Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


Première lettre
aux Thessaloniciens

   
   La première lettre aux Thessaloniciens reflète les inquiétudes de l’apôtre sur l’avenir d’une communauté chrétienne récemment fondée au cœur d’une cité cosmopolite vouée au commerce et au culte des idoles. L’auteur de ce texte, nul ne le conteste aujourd’hui, est Paul, même si par courtoisie il mentionne en tête de sa missive ses deux collaborateurs Silvanus et Timotheos. Voici le contenu de ce premier en date (50/51) des livres du Nouveau Testament:
I.  Salutations et actions de grâces (1,1-10).
II.  L’action de Paul à Thessalonique (2,1-20 - 3,1-13).
III.  Amour et chasteté (4,1-12).
IV.  Les morts se lèveront (4,13-18).
V.  La cuirasse d’adhérence et d’amour (5,1-11).
VI.  Exhortations et salutations finales (5,12-24).
    L’objet principal de cette lettre est de compléter, pour l’édification des Thessaloniciens, l’enseignement relatif à l’eschatologie: puisque Dieu était tout-puissant, il ne pouvait livrer son peuple à la mort, et puisque aucune force humaine n’était suffisante pour vaincre l’Empire romain, il fallait donc s’attendre à l’événement surnaturel qui permettrait l’avènement du royaume de YHWH et le règne du Roi-Messie.
Cette croyance, omniprésente en milieu hébraïque, pouvait sembler aberrante chez les Hellènes. D’où le soin que met Paul à enseigner ses vues sur l’eschatologie à ses adeptes, dans la première de ses lettres qui nous soit parvenue.
Il y expose l’universelle paternité de YHWH, auquel il associe la personne du Messie Iéshoua‘-Jésus, sous la motion du souffle sacré: la mort et la résurrection de Jésus annoncent la fin des temps et la résurrection des adeptes du Messie.
___________________________________________________________________________

• 1Th 3,12 - 4,2
La perspective de la venue du Seigneur stimule le désir et la volonté de marcher, avec une ferveur sans cesse en progrès, sur la voie de la sainteté qui vient de Dieu par le Christ.
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________

Deuxième lettre
aux Thessaloniciens

    On suppose que la deuxième lettre aux Thessaloniciens fut écrite par Paul (toujours assisté de Silvanus et Timotheos) de Corinthe, peu de temps après la première (vers 50/51). L’objet principal en est aussi la parousie ; l’apôtre entend corriger des erreurs fatales à ce sujet, notamment en milieu païen et hellénistique: puisque la fin du monde est imminente, est-il encore utile de travailler ?
La lettre comprend trois parties principales:
I.  Adresse et salutations (1,1-4); le jugement de Dieu (1,5-12).
II.  Les réalités de la parousie (2,1-3,5).
III.  Imiter les vertus des envoyés du Messie (3,6-15); salutations finales (6,16-18).
    Le passage central (2,1-12) éclaire la pensée de Paul sur l’apocalypse et sur les événements qui accompagneront la fin des temps.
Il écrit, comme cela est fréquent dans sa correspondance, à propos de problèmes pratiques posés par la vie quotidienne de la communauté: celle-ci était entrée en transe, croyant soudain que le jour de Dieu était déjà arrivé. Cela nous paraît être inconcevable, mais pouvait être naturel dans l’exaltation générale du milieu juif et judéo-chrétien du Ier siècle. Paul reprend ses enseignements à la base: avec les Hébreux, les judéo-chrétiens et les chrétiens sont persécutés. Paul les encourage à ne pas faiblir, en leur annonçant l’imminence du jugement dernier et de la parousie.
    Si le jour de Dieu n’est pas encore arrivé, rien n’empêchera sa venue, prélude à la résurrection des morts: ceux qui seront morts dans le Messie ressusciteront et vivront avec lui en éternité de gloire.
___________________________________________________________________________

• 2Th 1,11 - 2,2

L'attente de la venue du Seigneur, qui est au coeur de la foi et de la liturgie chrétiennes, fonde l'espérance et la sérénité des disciples du Christ. Elle ne justifie ni l'agitation anxieuse ni la fuite hors des réalités du monde présent.

Sur ce passage:
Sur les épîtres et sur saint Paul, voir à cette page.
Sur la seconde épître aux Thessaloniciens, voir plus haut.
Sur 2Th 1,1-12:
Après la salutation (vv.1-2) dans laquelle il mentionne la grâce et la paix données par Dieu le Père et le Seigneur Jésus Christ, Paul, comme dans la plupart de ses autres lettres, adresse à Dieu une prière de reconnaissance au sujet des Thessaloniciens (vv.3-12).
Mais à cette prière sont mêlés des encouragements adressés à des chrétiens qui souffrent: Dieu rétablira la justice en leur faveur, les introduira dans son royaume et leur donnera le repos dans sa présence (vv.5-10).
Comme dans la prière introductive de 1Th, les paroles de Paul nous révèlent une Église qui progresse dans la foi et dont lui, le "père spirituel" (voir 1Th 2,7;11), est fier.  
Sur 2Th 2,1-17:
Comme dans 1Th, Paul corrige les conclusions erronées que les Thessaloniciens avaient tirées de son enseignement au sujet de la venue glorieuse du Christ (vv.5;15).
Certains des éléments de ce passage restent quelque peu mystérieux pour le lecteur qui ne connaît ni l'enseignement que Paul avait donné oralement à Thessalonique, ni les erreurs des Thessaloniciens.
Paul ayant enseigné que le "Jour du Seigneur" était proche, certains pensaient qu'il était déjà là, ou sur le point d'arriver (vv.1-2).
L'apôtre leur rappelle ici que la révolte contre Dieu, dont ils sont déjà les victimes, doit encore se manifester de manière plus ouverte, conduite par un personnage dont la venue sera comme la parodie de celle du Christ (vv.3-12).
Rappelant à ses lecteurs l'œuvre de Dieu en leur faveur, Paul les invite à la fermeté, avec la conviction que ni la persécution ni les faux enseignements ne les détourneront de l'Évangile (vv.13-17).
Quel que soit le délai qui précède encore la fin, les Thessaloniciens sont donc invités à la vigilance (vv.2;15), au courage et à la persévérance dans la foi (v.17). 

Traduction et remarques :

CHAPITRE 1.
Verset 11.
εἰς ὃ καὶ προσευχόμεθα πάντοτε περὶ ὑμῶν, ἵνα ὑμᾶς ἀξιώσῃ τῆς κλήσεως ὁ Θεὸς ἡμῶν καὶ πληρώσῃ πᾶσαν εὐδοκίαν ἀγαθωσύνης καὶ ἔργον πίστεως ἐν δυνάμει,
C'est pourquoi aussi nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous juge dignes de la vocation, et qu'il accomplisse par sa puissance tous les desseins bienveillants de sa bonté, et l'œuvre de votre foi,
Toute la démarche chrétienne est dépendante de la grâce de Dieu:
- le commencement ("
τῆς κλήσεως - de la vocation" = de l'appel);
- le cheminement ("
ἔργον πίστεως - l'œuvre de votre foi" = vos actes);
- l'aboutissement ("
ὑμᾶς ἀξιώσῃ - qu'il vous juge dignes"; "πληρώσῃ - qu'il accomplisse").
Verset 12.
ὅπως ἐνδοξασθῇ τὸ ὄνομα τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ ἐν ὑμῖν, καὶ ὑμεῖς ἐν αὐτῷ, κατὰ τὴν χάριν τοῦ Θεοῦ ἡμῶν καὶ Κυρίου ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ.
pour que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et que vous soyez glorifiés en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ.
ὅπως ἐνδοξασθῇ τὸ ὄνομα τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ ἐν ὑμῖν, καὶ ὑμεῖς ἐν αὐτῷ - pour que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et que vous soyez glorifiés en lui: Voir le v.10. Le Seigneur ne sera pas seulement admiré pour lui-même, mais aussi pour son œuvre dans tous ceux qui auront cru. Ils seront à l'image (2Co 3,18; Col 3,10) de Celui qui est l'image de Dieu (2Co 4,14; Col 1,15). CHAPITRE 2.
Verset 1.
᾿Ερωτῶμεν δὲ ὑμᾶς, ἀδελφοί, ὑπὲρ τῆς παρουσίας τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ καὶ ἡμῶν ἐπισυναγωγῆς ἐπ᾿ αὐτόν,
Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères,
ἡμῶν ἐπισυναγωγῆς ἐπ᾿ αὐτόν - notre réunion avec lui: Lors de son "avènement" (= de sa venue), le Christ rassemblera son peuple afin qu'il soit pour toujours avec lui, événement dont Paul a traité en
Verset 2.
᾿εἰς τὸ μὴ ταχέως σαλευθῆναι ὑμᾶς ἀπὸ τοῦ νοὸς μήτε θροεῖσθαι, μήτε διὰ πνεύματος μήτε διὰ λόγου μήτε δι᾿ ἐπιστολῆς ὡς δι᾿ ἡμῶν, ὡς ὅτι ἐνέστηκεν ἡ ἡμέρα τοῦ Χριστοῦ.
de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, soit par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Christ était déjà là.
σαλευθῆναι - ébranler: Voir Mc 13,7.
Mc 13 et 2Th 2 présentent plusieurs points communs.
ὡς δι᾿ ἡμῶν - qu'on dirait venir de nous:
- Selon certains exégètes, cette expression qualifierait les trois réalités mentionnées par Paul: "μήτε διὰ πνεύματος μήτε διὰ λόγου μήτε δι᾿ ἐπιστολῆς" - une "inspiration", ou révélation; une "parole", un message; une "lettre". L'enseignement de Paul, donné lors de son séjour à Thessalonique (v.5), ou dans 1Th (4,13 - 5,3; voir 2Th 2,15), concernant la venue glorieuse du Christ aurait été mal interprété par certains, qui en auraient tiré des conclusions erronées.
- Selon d'autres exégètes, elle ne porterait que sur la dernière des trois réalités. Les mots "inspiration" et "parole" désigneraient des prophéties erronées prononcées par certains Thessaloniciens (voir 1Th 5,19-22); et la "lettre" serait alors un faux attribué à Paul.
Cette seconde interprétation paraît bien moins vraisemblable que la première; la structure, grammaticale et rhétorique, de la phrase met en effet en strict parallélisme les trois réalités; il semble donc logique qu'elles soient toutes trois qualifiées par "ὡς δι᾿ ἡμῶν - qu'on dirait venir de nous".
ἡ ἡμέρα τοῦ Χριστοῦ - le jour du Christ:
- L'expression "יום יהוה - yôm  Adonaï - jour d'YHWH" désigne dans le PT un temps où YHWH-l'Éternel intervient pour juger "הגוים - ha goyîm - les nations", et bénir son peuple. Dans la LXX, cette locution est traduite "ἡ ἡμέρα τοῦ κυρίου - le jour du Seigneur".
- Dans le NT, on dit aussi "ᾗ ἡμέρᾳ ὁ Υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου ἀποκαλύπτεται - le jour où le Fils de l'homme paraîtra" (cf. Lc 17,24;30); il est question d'un "ἡμέρα κρίσεως - jour de jugement" (2P 2,9; voir Rm 2,5), mais aussi d'un "ἡμέρα ἀπολυτρώσεως - jour de rédemption" (Ep 4,30).
Mais on retrouve également, comme dans la LXX, l'expression "ἡ ἡμέρα Κυρίου" en 1Th 5,2; on y précise que sa venue sera soudaine et inattendue (comme celle "d'un voleur dans la nuit", "ὡς κλέπτης ἐν νυκτὶ").
ὡς ὅτι ἐνέστηκεν - comme s'il était déjà là: Certains pensaient - peut-être à cause des souffrances qu'ils connaissaient - que le moment final était arrivé, ou qu'il était imminent (voir les introductions, à l'épître et à ce passage).
___________________________________________________________________________

• 2Th 2,16 - 3,5

Tous, dans l'Église, doivent, avec foi et confiance, demander à Dieu notre Père et à Jésus Christ notre Seigneur les grâces nécessaires pour vivre en chrétiens, sans perdre cœur, dans un monde souvent hostile, et prier instamment pour la diffusion de l'Évangile.
Sur ce passage:
Sur les épîtres et sur saint Paul, voir à cette page.
Sur la seconde épître aux Thessaloniciens, voir plus haut.
Sur 2Th 2,1-17, voir ci-dessus.
Sur 2Th 3,1-18:
Le chapitre 3 contient une série d'instructions concernant la vie de l'Église:- invitation à la prière (vv.1-3);- exhortation à la persévérance dans l'obéissance (vv.4-5);- incitation au travail (6-15).Sur ce dernier point, Paul accompagne la répétition de son enseignement d'un rappel de l'exemple des apôtres: ils n'ont pas eu une vie déréglée, et ont travaillé pour être indépendants financièrement. L'attitude de quelques Thessaloniciens, liée en partie à leur conception erronée des temps de la fin (voir 2,1-12), est prise au sérieux par l'apôtre, car elle est contraire à l'Évangile (v.6), et porte donc atteinte au témoignage de l'Eglise, elle crée des problèmes dans la communauté (par ex. certains s'immiscent dans les affaires d'autrui, v.11), et elle risque de décourager les croyants de faire le bien (v.13). Paul conclut par des paroles de bénédiction et de salutation (vv.16-18).
Traduction et remarques :

CHAPITRE 2.
Verset 16.
Αὐτὸς δὲ ὁ Κύριος ἡμῶν ᾿Ιησοῦς Χριστὸς καὶ ὁ Θεὸς καὶ πατὴρ ἡμῶν, ὁ ἀγαπήσας ἡμᾶς καὶ δοὺς παράκλησιν αἰωνίαν καὶ ἐλπίδα ἀγαθὴν ἐν χάριτι,
Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance,

Verset 17.
παρακαλέσαι ὑμῶν τὰς καρδίας καὶ στηρίξαι ὑμᾶς ἐν παντὶ λόγῳ καὶ ἔργῳ ἀγαθῷ. 
consolent vos cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre et en toute bonne parole!

CHAPITRE 3.
Verset 1.
Τὸ λοιπὸν προσεύχεσθε, ἀδελφοί, περὶ ἡμῶν, ἵνα ὁ λόγος τοῦ Κυρίου τρέχῃ καὶ δοξάζηται, καθὼς καὶ πρὸς ὑμᾶς,
Au reste, frères, priez pour nous, afin que la parole du Seigneur se répande et soit glorifiée comme elle l'est chez vous,
προσεύχεσθε [...] περὶ ἡμῶν  -priez pour nous: Voir 1Th 5,25.
Les lecteurs de Paul sont invités à prier
- pour une diffusion rapide de l'Évangile;
- pour qu'il soit reçu et accepté avec joie ("δοξάζηται - soit glorifiée");
- pour que Paul soit délivré de ses opposants (v.2).

Verset 2.
καὶ ἵνα ῥυσθῶμεν ἀπὸ τῶν ἀτόπων καὶ πονηρῶν ἀνθρώπων· οὐ γὰρ πάντων ἡ πίστις.
et afin que nous soyons délivrés des hommes méchants et pervers; car tous n'ont pas la foi. 
ἀπὸ τῶν ἀτόπων καὶ πονηρῶν ἀνθρώπων  -des hommes méchants et pervers: Paul fait sans doute allusion aux Juifs de Corinthe qui se sont violemment opposés à lui (voir
Verset 3.
πιστὸς δέ ἐστιν ὁ Κύριος, ὃς στηρίξει ὑμᾶς καὶ φυλάξει ἀπὸ τοῦ πονηροῦ.
Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous préservera du malin.
ἀπὸ τοῦ πονηροῦ  -du malin: = "du diable" - si l'on considère que l'adjectif est substantivé au masculin; ou "du mal" - si l'on considère que l'adjectif est substantivé au neutre. Au génitif, la forme est en effet la même pour les deux genres.
Verset 4.
πεποίθαμεν δὲ ἐν Κυρίῳ ἐφ᾿ ὑμᾶς ὅτι ἃ παραγγέλλομεν ὑμῖν καὶ ποιεῖτε καὶ ποιήσετε.
Nous avons à votre égard cette confiance dans le Seigneur: que vous faites et que vous ferez les choses que nous recommandons.
Verset 5.
 ῾Ο δὲ Κύριος κατευθύναι ὑμῶν τὰς καρδίας εἰς τὴν ἀγάπην τοῦ Θεοῦ καὶ εἰς τὴν ὑπομονὴν τοῦ Χριστοῦ.
Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l'amour de Dieu et vers la patience du Christ!
___________________________________________________________________________

• 2Th 3,7-12

Tous, dans l'Église, doivent, avec foi et confiance, demander à Dieu notre Père et à Jésus Christ notre Seigneur les grâces nécessaires pour vivre en chrétiens, sans perdre cœur, dans un monde souvent hostile, et prier instamment pour la diffusion de l'Évangile.

Sur ce passage:
Sur les épîtres et sur saint Paul, voir à cette page.
Sur la seconde épître aux Thessaloniciens, voir plus haut.
Sur 2Th 3,1-18: voir ci-dessus.

Traduction et remarques :

Verset 7.
αὐτοὶ γὰρ οἴδατε πῶς δεῖ μιμεῖσθαι ἡμᾶς, ὅτι οὐκ ἠτακτήσαμεν ἐν ὑμῖν,
Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous n'avons pas vécu parmi vous dans le désordre.

Verset 8.
οὐδὲ δωρεὰν ἄρτον ἐφάγομεν παρά τινος, ἀλλ᾿ ἐν κόπῳ καὶ μόχθῳ, νύκτα καὶ ἡμέραν ἐργαζόμενοι, πρὸς τὸ μὴ ἐπιβαρῆσαί τινα ὑμῶν·
Nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne; mais, dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l'œuvre, pour n'être à charge à aucun de vous.
δωρεὰν - gratuitement: Paul n'a pas vécu aux crochets des Thessaloniciens: il achetait comme eux ce dont il avait besoin, ne recevant rien "gratuitement". La description est d'ordre général, et ne signifie pas que Paul refusait l'hospitalité des chrétiens. 

Verset 9.
οὐχ ὅτι οὐκ ἔχομεν ἐξουσίαν, ἀλλ᾿ ἵνα ἑαυτοὺς τύπον δῶμεν ὑμῖν εἰς τὸ μιμεῖσθαι ἡμᾶς.
Ce n'est pas que nous n'en eussions le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter.
ἐξουσίαν - le droit: Voir Ac 18,3; 20,34; 1Co 9,3;6; 1Th 2

Verset 10.
καὶ γὰρ ὅτε ἦμεν πρὸς ὑμᾶς, τοῦτο παρηγγέλλομεν ὑμῖν, ὅτι εἴ τις οὐ θέλει ἐργάζεσθαι, μηδὲ ἐσθιέτω.
Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus.
εἴ τις οὐ θέλει ἐργάζεσθαι, μηδὲ ἐσθιέτω - Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus: Sans doute un dicton populaire, que Paul leur avait cité lors de son passage à Thessalonique.
Verset 11.
ἀκούομεν γάρ τινας περιπατοῦντας ἐν ὑμῖν ἀτάκτως, μηδὲν ἐργαζομένους, ἀλλὰ περιεργαζομένους·
Nous apprenons, cependant, qu'il y en a parmi vous quelques-uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaillent pas,mais qui s'occupent de futilités.
Verset 12.
τοῖς δὲ τοιούτοις παραγγέλλομεν καὶ παρακαλοῦμεν διὰ τοῦ Κυρίου ῾Ημῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ, ἵνα μετὰ ἡσυχίας ἐργαζόμενοι τὸν ἑαυτῶν ἄρτον ἐσθίωσιν.
Nous invitons ces gens-là, et nous les exhortons par notre Seigneur Jésus Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement. 
διὰ τοῦ Κυρίου ῾Ημῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ - par notre Seigneur Jésus Christ: Comme au v.6, cette expression annonce une exhortation solennelle. 

__________________________________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint