Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven

Les Actes des Apôtres


(Ou "Gestes d’envoyés")


2. Chapitres 8-14
______________________________________________________

2. Chapitres 8-14

______________________________________________________

• Ac 8,5-8;14-17

La persécution a provoqué la dispersion d'une partie de la communauté chrétienne de Jérusalem (Ac 1,1-4).

- Philippe, l'un des Sept institués d'abord pour le service des tables (Ac 6,17), trouve refuge en Samarie, où il prêche l'Évangile en accomplissant des signes semblables à ceux de Jésus.

- Le baptême de Samaritains amène les apôtres Pierre et Jean à sortir eux aussi de Judée.

Un exemple d'attention aux signes des temps à retenir et à méditer!


Remarques:

Sur le Livre des Actes des Apôtres : voir à cette page.
Sur Ac 8,4-25:
La mort de celui qu’on nomme le «proto-martyr» (littéralement en grec : «le premier témoin»), Étienne, détermine désormais une farouche opposition entre les chefs du peuple et les disciples, et va avoir immédiatement des conséquences montrant la grâce à l’œuvre, même dans la contradiction.
Une brève introduction prévient, de façon assez neutre, que la persécution contre l’Église de Jérusalem qui suit la lapidation d’Étienne provoque sa dispersion.
Mais c’est pour mieux faire ressortir, dans la suite du chapitre, le caractère providentiel de cette dispersion qui permet à la Parole de grandir et de se répandre. Car le chapitre 8 présente une double anticipation de l’accomplissement des promesses messianiques concernant la réunification du peuple:
– les Samaritains accueillent la Parole et entrent dans le peuple nouveau (8,4-25)
– le lieu de la Présence de Dieu n’est plus limité au Temple mais devient tout être croyant (comme l’indiquera le baptême de l’eunuque éthiopien, 8,24-40).

L’évangélisation de la Samarie (8,4-25) forme un récit complexe qui mêle l’action de Philippe d’abord (8,4-13), puis de Pierre et Jean ensuite (8,14-25), à leurs démêlés avec Simon le magicien (8,9-11;13;18-24). 

Le baptême des Samaritains s’opère en effet en deux temps :
1.Philippe – qui est, comme Étienne, l’un des Sept institués en 6,5-6 – «proclame le Christ» (8,5) et accomplit des signes tels qu’ils se font baptiser d’un baptême de conversion, donné «au nom du Seigneur Jésus» (8,11;14).
2. Mais il revient à deux apôtres, Pierre et Jean, restés à Jérusalem (cf. 8,1c), de venir leur imposer les mains, afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint (8,15-17). Ainsi sont-ils pleinement intégrés au peuple nouveau : ce que Jésus, dans l’évangile de Jean, annonçait comme la moisson déjà mûre des Samaritains (Jn 4,35), est ici accompli.


Traduction et notes:

Verset 5.
Φίλιππος δὲ κατελθὼν εἰς πόλιν τῆς Σαμαρείας ἐκήρυσσεν αὐτοῖς τὸν Χριστόν.
Philippe, étant descendu dans une ville de la Samarie, leur prêcha le Christ.
• Φίλιππος - Philippe:
L'un des "Sept", Juifs hellénisants, choisis pour résoudre le problème de la distribution aux veuves (Ac 6,1-7 et notes à cette page).
Il est mentionné en 6,5; ici; puis en 8,40 alors qu'il se rend à Césarée, où on le retrouvera en 21,8.  
On le retrouve ici dans le rôle d'un évangéliste.
Or la seule occurrence du terme "εὐαγγελιστής euaggelistēs - évangéliste" dans les Ac se trouve précisément en 21,8, à son propos même si  correspond bien à son activité ici, ou encore en 8,12;35;40...
τῆς Σαμαρείας - de la Samarie:
Voir Ac 1,8 et note:
Luc y annonce le plan de son livre:
- témoins à Jérusalem: 1-7;
- témoins en Judée et en Samarie: 8-9;
- témoins jusqu'aux extrémités de la terre: 10-28.
Il annonce également l'un de ses principaux thèmes: le témoignage des apôtres, par la "puissance" du "Saint Esprit", en tous lieux.
Par ces paroles, Jésus distingue les trois groupes de l'humanité (Juifs, Samaritains, Goïm) qui auront besoin de la présence de Pierre pour que le Royaume leur soit ouvert (Ac 1,15; Mt 16,18).
 Sur la Samarie et les Samaritains, voir la carte sur Lc 9,52-53 à cette page; et Jn 4,1-42 et notes à cette page.
On sait qu'un contentieux règne entre Juifs et Samaritains:
1.Les Samaritains
- refusent aux pèlerins qui, de Galilée (au nord), se rendent à Jérusalem le droit de traverser leur territoire, ainsi que le passage inverse;
- ne reconnaissaient que la Torah' (le Pentateuque);
- et sont en outre en désaccord avec les Juifs sur la question du Temple;
2.Les Juifs (voir Lc 9,52-53) refusent de leur côté tout contact avec les Samaritains pour ne pas se rendre rituellement impurs.

Versets 6-8.
προσεῖχον δὲ οἱ ὄχλοι τοῖς λεγομένοις ὑπὸ τοῦ Φιλίππου ὁμοθυμαδὸν ἐν τῷ ἀκούειν αὐτοὺς καὶ βλέπειν τὰ σημεῖα ἃ ἐποίει.
πολλοὶ γὰρ τῶν ἐχόντων πνεύματα ἀκάθαρτα βοῶντα φωνῇ μεγάλῃ ἐξήρχοντο, πολλοὶ δὲ παραλελυμένοι καὶ χωλοὶ ἐθεραπεύθησαν,
καὶ ἐγένετο χαρὰ μεγάλη ἐν τῇ πόλει ἐκείνῃ.
Et les foules, d'un commun accord, étaient attentives aux choses que Philippe disait, l'entendant, et voyant les miracles qu'il faisait; car les esprits immondes, criant à haute voix, sortaient de plusieurs qui en étaient possédés; et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris; et il y eut une grande joie dans cette ville-là.

-------

Versets 14-15.
᾿Ακούσαντες δὲ οἱ ἐν ῾Ιεροσολύμοις ἀπόστολοι ὅτι δέδεκται ἡ Σαμάρεια τὸν λόγον τοῦ Θεοῦ, ἀπέστειλαν πρὸς αὐτοὺς τὸν Πέτρον καὶ ᾿Ιωάννην· 
οἵτινες καταβάντες προσηύξαντο περὶ αὐτῶν ὅπως λάβωσι Πνεῦμα ῞Αγιον·
Or les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, leur envoyèrent Pierre et Jean, lesquels, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint Esprit.
Verset 16.
οὐ γὰρ ἦν ἐπ᾿ οὐδενὶ αὐτῶν ἐπιπεπτωκός, μόνον δὲ βεβαπτισμένοι ὑπῆρχον εἰς τὸ ὄνομα τοῦ Κυρίου ᾿Ιησοῦ.
Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.
• ἐπ᾿ οὐδενὶ αὐτῶνsur aucun d'eux:
Selon certains exégètes, les Samaritains n'étaient pas, jusqu'alors, vraiment convertis - comme Simon et ses "adeptes" (vv.11;13); seuls les auraient frappés les miracles qu'ils assimilent à des actes de magie.
Selon d'autres exégètes (plus nombreux et plus crédibles), les Samaritains étaient "nés de nouveau", un peu à la manière des croyants du PT (voir le "baptême" donné par le Précurseur); mais l'Esprit de la Pentecôte (qui intègre dans le peuple de Dieu) va leur être donné dans un second temps.
La nécessité de la présence de Pierre (v.17) suggère qu'on assiste ici à l'une des ouvertures du Royaume, annoncées par Jésus lui-même (voir Ac 1,8; Mt 16,18 - et, plus haut, note sur le v.5)

Verset 17.
τότε ἐπετίθουν τὰς χεῖρας ἐπ᾿ αὐτούς, καὶ ἐλάμβανον Πνεῦμα ῞Αγιον.
Alors <Pierre et Jean> leur imposèrent les mains, et ils reçurent l'Esprit Saint.
•  ἐπετίθουν τὰς χεῖρας ἐπ᾿ αὐτούς - leur imposèrent les mains: Voir par ex. 6,6. Geste de consécration, que l'on trouve dès le PT (Dt 34,9).
______________________________________________________

Ac 9,26-31

Première rencontre de Paul avec des « colonnes de l’Église ».

Une communauté qui ne croit pas d’emblée que le farouche persécuteur d’hier a pu se convertir, ne l’admet dans son sein que sur la garantie d’un homme de confiance et de bon jugement ; des amis pour qui ce revirement est une trahison inacceptable : rien de bien original en tout cela ! C’est ce qui est arrivé à Paul…
Quand on a été un loup agressif à l’égard des disciples du Christ, il est en effet difficile de se présenter comme un agneau ! On est forcément soupçonné de venir espionner, ou pire encore… Pourtant Paul tient à rencontrer les « colonnes de l’Église », Pierre et Jacques (celui que l’on appelle « le frère de Jésus », le premier évêque de Jérusalem), Jean et les autres Apôtres – pour faire avaliser sa mission, reçue de Jésus lui-même.
Il restera une certaine distance entre Paul et les Douze.
Ne faut-il pas parler plutôt d’une certaine gêne ressentie par ceux qui sont majoritairement des artisans, face à un « intellectuel » ? N’oublions pas qu’il a été l’élève de Gamaliel l’Ancien, célèbre rabbin pharisien (Ac 22,3; celui-là même dont il est fait mention en Ac 5,34-39 : grâce à son intervention éclairée, le tribunal du Sanhédrin relâche les Apôtres).
Pierre, dans sa seconde Lettre le laisse entendre :
« 15. καθως και ο αγαπητος ημων αδελφος παυλος κατα την αυτω δοθεισαν σοφιαν εγραψεν υμιν - comme Paul notre frère bien-aimé vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée
16. ως και εν πασαις ταις επιστολαις λαλων εν αυταις περι τουτων εν οις εστιν δυσνοητα τινα - et comme il le fait dans toutes ses épîtres, quand il y parle de ces choses; parmi lesquelles il en est de difficiles à comprendre ».

Paul, d’ailleurs, n’hésitera pas à s’opposer à Pierre lorsqu’il s’agira de la liberté des croyants non-juifs à l’égard de la Loi de Moïse (Ga 2,1-14) ; et Pierre lui donnera finalement raison.
Paul s’est réjoui que Jacques, Pierre et Jean lui aient alors « donné la main en signe de communion ».
Plus tard, il tiendra à aider financièrement l’Église de Jérusalem.
Et ce qui est arrivé à Paul comporte un enseignement à retenir, pour aujourd'hui encore: charismes, révélations, manifestations divines privées sont reconnues authentiques après "discernement", sérieux examen, par un membre de l'Église compétent en la matière.  


Le contexte :

• Sur les Actes des Apôtres, voir à cette page.
• Sur Ac 9,1-43:
• La conversion de שׁאוּל shâ'ûlSaul (9,1-30) est l'un des événements les plus importants du livre.
Elle est d'ailleurs racontée à nouveau dans deux autres passages – chap.22 et 26.
Elle représente en effet un changement radical de direction – qui va conduire Saul de la persécution à la prédication.
L'action souveraine de Dieu accompagne le récit : lumière et voix, apparition (à Saul) et vision (par Ananias), guérison de Saul.
Mais l'événement est inhabituel dans la façon même dont le Seigneur intervient dans la vie dans la vie des hommes et de son Église (par ex. 9,33;40).
Car celui qui apparaît à Saul est le Seigneur ressuscité lui-même (9,3-5), ce n'est pas une simple vision (comme en 9,10, par ex.) – et Paul placera sur le même plan cette apparition du Ressuscité et celles des récits évangéliques (1Co 15,9). Il y discernera le fondement même de son apostolat (Ga 1,1;12;15-16).
Les réticences d'Ananias soulignent la réputation de Saul ; mais la transformation de ce dernier est nette : Paul reçoit l'Esprit, proclame que Jésus est le Fils de Dieu, et devient à son tour l'objet de la persécution de ses compatriotes.

• Pierre réapparaît en 9,31-43.
Ce passage de transition introduit une section plus longue dans laquelle Pierre occupera à nouveau le devant de la scène.
Un double miracle est effectué par son intermédiaire :
  • Énée (guérison très succinctement racontée) ;
  • Tabitha (résurrection plus détaillée)
se lèvent sur son ordre.


Traduction et notes :

Verset 26.
παραγενομενος δε ο σαυλος εις ιερουσαλημ επειρατο κολλασθαι τοις μαθηταις και παντες εφοβουντο αυτον μη πιστευοντες οτι εστιν μαθητης
Et Saul, étant arrivé à Jérusalem, cherchait à se joindre aux disciples; et tous le craignaient, ne croyant pas qu'il fût disciple;
• εις ιερουσαλημ  - à Jérusalem : Comp. Ga 1,18-21.

Verset 27.
βαρναβας δε επιλαβομενος αυτον ηγαγεν προς τους αποστολους και διηγησατο αυτοις πως εν τη οδω ειδεν τον κυριον και οτι ελαλησεν αυτω και πως εν δαμασκω επαρρησιασατο εν τω ονοματι του ιησου
mais Barnabas le prit et le mena aux apôtres, et leur raconta comment, sur le chemin, il avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment il avait parlé ouvertement à Damas, au nom de Jésus. 
βαρναβας Barnabas: Surnom - transcription du chaldéen (de בּרbar, fils; et נביא nebîy', prophète -> "Fils de prophète") en grec - que Luc, en Ac 4,36, explicite par "Fils de παρακλησις paraklēsis = exhortation, consolation, encouragement").
Ce qui lui a valu ce surnom, Joseph-Barnabas a joué un rôle important dans un certain nombre de situations délicates:
- on le découvre en Ac 4,36sqq: il vend son terrain, et apporte l'argent de la vente aux apôtres; or c'est un Lévite, et les champs des Lévites, dépendant de leurs villes, ne pouvaient être vendus (Lv 25,34): si Luc mentionne ses fonctions et cette vente, c'est pour indiquer qu'il est capable d'une certaine liberté par rapport à la Loi;
- ici, en 9,27, il conduit Paul, après sa conversion, auprès des apôtres à Jérusalem;
- en 11,22-23, il intervient dans l'Église d'Antioche de Syrie, où de nombreux non-Juifs se sont convertis;
- en 11,25-26, il va chercher Paul à Tarse pour qu'il collabore avec lui à Antioche;
- en 13-14, il accompagne l'apôtre dans son œuvre missionnaire en reconnaissant son rôle de "second";
- en 15,2;12, il s'oppose avec lui à l'hérésie judaïsante en prenant la défense des païens convertis.
Ses relations avec Paul connaîtront des moments de tension, ce qui entraînera la rupture; mais Paul fera néanmoins son éloge en 1Co 9,6. 

Verset 28.
και ην μετ αυτων εισπορευομενος και εκπορευομενος εν ιερουσαλημ και παρρησιαζομενος εν τω ονοματι του κυριου ιησου 
Et il était avec eux à Jérusalem, allant et venant, et parlant ouvertement au nom du Seigneur.

Verset 29.
ελαλει τε και συνεζητει προς τους ελληνιστας οι δε επεχειρουν αυτον ανελειν
Et il parlait et disputait avec les Hellénistes; mais ceux-ci tâchaient de le faire mourir.
• τους ελληνιστας les Hellénistes: C'est-à-dire les Juifs de culture grecque.

Verset 30.
επιγνοντες δε οι αδελφοι κατηγαγον αυτον εις καισαρειαν και εξαπεστειλαν αυτον εις ταρσον
Et les frères, l'ayant su, le menèrent à Césarée, et l'envoyèrent à Tarse.

Verset 31.
αι μεν ουν εκκλησιαι καθ ολης της ιουδαιας και γαλιλαιας και σαμαρειας ειχον ειρηνην οικοδομουμεναι και πορευομεναι τω φοβω του κυριου και τη παρακλησει του αγιου πνευματος επληθυνοντο
Les assemblées donc, par toute la Judée et la Galilée et la Samarie, étaient en paix, étant édifiées, et marchant dans la crainte du Seigneur; et elles croissaient par la consolation du Saint Esprit.
• αι [...] εκκλησιαι Les assemblées: Certaines traductions disent "l'Église"; le mot désigne ici l'ensemble des communautés chrétiennes des régions mentionnées.
τω φοβω του κυριου  - dans la crainte du Seigneur: Sur la "crainte" de Dieu, voir ici.
_____________________________________________________________________

• Ac 10,25-26;34-35;44-48

Saint Luc est, nous l’avons déjà vu, l’auteur d’une œuvre en deux parties: le IIIème évangile et les Actes des Apôtres. Le premier livret a été écrit pour que le lecteur « se rende bien compte de la solidité des enseignements reçus » (Lc 1,3-4). Le second, au-delà d’une simple chronique de l’Église apostolique, entend montrer comment la Bonne Nouvelle a été annoncée à Jérusalem d’abord, puis – sous l’impulsion du Saint-Esprit et des circonstances – dans le monde entier.

Cet élargissement de la mission aux « nations » a commencé avec ce qui s’est passé « à Césarée, chez Corneille, centurion de l’armée romaine ». Dans ce grand port romain sur la Méditerranée, en 35, la manifestation inattendue de l’Esprit Saint a fait comprendre à Pierre que « Dieu ne fait pas de différence entre les hommes » et que les païens aussi sont appelés à recevoir le baptême et le don de l’Esprit.

Il est vivement recommandé et intéressant de lire ce chapitre 10 dans son intégralité, et en particulier depuis son premier verset:c’est un tournant essentiel dans l’évangélisation.
_____________

• Ac 10,34-38

Les principales étapes du ministère messianique de Jésus, évoquées en un raccourci très dense, lors de la première annonce du "Sauveur de tous" faite à un "גּוי gôy - païen", auquel Pierre a donné le baptême.
_____________

• Ac 10,34a;37-43

Les œuvres de Jésus sont des faits avérés. Mais pour y voir des « signes » révélateurs de sa véritable identité, il faut une lumière d’en haut, transmise par les Écritures, la prédication d’un apôtre, le témoignage d’un croyant. En effet, ce n’est pas la chair et le sang qui révèlent cela, mais le Père qui est aux cieux (Mt 16,17). Les faits deviennent alors des articles du Credo. La résurrection du Christ, sommet du mystère de la foi, inaugure l’ère du Salut offert à tous les hommes. Quiconque croit au Christ reçoit dès à présent le pardon des péchés ; demain, le Seigneur vainqueur de la mort se manifestera comme « Juge des vivants et des morts ».
_____________

Remarques:

Sur le Livre des Actes des Apôtres : voir à cette page.
Sur Ac 10-11:
• Comme le souligne le déroulement du récit, c'est Dieu qui a dirigé toutes choses dans la rencontre entre Pierre et Corneille:
- un ange intervient auprès de Corneille (10,1-8);
- Pierre a une vision (vv.9-16);
- l'Esprit parle à l'apôtre (v.19),
- puis interrompt son discours en descendant sur les auditeurs de Pierre et en leur donnant de parler en différentes langues (vv.44-46).
On comprend donc que l'apôtre ait choisi de ne pas s'opposer à l'action de Dieu (vv.47;11,17)!
L'événement correspond à la troisième étape de l'ouverture du Royaume par Pierre (cf. Ac 1,8 et note à cette page; après l'annonce aux Juifs, puis aux Samaritains, vient le moment de l'annonce aux "גוים goïm - nations", i.e. aux non-Juifs/païens").
Cette étape sera périlleuse, comme le prouve la réaction des chrétiens juifs de Jérusalem (11,1-18).
Car elle impose de réinterpréter certaines données de la TaNaKh, ainsi que Dieu lui-même le montre à Pierre dans sa vision des animaux qu'il offre à manger à l'apôtre (10,10-16).
L'Église devra comprendre le rôle transitoire et pédagogique des lois de pureté du PT - qui séparaient Juifs (même christianisés) et non-Juifs, et que Jésus a permis de dépasser en assurant "le pardon des péchés" à "quiconque croit en lui" (10,43).
La tension que suscite la visite de Pierre à Corneille (11,2-3;18) annonce la crise de 15,1-5 concernant la circoncision.
À Antioche (11,19-30), les choses s'accélèrent, de nombreux גוים goïm - non-Juifs se tournent vers le Seigneur; on leur donne alors un nom: ce sont les partisans du Christ, les "chrétiens" (11,26).
Après le baptême dans l'Esprit de Corneille (10,44-45), c'est à la création de la première Église pagano-chrétienne (11,26) que l'on assiste - et cette fondation s'opère dans la solidarité avec l'Église de Judée (11,29-30).


Traduction et notes:

Verset 25.
ως δε εγενετο εισελθειν τον πετρον συναντησας αυτω ο κορνηλιος πεσων επι τους ποδας προσεκυνησεν
Et comme il arrivait que Pierre entrait, Corneille allant au-devant de lui se jeta à ses pieds et lui rendit hommage.

Verset 26.
ο δε πετρος αυτον ηγειρεν λεγων αναστηθι καγω αυτος ανθρωπος ειμι
Mais Pierre le releva, disant: Lève-toi; moi aussi je suis un homme.

-------

Verset 34.
ανοιξας δε πετρος το στομα ειπεν επ αληθειας καταλαμβανομαι οτι ουκ εστιν προσωποληπτης ο θεος
Et Pierre, ouvrant la bouche, dit: En vérité, je comprends que Dieu ne fait pas acception de personnes, 
• ουκ εστιν προσωποληπτης ο θεος - Dieu ne fait pas acception de personnes: Voir Dt 10,17 ("האל [...] אשׁר לא־ישׂא פנים - LXX: ὁ θεὸς [...] ὅστις οὐ θαυμάζει πρόσωπον - le Dieu [...] qui ne fait point acception de personnes"); comp. Lc 20,21: "οἴδαμεν ὅτι [...] οὐ λαμβάνεις πρόσωπον - nous savons que [...] tu ne fais point acception de personnes".

Verset 35.
αλλ εν παντι εθνει ο φοβουμενος αυτον και εργαζομενος δικαιοσυνην δεκτος αυτω εστιν
mais que, en toute nation, celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.
εν παντι εθνειen toute nation: Rappel: dans la LXX - et dans le NT, rédigé en grec - le terme "ἔθνος ethnos - nation" traduit l'hébreu "גּוי gôy - non-Juif". Donc "en toute nation" = "en n'importe quel peuple, <même> païen".
ο φοβουμενος αυτον - celui qui le craint: Rappel: "craindre" Dieu ne signifie pas avoir peur" de Lui, mais respecter ses Lois (voir ici).

Verset 36.
 τον λογον ον απεστειλεν τοις υιοις ισραηλ ευαγγελιζομενος ειρηνην δια ιησου χριστου ουτος εστιν παντων κυριος
Vous connaissez la parole qu'il a envoyée aux fils d'Israël, annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus Christ (lui est Seigneur de tous),
ειρηνην - la paix: Rappel: comme "שׁלום shâlôm" en hébreu, "εἰρήνη
eïrēnē
" ne désigne pas seulement l'absence de guerre, mais le bonheur d'une vie passée dans l'entente et l'harmonie - dans l'entente avec les hommes, mais surtout avec Dieu.
Comp. Lc 2
 
Verset 37.
υμεις οιδατε το γενομενον ρημα καθ ολης της ιουδαιας αρξαμενον απο της γαλιλαιας μετα το βαπτισμα ο εκηρυξεν ιωαννης
ce qui a été annoncé par toute la Judée, en commençant par la Galilée, après le baptême que Jean a prêché,
Pierre rend "témoignage" (vv.39;41) de l'histoire de Jésus, depuis le Baptême par Jean jusqu'à la Résurrection (vv.37-43; voir 1,21-22).

Verset 38.
ιησουν τον απο ναζαρεθ ως εχρισεν αυτον ο θεος πνευματι αγιω και δυναμει ος διηλθεν ευεργετων και ιωμενος παντας τους καταδυναστευομενους υπο του διαβολου οτι ο θεος ην μετ αυτου
<vous savez> comment Dieu a oint, du Saint Esprit et de la force, Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, parce que Dieu était avec lui.
Comp. Lc 4,1;14;18-19.
-------
 
Verset 44.
ετι λαλουντος του πετρου τα ρηματα ταυτα επεπεσεν το πνευμα το αγιον επι παντας τους ακουοντας τον λογον
Comme Pierre prononçait encore ces mots, l'Esprit Saint tomba sur tous ceux qui entendaient la parole.
επεπεσεν το πνευμα το αγιον - l'Esprit Saint tomba:
-Voir 2,1-4;8,17;11,15; et, ci-dessus, l'introduction aux chap.10-11.
En 11,15*, Pierre en relatant ces faits lie explicitement l'action de l'Esprit chez Corneille à l'effusion de l'Esprit lors de la Pentecôte (2,1-13), ce qui suggère qu'il discerne ici une nouvelle étape dans la formation du peuple de l'Esprit: après l'annonce aux Juifs, puis aux Samaritains, vient le moment de l'annonce aux "גוים goïm - εθνη ethnê - nations", i.e. aux non-Juifs, aux non-circoncis (voir le v. suivant), aux païens.
-Le verbe composé "ἐπι-πιπτω épi-piptō" implique une certaine force, presque la violence; ce qui renforce l'impression qui se dégage du contexte: Pierre est interrompu par l'irruption de l'Esprit - ce qui montre que, même lorsqu'il utilise les apôtres, Dieu garde la direction des événements.
 
Verset 45.
και εξεστησαν οι εκ περιτομης πιστοι οσοι συνηλθον τω πετρω οτι και επι τα εθνη η δωρεα του αγιου πνευματος εκκεχυται
Et les fidèles circoncis - tous ceux qui étaient venus avec Pierre - s'étonnèrent de ce que le don du Saint Esprit était répandu aussi sur les nations,

Verset 46.
ηκουον γαρ αυτων λαλουντων γλωσσαις και μεγαλυνοντων τον θεον
car ils les entendaient parler en langues et magnifier Dieu.
• λαλουντων γλωσσαις - parler en langues: Le "parler en langues" (langues non maternelles et non apprises "humainement") est un des dons de l'Esprit; voir par ex. 2,4;11.
 
Verset 47.
τοτε απεκριθη ο πετρος μητι το υδωρ κωλυσαι δυναται τις του μη βαπτισθηναι τουτους οιτινες το πνευμα το αγιον ελαβον καθως και ημεις
Alors Pierre répondit: Quelqu'un pourrait-il refuser l'eau, afin que ceux-ci ne soient pas baptisés, eux qui ont reçu l'Esprit Saint comme nous-mêmes?
μη βαπτισθηναι - ne soient pas baptisés: L'ordre entre baptême et descente de l'Esprit est l'inverse de celui de 8,16-17.
Dieu a "pris les devants" (voir ci-dessus, v. 44 et note) - comme pour convaincre Pierre et les Juifs chrétiens qui l'entourent que l'Esprit de Pentecôte - qui intègre au peuple, unique, de Dieu - est aussi pour les païens (voir 11,15;17*). 
 
Verset 48.
προσεταξεν τε αυτους βαπτισθηναι εν τω ονοματι του κυριου
τοτε ηρωτησαν αυτον επιμειναι ημερας τινας
Et il commanda qu'ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Alors ils le prièrent de demeurer là quelques jours.
επιμειναι ημερας τινας - demeurer là quelques jours: En signe de communion, de communauté fraternelle.

--------------
*11,15-17:
"Comme je commençais à parler, l'Esprit Saint tomba sur eux, comme aussi il est tombé sur nous au commencement.
Et je me souvins de la parole du Seigneur, comment il a dit: Jean a baptisé avec de l'eau, mais vous, vous serez baptisés de l'Esprit Saint.
Si donc Dieu leur a fait le même don qu'à nous qui avons cru au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour pouvoir l'interdire à Dieu?"

_____________

Tiré du Semainier Chrétien 2008-2009, P. René Berthier et Geneviève Le Hir, Ed. Diffusion Media Chrétien (sur "Le 'privilège' est mission", voir aussi à cette page) :

1.      Le Discours de Pierre chez Corneille.
-         Nous voyons ici à l’œuvre le processus d’ouverture de la communauté des judéo-chrétiens vers le monde païen. C’est Pierre qui fait faire ce pas décisif à ce qu’on appellera bientôt l’Eglise. Mais il est conduit par l’Esprit. Car Dieu ne fait rien sans les hommes.
-        Les apôtres ont su ouvrir leur communauté, prendre une voie tout à fait nouvelle, au risque de passer pour infidèles. Mais être fidèle à l’Eglise, ce n’est pas rester figé sur un statu quo, sur une interprétation de l’évangile bloquée dans des formes liées à un temps et à une culture donnés. L’Esprit est d’une liberté imprévisible !

2.      Le "privilège" est mission.
-        « Dieu ne fait pas de différence entre les hommes » : nul ne peut se prévaloir d’un quelconque favoritisme. Combien de siècles nous faudra-t-il, à nous chrétiens, pour l’admettre ? Et pour en faire autant ? Dieu ne peut pas se cantonner à une géographie. Il ne peut pas accorder sa prédilection à un peuple à l’exclusion des autres ; l’image du fumier sur lequel prospérerait le peuple élu a une valeur pédagogique – et doit être replacée dans son contexte culturel (le fumier a une grande valeur dans les civilisations agro-pastorales).
-        Le « privilège » du peuple juif comporte la charge de témoigner d’un Dieu qui veut faire alliance avec les hommes, d’un Dieu de liberté qui agit dans le monde. C’est – de l’avis même des Juifs – une charge plus qu’un privilège.
-        Le « privilège » du peuple chrétien comporte la charge de témoigner de Jésus, Dieu incarné dans l’humanité, Dieu fait homme. Mission risquée, même si elle est aussi pleine de joie.

3.       La grâce de Dieu : à part égale ? (dialogue imaginé)
" -         C’est quand même très difficile à admettre, cette affirmation de Pierre : « Dieu ne fait pas de différence entre les hommes ». J’aurais envie de dire qu’il donne à certains ses dons, mais à d’autres, pas grand’chose…
-         Il donne à tous sa grâce.
-         Cela veut dire quoi, sa grâce ? Le minimum vital spirituel ?
-         Non, la grâce de Dieu, c’est le don de Dieu, c’est l’Esprit Saint. Et l’Esprit Saint est présent en tout homme. Jésus a donné sa vie pour tous, pas pour quelques uns seulement. Dieu aime tous les hommes, il faut le croire.
-         Pas si facile… D’ailleurs, il y en a bien qui ont affirmé que Dieu n’accordait sa grâce qu’à un petit nombre.
-         Oui. C’est les jansénistes. Et on n’en a pas fini avec eux. Je trouve comme un regain de mentalité janséniste chez les intégristes d’aujourd’hui, bien prêts à se sentir, et eux seuls, parmi les élus…
-         Mais Jansenius ne l’avait pas inventée de toute pièce, cette idée de la prédestination !
-         Non, bien sûr. Il faudrait reprendre tout saint Augustin et tout saint Paul [pour te répondre]. Mais, pour faire simple, on peut dire que Dieu a prédestiné ses élus à être ses fils adoptifs.
-         Et les autres ? Si ce n’est pas faire une différence, ça !
-         Non, attends. Notre langage nous trahit : ce n’est qu’une manière de parler, une transposition dans l’espace et le temps d’une réalité, celle de Dieu, qui n’est pas soumise à ces catégories spatio-temporelles. En gros, le préfixe « pré- » est notre façon humaine de dire que l’initiative ne vient pas de l’homme, mais de Dieu. Comme l’a si bien affirmé saint Jean : « Aimons, puisqu’il nous a aimés le premier ».
-         Et comme il nous a tous aimés, si je t’ai bien suivi, nous sommes tous ses élus.
-         Oui. Nous sommes tous aimés de Dieu, et tout homme peut se laisser attirer par sa force d’amour."
______________________________________________________

• Ac 13,16-17;22-25

Jésus, issu de la descendance de David, est le Sauveur dont Jean Baptiste a préparé la venue et auquel il a rendu témoignage: un vigoureux résumé de l'Histoire sainte qu'il faut avoir présent à l'esprit au moment  de célébrer la Nativité de celui dont le nom signifie "Dieu sauve".

Sur ce passage:
Aux versets 13 à 15, on voit, entre autres:
- l'arrivée par bateau de Paul et de quelques compagnons de Paphos à Pergé, en Pamphylie;
- de là, leur route vers le nord jusqu'à Antioche de Pisidie (à ne pas confondre avec Antioche, en Syrie, à l'est sur la caarte);
- à leur arrivée, comme tous les judéo-chrétiens, ils se rendent à la synagogue pour y célébrer le Shabbat. Cette célébration suit le rite habituel (voir à cette page): on lit "la Loi et les Prophètes", c'est à dire le  passage hebdomadaire (paracha ou sidra) de la Loi Tora', puis un passage des Prophètes Néviim. Ces quelques chapitres sont en général l'occasion du commentaire rabbinique ou de l'étude de l'après-midi;et l'on fait alors à ces nouveaux arrivants l'honneur de leur donner la parole: "ἄνδρες ἀδελφοί, εἴ ἐστι λόγος ἐν ὑμῖν παρακλήσεως πρὸς τὸν λαόν λέγετε- Hommes frères, si vous avez quelque exhortation à adresser au peuple, parlez."(v.15b)

Verset 16.
οἱ φοβούμενοι τὸν Θεόν - vous qui craignez Dieu: littéralement "les craignant-Dieu"; en hébreu, "craindre Dieu" signifie, nous l'avons vu fort souvent, siginifie en fait "respecter Dieu et sa Tora' d'Amour",  le "craindre" comme un enfant respecte ses parents et les conseils aimants qu'ils lui donnent. Cette locution peut donc s'appliquer en premier lieu au peuple fidèle.
Mais cette expression peut aussi selon le contexte - et c'est ici le cas (puisque Paul précise bien: "ἄνδρες ᾿Ισραηλῖται καὶ οἱ φοβούμενοι τὸν Θεόν - Hommes Israélites, et vous qui craignez Dieu") - désigner les non-Juifs, les goïm ("païens", "nations"), sympathisants de la Foi juive et qui assistent régulièrement au culte synagogal.

Verset 17.
ὁ Θεὸς τοῦ λαοῦ τούτου ᾿Ισραὴλ ἐξελέξατο τοὺς πατέρας ἡμῶν - Le Dieu de ce peuple d'Israël a choisi nos pères: Paul a conscience d'appartenir au peuple que Dieu s'est choisi; voir la page "Juifs et Goïm selon saint Paul".
ἐν γῇ Αἰγύπτῳ - au pays d'Égypte: contrairement à Etienne (cf. Ac 7,20-45), Paul ne mentionne pas Moïse.

Verset 22.
εὗρον Δαυῒδ τὸν τοῦ ᾿Ιεσσαί, ἄνδρα κατὰ τὴν καρδίαν μου - J'ai trouvé David, fils de Jessé et homme selon mon cœur: voir commentaire de Ps 89,20-21, et en particulier 1S 16; voir aussi:
בקשׁ יהוה לו אישׁ כלבבו ויצוהו יהוה לנגיד על־עמו
YHWH s'est choisi un homme selon son coeur, et YHWH l'a destiné à être le chef de son peuple (1S 13,14; LXX: ζητήσει κύριος ἑαυτῷ ἄνθρωπον κατὰ τὴν καρδίαν αὐτοῦ, καὶ ἐντελεῖται κύριος αὐτῷ εἰς ἄρχοντα ἐπὶ τὸν λαὸν αὐτοῦ)
לעשׂות־רצונך אלהי חפצתי
Je veux faire ta volonté, mon Dieu! (Ps 40,9; LXX: τοῦ ποιῆσαι τὸ θέλημά σου, ὁ θεός μου, ἐβουλήθην)
כל־חפצי ישׁלם
il accomplira toute ma volonté (Is 44,28; LXX: Πάντα τὰ θελήματά μου ποιήσει).

Verset 24.
βάπτισμα μετανοίας - le baptême de repentance: voir Lc 3,3: "βάπτισμα μετανοίας εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν - le baptême de repentance, pour la rémission des péchés".

<- La vocation du Précurseur - