avec elle?"

μετὰ γυναικ
ό
ς
-
avec une femme
:
Voir note
sur
v.9.

Verset 28.
᾿Αφῆκεν οὖν τὴν ὑδρίαν αὐτῆς ἡ γυνὴ καὶ ἀπῆλθεν εἰς τὴν πόλιν, καὶ λέγει τοῖς ἀνθρώποις·
La femme donc laissa sa cruche et s'en alla à la ville, et dit aux hommes:

Verset 29.
δεῦτε ἴδετε ἄνθρωπον ὃς εἶπέ μοι πάντα ὅσα ἐποίησα· μήτι οὗτός ἐστιν ὁ Χριστός;
"Venez, voyez un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; celui-ci n'est-il point le Christ?"

δεῦτε ἴδετε
-
Venez, voyez
:

--
Cette femme s'ajoute à la liste des témoins de Jésus (1,32-34;41;46).
--
Elle est aussi la servante de la Sagesse (voir note sur v.14), envoyée pour inviter les gens à venir l'écouter (Pr 9,3;4-5).

πάντα ὅσα ἐποίησα
-
tout ce que j'ai fait
: Que cette femme

- reparte en "laissant sa cruche"
(on sait l'importance de l'eau dans ces pays; voir v.6 et note; v.15);
Verset 30.
ἐξῆλθον οὖν ἐκ τῆς πόλεως καὶ ἤρχοντο πρὸς αὐτόν.
Ils sortirent de la ville, et ils venaient vers lui.

Verset 31.
᾿Εν δὲ τῷ μεταξὺ ἡρώτων αὐτὸν οἱ μαθηταὶ λέγοντες· ῥαββί, φάγε.
Mais pendant ce temps, les disciples le priaient, disant: "Rabbi, mange".


Verset 32.
ὁ δὲ εἶπε αὐτοῖς· ἐγὼ βρῶσιν ἔχω φαγεῖν, ἣν ὑμεῖς οὐκ οἴδατε.
Mais il leur dit: "Moi, j'ai une nourriture à manger que vous, vous ne connaissez pas".

Verset 33.
ἔλεγον οὖν οἱ μαθηταὶ πρὸς ἀλλήλους· μή τις ἤνεγκεν αὐτῷ φαγεῖν;
Les disciples dirent
donc
entre eux: "Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger?"

Situation complètement ironique
:
de Samaritains est
rituellement impure (voir v.9 et note); d'où l'étonnement des disciples;

Verset 34.
λέγει αὐτοῖς ὁ ᾿Ιησοῦς· ἐμὸν βρῶμά ἐστιν ἵνα ποιῶ τὸ θέλημα τοῦ πέμψαντός με καὶ τελειώσω αὐτοῦ τὸ ἔργον.
Jésus leur dit: "Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son œuvre.

τὸ θέλημα τοῦ πέμψαντός με
-
la volonté de celui qui m'a envoyé
:
C'est-à-dire ici: conduire cette femme sur la voie d'une foi authentique, et donc l'amener à en témoigner.
Verset 35.
οὐχ ὑμεῖς λέγετε ὅτι ἔτι τετράμηνός ἐστι καὶ ὁ θερισμὸς ἔρχεται; ἰδοὺ λέγω ὑμῖν, ἐπάρατε τοὺς ὀφθαλμοὺς ὑμῶν καὶ θεάσασθε τὰς χώρας, ὅτι λευκαί εἰσι πρὸς θερισμόν ἤδη.
Ne dites-vous pas, vous: 'Il y a encore quatre mois, et la moisson vient?' Voici, je vous dis: 'Levez vos yeux et regardez les campagnes; car elles sont déjà blanches pour la moisson'.

ὁ θερισμ
ό
ς
-
la moisson
:
Jésus indique le décalage existant entre les références (matérielles: la nourriture,v.33; la moisson) des disciples
et les siennes (spirituelles: la volonté du Père, v.34; la "moisson",
Verset 36.
καὶ ὁ θερίζων μισθὸν λαμβάνει καὶ συνάγει καρπὸν εἰς ζωὴν αἰώνιον, ἵνα καὶ ὁ σπείρων ὁμοῦ χαίρῃ καὶ ὁ θερίζων.
Celui qui moissonne reçoit un salaire et assemble du fruit en vue de la vie éternelle; afin que se réjouissent ensemble et
celui
qui sème et celui qui moissonne
.

Verset 37.
ἐν γὰρ τούτῳ ὁ λόγος ἐστὶν ὁ ἀληθινὸς, ὅτι ἄλλος ἐστὶν ὁ σπείρων καὶ ἄλλος ὁ θερίζων.
Car en ceci est vérifiée la parole: 'L'un sème, et un autre moissonne'.

ἄλλος ἐστὶν ὁ σπείρων καὶ ἄλλος ὁ θερίζων
-
L'un sème, et un autre moissonne
:

--
La "parole" - c'est-à-dire le dicton - que cite Jésus
est évoquée en Jb 31,8: "
אזרעה ואחר יאכל
- Que je sème et qu'un autre mange...";
et en
Mi 6,15:
"
אתה תזרע ולא תקצור
- Tu sèmeras, et tu ne moissonneras pas..."

--
Jésus distingue clairement celui qui "sème" et celui qui "moissonne",
les différents travaux étant complémentaires (voir 1Co 3,6-9).
--
Dans le cas présent, l'explicitation de la métaphore a été discutée: dans le "semeur", on a vu:
les disciples viennent "moissonner".
Ces différentes interprétations peuvent s'accorder aux vv. suivants.

Verset 38.
ἐγὼ ἀπέστειλα ὑμᾶς θερίζειν ὃ οὐχ ὑμεῖς κεκοπιάκατε· ἄλλοι κεκοπιάκασι, καὶ ὑμεῖς εἰς τὸν κόπον αὐτῶν εἰσεληλύθατε.
Moi je vous ai envoyés moissonner ce à quoi vous n'avez pas travaillé; d'autres ont travaillé, et vous, vous êtes entrés dans leur travail".

Verset 39.
᾿Εκ δὲ τῆς πόλεως ἐκείνης πολλοὶ ἐπίστευσαν εἰς αὐτὸν τῶν Σαμαριτῶν διὰ τὸν λόγον τῆς γυναικὸς, μαρτυρούσης ὅτι εἶπέ μοι πάντα ὅσα ἐποίησα.
Or plusieurs des Samaritains de cette ville-là crurent en lui, à cause de la parole de la femme qui avait rendu témoignage: "Il m'a dit tout ce que j'ai fait".


Verset 40.
ὡς οὖν ἦλθον πρὸς αὐτὸν οἱ Σαμαρῖται, ἡρώτων αὐτὸν μεῖναι παρ᾿ αὐτοῖς· καὶ ἔμεινεν ἐκεῖ δύο ἡμέρας.
Quand donc les Samaritains furent venus vers lui, ils le prièrent de demeurer avec eux; et il demeura là deux jours.

Verset 41.
καὶ πολλῷ πλείους ἐπίστευσαν διὰ τὸν λόγον αὐτοῦ,
Et beaucoup plus de gens crurent à cause de sa parole;


Verset 42.
τῇ τε γυναικὶ ἔλεγον ὅτι οὐκέτι διὰ τὴν σὴν λαλιὰν πιστεύομεν· αὐτοὶ γὰρ ἀκηκόαμεν, καὶ οἴδαμεν ὅτι οὗτός ἐστιν ἀληθῶς ὁ σωτὴρ τοῦ κόσμου.
et ils disaient à la femme: "Ce n'est plus à cause de ton dire que nous croyons; car nous-mêmes nous l' avons entendu, et nous connaissons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde".

ὁ σωτὴρ τοῦ κόσμου
-
le Sauveur du monde
:
--
Dans les évangiles, seul Jean emploie ce titre (que l'on retrouve en
1Jn 4,14).
--
Cette déclaration est le sommet de ce récit.

Méditation:

- De Saint Jacques de Saroug (v. 449-521), moine et évêque syrien, Homélie sur notre Seigneur et Jacob, sur l'Église et Rachel.

« Serais-tu plus grand que notre père Jacob ? »

      La vue de la beauté de Rachel a rendu Jacob en quelque manière plus fort : il a pu soulever l'énorme pierre de dessus le puits et abreuver le troupeau (Gn 29,10) [...] En Rachel qu'il épousait, il voyait le symbole de l'Église. C'est pourquoi il fallait qu'en l'embrassant il pleure et souffre (Gn 29,11), afin de préfigurer par son mariage les souffrances du Fils [...] Combien plus belles les noces de l'Époux royal que celles de ses ambassadeurs ! Jacob a pleuré pour Rachel en l'épousant ; notre Seigneur a couvert l'Église de son sang en la sauvant. Les larmes sont le symbole du sang, car ce n'est pas sans douleur qu'elles jaillissent des yeux. Les pleurs du juste Jacob sont le symbole de la grande souffrance du Fils, par laquelle l'Église des nations a été sauvé.

      Viens, contemple notre Maître : il est venu de chez son Père dans le monde, il s'est anéanti pour accomplir sa route dans l'humilité (Ph 2,7) [...] Il a vu les nations comme des troupeaux tout assoiffés, et la source de vie fermée par le péché comme par une pierre. Il a vu l'Église semblable à Rachel : alors il s'est élancé vers elle, a renversé le péché lourd comme un rocher. Il a ouvert pour son épouse le baptistère pour qu'elle s'y baigne ; il y a puisé, il a donné à boire aux nations de la terre, comme à ses troupeaux. De sa toute-puissance, il a soulevé le lourd poids des péchés ; pour le monde entier, il a mis à découvert la source d'eau douce...

      Oui, pour l'Église, notre Seigneur s'est donné une grande peine. Par amour, le Fils de Dieu a vendu ses souffrances, afin d'épouser, au prix de ses plaies, l'Église abandonnée. Pour elle qui adorait les idoles, il a souffert sur la croix. Pour elle, il a voulu se livrer, afin qu'elle soit à lui, tout immaculée (Ep 5,25-27). Il a consenti à mener paître le troupeau entier des hommes, avec le grand bâton de la croix ; il n'a pas refusé de souffrir. Races, nations, tribus, foules et peuples, il a accepté de les conduire tous, pour avoir à lui, en retour, l'Église, son unique (Ct 6,9).


______________________________________________________________






Assistant de création de site fourni par  Vistaprint