Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Évangile selon
saint Matthieu

(9 - Chapitres 25 à 28)


Les Pères de l'Eglise ont rattaché chacun des quatre évangélistes à l'un des "quatre Vivants" de l'Apocalypse entourant le Christ en gloire; saint Matthieu est représenté par un "fils d'homme", parce que son Evangile commence par la généalogie de Jésus.

Saint Matthieu symbolisé par le "fils d'homme":




Mosaïque - Mausolée de Galla Placidia - Ravenne ->







<- Plaque de reliure émaillée, XIIème siècle - Musée de Cluny, Paris.





Détail de broderie (fils d'or et d'argent sur velours) pour ornement liturgique - 1681 - Couvent patriarcal de Bzommar (Liban) ->



Introduction à l'Évangile, et à l'Évangile selon saint Matthieu: à cette page.

______________________________________________________________________

• Mt 25, 1-13

- Retard inouï d'un époux le jour de ses noces;
- demoiselles d'honneur qui refusent de "dépanner" leurs compagnes;
- ces dernières qui espèrent pouvoir acheter de l'huile lampante en pleine nuit;
- portes du festin fermées par celui qui s'est pourtant fait invraisemblablement attendre:
il ne s'agit donc pas ici d'une "histoire vraie", mais bien d'une parabole sur le Retour du Seigneur: il faut se préparer chaque jour à l'accueillir, demain il sera peut-être trop tard. 

Sur Mt 24,45-25,46:
Trois paraboles (24,45-51;25,1-13;14-30) suivent le discours sur la destruction de Jérusalem et le temps de la fin (24,1-44).
Elles soulignent, chacune à sa façon, la nécessité d’être prêt pour le retour du Fils de l’homme (24,44;50;25,13;19), et doivent être lues en parallèle.  
Car le Seigneur tardera à revenir (24,48;25,5;19).
Il s’agira donc d’attendre sa venue:
-                          en prenant soin de ceux qui nous ont confiés – contrairement à ce qu’ont fait les autorités religieuses d’Israël (24,45),
-                          en brillant comme des torches au moyen des œuvres que Dieu exige de nous (25,3;7)
-                          et en faisant fructifier les capacités qu’il nous a données (25,15).  
Lorsque le Fils de l’homme reviendra, c’est le bonheur et la joie que connaîtront ses disciples ; ces bénédictions seront les fruits de l’approbation du Seigneur et seront accompagnées de nouvelles et grandes responsabilités (24,46;25,21;23). En ce jour-là, aura lieu le grand banquet messianique, en présence de l’Époux, qui réunira tous les invités prêts pour la noce (25,1;10).  
En revanche, mauvais serviteurs, jeunes filles insensées, et fainéants, seront exclus du Royaume (25,1) qui vient (24,48;51;25,11-12;30).
Car l’instauration du Royaume débutera par le jugement des peuples de la terre que présidera le Fils de l’homme (25,31-46). La marque en sera la surprise (25,37) ou l’effroi (25,44) ; le critère en sera la manière dont les hommes auront accueilli les plus petits d’entre les frères de Jésus (25,40 ;45) : ses disciples, qu’il enverra de par le monde pour annoncer l’Évangile à toutes les nations (10,42;28,18-20).        
  


______________________________________________________________________

• Mt 25, 14-30

Le don de la grâce, de la foi: trésor capital à faire fructifier et non à enfouir; agir en serviteur à qui Dieu fait confiance: Dieu récompensera au-delà de tout mérite le "serviteur fidèle pour peu de chose" en le faisant entrer dans sa Joie. 


Sur Mt 24,45-25,46: Voir encadré plus haut.

Traduction et remarques :

Versets 14-15.
῞Ωπερ γὰρ ἄνθρωπος ἀποδημῶν ἐκάλεσε τοὺς ἰδίους δούλους καὶ παρέδωκεν αὐτοῖς τὰ ὑπάρχοντα αὐτοῦ,
C'est, en effet, comme un homme qui, s'en allant hors du pays, appela ses propres esclaves et leur remit ses biens.
καὶ ᾧ μὲν ἔδωκε πέντε τάλαντα, ᾧ δὲ δύο, ᾧ δὲ ἕν, ἑκάστῳ κατὰ τὴν ἰδίαν δύναμιν, καὶ ἀπεδήμησεν εὐθέως.
Et à l'un, il donna cinq talents; à un autre, deux; à un autre, un; à chacun selon sa propre capacité; et aussitôt il s'en alla hors du pays. 
τάλαντα - talents: Un "talent" est une unité de monnaie, un lingot, pesant (selon les lieux et les époques) entre 35 et 60 kg d'argent ou d'or.
C'est l'équivalent d'environ 6000 deniers. Or le denier d'argent équivaut au salaire journalier d'un ouvrier agricole (travail à peu près équivalent de nos jours, quant à sa rétribution, à celui d'un agent de maîtrise confirmé).
Le "talent" est donc à peu près l'équivalent de 6000 jours, soit encore d'environ 20 ans de travail d’un journalier (à supposer qu’il travaille tous les jours).
Les sommes confiées sont donc considérables.
Ces lingots représentent tous les "talents" (au sens actuel!) que Dieu a données à chacun, selon sa personnalité, "ses capacités".  
Versets 16-18.
πορευθεὶς δὲ ὁ τὰ πέντε τάλαντα λαβὼν ἠργάσατο ἐν αὐτοῖς καὶ ἐποίησεν ἄλλα πέντε τάλαντα.
Or celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla et les fit valoir, et acquit cinq autres talents.
ὡσαύτως καὶ ὁ τὰ δύο ἐκέρδησε καὶ αὐτὸς ἄλλα δύο.
De même aussi, celui qui avait reçu les deux, en gagna, lui aussi, deux autres.
ὁ δὲ τὸ ἓν λαβὼν ἀπελθὼν ὤρυξεν ἐν τῇ γῇ καὶ ἀπέκρυψε τὸ ἀργύριον τοῦ κυρίου αὐτοῦ.
Mais celui qui en avait reçu un, s'en alla et creusa dans la terre, et cacha l'argent de son maître.
• Remarquer qu'à partir d'ici, le terme "ὁ κύριος", littéralement "le seigneur", désigne le "maître"; or ce même terme désigne le Seigneur - puisque la différenciation entre noms propres/noms communs ne se fait pas dans les typographies anciennes. 
Versets 19-25.
μετὰ δὲ χρόνον πολὺν ἔρχεται ὁ κύριος τῶν δούλων ἐκείνων καὶ συναίρει μετ᾿ αὐτῶν λόγον. 
Et longtemps après, le maître de ces esclaves vient et règle compte avec eux.

καὶ προσελθὼν ὁ τὰ πέντε τάλαντα λαβὼν προσήνεγκεν ἄλλα πέντε τάλαντα λέγων· κύριε, πέντε τάλαντά μοι παρέδωκας· ἴδε ἄλλα πέντε τάλαντα ἐκέρδησα ἐπ᾿ αὐτοῖς. 
Et celui qui avait reçu les cinq talents vint et apporta cinq autres talents, disant: Maître, tu m'as remis cinq talents; voici, j'ai gagné cinq autres talents par-dessus. 
ἔφη αὐτῷ ὁ κύριος αὐτοῦ· εὖ, δοῦλε ἀγαθὲ καὶ πιστέ· ἐπὶ ὀλίγα ἦς πιστός, ἐπὶ πολλῶν σε καταστήσω· εἴσελθε εἰς τὴν χαρὰν τοῦ κυρίου σου.
Son maître lui dit: Bien, bon et fidèle esclave; tu as été fidèle en peu de chose, je t'établirai sur beaucoup: entre dans la joie de ton maître
προσελθὼν δὲ καὶ ὁ τὰ δύο τάλαντα λαβὼν εἶπε· κύριε, δύο τάλαντά μοι παρέδωκας· ἴδε ἄλλα δύο τάλαντα ἐκέρδησα ἐπ᾿ αὐτοῖς.
Et celui qui avait reçu les deux talents vint aussi et dit: Maître, tu m'as remis deux talents; voici, j'ai gagné deux autres talents par-dessus.
ἔφη αὐτῷ ὁ κύριος αὐτοῦ· εὖ, δοῦλε ἀγαθὲ καὶ πιστέ· ἐπὶ ὀλίγα ἦς πιστός, ἐπὶ πολλῶν σε καταστήσω· εἴσελθε εἰς τὴν χαρὰν τοῦ κυρίου σου.
Son maître lui dit: Bien, bon et fidèle esclave; tu as été fidèle en peu de chose, je t'établirai sur beaucoup: entre dans la joie de ton maître.
προσελθὼν δὲ καὶ ὁ τὸ ἓν τάλαντον εἰληφὼς εἶπε· κύριε, ἔγνων σε ὅτι σκληρὸς εἶ ἄνθρωπος, θερίζων ὅπου οὐκ ἔσπειρας καὶ συνάγων ὅθεν οὐ διεσκόρπισας·
Et celui qui avait reçu un talent vint aussi et dit: Maître, je te connaissais, <sachant> que tu es un homme dur, moissonnant où tu n'as pas semé et recueillant où tu n'as pas répandu;
καὶ φοβηθεὶς ἀπελθὼν ἔκρυψα τὸ τάλαντόν σου ἐν τῇ γῇ· ἴδε ἔχεις τὸ σόν.
et, te craignant, je m'en suis allé et j'ai caché ton talent dans la terre; voici, tu as ce qui est à toi. 
φοβηθείς -<te> craignant:L'attitude de cet esclave ne répond pas aux intentions de son maître; il refuse toute responsabilité, et trahit ainsi la confiance qui lui a été faite. Il est conscient - à juste titre (v.26) - de la rigueur de son maître (et pourtant n'hésite pas à lui en parler: comme dans le passage précédent, nous sommes bien dans une parabole, pas dans un récit réaliste!) mais, contrairement aux autres, il n'a pas mesuré sa bonté.
Versets 26-27.
ἀποκριθεὶς δὲ ὁ κύριος αὐτοῦ εἶπεν αὐτῷ· πονηρὲ δοῦλε καὶ ὀκνηρέ. ᾔδεις ὅτι θερίζω ὅπου οὐκ ἔσπειρα καὶ συνάγω ὅθεν οὐ διεσκόρπισα·
Et son maître, répondant, lui dit: Méchant et paresseux esclave, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que je recueille où je n'ai pas répandu: 
ἔδει οὖν σε βαλεῖν τὸ ἀργύριόν μου τοῖς τραπεζίταις, καὶ ἐλθὼν ἐγὼ ἐκομισάμην ἂν τὸ ἐμὸν σὺν τόκῳ.
tu aurais donc dû placer mon argent chez les banquiers, et, quand je serais venu, j'aurais reçu ce qui est à moi avec l'intérêt.
• τοῖς τραπεζίταις -chez les banquiers:On pouvait en particulier confier son argent au Temple, qui fonctionnait comme une banque.
Le risque n'y aurait pas été plus grand qu'en enterrant le talent (au pire, il ne gagnait aucun intérêt, mais il ne pouvait rien perdre): il est donc sans excuse.
Remarque: Le mot grec employé ici, "τραπεζίτης trapedzitēs", est dérivé de "τράπεζα trapedza" qui désigne un banc ou une table (à quatre pieds), d'où l'étal d'un changeur; quant au mot français "banque", il est venu (peu avant 1500) de l'italien "banca" qui désignait un "banc", puis plus précisément le banc sur lequel s'installaient les changeurs dans les ports, d'où... un étal de changeur!
 
Versets 28-30.
ἄρατε οὖν ἀπ᾿ αὐτοῦ τὸ τάλαντον καὶ δότε τῷ ἔχοντι τὰ δέκα τάλαντα.
Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents;
τῷ γὰρ ἔχοντι παντὶ δοθήσεται καὶ περισσευθήσεται, ἀπό δὲ τοῦ μὴ ἔχοντος καὶ ὃ ἔχει ἀρθήσεται ἀπ᾿ αὐτοῦ. 
car, à chacun qui a, il sera donné, et il sera dans l'abondance; mais à celui qui n'a pas, cela même qu'il a lui sera ôté.
καὶ τὸν ἀχρεῖον δοῦλον ἐκβάλετε εἰς τὸ σκότος τὸ ἐξώτερον· ἐκεῖ ἔσται ὁ κλαυθμὸς καὶ ὁ βρυγμὸς τῶν ὀδόντων.
Et jetez l'esclave inutile dans les ténèbres de dehors: là seront les pleurs et les grincements de dents.
ὁ κλαυθμὸς καὶ ὁ βρυγμὸς τῶν ὀδόντων- des pleurs et des grincements de dents: Voir Lc 13,28 à cette page; image non de torture et/ou de révolte, comme on l'a souvent compris, mais de détresse et de regrets (Mt 8,12;13,42;50;22,13;24,51; et ici).


Méditation:

De la Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité - Prière : "Rechercher le coeur de Dieu", avec Fr. Roger
« Tu as été fidèle pour peu de choses... ; entre dans la joie de ton maître »
      « J'ai gardé le Seigneur toujours devant mes yeux ; parce qu'il est toujours à ma droite, je ne peux pas glisser » (Ps 16/15,8). Car s'il est une chose que Jésus me demande, c'est de m'appuyer sur lui, de me confier en lui seul, de m'abandonner à lui sans réserve [...] Nous ne devons pas essayer de contrôler les actions de Dieu. Nous ne devons pas compter des étapes du voyage qu'il veut nous faire entreprendre. Même si je me sens comme un bateau à la dérive, à moi de me donner entièrement à lui.
      Lorsque cela semble difficile, souviens-toi que nous ne sommes pas appelés à réussir, mais à être fidèles. La fidélité est importante, même dans les petites choses, non pas pour la chose elle-même, ce qui serait le souci d'un esprit mesquin, mais pour la grande chose qu'est la volonté de Dieu.
Saint Augustin a dit : « Les petites choses restent petites, mais être fidèle dans les petites choses est une grande chose. Notre Seigneur n'est-il pas le même dans un pauvre visiteur que dans un grand ? » (cf. Mt 25,40).
 
_____________________________________________________________________


• Mt 25, 31-46

Le Christ, Roi de l'univers, s'identifie aux plus démunis: son retour en sera la manifestation à "toutes les nations rassemblées devant lui". Il fera entrer dans son Royaume ceux qui, même sans le savoir, ont mené le même combat que lui.
Cette année liturgique - parcourue sous la conduite de saint Matthieu - s'achève ainsi sur le rappel de ce que l'évangéliste n'a cessé d'inculquer: nous serons jugés sur nos actes, sur notre charité en actes, et non sur des paroles - fussent-elles de vibrantes déclarations de foi.

Sur Mt 24,45-25,46: Voir encadré plus haut.

Traduction et remarques:

Verset 31.
 ῞Οταν δὲ ἔλθῃ ὁ Υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου ἐν τῇ δόξῃ αὐτοῦ καὶ πάντες οἱ ἅγιοι ἄγγελοι μετ᾿ αὐτοῦ, τότε καθίσει ἐπὶ θρόνου δόξης αὐτοῦ, 
Or, quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s'assiéra sur le trône de sa gloire,
ὁ Υἱὸς τοῦ ἀνθρώπού - le Fils de l'homme:
-- 1. Sur cette locution:
- Voir à cette page Dn 7,13-14 et notes - sur la locution "
כבר אנשׁ- comme un fils d'homme".
- Voir à cette pageMt 16,25-27 et notes - sur la compréhension christique de la locution "בר אנשׁ- bar 'enasha", et sur la "venue du Fils de l'homme".  
--2.Voir aussiMt 24,27;30-31;33;26,64.
--3.Dans Dn 7, le Fils de l'homme (vv.13-14) apparaît comme le représentant céleste des "membres du peuple saint du Très-Haut" dont il est solidaire, et qui reçoivent aussi le royaume (vv.18;27) donné au Fils de l'homme (v.14). Or, selon Dn 7,21;25, avant de recevoir le royaume, les "membres du peuple saint" souffrent et sont opprimés; il n'est donc pas surprenant que, selon Mt 25,40;45, les souffrances des frères du Fils de l'homme soient aussi les souffrances de leur Représentant céleste.
Christ Pantocrator (voir à cette page) - Fresque de l'abside de la basilique San Michele, Sant'Angelo in Formis
On notera que le Christ, contrairement au "Pantocrator" de l'iconographie orientale, est  conforme au texte de Matthieu - puisque "assis sur le trône de sa gloire"; la colombe manifeste l'Esprit, "lien" entre le Fils et son Père.On notera également qu'il est entouré des "quatre Vivants" de l'Apocalypse (ou des symboles des quatre évangélistes)

Verset 32.
καὶ συναχθήσεται ἔμπροσθεν αὐτοῦ πάντα τὰ ἔθνη, καὶ ἀφοριεῖ αὐτοὺς ἀπ᾿ ἀλλήλων ὥσπερ ὁ ποιμὴν ἀφορίζει τὰ πρόβατα ἀπὸ τῶν ἐρίφων,
et toutes les nations seront assemblées devant lui; et il séparera les uns d'avec les autres, comme un berger sépare les brebis d'avec les chèvres;
πάντα τὰ ἔθνη - toutes les nations: Dans le PT, le Dieu d'Israël
ושׁפט בין עמים רבים והוכיח לגוים עצמים עד־רחוק
"jugera au milieu de beaucoup de peuples, et prononcera le droit à de fortes nations jusqu'au loin" (Mi 4,3).
ἀφοριεῖ αὐτοὺς ἀπ᾿ ἀλλήλων - il séparera les uns d'avec les autres: Comp. 13,30;49.
• ὥσπερ ὁ ποιμήν- comme un berger: Voir cette page.

Versets 33-36.
καὶ στήσει τὰ μὲν πρόβατα ἐκ δεξιῶν αὐτοῦ, τὰ δὲ ἐρίφια ἐξ εὐωνύμων.
et il mettra les brebis à sa droite et les chèvres à sa gauche.

τότε ἐρεῖ ὁ βασιλεὺς τοῖς ἐκ δεξιῶν αὐτοῦ· δεῦτε οἱ εὐλογημένοι τοῦ πατρός μου, κληρονομήσατε τὴν ἡτοιμασμένην ὑμῖν βασιλείαν ἀπὸ καταβολῆς κόσμου. 
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, les bénis de mon Père, héritez du Royaume qui vous est préparé dès la fondation du monde;
ἐπείνασα γὰρ, καὶ ἐδώκατέ μοι φαγεῖν, ἐδίψησα, καὶ ἐποτίσατέ με, ξένος ἤμην, καὶ συνηγάγετέ με,
car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli;
γυμνὸς, καὶ περιεβάλετέ με, ἠσθένησα, καὶ ἐπεσκέψασθέ με, ἐν φυλακῇ ἤμην, καὶ ἤλθατε πρός με.
j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais infirme, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venu auprès de moi.
ξένος- étranger: Tous les autres exemples de pauvreté sont "évidents":
- ceux qui ont faim, soif, qui sont nus sont démunis matériellement, économiquement (אבינים en hébreu);
- les infirmes et, d'une certaine manière, les prisonniers, s'ils sont également démunis matériellement, sont en outre particulièrement vulnérables (דלים en hébreu).
Mais ce terme (pourtant bien précis) évoquait obligatoirement (voir cette page) pour les contemporains de Jésus les ענוים ‛ânâwim du PT, les "pauvres d'YHWH" - tous ceux qui n'ont d'espoir qu'en Dieu (tout comme l'auraient fait les termes de "veuve" ou d'orphelin").

Verset 37-39.
τότε ἀποκριθήσονται αὐτῷ οἱ δίκαιοι λέγοντες· κύριε, πότε σε εἴδομεν πεινῶντα καὶ ἐθρέψαμεν, ἢ διψῶντα καὶ ἐποτίσαμεν; 
Alors les justes lui répondront, disant: Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, et que nous t'avons nourri; ou avoir soif, et que nous t'avons donné à boire?
πότε δέ σε εἴδομεν ξένον καὶ συνηγάγομεν; ἢ γυμνὸν καὶ περιεβάλομεν;
Et quand est-ce que nous t'avons vu étranger, et que nous t'avons recueilli; ou nu, et que nous t'avons vêtu?
πότε δέ σε εἴδομεν ἀσθενῆ ἢ ἐν φυλακῇ, καὶ ἤλθομεν πρός σε;
Et quand est-ce que nous t'avons vu infirme, ou en prison, et que nous sommes venus auprès de toi?
πότε σε εἴδομεν...- quand est-ce que nous t'avons vu...: "Les justes" sont surpris par la raison qui explique leur acceptation dans le Royaume; ce qui montre que les actes qui leur sont attribués ont été accomplis par pure générosité, sans arrière-pensée. Voir aussi la surprise de l'autre groupe au v.44.
 
Verset 40.
καὶ ἀποκριθεὶς ὁ βασιλεὺς ἐρεῖ αὐτοῖς· ἀμὴν λέγω ὑμῖν, ἐφ᾿ ὅσον ἐποιήσατε ἑνὶ τούτων τῶν ἀδελφῶν μου τῶν ἐλαχίστων, ἐμοὶ ἐποιήσατε.
Et le Roi, répondant, leur dira: En vérité, je vous dis: En tant que vous l'avez fait à l'un des plus petits de ceux-ci qui sont mes frères, vous me l'avez fait à moi.
ἑνὶ τούτων τῶν ἀδελφῶν μου τῶν ἐλαχίστων - à l'un des plus petits de ceux-ci qui sont mes frères: Selon certains, il s'agirait de tous les "frères" de Jésus en humanité.
Mais l'adjectif "ἐλάχιστος", superlatif d'"ἔλαχυς", synonyme de "μικρός", "petit", dont le comparatif est "μικρότερος", sont indifféremment employés par Jésus pour désigner ses disciples dans des contextes proches de celui-ci (10,42;18,10); et il est alors souvent précisé que ces "petits" sont "ses frères" (12,50;28,10).
Jésus souligne la solidarité qui les lie à lui (voir v.31 et note; Ac 9,4). Il applique le principe qu'il a énoncé en 5,12;46;6,1;2;5;16;10,40-42 : seront récompensés non les hommes imbus de leurs propres mérites, mais ceux dont les béatitudes ont dressé le portrait: ceux qui attendent tout de Dieu

Versets 41-43.
Τότε ἐρεῖ καὶ τοῖς ἐξ εὐωνύμων· πορεύεσθε ἀπ᾿ ἐμοῦ οἱ κατηραμένοι εἰς τὸ πῦρ τὸ αἰώνιον τὸ ἡτοιμασμένον τῷ διαβόλῳ καὶ τοῖς ἀγγέλοις αὐτοῦ.
Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche: Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges; 
ἐπείνασα γὰρ, καὶ οὐκ ἐδώκατέ μοι φαγεῖν, ἐδίψησα, καὶ οὐκ ἐποτίσατέ με,
car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire; 
ξένος ἤμην, καὶ οὐ συνηγάγετέ με, γυμνὸς, καὶ οὐ περιεβάλετέ με, ἀσθενὴς καὶ ἐν φυλακῇ, καὶ οὐκ ἐπεσκέψασθέ με.
j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; nu, et vous ne m'avez pas vêtu; infirme, en prison, et vous ne m'avez pas visité.
À propos de la "faim", de la "soif", de l'accueil et de l'emprisonnement, voir 10,11;18;19;40;42.

Versets 44-46.
τότε ἀποκριθήσονται αὐτῷ καὶ αὐτοὶ λέγοντες· κύριε, πότε σε εἴδομεν πεινῶντα ἢ διψῶντα ἢ ξένον ἢ γυμνὸν ἢ ἀσθενῆ ἢ ἐν φυλακῇ, καὶ οὐ διηκονήσαμέν σοι;
Alors eux aussi répondront, disant: Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim, ou avoir soif, ou être étranger, ou nu, ou infirme, ou en prison, et que nous ne t'avons pas servi?
τότε ἀποκριθήσεται αὐτοῖς λέγων· ἀμὴν λέγω ὑμῖν, ἐφ᾿ ὅσον οὐκ ἐποιήσατε ἑνὶ τούτων τῶν ἐλαχίστων, οὐδὲ ἐμοὶ ἐποιήσατε.
Alors il leur répondra, disant: Amen, je vous dis: En tant que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, vous ne l'avez pas fait non plus à moi.
καὶ ἀπελεύσονται οὗτοι εἰς κόλασιν αἰώνιον, οἱ δὲ δίκαιοι εἰς ζωὴν αἰώνιον.
Et ceux-ci s'en iront dans les tourments éternels, et les justes, dans la vie éternelle.
• εἰς κόλασιν αἰώνιον- dans les tourments éternels: Les peuples de la terre seront donc jugés en fonction de leur réponse aux disciples de Jésus qui, malgré les difficultés de la mission, leur auront annoncé l'Évangile.
 
Méditation:

De saint Hilaire (v. 315-367), évêque de Poitiers, Père (latin) et Docteur de l'Église, La Trinité, 11, 38-39:

      « Le Christ remettra le Royaume à son Père » dit saint Paul (1Co 15,28), non pas en ce sens qu'il renoncerait à sa puissance en lui remettant son Royaume, mais parce que c'est nous qui serons le Royaume de Dieu, lorsque nous aurons été rendus conformes à la gloire de son corps [...] C'est nous qu'il remettra à Dieu, après nous avoir constitués « Royaume de Dieu » par la glorification de son corps. C'est nous qu'il remettra au Père, en tant que Royaume, selon ce qui est dit dans l'Évangile :
« Venez, les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde ».
      « Les justes brilleront alors comme le soleil dans le Royaume de leur Père » (Mt 13,43). Car le Fils livrera à Dieu comme étant son Royaume ceux qu'il a conviés à son Royaume, ceux à qui il a promis la béatitude propre à ce mystère par ces mots : « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5,8) [...] Le Christ livre à Dieu le Royaume, et voici que ceux qu'il remet à son Père comme étant son Royaume voient Dieu. Le Seigneur lui-même a déclaré à ses apôtres en quoi consiste ce Royaume : « Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous » (Lc 17,21).
     Et si quelqu'un cherche à savoir qui est celui qui remet le Royaume, qu'il écoute : « Le Christ est ressuscité d'entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la résurrection » (1Co 15,20-21). Tout cela concerne le mystère du Corps, car le Christ est le premier ressuscité d'entre les morts [...] C'est donc pour le progrès de l'humanité assumée par le Christ que « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28).
ׁ
 _____________________________________________________________________


• Mt 28, 16-20
 
        Mission universelle des Apôtres, 
-        don du baptême « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », 
-        promesse de la présence du Ressuscité « tous les jours jusqu’à la fin du monde »,donnent à ce récit évangélique une claire portée ecclésiale,d'autant que ces versets sont les derniers de l'Évangile de Matthieu.

Sur Mt 28,1-20:

La brièveté et la sobriété du récit matthéen de la Résurrection de Jésus est un gage de son authenticité: on n'y trouve aucune trace du merveilleux que nous pourrions attendre de la littérature de l'époque.
Deux récits de l'événement sont rapportés:
- celui des femmes, premiers témoins du Christ ressuscité (vv.1-10);
- celui des gardes, obligés de répandre le bruit que les disciples, si craintifs lors du procès de Jésus, ont ensuite risqué leur vie pour récupérer son corps (vv.11-15)!
Les femmes croient, sont remplies de joie, et annoncent la nouvelle aux disciples (v.8).
Prenant connaissance du rapport des gardes, les autorités s'enferment dans l'incrédulité et le mensonge (vv.13-14).
Les dernières paroles du Christ ressuscités aux Onze apôtres réunis annoncent le bouleversement à venir: c'est la terre entière qui entendra la Bonne Nouvelle du Royaume; c'est pour que cette mission s'accomplisse que le Seigneur assure ses disciples de sa présence "jusqu'à la fin du monde" (vv.16-20).

Traduction et remarques :

Verset 16.
Οἱ δὲ ἕνδεκα μαθηταὶ ἐπορεύθησαν εἰς τὴν Γαλιλαίαν, εἰς τὸ ὄρος οὗ ἐτάξατο αὐτοῖς ὁ ᾿Ιησοῦς.
Et les onze disciples s'en allèrent en Galilée, sur la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
τὸ ὄρος οὗ ἐτάξατο αὐτοῖς ὁ ᾿Ιησοῦς - la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre:
Voir v.10. Il ne s'agit donc pas du mont des Oliviers, le mont de l'Ascension (Lc 24,50; Ac 1,9-12).

Verset 17.
καὶ ἰδόντες αὐτὸν προσεκύνησαν αὐτῷ, οἱ δὲ ἐδίστασαν.
Et l'ayant vu, ils lui rendirent hommage; mais quelques-uns doutèrent.
οἱ δὲ ἐδίστασαν -mais quelques-uns doutèrent:
Selon certains exégètes, ceux qui "doutent" ne font pas partie des "Onze". mais il s'agit plus probablement d'hésitation que d'incrédulité. Cette attitude prouve que le fait de voir ne suffit pas à convaincre, et que la foi a besoin de temps pour se fortifier.

Verset 18.
καὶ προσελθὼν ὁ ᾿Ιησοῦς ἐλάλησεν αὐτοῖς λέγων· ἐδόθη μοι πᾶσα ἐξουσία ἐν οὐρανῷ καὶ ἐπὶ γῆς.
Et Jésus, s'approchant, leur parla, disant: Toute autorité m'a été donnée dans le ciel et sur la terre
πᾶσα ἐξουσία -Toute autorité:
Voir Dn 7,13-14; comp. Mt 4
Verset 19.
πορευθέντες μαθητεύσατε πάντα τὰ ἔθνη, βαπτίζοντες αὐτοὺς εἰς τὸ ὄνομα τοῦ Πατρὸς καὶ τοῦ Υἱοῦ καὶ τοῦ ῾Αγίου Πνεύματος,
Allez donc, et faites disciples toutes les nations, les baptisant pour le nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,
μαθητεύσατε - faites disciples:
La mission qui est confiée aux apôtres est le prolongement de celle que Jésus a accomplie. Conformément à l'ensemble du récit de Mt, le disciple est celui qui écoute, comprend et met en pratique l'enseignement de Jésus. 
βαπτίζοντες αὐτοὺς [...] τοῦ ῾Αγίου Πνεύματος - les baptisant [...] du Saint Esprit:
Comme signe de leur relation avec Dieu ("pour le nom de...") et de leur engagement à l'égard du Christ ("disciples").
Selon la forme grammaticale grecque ("
τὸ ὄνομα" est singulier), le "Père", le "Fils" et le "Saint Esprit" participent au même et unique "nom".
 

Pour la méditation:

-        Versets du Nouveau Testament :
-        Mc 1,9-10 : « Au moment où il sortait de l’eau du Jourdain, Jésus vit le ciel se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : C’est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. »
-        Lc 10, 21-22 : « Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ; »
-        Rm 8,11 ;16-17 : « L’Esprit Saint lui-même affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si nous souffrons avec lui, pour être dans la gloire. » 
-        2Co 13,13 : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous. » 
-        1P 1,1-2 : « Moi, Pierre, Apôtre de Jésus-Christ, à vous qui êtes comme en exil – dispersés dans les provinces du Pont, de Galatie, de Cappadoce, d’Asie et de Bithynie – choisis selon le plan de Dieu le Père, dans l’Esprit qui sanctifie, pour obéir à Jésus-Christ et être purifiés par son sang. » 

-        Commentaires patristiques : 

-        De saint Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur l’Évangile de Jean 11,7 :
« Le nom  de Père convient à Dieu plus proprement que le nom de Dieu : celui-ci est un nom de dignité, celui-là signifie une propriété substantielle […] Que ce nom de Père soit plus vrai et plus propre que celui de Dieu, le Fils lui-même nous le montre par l’emploi qu’il en fait. Il disait non pas « Dieu et moi », mais « Moi et le Père, nous sommes un »*. Et il disait aussi « C’est lui, le Fils que le Père a marqué de son empreinte »**. Mais quand il a prescrit à ses disciples de baptiser toutes les nations, il a expressément ordonné que cela se fasse non pas au nom de Dieu, mais « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. »  
* Jn 10,30
** Jn 6,27

-         De saint Irénée de Lyon, Démonstration de la prédication apostolique:
Voici quelle est la règle de notre foi, voici ce qui fonde notre édifice, voici ce qui donne fermeté à notre comportement.
D'abord : Dieu Père, incréé, illimité, invisible ; Dieu un, créateur de l'univers ; c'est le premier article de notre foi.
Deuxième article : le Verbe de Dieu, Fils de Dieu, Jésus Christ, notre Seigneur ; il a été révélé aux prophètes selon le genre de leurs prophéties et selon le dessein du Père ; par son entremise, tout a été fait ; à la fin des temps, pour récapituler toutes choses, il a daigné se faire homme parmi les humains, visible, palpable, pour ainsi détruire la mort, faire apparaître la vie et opérer la réconciliation entre Dieu et l'homme.
Et troisième article : l'Esprit Saint ; par lui, les prophètes ont prophétisé, nos pères ont appris les choses de Dieu et les justes ont été guidés dans la voie de la justice ; à la fin des temps, il a été répandu d'une manière nouvelle sur les hommes, afin de les rénover sur toute la terre, pour Dieu.     
C'est pourquoi le baptême de notre nouvelle naissance est placé sous le signe de ces trois articles. Dieu le Père nous l'accorde en vue de notre nouvelle naissance dans son Fils par l'Esprit Saint. Car ceux qui portent en eux l'Esprit Saint sont conduits au Verbe qui est le Fils, et le Fils les conduit au Père, et le Père nous accorde l'immortalité. Sans l'Esprit il est impossible de voir le Verbe de Dieu, et sans le Fils on ne peut pas approcher du Père. Car la connaissance du Père, c'est le Fils, et la connaissance du Fils se fait par l'Esprit Saint, et le Fils donne l'Esprit selon le bon plaisir du Père.

-        D’auteurs modernes :
-        De Paul Claudel, Je crois en Dieu :
« Tout l’Ancien Testament ne fait que balbutier la première lettre du nom sacré (qui est aussi la première lettre de l’alphabet) : A, a – et c’est le Fils qui seul a été  rendu capable de l’achever et de le mettre dans notre bouche sous sa forme parfaite : Abba, Père ! Notre Père qui êtes aux cieux. »
-       Du P. François Varillon, La souffrance de Dieu :
« Je ne puis pas ne pas croire, sauf à être moi-même défaillant dans ma foi, que Dieu veut d’un vouloir éternel que l’humanité entière accède à la connaissance explicite de celui qu’il a envoyé, Jésus Christ. « Faites de toutes les nations des disciples »*. Il m’est donc permis de penser que toute lenteur paresseuse, toute négligence, tout défaut d’énergie pour faire connaître et aimer le Fils meurtrit le Père et contriste l’Esprit. Cela devrait suffire à nourrir en moi, gratuitement, une flamme. »
* Mt 28,19
-         De D. Cerbelaud, Vraiment, tu es un Dieu caché ! Variations théologiques sur le thème de l’intériorité (1983) :
« Quel est le noyau véritable de toute formule dogmatique ? Quel est le premier mode de la parole théologique ? Antérieurement à toute élaboration dogmatique, la première affirmation chrétienne est d’ordre liturgique. Historiquement et « essentiellement », c’est en effet la confession de foi qui précède toute dogmatisation […] Il faut rappeler que le dogme trinitaire plonge ses racines dans la liturgie baptismale […] Et plus généralement on peut dire que la liturgie est la véritable matrice de toute théologie. Or le langage parlé par la liturgie n’est autre que celui de l’Ecriture. La liturgie, ce n’est que l’Ecriture revue au prisme de Résurrection du Christ et architecturée par la méditation ecclésiale de cet événement, qui se dispense au long de la temporalité créée. »
-         De la CFC (Commission francophone Cistercienne), La nuit le jour – Hymnes et tropaires : 
Dieu inconnu, ô Toi qui es 
Présence aux nuits de notre histoire 
Tu fais pointer en nos ténèbres 
L’Espérance ; 
Brise les forces de la mort : 
De nos yeux nous te verrons, 
Dieu inconnu !

Jésus Seigneur, Toi qui étais 
Auprès du Père avant les siècles, 
Ton passage nous découvre 
Le Mystère ! 
Trace un chemin dans notre vie : 
Sur tes pas nous marcherons, 
Jésus Seigneur !   

Esprit de feu, ô Toi qui viens 
Prendre les hommes dans ton souffle, 
Tu déploies dans leur faiblesse 
Ta puissance ; 
Brûle d’amour les fils de Dieu : 
Dans ta joie nous entrerons, 
Esprit de feu !
________________________________________________











  


Assistant de création de site fourni par  Vistaprint