Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


Les épîtres
non-pauliniennes


2. L'Épître de saint Jacques


1. Canonicité.
L'épître de Jacques ne fut reçue que progressivement dans l'Eglise.
Si sa canonicité ne semble pas avoir posé de problème en Égypte, où Origène la cite comme Écriture inspirée, Eusèbe de Césarée, au début du IVème siècle, reconnaît qu'elle est encore contestée par certains.
Dans les Églises de langue syriaque,  elle est introduite dans le Canon du Nouveau Testament au cours du IVème siècle.
En Afrique, elle est inconnue de Tertullien et de Cyprien; le catalogue de Mommsen (vers 360) ne la contient pas encore.
A Rome, elle ne figure pas dans le Canon de Muratori, attribué à saint Hippolyte (vers 200); si l'on a un temps pensé que cette épître avait été citée par saint Clément de Rome et par l'auteur du Pasteur d'Hermas, on reconnaît de plus en plus aujourd'hui que ces affinités s'expliquent par l'utilisation de sources communes, et par le fait que les auteurs devaient affronter des difficultés analogues (cf. infra).
Elle ne s'imposera dans l'ensemble des Églises d'Orient et d'Occident que vers la fin du IVème siècle.

2. L'auteur.
Quand les Églises acceptent la canonicité de cette épître, elles identifient communément son auteur avec Jacques "le Mineur", "frère du Seigneur", au rôle marquant dans la première communauté de Jérusalem dont il fut l'une des "colonnes", martyrisé en 62.

Il est distinct de Jacques, fils de Zébédée, qu'Hérode Agrippa Ier fit décapiter en 44. Il était le frère de Jean,  l'un des Douze, et l'un des quatre premiers appelés (avec son frère, ainsi que Simon-Pierre et André).

Mt 10,2sqq parle aussi de Jacques, fils d'Alphée.
L'un de ces "Jacques" est-il l'auteur de cette épître?  Ou encore une autre personne portant ce nom? ou se réclamant de celui-ci?
Si son auteur avait réellement été "le frère du Seigneur", considéré comme le premier évêque de Jérusalem, proche du Christ, personnage de tout premier plan, on comprend mal la difficulté que cette épître a eue pour s'imposer comme canonique.
D'autre part, elle a été rédigée directement en grec - avec toutes les qualités de la rhétorique hellénistique: élégance, richesse de vocabulaire, phrases très construites. Difficile d'imaginer ce style sous le calame d'un Galiléen... sinon avec l'aide d'un disciple hellénisant - mais rien ne permet d'étayer cette conjecture.
Enfin et surtout, comme on l'a vu plus haut, cette épître présente de nombreuses analogies avec des textes de la fin du Ier ou du début du IIème siècles - en particulier la première lettre de Clément de Rome et Le Pasteur d'Hermas.
En conséquence, de nombreux exégètes placent la composition de cette épître vers la fin du Ier siècle, voire le début du IIème.
Le caractère archaïque de sa christologie s'expliquerait alors, non par l'antiquité de sa rédaction,  mais parce qu'elle émanerait de milieux judéo-chrétiens héritiers de la pensée de Jacques,  frère de Jésus qui, repliés sur eux-mêmes (en particulier à cause des persécutions), seraient restés fermés aux développements de la théologie chrétienne primitive.

3. Le contenu.
L'épître de Jacques contient une série de directives pratiques adressées "ταις δωδεκα φυλαις ταις εν τη διασπορα- aux Douze tribus de la Diaspora" (1,1), c'est-à-dire très vraisemblablement à tous les chrétiens d'origine juive dispersés dans le monde hellénistico-romain.
Dans un langage vivant et énergique, aux images frappantes, l'auteur leur écrit pour dénoncer la façon dont ils se comportent tant dans leurs relations mutuelles que vis-à-vis des non-chrétiens.
Jacques évoque d'abord la sagesse: elle vient de Dieu, et doit lui être demandée avec une foi entière (1,2-8).
Après quoi les instructions concernent successivement
- la pauvreté et la richesse;
- les épreuves et les tentations;
- la vraie religion, qui doit se traduire par les actes (1,9-27).
L'auteur s'en prend ensuite vigoureusement à toute discrimination dans la communauté (2,1-13).
Puis il aborde ce qu'on peut considérer comme le thème fondamental de sa lettre: la relation entre la foi et les actes (2,14-26).
Dans un passage plein de comparaisons expressives, il dénonce ensuite les maux commis par la langue (3,1-12), et revient au thème de la véritable sagesse (3,13-18).
Il réprimande sévèrement les gens
- qui causent des disputes,
- qui sont amis du monde,
- qui s'arrogent le droit de juger leurs frères;
et il attaque les riches qui exploitent leurs employés (4,1 - 5,6).
Pour terminer, il recommande la patience, la prière persévérante, et l'entraide spirituelle (5,7-20).
L'exigence posée par cette sorte de lettre circulaire est donc claire: il ne suffit pas de croire théoriquement à la Bonne Nouvelle de Jésus; il faut que la foi s'exprime dans les comportements car "η πιστις χωρις εργων νεκρα εστιν - la foi sans les actes est morte" (2,26).
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

• Jc 1,17-18.21b-22.27

"Un don du ciel!" s'exclame-t-on lorsque survient un événement heureux et inespéré...
Un présent "du Père des lumières", dit la Lettre de saint Jacques en parlant de la "Parole de vérité" porteuse du Salut.
Mais il ne suffit pas de l'accueillir; il s'agit en effet d'une grâce, à faire fructifier en vie éternelle.
Autrement, la pratique religieuse est vaine, inefficace, mensongère et scandaleuse (Jc 1,26; 2,10.14).

Le contexte:

Après une brève salutation (v.1), Jacques entre directement dans le vif du sujet - sans la prière de reconnaissance habituelle chez Paul, mais avec une double introduction (vv.2-11 et 12-27).
Il y annonce notamment le thème de la richesse et de la pauvreté - qui sera très présent dans toute la lettre: la foi oblige le riche à un changement profond de mentalité (vv.9-11).
Puis, le passage de l'épreuve (extérieure) à la tentation (intérieure) lui servant de transition, il rappelle que Dieu n'est pas coupable du mal, qu'Il est lumière et que, loin de vouloir tenter (et donc de conduire à la mort), Il veut donner la vie par sa Parole de vérité (vv.12-18).
Cependant, pour que la Parole puisse produire l'effet voulu, elle ne doit pas seulement être écoutée, mais traduite en actes.
C'est donc de l'écoute attentive de la Parole, et de l'attachement à celle-ci, que naîtront les œuvres de "la religion authentique et pure", selon les mots de l'auteur.

Traduction et remarques:

Verset 17.
πᾶσα δόσις ἀγαθὴ καὶ πᾶν δώρημα τέλειον ἄνωθέν ἐστι καταβαῖνον ἀπὸ τοῦ πατρὸς τῶν φώτων, παρ᾿ ᾧ οὐκ ἔνι παραλλαγὴ ἢ τροπῆς ἀποσκίασμα.
Tout ce qui nous est donné de bon et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, en qui il n'y a pas de variation ou d'ombre de changement.
Nouvelle traduction liturgique : Les présents les meilleurs, les dons parfaits, proviennent tous d’en haut, ils descendent d’auprès du Père des lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses. 
• δώρημα τέλειον - don parfait Dans la vie chrétienne, tout est grâce, don de Dieu. C'est avec cette œuvre de Dieu qu'est inversé le processus de la mort décrit au v.15 ("la convoitise, ayant conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort").

Verset 18.
βουληθεὶς ἀπεκύησεν ἡμᾶς λόγῳ ἀληθείας εἰς τὸ εἶναι ἡμᾶς ἀπαρχήν τινα τῶν αὐτοῦ κτισμάτων.
De sa propre volonté, il nous a engendrés par la parole de la vérité, pour que nous soyons une sorte de prémices de ses créatures.
Nouvelle traduction liturgique :  Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures. 
• ἀπεκύησεν- il nous a engendrésCet engendrement est la réponse à celui de la mort (cf. supra) : il est l'œuvre de Dieu, effectuée par sa parole de vérité (cf. v.21; voir Ep 1,13; Col 1,5; comp. 1P 1,23-25).

Verset 21.
διὸ ἀποθέμενοι πᾶσαν ῥυπαρίαν καὶ περισσείαν κακίας ἐν πρᾳότητι δέξασθε τὸν ἔμφυτον λόγον τὸν δυνάμενον σῶσαι τὰς ψυχὰς ὑμῶν.
C'est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la parole qui a été plantée en vous, qui a la puissance de sauver vos âmes.
Nouvelle traduction liturgique (21b) :  Accueillez dans la douceur la Parole semée en vous ; c’est elle qui peut sauver vos âmes.

Verset 22.
Γίνεσθε δὲ ποιηταὶ λόγου καὶ μὴ μόνον ἀκροαταὶ παραλογιζόμενοι ἑαυτούς. 
Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements.
Nouvelle traduction liturgique :  Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion.

Verset 27.
θρησκεία καθαρὰ καὶ ἀμίαντος παρὰ τῷ Θεῷ καὶ πατρὶ αὕτη ἐστίν, ἐπισκέπτεσθαι ὀρφανοὺς καὶ χήρας ἐν τῇ θλίψει αὐτῶν, ἄσπιλον ἑαυτὸν τηρεῖν ἀπὸ τοῦ κόσμου.
Le service religieux pur et sans tache devant Dieu le Père, est celui-ci: de visiter les orphelins et les veuves dans leur affliction; de se conserver pur du monde.
Nouvelle traduction liturgique :  Devant Dieu notre Père, un comportement religieux pur et sans souillure, c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, et de se garder sans tache au milieu du monde. 
• ἐπισκέπτεσθαι ὀρφανοὺς καὶ χήρας- visiter les orphelins et les veuves, conformément à l'enseignement "de la Loi et des prophètes" (synthème néotestamentaire pour désigner la תנכ TaNaKh Bible hébraïque): voir par ex. Dt 14,29;24,17-22; Is 1,17; Jr 5,28; Ez 22,7; Za 7,10.
• ἀπὸ τοῦ κόσμου - du monde : Voir 1Jn 2,15. "Le monde" désigne ici les forces qui s'opposent à la volonté divine; conduites par le diable (= "le diviseur"), elles sont caractérisées par le péché. Ce monde du péché dont il faut se préserver est souvent opposé par les auteurs bibliques au monde à venir, au Royaume de Dieu. 
 
_______________________________________________________________________

• Jc 2,1-5

La manière dont se tiennent les réunions d'un groupe, la place reconnue aux uns et aux autres, révèlent en particulier le type de relations qui règnent entre les membres, leurs éventuelles inégalités ou - au contraire - le respect et la considération dont chacun est l'objet.
Il en va de même dans l'assemblée liturgique, image la plus visible de l'Eglise, où les différences de condition sociale ne doivent pas entrer en ligne de compte.
______________________________________________________________________

• Jc 2,14-18.

La question du rapport entre la foi et les œuvres s'est posée très tôt.
La lettre de Jacques ne la résout pas: elle répond simplement à ceux qui estiment que la foi sans les œuvres suffit pour être sauvé; Paul quant à lui (Rm 1,16 - 8,39) conteste ceux qui - à l'inverse - pensent devoir le salut à leurs seules bonnes actions.  

______________________________________________________________________

• Jc 3,16-4,3.

Comme la foi, la "sagesse qui vient de Dieu"
- se traduit en actes.
- Droiture, paix, tolérance, justice, miséricorde en sont les fruits.
- Elle s'oppose à la convoitise, source de tous les maux.
- La prière qu'elle inspire est exaucée, parce qu'elle demande les vrais biens.
"Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent" dit Jésus (Mt 6,24). Ils sont donc à plaindre, ceux qui ont des richesses, car, s'ils n'y prennent garde, cette possession risque de les "posséder" et de mettre en péril leur appartenance au Seigneur et leur avenir éternel.

Jésus n’a cessé de le dire, c’est du cœur que proviennent les pensées et les intentions qui inspirent et qualifient les actes. Mais il faut compter aussi avec le corps, maîtriser ses pulsions. On doit aussi lutter contre la séduction des idoles, dont l’une des plus dangereuses et des plus voraces est l’argent (cf. Mt 6,24) : ceux qui possèdent des richesses se trouvent spécialement en danger de se perdre…
Tout cela, Jésus l’a enseigné non seulement en paroles, mais en actes : accueillant à tous, il s’est fait pauvre jusqu’à se dépouiller de sa divinité (cf. Ph 2,6) pour nous enrichir de sa pauvreté…
______________________________________________________________________

• Jc 5,7-10

Entre la première venue du Seigneur et son dernier avènement, c'est le temps de l'espérance, pétrie de patience et de persévérance, qui rebondit sans cesse, jusqu'au plus profond de l'épreuve.

Tentation et épreuve (vv.7-11), sagesse et parole vraie (v.12), prière pour ceux qui passent par la pauvreté de la vie (vv.13-18): Jacques  - reprenant les trois thèmes principaux qui structurent sa lettre - invite ses lecteurs au courage, au respect de la vérité et des autres, et à la prière -signe de solidarité avec autrui. Car, à l'exemple de Job, des prophètes et d'Élie, nous sommes appelés à vivre notre vie devant Dieu, avec le souci, en particulier, de ceux qui s'éloignent de lui (vv.19-20).
  

Traduction et remarques:

Verset 7.
῎Μακροθυμήσατε οὖν, ἀδελφοί, ἕως τῆς παρουσίας τοῦ Κυρίου. ἰδοὺ ὁ γεωργὸς ἐκδέχεται τὸν τίμιον καρπὸν τῆς γῆς, μακροθυμῶν ἐπ᾿ αὐτῷ ἕως λάβῃ ὑετὸν πρώϊμον καὶ ὄψιμον·
Soyez donc patients, frères jusqu'à l'avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu'à ce qu'il ait reçu les pluies de la première et de l'arrière-saison.
• Μακροθυμήσατε - Soyez patients: Le verbe grec "μακροθυμέω makrothuméō" signifie litt. "ayez un coeur patient". Il est en effet construit sur les deux termes "μακρός makros - long" et "θυμός thumos - coeur, âme"; il a ainsi exactement la même étymologie que l'adjectif français "longanime" (= "dont le coeur est patient"), calqué lui sur le latin.
• ὑετὸν πρώϊμον καὶ ὄψιμον- les pluies de la première et de l'arrière-saison: Litt. "ὑετός huetos - une pluie; πρώΐμος proïmos - du matin -> de l'automne (la "première" saison de pluie, celle où on l'attend); καί kaï - et; ψιμος opsimos - tardive -> du printemps (la "dernière" période de pluie avant la sécheresse de l'été) -> "les pluies de l'automne et du printemps".

Verset 8.
μακροθυμήσατε καὶ ὑμεῖς, στηρίξατε τὰς καρδίας ὑμῶν, ὅτι ἡ παρουσία τοῦ Κυρίου ἤγγικε.
Vous aussi, soyez patients, affermissez vos cœurs, car l'avènement du Seigneur est proche.

Verset 9.
μὴ στενάζετε κατ᾿ ἀλλήλων, ἀδελφοί, ἵνα μὴ κριθῆτε· ἰδοὺ ὁ κριτὴς πρὸ τῶν θυρῶν ἕστηκεν.
Ne murmurez pas les uns contres les autres, frères, afin que vous ne soyez pas jugés: voici, le juge se tient devant la porte.

• μὴ στενάζετε κατ᾿ ἀλλήλων- Ne murmurez pas les uns contres les autres: Voir 2,8;4,11. La Loi invitait déjà à l'amour du prochain: "אהבת לרעך כמוך - Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Lv 19,18); ce commandement, qui était considéré comme un des fondements de celle-ci (associé à l'amour pour Dieu: voir Mt 22,34-40), a été largement repris dans le NT par Jésus et les apôtres (Rm 13,9; Ga 5,14 par ex.); Jacques invite ses lecteurs à interpréter toute la Loi du PT à la lumière du commandement d'amour.  

Verset 10.
ὑπόδειγμα λάβετε, ἀδελφοί μου, τῆς κακοπαθείας καὶ τῆς μακροθυμίας τοὺς προφήτας, οἳ ἐλάλησαν τῷ ὀνόματι Κυρίου.
Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

______________________________________________________________________
______________________________________________________________________

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint