Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven




Les épîtres
non-pauliniennes


4. Les Épîtres de saint Jean


____________________________________________________________________

1Jn 2,1-5a

Trois thèmes principauxs’entrecroisent dans la Première Lettre de saint Jean(voir la page sur le style dans cette épître):
-         rejeter le péché ;
-         s’attacher aux assurances qui donnent la foi ;
-         aimer Dieu pour lui ressembler.
C’est le premier qui sert ici de point de départ : le péché faisant perdre la ressemblance de Dieu (voir pages sur la Genèse, 1 et 2), il faut l’éviter à tout prix – mais ne pas désespérer en cas de chute : Jésus, le Juste offert pour les péchés du monde entier, est notre Défenseur auprès du Père.

A propos du mot « παρακλητος - défenseur » :

Il signifie, littéralement, « celui qui est appelé auprès ».
Il appartient, en grec classique, au vocabulaire juridique - et désigne l'avocat, ou le témoin favorable.
À part ici, où ce mot désigne le Christ, victime expiatoire pour tous les péchés du monde, ce mot, comme sa transcription en français « Paraclet », désigne couramment l’Esprit-Saint, qui
- rend le Christ présent auprès de ses disciples (Jn 14,15-16);
- rend vivante la Parole du Christ (Jn 14,26);
- rend témoignage au Christ (Jn 15,26).
Ce mot, en particulier, permet d’effectivement attribuer cette épître à saint Jean – car il est uniquement johanniquedans le NT.
On ne le trouve en effet,  outre ici et dans les passages susmentionnés, qu’en Jn 16,7.
 
Voir l’étude détaillée de 1Jn 2,3-6 en cliquant ici.
____________________________________________________________________

• 1Jn 3, 1-2

Dès à présent, quoique cela n'apparaisse pas encore clairement, nous sommes enfants de Dieu.

Traduction et notes :

Verset 1
ιδετε ποταπην αγαπην δεδωκεν ημιν ο πατηρ ινα τεκνα θεου κληθωμεν δια τουτο ο κοσμος ου γινωσκει ημας οτι ουκ εγνω αυτον
Voyez de quel amour le Père nous a fait don, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il n'a pas connu celui-ci.
• τεκνα θεου - enfants de Dieu: voir Jn 1,12 et remarques sur ce verset à cette page.
αυτον - celui-ci: = Dieu
Verset 2
αγαπητοι νυν τεκνα θεου εσμεν και ουπω εφανερωθη τι εσομεθα οιδαμεν δε οτι εαν φανερωθη ομοιοι αυτω εσομεθα οτι οψομεθα αυτον καθως εστιν
Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est.

_______________________________________________
• 1Jn 3,1-3.

Seule la foi permet de reconnaître le Fils de Dieu dans l'homme Jésus, et la condition d'enfants de Dieu dans celle des disciples.
Le retour du Christ rendra manifeste son identité profonde et, du même coup, ce que sont "dès maintenant" les chrétiens.
Cette certitude et cette espérance donnent aux disciples la force d'agir avec assurance, et de marcher vers "ce qui ne paraît pas encore clairement", en dépit de l'hostilité et des contradictions du monde.

_______________________________________________

• 1Jn 3, 1-2;21-24

Notre Père des cieux ne nous confère pas seulement le don merveilleux de la vie: il nous donne part à sa propre vie. Il nous comble de son amour et de ses grâces.

_______________________________________________

1Jn 3, 18-24

"Croire et aimer, voilà la Vie !"
Troisième thème de la Première lettre de saint Jean : la charité fraternelle « non en paroles mais en actes », critère ultime de l’appartenance à Dieu, de la communion avec lui fondée sur le don de l’Esprit ; la fidélité aux commandements et la foi en Jésus – garanties de la prière exaucée et de la paix du cœur.

Le mot « cœur » est très fréquemment employé dans la Bible (voir la page consacrée à ce thème en cliquant ici). Il peut désigner ce que nous nommons l’âme, la conscience, l’intime de nous-mêmes. Mais il est aussi question des pensées, des projets, des sentiments, des intentions – bonnes ou mauvaises.
Dieu connaît les secrets des cœurs : « il sonde les reins et les cœurs ». Mais Dieu ne nous espionne pas, ne nous surveille pas : il connaît les raisons de nos actes, ne se laisse pas prendre aux apparences. Il nous connaît mieux que nous nous connaissons nous-mêmes.
Et c’est Lui qui donne aux hommes un cœur fidèle, un cœur droit et sincère, qui les comble de joie au plus profond d’eux-mêmes.
"Dieu plus grand que notre cœur."
Cependant, avoir « le cœur en paix » - εμπροσθεν αυτου πεισομεν τας καρδιας ημων (littéralement : devant Lui nous assurerons nos cœurs), comme l’écrit Jean (verset 19), ne nous empêche pas de connaître des interrogations inquiètes sur notre valeur devant le Seigneur. La Foi de l’apôtre Jean vient nous apaiser : « si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur » - εαν καταγινωσκη ημων η καρδια […] μειζων εστιν ο θεος της καρδιας ημων (verset 20) : une des phrases les plus merveilleuses du Nouveau Testament !
L’interprétation catholique de ce verset diverge nettement de celle qu’en donna Calvin : "Dieu mieux que nous encore connaît nos péchés ; craignons donc la sévérité de son jugement"…
Non, pour nous, Dieu est plus indulgent que notre propre conscience ; Il est plus grand que notre cœur par sa miséricorde : car Dieu est Amour, Dieu n’est qu’Amour !
Il nous reste (verset 23) à avoir foi en Jésus (notre accompagnateur, notre consolateur): πιστευσωμεν τω ονοματι του υιου αυτου ιησου χριστου « croyons au nom de son Fils Jésus Christ »  – et à nous aimer les uns les autres (la paix est inconciliable avec la jalousie, les rancœurs, les injures...): αγαπωμεν αλληλους « aimons-nous les uns les autres »… à nous aimer εν εργω και αληθεια « en action et en vérité » (verset 18)!

