Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Les épîtres pauliniennes
_______

2. Les épîtres
aux Corinthiens


Sur Corinthe et ses habitants :

Corinthe est une ville grecque proche de l’isthme du même nom. Détruite en 146 av. J.-C., elle a été reconstruite par César en 44 av. J.-C. La ville devient capitale de la province impériale d’Achaïe. Gallion, demi-frère de Sénèque, en est proconsul au temps de Paul (Ac 18,12-17). Sa population est très cosmopolite et connaît un grand essor, en raison de ses deux ports (Lechaion et Cenchrées). On y trouve toutes sortes de religions : son temple d’Aphrodite est célèbre, il y a une colonie juive et sa synagogue, une communauté chrétienne (plutôt remuante !) fondée par Paul s’y développe et reçoit une correspondance de l’apôtre : les épîtres aux Corinthiens.

Sur les épîtres aux Corinthiens :
Elles étaient au moins au nombre de quatre, deux se sont perdues (allusions en 1Co 5,9 et 2Co 2,3 à des sujets n’apparaissant pas dans les deux épîtres que nous connaissons).
Paul les a envoyées d’Ephèse en 54-56 après Jésus-Christ, en réponse à des questions posées par écrit ou par des intermédiaires, ou encore à certaines de ses interventions apostoliques.

Les grands thèmes :
1Co : 
-          Le Christ crucifié et ressuscité est le seul fondement de tout (chapitres 1-4 et 15). -          Appartenir au Christ (chapitres 5-7).
-          Conscience, connaissance, liberté et amour (chapitres 8-10).
-          L’Assemblée chrétienne : rôle des femmes, Eucharistie, charismes (chapitres 11-14).
2Co :
-          Le ministère apostolique (chapitres 1-7).
-          Collecte pour l’Eglise de Jérusalem (chapitres 8-9).
-          La faiblesse, paradoxale autorité du ministère apostolique (chapitres 10-13).
______________________________________________________________________


La Première Lettre aux Corinthiens

    C’est d’Éphèse que Paul écrit sa première lettre aux Corinthiens, probablement en l’an 57. Paul est le fondateur de la première communauté chrétienne de Corinthe, il éprouve pour elle des sentiments paternels. Responsable de ses enfants, en majorité venus du paganisme et issus de milieux modestes, il entend les arracher aux excès et aux violences de leurs origines pour leur donner la plénitude de la vie de l’esprit, celle de témoins du messie crucifié et ressuscité.
    L’appel de Paul retentit dans un milieu non seulement diversifié mais hétérogène, divisé en hommes libres et en esclaves et plus gravement encore en quatre coteries qui se réclament du parti du Messie, de celui d’Apollôs, de celui de Pierre ou de celui de Paul. Celui-ci écrit sa lettre pour tenter d’unir ceux qui sont divisés, et au sujet desquels il a reçu d’alarmantes nouvelles.
    La situation concrète de la communauté de Corinthe commande les développements de cette lettre qui n’a pas la rigueur doctrinale de celle ultérieurement adressée aux Romains. En voici les points principaux:
I.  Introduction (1,1-9)
II. Le problème des factions (1,10-4,21).
III.  Les problèmes de la sexualité (5,1-6,20):
  a)  un cas d’inceste (5,1-8);
  b)  arracher le mal au sein de la communauté (5,9-13);
  c)  le recours aux tribunaux des païens (6,1-11);
  d)  la licence sexuelle (6,12-20).
IV.  Questions et réponses (7-14). À la manière des rabbis, Paul répond aux questions soulevées par des membres de sa communauté sur:
  a)  le mariage (7,1-16);
  b)  la condition messianique (7,17-24);
  c)  la virginité et le célibat (7,25-40);
  d)  la manducation des viandes sacrifiées aux idoles (8,1-11,1);
  e)  le voile des femmes (11,2-16);
  f)  la célébration du Sèdèr pascal (11,17-34);
  g)  les dons spirituels et le culte, l’Amour (12-14).
V.  La résurrection (15).
VI.  Conclusion (16).
    Dans le monde païen qui l’entoure et qu’il sait voué à sa perte, Paul se présente comme remplissant les fonctions d’ambassadeur de Dieu, au service d’un messie crucifié et ressuscité garant de la naissance d’une ère nouvelle, celle du ‘olâm haba, du « monde qui vient », déployant sur notre terre renouvelée des ciels neufs.
______________________________________________________________________

1. Chapitres 1-2.
______________________________________________________________________

• 1Co 1,1-3

La manière dont saint Paul commence ses Lettres n'est jamais banale.
La salutation "χάρις ὑμῖν καὶ εἰρήνη - Grâce et paix à vous" se retrouve dans toutes les épîtres pauliniennes. Elle adapte aux perspectives chrétiennes la salutation juive ("שׁלם", "paix") et la salutation grecque classique ("χαίρε", litt. "Réjouis-toi!"), en leur ajoutant le don offert, en Jésus le Christ, à tous sans exception: le Salut.

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir ci-dessus.
Sur 1Co 1,1-9:
Selon la pratique de l'époque, la lettre commence par la mention de l'auteur et des destinataires:
- Paul rappelle que sa mission trouve son origine et son autorité dans l'appel de Dieu (voir les notes sur Rm 1,1-7 à cette page); Dieu est en effet celui qui appelle, et l'Église, non seulement à Corinthe mais partout ailleurs, rassemble tous ceux qui répondent en faisant appel au Christ (vv.1-3).
- La présentation par Paul de ses destinataires contraste avec le tableau qu'il va en faire dans les chapitres suivants.
Car Paul commence, conformément à son habitude, par une action de grâces; il exprime sa reconnaissance envers Dieu pour ses destinataires, ici donc, l'Église de Corinthe, et pour son œuvre, en faveur de cette Église: la vérité du Christ y est fermement établie.
Mais il prépare, en même temps, les thèmes qu'il va aborder par la suite: les croyants ont reçu en abondance les dons de la grâce divine, ils vivent dans la perspective du "Jour du Seigneur" et sont appelés à demeurer en communion avec le Christ (vv.4-10).

Traduction et notes:

VERSET 1.

Παῦλος, κλητὸς ἀπόστολος ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ διὰ θελήματος Θεοῦ, καὶ Σωσθένης ὁ ἀδελφός,
Paul, apôtre appelé de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et le frère Sosthène,
Παῦλος - Paul:
Ne pas oublier que "Paul" est le nom que "שאול", "Shaoul" a reçu après sa conversion au Christ.
Or ce nouveau nom est - comme toujours dans le Proche-Orient ancien - significatif: "Παῦλος Paoulos" est la transcription grecque du latin "Paulus" (qui lui-même dérivait du grec "παύω pauō", signifiant "cesser", d'où "cesser de grandir, de prendre de la place"); d'où 
"Paulus" et "Παῦλος" = "le peu, le petit"...
Ce (sur)nom était souvent donné
- au dernier-né d'une famille (Paul est le "dernier-né" des Apôtres - puisqu'il a été "appelé" après la mort du Christ),
- ou à homme très petit en taille, ou méprisable (Paul se considère comme un tout-petit - nous dirions familièrement "un minus"! - dans la Foi).

Voir aussi Rm 15,8:"τῷ ἐκτρώματι - à l'avorton":
- Ce terme, généralement traduit par "avorton", sous-entendant "le moins que rien", était effectivement le sobriquet que ses adversaires (Juifs ou chrétiens) avaient donné à Paul, s'appuyant sur le sens même de son (sur)nom.
- Mais ce terme désignait en fait l'enfant dont la mère était morte en le mettant au monde (même racine que "avorter").
L'image est alors très belle et très forte: contrairement aux autres Apôtres, Paul a été appelé après la mort du Christ - on pourrait même dire que Jésus est mort "pour donner la vie" à Paul (et à tous les pécheurs).

Quelle que soit l'interprétation donnée à ces termes, Paul se plaît à rappeler avec humilité la légitimité de son apostolat et la grâce de Dieu à son égard.

κλητὸς ἀπόστολος - apôtre appelé:

Et non pas "appelé apôtre", comme s'il s'agissait ici d'un simple titre.
En effet, le terme "κλητός klētos" dérive du verbe "καλέω kaleō" qui signifie "appeler", non pas au sens de "(sur)nommer", mais au sens d'"appeler à haute voix"; il s'agit donc bien ici d'une "vocation" au sens étymologique d'"appel" (du latin "vocare", même sens que le grec "καλέω̄"): Paul a été "appelé" à devenir "apôtre", il a été "convoqué".

Sur l'apostolat de Paul, voir 1Co 15,9: "᾿Εγὼ γάρ εἰμι ὁ ἐλάχιστος τῶν ἀποστόλων, ὃς οὐκ εἰμὶ ἱκανὸς καλεῖσθαι ἀπόστολος - Car je suis le moindre des apôtres, moi qui ne suis pas digne d'être appelé apôtre" (à rapprocher de son nom "Paul" - voir ci-dessus).
Paul est certes conscient d'être un apôtre - mais son apostolat est particulier (15,8): contrairement aux Douze, il n'a pas été présent auprès de Jésus lors de son ministère terrestre (Ac 1,21-22); son passé de persécuteur et son appel "après coup" font de lui le prototype des convertis - qui ne bénéficient du Salut dans le Christ qu'en vertu de la grâce de Dieu.

Σωσθένης - Sosthène:
Voir Ac 18,17.


VERSET 2.

τῇ ἐκκλησίᾳ τοῦ Θεοῦ τῇ οὔσῃ ἐν Κορίνθῳ, ἡγιασμένοις ἐν Χριστῷ ᾿Ιησοῦ, κλητοῖς ἁγίοις, σὺν πᾶσι τοῖς ἐπικαλουμένοις τὸ ὄνομα τοῦ Κυρίου ἡμῶν Χριστοῦ ἐν παντὶ τόπῳ αὐτῶν τε καὶ ἡμῶν·
à l'assemblée de Dieu qui est à Corinthe, aux sanctifiés dans le Christ Jésus, saints appelés, avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre:
τῇ ἐκκλησίᾳ - à l'assemblée:
Le terme "ἐκκλησία ekklēsia" dérive du verbe "καλέω kaleō" qui signifie (voir note au v.1) "appeler à haute voix", "convoquer"; une assemblée est le résultat d'une "convocation" (du latin "vocare", même sens que le grec "καλέω̄"); ce terme désigne l'assemblée synagogale ou "ecclésiale".

Les mots français "Église" (les personnes) et "église" (le bâtiment) sont dérivés du substantif grec "ἐκκλησία" par formation "populaire", tandis que les termes "ecclésial", "ecclésiastique" sont de formation "savante" - ce sont donc des doublets).

τῇ ἐκκλησίᾳ τοῦ Θεοῦ τῇ οὔσῃ ἐν Κορίνθῳ - à l'assemblée de Dieu, <celle> qui est à Corinthe:
Sur l'origine de cette "assemblée", c'est-à-dire l'Église de Corinthe, voir Ac 18,1-18.

ἡγιασμένοις - aux sanctifiés:
Participe passif du verbe "ἁγιάζω hagiadzō", dérivé de  "ἅγιος hagios", "saint", avec le suffixe "-ζω", qui signifie "rendre..."=> "rendre saint", "sanctifier".

κλητοῖς ἁγίοις - saints appelés:
Sur cette tournure, voir
- plus haut (v.1) "
κλητὸς (ἀπόστολος)";
- ci-dessus "
ἡγιασμένοις".
L'idée centrale est celle de la consécration.
Les "saints" sont ceux qui ont été rendus aptes par le Christ Jésus à rendre un culte à Dieu, pour être un peuple qui lui appartient.

ἐν Χριστῷ ᾿Ιησοῦ - dans le Christ Jésus:
Litt. "en Christ Jésus"; cette expression, qui apparaît 73 fois dans les épîtres pauliniennes (dans le reste du NT: seulement 3 fois, dans 1P) s'accompagne, selon le contexte, de diverses connotations; cependant elle a été comprise, fondamentalement, de deux façons:
- d'une manière "mystique" (l'union, la communion, au Christ);
- d'une manière "juridique" (l'union au Christ comme notre représentant devant Dieu). Voir 1Tm 1,14.

πᾶσι τοῖς ἐπικαλουμένοις τὸ ὄνομα τοῦ Κυρίου ἡμῶν Χριστοῦ ἐν παντὶ τόπῳ αὐτῶν τε καὶ ἡμῶν - avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre:
Paul situe l'Église de Corinthe dans le cadre de l'Église dans son ensemble (voir 14,36), laquelle est tout entière soumise à un seul "Seigneur: Jésus Christ". Il faut noter que dans ce v. la prière de l'Église s'adresse à Jésus - ce qui souligne son caractère divin.


VERSET 3.

χάρις ὑμῖν καὶ εἰρήνη ἀπὸ Θεοῦ πατρὸς ἡμῶν καὶ Κυρίου ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ.
Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ!
χάρις ὑμῖν καὶ εἰρήνη - Grâce et paix à vous:
Sur cette salutation typiquement paulinienne, voir plus haut l'introduction.


________________________________________________________________________

• 1Co 1,3-9

Sans le secours de Dieu, impossible de "tenir jusqu'au bout", jusqu'au jour de l'Avènement du Christ: quels que soient notre courage, notre force d'âme, notre capacité de résistance dans l'épreuve, notre détermination.

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir plus haut.
Sur 1Co 1,1-9: voir ci-dessus.

Traduction et notes:

Verset 3: Voir ci-dessus.


VERSET 4.

Εὐχαριστῶ τῷ Θεῷ μου πάντοτε περὶ ὑμῶν ἐπὶ τῇ χάριτι τοῦ Θεοῦ τῇ δοθείσῃ ὑμῖν ἐν Χριστῷ ᾿Ιησοῦ·
Je rends toujours grâces à mon Dieu pour vous, à cause de la grâce de Dieu qui vous a été donnée dans le Christ Jésus,
•  À part Ga, toutes les épîtres de Paul on l'a vu, commencent par des remerciements adressés à Dieu au sujet de leurs destinataires.

τῷ Θεῷ μου - à mon Dieu:
Certaines recensions (comme Westcott-Hort 1881) donnent "τῷ Θεῷ", "à Dieu"; mais la plupart donne le possessif.
Codex Sinaiticus ->
(je rappelle qu'il s'agit du manuscrit, intégral, de la Bible en grec le plus ancien - puisqu'il date du milieu du IVème s., avec des annotations postérieures), qui l'avait peut-être omis, le fait figurer sous forme abrégée en fin de ligne.


VERSET 5.

ὅτι ἐν παντὶ ἐπλουτίσθητε ἐν αὐτῷ, ἐν παντὶ λόγῳ καὶ πάσῃ γνώσει,
de ce qu'en toutes choses vous avez été enrichis en lui, en toute parole et toute connaissance,

ἐν παντὶ λόγῳ καὶ πάσῃ γνώσει - en toute parole et toute connaissance: C'est-à-dire "en Jésus Christ, vous avez été enrichis dans tous les domaines, en particulier celui de la parole et celui de la connaissance".


VERSET 6.

καθὼς τὸ μαρτύριον τοῦ Χριστοῦ ἐβεβαιώθη ἐν ὑμῖν,
que le témoignage du Christ a été confirmé au milieu de vous,

La reconnaissance de Paul se fonde sur le fait que les Corinthiens ont reçu l'Évangile ("le témoignage du Christ"), et lui restent fermement attachés ("a été confirmé parmi vous" = a été rendu fort en vous).
C'est dans la mesure où il en est ainsi que les dons des vv. 5 et 7 sont des richesses ("vous avez été enrichis").


VERSET 7.

ὥστε ὑμᾶς μὴ ὑστερεῖσθαι ἐν μηδενὶ χαρίσματι, ἀπεκδεχομένους τὴν ἀποκάλυψιν τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ·
de sorte qu'il ne vous manque aucun don de grâce pendant que vous attendez la révélation de notre Seigneur Jésus Christ,

ὑμᾶς μὴ ὑστερεῖσθαι ἐν μηδενὶ χαρίσματι- il ne vous manque aucun don de grâce:
L'apôtre devra cependant intervenir sur cette question des dons (chap.12-14), pour laquelle l'exercice dans la communauté était devenu problématique.
Le substantif "χάρισμα kharisma" (sur lequel a été calqué, donc par
formation "savante", le français "charisme"), désignant un "don de la grâce divine", dérive de "χάρις kharis", le "don", la "gratuité": tout ce que les Corinthiens ont reçu vient de Dieu (comp.4,7).

τὴν ἀποκάλυψιν - la révélation:
Ou "la manifestation"; litt. "le dévoilement".
C'est ce terme "ἀποκάλυψις apokalupsis" qui sert de titre au dernier Livre de la Bible, l'Apocalypse de saint Jean. Le terme français a ici aussi été calqué directement sur le grec; il ne saurait donc en aucun cas désigner une "catastrophe" - comme c'est trop souvent le cas...

 
VERSET 8.

ὃς καὶ βεβαιώσει ὑμᾶς ἕως τέλους ἀνεγκλήτους ἐν τῇ ἡμέρᾳ τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ.
qui, aussi, vous affermira jusqu'à la fin - pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus Christ.

ἐν τῇ ἡμέρᾳ τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ - au jour de notre Seigneur Jésus Christ:
Le "jour" où "notre Seigneur Jésus Christ" apparaîtra aux yeux de tous, où il se "manifestera".
Cette locution renvoie au "יום־יהוה" du PT (litt.: "jour de YHWH-l'Eternel", lu
et traduit par LXX "jour du Seigneur"). 
 













  

____________________________________________________________

• 1Co 1,10-13;17

Schismes, clans qui s'affrontent en se réclamant d'un Apôtre ou même en revendiquant une appartenance exclusive au Seigneur, reviennent à diviser le Christ lui-même.

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens; sur 1Co: voir plus haut.
Sur 1Co 1,10-4,21:
-- À une communauté qui connaît des tensions, Paul adresse cette exhortation: "vivez tous ensemble en pleine harmonie" (1,10).
-- Refusant de laisser les apôtres - et à plus forte raison le Christ - devenir la "propriété" de quelques-uns, Paul rappelle que l'unité de l'Église repose sur la mort du Christ sur la croix (ce dont bénéficie chaque croyant) et sur l'union avec le Christ - union dont son baptême est le symbole (1,11-17).
-- Or le message de la croix, qui rapporte de façon surprenante et même aberrante (c'est une "folie") dont Dieu intervient dans l'histoire humaine, est incompatible avec les prétentions de la "sagesse" humaine (1,18-31).
-- Et ce sont justement ces prétentions qui sont à l'origine des tensions dans la communauté. Toute l'expérience des Corinthiens doit donc être réévaluée à la lumière de la croix. Ce n'est en effet pas l'éloquence qui est à l'origine de leur foi, mais bien le message de la croix (2,1-5).
-- À partir de 2,6, Paul reprend à son compte le thème de la sagesse, et - dans des termes que n'auraient pas rejeté ses lecteurs (sans doute Paul est-il ironique) - il rappelle la source de toute vraie sagesse. Elle est en Dieu, et elle a été révélée aux apôtres par l'Esprit Saint(2,6-16).
-- Elle se manifeste par l'unité et par l'amour fraternel; le comportement des Corinthiens les apparente plutôt aux incroyants qui vivent comme des hommes livrés à eux-mêmes, des hommes "vivant selon la chair" (2,14; 3,1-4).
-- Ayant défini ce qu'est la vraie sagesse, Paul alors traiter des tensions qui minent la communauté(3,5-23):
- il rappelle à ses lecteurs que l'Église est l'œuvre de Dieu, et non un forum où se produiraient des spécialistes en éloquence: elle est le champ que Dieu cultive (3,6-9),
- l'édifice qu'il construit (3,9-15),
- son temple (3,16-17);
- d'ailleurs, c'est non seulement l'Église mais tous ceux que Dieu utilise qui lui appartiennent (3,18-23):
-- l'erreur consiste à juger et à comparer(4,1-5).
-- L'orgueil des Corinthiens laisse entrevoir une "théologie" qui comprend mal le temps dans lequel ils vivent: en effet, la gloire n'est pas encore là, c'est l'heure de la croix(4,6-13).
-- Leur crise est une crise d'identité: ils "tuent le père" (l'apôtre), mais risquent de rejeter ce qui fait la puissance de l'Évangile: la vérité (4,14-21). 

Je donne également les vv.14-16 - qui sont loin d'être inintéressants pour la compréhension de l'ensemble.

Traduction et notes:

Verset 10.

Παρακαλῶ δὲ ὑμᾶς, ἀδελφοί, διὰ τοῦ ὀνόματος τοῦ Κυρίου ἡμῶν ᾿Ιησοῦ Χριστοῦ, ἵνα τὸ αὐτὸ λέγητε πάντες, καὶ μὴ ᾖ ἐν ὑμῖν σχίσματα, ἦτε δὲ κατηρτισμένοι ἐν τῷ αὐτῷ νοῒ καὶ ἐν τῇ αὐτῇ γνώμῃ.
Or je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus Christ, à parler tous un même langage, et à ce qu'il n'y ait pas de divisions parmi vous, mais que vous soyez parfaitement unis dans un même sentiment et dans un même avis.
ἵνα τὸ αὐτὸ λέγητε πάντες - à parler tous un même langage:
C'est cette exhortation que Paul va développer dans les chap.1-4.

σχίσματα - divisions:
Du substantif "σχίσμα schisma" dérive directement (formation dite "savante") le substantif français "schisme".
Sur ces "divisions", voir le v.12 et la note.


Verset 11.

ἐδηλώθη γάρ μοι περὶ ὑμῶν, ἀδελφοί μου, ὑπὸ τῶν Χλόης, ὅτι ἔριδες ἐν ὑμῖν εἰσι.
Car, mes frères, il m'a été dit de vous, par les gens de Chloé, qu'il y a des dissensions parmi vous.
τῶν Χλόης - les <gens> de Chloé:
Chloé (hapax) est une commerçante (?) une industrielle (?) de Corinthe dont le personnel se déplaçait pour affaires - en particulier à Éphèse où certains de ses membres ont pu rencontrer Paul.


Verset 12.

λέγω δὲ τοῦτο, ὅτι ἕκαστος ὑμῶν λέγει ἐγὼ μέν εἰμι Παύλου, ἐγὼ δὲ ᾿Απολλῶ, ἐγὼ δὲ Κηφᾶ, ἐγὼ δὲ Χριστοῦ.
Or voici ce que je dis: c'est que chacun de vous dit "Moi, je suis de Paul; et moi, d'Apollos; et moi, de Céphas; et moi, du Christ".
ἐγὼ μέν εἰμι Παύλου... - Moi, je suis de Paul...:
Aujourd'hui, nous dirions "pour Paul...", "avec Paul...", "du parti de Paul..."

Les Corinthiens semblent avoir formé, au sein même de leur Église, des groupes constitués, aux accents théologiques différents, sur le modèle des thiases (groupements religieux) grecques; chaque groupe s'appropriant Paul, Apollos, Pierre-"Céphas" (voir Jn 1,42: araméen (de l'hébreu כּף kêph) transcrit en grec: Κηφᾶς Kēphas, ; même sens que Πέτρος Pétros, pierre -> Pierre)... et même le Christ! - le tout, bien sûr, sans leur assentiment.

ἐγὼ δὲ ᾿ ᾿Απολλῶ  - et moi, d'Apollos:
SurἈπολλώς Apollōs - Apollos: cf. Ac 18,24-28
24.᾿Ιουδαῖος δέ τις ᾿Απολλὼς ὀνόματι, ᾿Αλεξανδρεὺς τῷ γένει, ἀνὴρ λόγιος, κατήντησεν εἰς ῎Εφεσον, δυνατὸς ὢν ἐν ταῖς γραφαῖς. Un Juif nommé Apollos, originaire d'Alexandrie, homme éloquent et versé dans les Écritures, vint à Éphèse.
25.οὗτος ἦν κατηχημένος τὴν ὁδὸν τοῦ Κυρίου, καὶ ζέων τῷ πνεύματι ἐλάλει καὶ ἐδίδασκεν ἀκριβῶς τὰ περὶ τοῦ Κυρίου, ἐπιστάμενος μόνον τὸ βάπτισμα ᾿Ιωάννου - Il était instruit dans la voie du Seigneur*, et, fervent d'esprit, il annonçait et enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus, bien qu'il ne connût que le baptême de Jean.
*D'après certains manuscrits, Apollos aurait adhéré à la foi chrétienne en Égypte, son pays d'origine ; ce qui supposerait que le christianisme aurait très tôt essaimé en Égypte. Les manuscrits les plus nombreux ne précisent pas.
26.οὗτός τε ἤρξατο παρρησιάζεσθαι ἐν τῇ συναγωγῇ. ἀκούσαντες δὲ αὐτοῦ ᾿Ακύλας καὶ Πρίσκιλλα προσελάβοντο αὐτὸν καὶ ἀκριβέστερον αὐτῷ ἐξέθεντο τὴν ὁδὸν τοῦ Θεοῦ. - Et il se mit à parler avec hardiesse dans la synagogue**. Et Aquilas et Priscilla, l'ayant entendu, le prirent et lui expliquèrent plus exactement la voie de Dieu.
**Arrivé à Éphèse, il se présente à la synagogue (à cette époque, les chrétiens n'avaient pas encore été chassés des synagogues) ; là il fait comme Paul a toujours fait, c'est-à-dire qu'il annonce que Jésus est le Messie qu'on attendait. Deux auditeurs de la synagogue d'Ephèse,
Aquilas et Priscilla, reconnaissent ses talents d'orateur mais jugent utile de compléter son bagage théologique.
27.βουλομένου δὲ αὐτοῦ διελθεῖν εἰς τὴν ᾿Αχαΐαν, προτρεψάμενοι οἱ ἀδελφοὶ ἔγραψαν τοῖς μαθηταῖς ἀποδέξασθαι αὐτόν· ὃς παραγενόμενος συνεβάλετο πολὺ τοῖς πεπιστευκόσι διὰ τῆς χάριτος· Comme il voulait passer en Achaïe***, les frères l'y encouragèrent, et écrivirent aux disciples de le bien recevoir. Quand il fut arrivé, il se rendit, par la grâce de Dieu, très utile à ceux qui avaient cru;
***Région de Grèce, dont Corinthe est la capitale (voir plus haut, dans l'introduction générale, "Sur Corinthe et ses habitants").
28.εὐτόνως γὰρ τοῖς ᾿Ιουδαίοις διακατηλέγχετο δημοσίᾳ ἐπιδεικνὺς διὰ τῶν γραφῶν εἶναι τὸν Χριστὸν ᾿Ιησοῦνcar il réfutait publiquement les Juifs avec une grande force, démontrant par les Écritures que Jésus était le Christ.
ἐγὼ δὲ Χριστοῦ - et moi, du Christ:
Ceux qui se déclaraient ainsi pour le Christ devaient sous-entendre qu'eux ne dépendaient pas des simples serviteurs cités auparavant, mais directement du Maître.


Verset 13.

μεμέρισται ὁ Χριστός; μὴ Παῦλος ἐσταυρώθη ὑπὲρ ὑμῶν; ἢ εἰς τὸ ὄνομα Παύλου ἐβαπτίσθητε;
Le Christ est-il divisé?
Paul a-t-il été crucifié pour vous? ou avez-vous été baptisés pour le nom de Paul?

 
Versets 14-16.

εὐχαριστῶ τῷ Θεῷ ὅτι οὐδένα ὑμῶν ἐβάπτισα εἰ μὴ Κρίσπον καὶ Γάϊον,
Je rends grâces à Dieu de ce que je n'ai baptisé aucun de vous, excepté Crispos et Gaïos,
ἵνα μή τις εἴπῃ ὅτι εἰς τὸ ἐμὸν ὄνομα ἐβάπτισα.
afin que personne ne dise que j'ai baptisé pour mon nom.
ἐβάπτισα δὲ καὶ τὸν Στεφανᾶ οἶκον· λοιπὸν οὐκ οἶδα εἴ τινα ἄλλον ἐβάπτισα.
J'ai bien, aussi, baptisé la maison de Stéphanas; pour le reste, je ne sais pas si j'ai baptisé quelqu'un d'autre.

Κρίσπον - Crispos:
cf. Ac 18,8:
"Κρίσπος δὲ ὁ ἀρχισυνάγωγος ἐπίστευσε τῷ Κυρίῳ σὺν ὅλῳ τῷ οἴκῳ αὐτοῦ, καὶ πολλοὶ τῶν Κορινθίων ἀκούοντες ἐπίστευον καὶ ἐβαπτίζοντο.
- Mais Crispos, le chef de synagogue, crut au Seigneur avec toute sa maison; et plusieurs des Corinthiens, ayant entendu <Paul>, crurent et furent baptisés."
Γάϊον - Gaïos:
Forme grecque du latin Caius/Gaius. Baptisé par Paul, il reçoit chez lui ce dernier et toute l'Église de Corinthe, cf. Rm 16,23:
"ἀσπάζεται ὑμᾶς Γάϊος ὁ ξένος μου καὶ τῆς ἐκκλησίας ὅλης. - Gaïus, mon hôte et celui de toute l'Église, vous salue."

Ce sont donc, peut-être ces deux croyants, Crispos et Gaïos qui ont baptisé les autres membres de l'Église de Corinthe.


δὲ καί - bien, aussi:
Formule rhétorique (nous pourrions dire "certes", ou "bon, d'accord") qui, comme la suite de la phrase, permet à Paul de montrer qu'il n'attache pas une grande importance à la question "qui a baptisé qui?".

τὸν Στεφανᾶ οἶκον - la maison de Stéphanas:
- Rappel: dans le monde antique, le terme "maison" désigne la famille au sens large, tous ceux (enfants et leurs conjoints, petits-enfants, domestiques, esclaves) qui vivent sous le toit du maître de maison et
de son épouse.
- Cf
. 16,15-17, en particulier:
"15.οἴδατε τὴν οἰκίαν Στεφανᾶ, ὅτι ἐστὶν ἀπαρχὴ τῆς ᾿Αχαΐας καὶ εἰς διακονίαν τοῖς ἁγίοις ἔταξαν ἑαυτούς· 
- vous connaissez la maison de Stéphanas, <vous savez> qu'elle est les prémices de l'Achaïe, et qu'ils se sont voués au service des saints".

Crispos, Gaïos et Stéphanas étaient sans doute des responsables - en tout cas des personnalités importantes - de l'Église de Corinthe.

 
Verset 17.

οὐ γὰρ ἀπέστειλέ με Χριστὸς βαπτίζειν, ἀλλ᾿ εὐαγγελίζεσθαι, οὐκ ἐν σοφίᾳ λόγου, ἵνα μὴ κενωθῇ ὁ σταυρὸς τοῦ Χριστοῦ.
Car le Christ ne m'a pas envoyé baptiser, mais évangéliser - et non avec sagesse de parole, afin que la croix du Christ ne soit pas rendue vaine...
οὐκ ἐν σοφίᾳ λόγου - non point avec sagesse de parole:
Ici et dans les vv.qui suivent, Paul va parler à plusieurs reprises de la "sagesse", en tant qu'art oratoire, force de l'argumentation.
À l'époque et dans le monde hellénistico-romain, sous l'influence du mouvement sophiste, il existait de nombreuses écoles de rhétorique et de sagesse; les Corinthiens devaient reprocher à Paul de ne pas "être à la hauteur" des maîtres de rhétorique, et de manquer d'éloquence... Pourtant, ce qui importe, c'est le fond, l'Évangile de "la croix du Christ", et non la forme, la "sagesse de parole"!


















  


















  


















  

____________________________________________________________

• 1Co 1,26-31

Une communauté qui inclut, comme celle de Corinthe, des gens habituellement peu considérés fait particulièrement prendre conscience de ce qui compte par-dessus tout:
(voir, par ex. la Première Lecture et le Psaume).

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir plus haut. 
Sur 1Co 1,10-4,21: voir ci-dessus.

Traduction et notes:

Verset 26.
Βλέπετε γὰρ τὴν κλῆσιν ὑμῶν, ἀδελφοί, ὅτι οὐ πολλοὶ σοφοὶ κατὰ σάρκα, οὐ πολλοὶ δυνατοί, οὐ πολλοὶ εὐγενεῖς,
Car considérez votre vocation, frères:
- qu'il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de nobles,
τὴν κλῆσιν ὑμῶν - votre vocation:Voir plus haut, les vv. 2 et 9, et notes.
σοφοὶ κατὰ σάρκα - sages selon la chair:
- Attention!Sur le sens que Paul donne au mot "σάρξ sarx", voir cette page.
- À partir du v.17, Paul parle à plusieurs reprises de cette "sagesse selon la chair", la "sagesse" selon les hommes (1,20;25;2,1;4-6;13). Ici, comme au v.17 (voir ci-dessus et note), il s'agit particulièrement de la "sagesse" en tant qu'éloquence.

οὐ πολλοὶ σοφοῖ [...] οὐ πολλοὶ δυνατοί, οὐ πολλοὶ εὐγενεῖς- pas beaucoup de sages [...] pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de nobles:La composition de la communauté de Corinthe est l'illustration concrète du renversement des valeurs purement humaines que Dieu a mis en œuvre à la Croix.

Versets 27-28.
ἀλλὰ τὰ μωρὰ τοῦ κόσμου ἐξελέξατο ὁ Θεὸς ἵνα τοὺς σοφούς καταισχύνῃ, καὶ τὰ ἀσθενῆ τοῦ κόσμου ἐξελέξατο ὁ Θεὸς ἵνα καταισχύνῃ τὰ ἰσχυρά,
- mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour couvrir de honte les hommes sages; et Dieu a choisi les choses faibles du monde pour couvrir de honte les choses fortes;
καὶ τὰ ἀγενῆ τοῦ κόσμου καὶ τὰ ἐξουθενημένα ἐξελέξατο ὁ Θεός, τὰ μὴ ὄντα, ἵνα τὰ ὄντα καταργήσῃ,
et Dieu a choisi les choses viles du monde, et celles qui sont méprisées, et celles qui ne sont pas, pour réduire à néant celles qui sont;
τὰ ἀσθενῆ τοῦ κόσμου... -les choses faibles du monde...:Comp. Lc 1,51-53.

Verset 29.
ὅπως μὴ καυχήσηται πᾶσα σὰρξ ἐνώπιον τοῦ Θεοῦ.
afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.
La faiblesse (aux yeux du monde) de la communauté de Corinthe met en valeur la grâce de Dieu: Dieu crée une nouvelle communauté à partir de "rien"; la source de son existence est en Lui; dans le Christ on trouve sagesse, acquittement, purification, libération; il est pleinement suffisant (v.30 et note).
Sur la fierté du chrétien, voir v.31;2,7;3,21-23. 

Verset 30.
ἐξ αὐτοῦ δὲ ὑμεῖς ἐστε ἐν Χριστῷ ᾿Ιησοῦ, ὃς ἐγενήθη ἡμῖν σοφία ἀπὸ Θεοῦ, δικαιοσύνη τε καὶ ἁγιασμὸς καὶ ἀπολύτρωσις,
Or vous êtes de Lui en Jésus Christ, qui nous a été fait sagesse de la part de Dieu, et justice, et sainteté, et rédemption,
ἐν Χριστῷ ᾿Ιησοῦ - en Jésus Christ: Voir plus haut, v.2 et note.
σοφία -sagesse:Voir Mt 6,9;11,19. La "sagesse" de Dieu est une personne, "le Christ"; car en lui - notre Représentant - se trouvent toutes les réponses aux questions et aux problèmes des hommes. Il nous apporte en effet
- la "justice", car sa mort nous permet d'être déclarés justes devant Dieu (voir Ga 2,16 et note à cette page);
- la "sainteté", car sa mort nous rend aptes à rendre un culte à Dieu (= nous rend "saints", voir v.2 et note, plus haut)
- la "rédemption" (i.e. le rachat, la délivrance du péché), car sa mort nous a libérés de toute condamnation
, malgré notre culpabilité (voir Ga 2,16).
 
Verset 31.
ἵνα, καθὼς γέγραπται, ὁ καυχώμενος ἐν Κυρίῳ καυχάσθω.
afin, comme il est écrit, "Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur".
En fait, Paul fait allusion à Jr 9,22-23:
 כה אמר יהוה אל־יתהלל חכם בחכמתו ואל־יתהלל הגבור בגבורתו אל־יתהלל עשׁיר בעשׁרו׃
 כי אם־בזאת יתהלל המתהלל השׂכל וידע אותי כי אני יהוה עשׂה חסד משׁפט וצדקה בארץ כי־באלה חפצתי נאם־יהוה׃
"Ainsi parle YHWH-l'Éternel: "Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le fort ne se glorifie pas de sa force, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse.
Mais que celui qui se glorifie se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, de savoir que je suis YHWH-l'Éternel qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; car c'est à cela que je prends plaisir" dit YHWH-l'Éternel".
(Rappel: "le Seigneur" est la traduction française du grec "Κύριος kurios", que LXX emploie pour traduire le tétragramme divin "יהוה", que l'on ne doit pas prononcer, et qui est remplacé à la lecture par "אֲדֹנָי  Adonaï", "<mon>seigneur").
• Voir 2,7;3,21. L'insistance de Paul sur la fierté du croyant répond à un besoin profond des Corinthiens.
L'identité d'un homme se structure autour de ce qu'il valorise; la gloire des chrétiens, ce ne peut être que le Christ lui-même, non des serviteurs de Dieu. Voir aussi Rm 5,2-3.
_____________________________________________________________
_____________________________________________________________

• 1Co 2,1-5

Éloquence et sagesse humaine peuvent valoriser celui qui en est doté, et rendre ses propos persuasifs.

Remarques:

Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir plus haut. 
Sur 1Co 1,10-4,21: voir plus haut.

Traduction et notes:

Verset 1.
Κἀγὼ ἐλθὼν πρὸς ὑμᾶς, ἀδελφοί, ἦλθον οὐ καθ᾿ ὑπεροχὴν λόγου ἢ σοφίας καταγγέλλων ὑμῖν τὸ μαρτύριον τοῦ Θεοῦ.
Et moi-même, quand je suis allé auprès de vous, frères, je ne suis pas allé avec excellence de parole ou de sagesse, en vous annonçant le témoignage de Dieu;
τὸ μαρτύριον τοῦ Θεοῦ -le témoignage de Dieu:
1.
On a ici deux textes différents, que Codex Sinaiticus présente conjointement ->
- "το μυστηριον του θεου - le mystère de Dieu", texte choisi par Tischendorf, Westcott-Hort et Nestle-Aland;
- et, seulement en correction en CS: "το μαρτυριον του θεου - le témoignage de Dieu" (au sens, bien entendu, de "je témoigne de Dieu", et non "Dieu témoigne"), texte choisi par Scrivener d'après Textus Receptus, et par la Byzantine (2000).
2.
Si on s'en tient à Codex Sinaiticus (je rappelle qu'il s'agit du manuscrit intégral de la Bible en grec le plus ancien - puisqu'il date du milieu du IVème s., avec des annotations postérieures), soit "το μυστηριον του θεου - le mystère de Dieu", cette locution demande quelques remarques:
-- Il s'agit du plan de Dieu "caché" durant les âges passés, mais désormais révélé et proclamé publiquement (Col 1,26;2,2;4,3; Ep 1,9;3,3;9; Rm 16,25).
Par cette révélation, il est donné aux croyants le privilège de comprendre toute l'histoire humaine dans la perspective de Dieu.
-- En arrière-plan historique, sociologique et théologique de cette notion, on a plusieurs éléments:
- l'apocalyptique juive (les textes apocalyptiques avaient pour fonction de donner du sens à la réalité présente en dévoilant la réalité céleste cachée);
- les religions "à mystère" (dans le paganisme, par ex. dans certaines conceptions religieuses gréco-romaines de l'époque, il s'agissait de connaissances réservées aux seuls initiés, voir par ex. ce qu'en dit Paul en 1Co 2,8-13);
- la pensée de Qumrân (le "maître de justice" était considéré comme celui qui était capable d'éclairer le mystère du plan de Dieu).
-- Mais pour Paul, s'il lui arrive de parler de "mystère" et de "parfaits" (voir aussi, par ex., en Col 1,28), ces derniers ne sont pas passés par une initiation, secrète et réservée à quelques-uns seulement: le "mystère" de Dieu est révélé à qui veut l'entendre. Chez lui, la notion de secret divin ne provient donc pas de l'hellénisme, ni d'un quelconque ésotérisme.
On peut en revanche estimer que c'est à la lumière de sa propre expérience d'apôtre que Paul parle de "mystère caché" et révélé (Ep 3,3).
Ce "mystère" concerne l'œuvre de salut de Dieu, en particulier l'ouverture du Royaume aux païens (Col 1,27).
Ce n'est pas que le PT n'en disait rien, au contraire (voir Ep 3,5 et note à cette page)! Mais la manière dont Dieu accomplit ce qu'il avait promis est pour le moins déroutante...

Verset 2.
οὐ γὰρ ἔκρινά τοῦ εἰδέναι τι ἐν ὑμῖν εἰ μὴ ᾿Ιησοῦν Χριστὸν, καὶ τοῦτον ἐσταυρωμένον.
car je n'ai pas jugé bon de savoir quoi que ce soit parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié.
εἰ μὴ ᾿Ιησοῦν Χριστὸν, καὶ τοῦτον ἐσταυρωμένον -sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié:
-- La prédication chrétienne ne s'appuie pas sur l'éloquence (v.1) mais sur un fait
- historique: la mort de Jésus sur la croix
- et théologique: la mort du Christ pour nos péchés.
-- Selon certains, Paul émettrait ici un jugement négatif sur sa prédication à Athènes - dans laquelle il n'avait pas parlé du Christ "crucifié" (Ac 17,22-34).
Pourtant - hormis le fait que rien ne suggère un tel jugement en Ac 17 - Ac 17,31 souligne fortement le rôle futur du Ressuscité - ce qui, précisément, était une "folie" pour la plupart des Grecs.

Verset 3.
κἀγὼ ἐν ἀσθενείᾳ καὶ ἐν φόβῳ καὶ ἐν τρόμῳ πολλῷ ἐγενόμην πρὸς ὑμᾶς,
Et moi-même j'ai été parmi vous dans la faiblesse, et dans la crainte, et dans un grand tremblement;
ἐν ἀσθενείᾳ καὶ ἐν φόβῳ καὶ ἐν τρόμῳ πολλῷ - dans la faiblesse, et dans la crainte, et dans un grand tremblement:
- Voir Ac 18,9-10. Avant sa venue à Corinthe, Paul avait eu à subir l'opposition et le mépris (Ac 17,5-6;13;32). Sa situation est une nouvelle illustration de la "folie" que représente don message aux yeux des hommes, et du renversement de situation qu'il implique (voir 1Co 1,25;27 et note, plus haut; comp. 2Co 10,10;12,7; Ga 4,13).
- On notera l'hendiadys.
Verset 4.
καὶ ὁ λόγος μου καὶ τὸ κήρυγμά μου οὐκ ἐν πειθοῖς ἀνθρωπίνης σοφίας λόγοις, ἀλλ᾿ ἐν ἀποδείξει Πνεύματος καὶ δυνάμεως,
et ma parole et ma prédication n'<ont> pas <été> en paroles persuasives de sagesse, mais en démonstration de l'Esprit et de puissance,
οὐκ ἐν ...  λόγοις - n'<ont> pas <été> en paroles ...: Paradoxalement,
- le discours de Paul est une démonstration sérieuse et réfléchie de sa pensée;
- pourtant Paul ne se fie pas à une stratégie oratoire manipulatrice:
- il compte en effet sur l'action du message de Dieu dans le cœur des auditeurs.  
ἐν ἀποδείξει  Πνεύματος καὶ δυνάμεως - en démonstration de l'Esprit et de puissance: Hébraïsme (hendiadys) pour signifier "en démonstration de la puissance de l'Esprit".
 
Verset 5.
ἵνα ἡ πίστις ὑμῶν μὴ ᾖ ἐν σοφίᾳ ἀνθρώπων, ἀλλ᾿ ἐν δυνάμει Θεοῦ.
afin que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

_____________________________________________________________

• 1Co 2,6-10

Sans commune mesure avec celle des hommes, la sagesse donnée par l'Esprit ouvre à l'intelligence des mystères de Dieu et permet seule de voir le Seigneur de gloire dans celui que les hommes ont crucifié. 

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir plus haut. 
Sur 1Co 1,10-4,21: voir plus haut.

Traduction et notes:

Verset 6.
Σοφίαν δὲ λαλοῦμεν ἐν τοῖς τελείοις, σοφίαν δὲ οὐ τοῦ αἰῶνος τούτου, οὐδὲ τῶν ἀρχόντων τοῦ αἰῶνος τούτου, τῶν καταργουμένων·
Or nous parlons sagesse parmi les parfaits, sagesse toutefois non pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui s'en vont;
Σοφίαν -sagesse:Il ne faudrait pas croire que la foi chrétienne - folie pour les hommes - soit une réelle folie, loin de là! C'est la sagesse même de Dieu (v.7).
λαλοῦμεν -nous parlons:Ce "nous" (on retrouvera cette 1ère pers. aux vv.10;12;13;16) ne représente bien entendu pas les Corinthiens (la 2ème pers. des vv.1,26;30;2,1;5;7); ce sont les prédicateurs de 1,23, les enseignants de 2,6;13, Paul, Apollos, Pierre (1,12;2,1;3,4;5;6;27), les apôtres (4,9) - qui (voir v.12) ont reçu, "par grâce" et au moyen de l'œuvre de l'Esprit en eux, la révélation (v.10) de la sagesse de Dieu qui, auparavant, était "cachée" (v.7). 
ἐν τοῖς τελείοις -parmi les parfaits:
--On est en droit de penser que Paul reprend ici, de façon ironique, le vocabulaire des Corinthiens - qui étaient convaincus de leur "sagesse", i.e. de leur intelligence spirituelle "parfaite".
Il se feint, dans cette première partie de phrase, de se placer sur leur propre terrain: il prétendrait enseigner la "sagesse" à des Corinthiens qui y excelleraient, qui seraient "parfaits" en cette matière.
-- Or il est certes capable d'enseigner la "sagesse" à des chrétiens mûrs, spirituellement accomplis - mais les Corinthiens ne le sont pas (voir 3,1-4)!
-- Pour Paul, en effet, un chrétien accompli est un chrétien dont la vie s'enracine dans la pensée du Christet qui suit son exemple, en particulier dans le domaine des relations communautaires (voir 3,3).
τῶν ἀρχόντων τοῦ αἰῶνος τούτου -des chefs de ce siècle: C'est-à-dire ce que nous appellerions "les grands de ce monde", tels les chefs religieux juifs (Lc 22,66 sqq;24,20), Hérode, Pilate (Ac 4,27)... - comme l'explicitera le v.8b.

Verset 7.
ἀλλὰ λαλοῦμεν σοφίαν Θεοῦ ἐν μυστηρίῳ, τὴν ἀποκεκρυμμένην, ἣν προώρισεν ὁ Θεὸς πρὸ τῶν αἰώνων εἰς δόξαν ἡμῶν·
mais nous parlons la sagesse de Dieu en mystère, la sagesse cachée, celle que Dieu avait préordonnée avant les siècles pour notre gloire;
ἐν μυστηρίῳ -en mystère:Voir plus haut 2,1 et note sur le terme "μυστήριον mustērion"; voir aussi à cette page Col 1,26 et note.
ἣν προώρισεν ὁ Θεὸς πρὸ τῶν αἰώνων -celle que Dieu avait préordonnée avant les siècles:La "sagesse de Dieu", préexistant de tout temps, a été révélée par la Croix; mais elle demeure incompréhensible pour ceux qui - se croyant, comme les Corinthiens, "parfaits" chrétiens - refusent de se laisser éclairer par le Saint Esprit.
 
Verset 8.
ἣν οὐδεὶς τῶν ἀρχόντων τοῦ αἰῶνος τούτου ἔγνωκεν· εἰ γὰρ ἔγνωσαν, οὐκ ἂν τὸν Κύριον τῆς δόξης ἐσταύρωσαν·
celle qu'aucun des chefs de ce siècle n'a connue (car s'ils l'eussent connue, ils n'eussent pas crucifié le Seigneur de gloire),

Verset 9.
ἀλλὰ καθὼς γέγραπται, ἃ ὀφθαλμὸς οὐκ εἶδε καὶ οὖς οὐκ ἤκουσε καὶ ἐπὶ καρδίαν ἀνθρώπου οὐκ ἀνέβη, ἃ ἡτοίμασεν ὁ Θεὸς τοῖς ἀγαπῶσιν αὐτόν.
mais - selon qu'il est écrit: "Ce que l'œil n'a pas vu, et que l'oreille n'a pas entendu, et qui n'est pas monté au coeur de l'homme, ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment" -
ἃ ὀφθαλμὸς [...] τοῖς ἀγαπῶσιν αὐτόν - "Ce que l'œil [...] pour ceux qui l'aiment":
Voir Is 64,3:
 ומעולם לא־שׁמעו לא האזינו עין לא־ראתה אלהים זולתך יעשׂה למחכה־לו׃
"Et jamais on n'a entendu, jamais on n'a ouï de l'oreille, jamais l'œil n'a vu, hors toi, ô Dieu, ce que Dieu a préparé pour celui qui s'attend à lui".

Verset 10.
ἡμῖν δὲ ὁ Θεὸς ἀπεκάλυψε διὰ τοῦ Πνεύματος αὐτοῦ· τὸ γὰρ Πνεῦμα πάντα ἐραυνᾷ, καὶ τὰ βάθη τοῦ Θεοῦ.
Dieu nous l'a révélée par son Esprit; car l'Esprit sonde toutes choses, même les <choses> profondes de Dieu.
τοῦ Θεου -de Dieu: Ce v. souligne avec force la personnalité de l'"Esprit", qui "sonde" les pensées - et sa divinité, puisqu'il "sonde même" les pensées les plus intimes, "les plus profondes de Dieu".
L'Esprit en effet parle et veut (Rm 8,27; 1Co 12,11), enseigne, témoigne, convainc, conduit, entend, annonce (Jn 14,26;15,26;16,8;13); on peut l'attrister, lui mentir, lui résister, l'outrager (Ac 5,3;9;7,51; Ep 4,30; Hé 10,29), pécher contre lui (Mt 12,31-32).
Mt 28,19; Jn 14,26;15,26 l'associent au Père et au Fils qui, par Lui, se trouvent présents dans le croyant.
_____________________________________________________________
_____________________________________________________________

Suite à cette page






• 1Co 3,9b-11;16-17.

Heureux ceux qui édifient des sanctuaires vivants fondés sur le Christ et habités par l'Esprit! Malheur à qui occasionne leur chute!
__________________

• 1Co 3,16-23

"Temple de Dieu habité par l'Esprit de Dieu": cette définition de l'Église implique que divisions, rivalités, recours à une prétendue sagesse humaine sont, en quelque sorte, des sacrilèges.

Remarques:
Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir cette page.
Sur 1Co 1,10-4,21: Voir plus haut.


Traduction et notes:

Verset 16.
Οὐκ οἴδατε ὅτι ναὸς Θεοῦ ἐστε καὶ τὸ Πνεῦμα τοῦ Θεοῦ οἰκεῖ ἐν ὑμῖν;
Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous? 
• 
ναὸς Θεοῦ ἐστε
-
vous êtes le temple de Dieu
:
"Vous"
désigne
la communauté
ecclésiale (voir l'introduction).
est "le temple de Dieu" de la nouvelle Alliance, parce qu'elle est la demeure de l'Esprit, d'où la nécessité de veiller à son unité.
Verset 17.
εἴ τις τὸν ναὸν τοῦ Θεοῦ φθείρει, φθερεῖ τοῦτον ὁ Θεός· ὁ γὰρ ναὸς τοῦ Θεοῦ ἅγιός ἐστιν, οἵτινές ἐστε ὑμεῖς.
Si quelqu'un corrompt le temple de Dieu, Dieu le détruira, car le temple de Dieu est saint, et tels vous êtes.
οἵτινές ἐστε ὑμεῖς
̓
-
et tels vous êtes
:
C'est-à-dire "vous êtes saints"; comp.
Lv 19,2b:
קדשׁים תהיו כי קדושׁ אני יהוה אלהיכם
"Vous serez saints, car moi, YHWH-l'Éternel votre Dieu, je suis saint" et note à cette page.

Verset 18.
Μηδεὶς ἑαυτὸν ἐξαπατάτω· εἴ τις δοκεῖ σοφὸς εἶναι ἐν ὑμῖν ἐν τῷ αἰῶνι τούτῳ, μωρὸς γενέσθω, ἵνα γένηται σοφός.
Que personne ne s'abuse soi-même: si quelqu'un parmi vous a l'air d'être sage dans ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage;
μωρὸς γενέσθω, ἵνα γένηται σοφός
̓
-
qu'il devienne fou, afin de devenir sage
:
Invitation à reconnaître son ignorance - surtout si l'on est (ou si on croit être!) savant "dans ce siècle", i.e. quant aux domaines "du monde".

Verset 19.
ἡ γὰρ σοφία τοῦ κόσμου τούτου μωρία παρὰ τῷ Θεῷ ἐστι. γέγραπται γάρ· ὁ δρασσόμενος τοὺς σοφοὺς ἐν τῇ πανουργίᾳ αὐτῶν·
car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu; car il est écrit: "Celui qui prend les sages dans leurs ruses",
ὁ δρασσόμενος τοὺς σοφοὺς ἐν τῇ πανουργίᾳ αὐτῶν
-
"Celui qui prend les sages dans leurs ruses"
:
Cf.Jb 5,13:
לכד חכמים בערמם ועצת נפתלים נמהרה׃
"
Verset 20.
καὶ πάλιν· Κύριος γινώσκει τοὺς διαλογισμοὺς τῶν σοφῶν, ὅτι εἰσὶ μάταιοι.
et encore: "Le Seigneur connaît les raisonnements des sages, <sait> qu'ils sont vains".
Κύριος γινώσκει τοὺς διαλογισμοὺς τῶν σοφῶν, ὅτι εἰσὶ μάταιοι
-
"Le Seigneur connaît les raisonnements des sages, <sait> qu'ils sont vains"
:
Cf. Ps 94,11:
יהוה ידע מחשׁבות אדם כי־המה הבל׃
"YHWH-l'Éternel connaît les pensées des hommes, qu'elles ne sont que vanité" (LXX: "κύριος γινώσκει τοὺς διαλογισμοὺς τῶν ἀνθρώπων ὅτι εἰ σὶν μάταιοι").
-- Rappel: Comme on peut le voir en comparant le texte hébreu et sa traduction grecque par les LXX,
- le terme "יהוה (transcrit YHWH)" est un kétiv "théologique" car "Si l’homme ne peut lire le tétragramme, c’est que le Mystère de l’identité de Dieu le dépasse";
- son qéré est אֲדֹנָי (transcrit et lu Adonaï – traduit textuellement: « mon Seigneur »);
- c’est ce qéré que les LXX ont traduit littéralement par "Κύριος - le Seigneur"; et c'est ce terme que les auteurs néo-testamentaires ont repris.
--
Le
mot hébreu
הבל
(bien connu par Qo 1,2; voir à cette page), traduit en grec par
μάταιο
ς
, désigne une "fumée", une "vapeur", une "haleine", du "vent" - au sens concret et sans jugement de valeur (contrairement aux mots "vanité", "vain" qui impliquent un jugement négatif).
Autrement dit: les raisonnements des "sages selon les hommes" sont creux, vides.  

Verset 21.
ὥστε μηδεὶς καυχάσθω ἐν ἀνθρώποις· πάντα γὰρ ὑμῶν ἐστιν,
Que personne donc ne se glorifie dans les hommes, car toutes choses sont à vous,
ὥστε μηδεὶς καυχάσθω ἐν ἀνθρώποις
-
Que personne donc ne se glorifie dans les hommes
:

--
C'est-à-dire "ne tire sa fierté de ce qui est humain".
--
Voir 1,31 (à cette page);3,21.

En fait, Paul fait allusion à Jr 9,22-23:
 כה אמר יהוה אל־יתהלל חכם בחכמתו ואל־יתהלל הגבור בגבורתו אל־יתהלל עשׁיר בעשׁרו׃
 כי אם־בזאת יתהלל המתהלל השׂכל וידע אותי כי אני יהוה עשׂה חסד משׁפט וצדקה בארץ כי־באלה חפצתי נאם־יהוה׃
"Ainsi parle YHWH: 'Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le fort ne se glorifie pas de sa force, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse.
Mais que celui qui se glorifie se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l'Éternel qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; car c'est à cela que je prends plaisir' dit YHWH".
-- L'insistance de Paul sur la fierté du croyant répond à un besoin profond des Corinthiens.
L'identité d'un homme se structure autour de ce qu'il valorise, et la gloire des chrétiens, ce ne sont pas des serviteurs de Dieu, mais le Christ lui-même. Voir aussi Rm 5,2-3.
πάντα γὰρ ὑμῶν ἐστιν -car toutes choses sont à vous: Les philosophes gréco-romains disaient "Tout appartient au sage". Paul, reprenant cette déclaration, la renverse, et renverse les déclarations des Corinthiens (par ex. "Je suis du parti d'Apollos"; voir 1Co 1,12 et notes à cette page): en réalité, c'est Apollos (voir v.22) qui leur appartient.
Mais Paul ajoute (v.23) que tout appartient "à Dieu": les Corinthiens, comme les apôtres, l'Église comme le monde; chacun reste donc dépendant de Dieu.
Cette affirmation de Paul doit être comprise à la lumière de l'espérance chrétienne, pour laquelle le monde et la terre à venir appartiendront aux croyants, par le Christ (voir Ap 21,1-22,5 à cette page).  

Verset 22.
εἴτε Παῦλος εἴτε ᾿Απολλὼς εἴτε Κηφᾶς εἴτε κόσμος εἴτε ζωὴ εἴτε θάνατος εἴτε ἐνεστῶτα εἴτε μέλλοντα, πάντα ὑμῶν ἐστιν,
soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit monde, soit vie, soit mort, soit choses présentes, soit choses à venir: toutes choses sont à vous,
εἴτε Παῦλος εἴτε ᾿Απολλὼς εἴτε Κηφᾶς
-
soit Paul, soit Apollos, soit Céphas
:
Voir 1Co 1,12 et notes à
.

Verset 23.
ὑμεῖς δὲ Χριστοῦ, Χριστὸς δὲ Θεοῦ.
et vous au Christ, et le Christ à Dieu.
ὑμεῖς δὲ Χριστοῦ
-
et vous au Christ
:
Voir 1Co 1,12 et notes à
.

____________________________________________________________

• 1Co 4,1-5

Dans l'exercice de son
ministère, le responsable d'une communauté d'Église n'a pas à se soucier des critiques ni des jugements des hommes. Mais il doit se souvenir sans cesse du jour où tout sera mis en lumière, même ses intentions les plus secrètes. Pas la moindre arrogance, dès lors dans la liberté de l'Apôtre, mais au contraire

Remarques:

Sur Paul et ses épîtres, voir à cette page.
Sur Paul et les Corinthiens, sur 1Co: voir cette page.
Sur 1Co 1,10-4,21: Voir plus haut.

Traduction et notes:

Verset 1.
Οὕτως ἡμᾶς λογιζέσθω ἄνθρωπος, ὡς ὑπηρέτας Χριστοῦ καὶ οἰκονόμους μυστηρίων Θεοῦ.
Que tout homme pense ainsi à notre égard - qu'il nous tienne pour des serviteurs du Christ et pour des administrateurs des mystères de Dieu.
ὑπηρέτας
-
des serviteurs
:
Voir 3,5-9. "Nous" = Paul, Apollos, Pierre, etc. (sur la situation et ces personnages, voir à cette page introduction, 1,12 et note).
οἰκονόμους
-
des administrateur
s
:
L'οἰκονόμος oïkonomos - administrateur, intendant (de οἶκος oïkos - maison(née) et νόμος nomos - organisation, loi; le terme a donné par calque "un économe") était le serviteur ou l'esclave chargé de gérer l'ensemble de la "maison" de son maître; il avait donc d'énormes responsabilités, et on devait lui accorder une totale confiance (v.2).
μυστηρίων Θεοῦ
-
des mystères de Dieu
: Voir à
, 2,1;7 et notes.

Verset 2.
ὃ δὲ λοιπὸν ζητεῖται ἐν τοῖς οἰκονόμοις, ἵνα πιστός τις εὑρεθῇ.
au reste, ce qui est requis dans des administrateurs, c'est qu'un homme soit trouvé fidèle.
Verset 3.
ἐμοὶ δὲ εἰς ἐλάχιστόν ἐστι ἵνα ὑφ᾿ ὑμῶν ἀνακριθῶ ἢ ὑπὸ ἀνθρωπίνης ἡμέρας· ἀλλ᾿ οὐδὲ ἐμαυτὸν ἀνακρίνω. 
Mais il m'importe fort peu, à moi, que je sois jugé par vous, ou de jugement d'homme; et même je ne me juge pas moi-même.

ἵνα
ὑφ᾿ ὑμῶν ἀνακριθῶ ἢ ὑπὸ ἀνθρωπίνης ἡμέρας
-
que je sois jugé par vous, ou de jugement d'homme
:

--
L
e terme "ἡμέρα hēmera" est connu de tous les hellénistes comme désignant "le jour", "la journée" (24 heures, ou espace de temps entre le lever et le coucher du soleil selon le contexte). Mais il peut aussi désigner tout ce qui dure, en particulier tout ce qui dure une journée - par ex., ici, une session de tribunal; d'où la traduction "jugement". 
--
L
a locution "ἀνθρωπίνη
ἡμέρα
"
indique que - de même que l'intendant ne rend de comptes qu'à son maître - Paul n'a pas de comptes à rendre aux "hommes" (en part. aux Corinthiens), non plus d'ailleurs à lui-même (v.4a), mais uniquement à Dieu (v.4b).
Verset 4.
 οὐδὲν γὰρ ἐμαυτῷ σύνοιδα· ἀλλ᾿ οὐκ ἐν τούτῳ δεδικαίωμαι· ὁ δὲ ἀνακρίνων με Κύριός ἐστιν.
Car je n'ai rien sur ma conscience, mais par là je ne suis pas justifié; mais celui qui me juge, c'est le Seigneur.
Verset 5.
ὥστε μὴ πρὸ καιροῦ τι κρίνετε, ἕως ἂν ἔλθῃ ὁ Κύριος, ὃς καὶ φωτίσει τὰ κρυπτὰ τοῦ σκότους καὶ φανερώσει τὰς βουλὰς τῶν καρδιῶν, καὶ τότε ὁ ἔπαινος γενήσεται ἑκάστῳ ἀπὸ τοῦ Θεοῦ.
Ainsi ne jugez rien avant le temps, jusqu'à ce que le Seigneur vienne, qui aussi mettra en lumière les choses cachées des ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs; et alors chacun recevra sa louange de la part de Dieu. 

ὁ ἔπαινος γενήσεται ἑκάστῳ
-
chacun recevra sa louange
: C'est-à-dire "sera récompensé"; voir 3,8;14;9,15-18; Rm2,6-10; 2Co 5,10; Ph 2,16. Tous les chrétiens seront jugés (Rm 14,10), et Dieu qui est fidèle leur donnera le salut (3,15) à cause du Christ. Cependant la manière dont ils auront vécu aura une répercussion dans la vie à venir: l'action de la grâce en eux ne fait que souligner plus encore leur responsabilité de vivre d'une manière digne de l'appel qui leur a été adressé par Dieu. Comp., par ex. Mt 5,12 et note à cette page.  
_____________________________________________________________

Suite de 1Co à cette page

















Assistant de création de site fourni par  Vistaprint