Notes :

Verset 22.
• ὃ ἐὰν αἰτῶμεν - Quoi que ce soit que nous demandions: nous avons un libre accès en sa présence, notre demande s'accorde avec sa volonté et son désir (voir Jn 14,13; 15,7; 1Jn 5,15).

Verset 23.
• καθὼς ἔδωκεν ἐντολὴν ἡμῖν - selon la recommandation qu'il nous a donnée: sa volonté est exprimée par deux commandements: la foi dans le Christ, et l'amour mutuel.

Verset 24.
• ἐκ τοῦ Πνεύματος - par l'Esprit : l'Esprit suscite la foi (voir 1Jn 4,2) et l'amour (voir ci-dessus, v.23); il donne ainsi au croyant l'assurance de son appartenance à Dieu (1Jn 3,19).
____________________________________________________________________

• 1Jn 4,7-10.

En raison de son origine divine, l’amour fraternel dont il est ici question est le critère ultime de la connaissance intime de Dieu.

Traduction et notes :

Verset 7.
αγαπητοι αγαπωμεν αλληλους οτι η αγαπη εκ του θεου εστιν και πας ο αγαπων εκ του θεου γεγεννηται και γινωσκει τον θεον
Bien-aimés, aimons-nous l'un l'autre, car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
η αγαπη εκ του θεου εστιν -l'amour est de Dieu :Dieu est la source de tout amour véritable.

Verset 8.
ο μη αγαπων ουκ εγνω τον θεον οτι ο θεος αγαπη εστιν
Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
ο θεος αγαπη εστιν -Dieu est amour:Celui qui n'aime pas est donc en contradiction avec ce qui la nature même de Dieu .
L'amour fraternel dans la communauté est le reflet de l'amour divin qui existe au sein même de la Trinité.
Pour Jean, "Dieu est amour, Dieu est Esprit" (Jn 4,24) et "Dieu est lumière" (1,5).

Verset 9.
εν τουτω εφανερωθη η αγαπη του θεου εν ημιν οτι τον υιον αυτου τον μονογενη απεσταλκεν ο θεος εις τον κοσμον ινα ζησωμεν δι αυτου
En ceci a été manifesté l'amour de Dieu pour nous: Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui;
 
Verset 10.
εν τουτω εστιν η αγαπη ουχ οτι ημεις ηγαπησαμεν τον θεον αλλ οτι αυτος ηγαπησεν ημας και απεστειλεν τον υιον αυτου ιλασμον περι των αμαρτιων ημων
en ceci est l'amour: non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu'il envoya son Fils pour être la propitiation pour nos péchés.
ιλασμον περι των αμαρτιων ημων -la propitiation pour nos péchés : Voir 2,2.
Allusion aux sacrifices (d'animaux, en part. d'agneaux) expiatoires du PT (voir par ex. Ex 29,36-37; Lv 4,20).
Le Fils s'est offert - volontairement et par amour, en propitiation pour nos péchés.  

____________________________________________________________________

1Jn 4,11-16

Connaître le Dieu invisible, c’est croire en son amour infini, manifesté par l’envoi de son Fils comme Sauveur du monde.
La charité fraternelle est à la fois le signe et le gage de l’union à Dieu, de la communion avec l’Esprit qui unit le Père et le Fils.
____________________________________________________________________

1Jn 5, 1-6


Ce passage rappelle les conséquences et les exigences de la foi au Christ.
Une brève, mais riche variation en forme de contrepoint autour de quelques thèmes particulièrement chers à saint Jean : foi, amour de Dieu, filiation divine des croyants ; obéissance aux commandements ; victoire du Christ et des croyants sur l’esprit du monde ; don et témoignage de l’Esprit Saint.
Il faut lire et relire chaque affirmation et, au fur et à mesure qu’elle résonne, revenir aux précédentes – en évitant par-dessus tout de chercher à les schématiser : ce serait gravement réducteur !
_____________________________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint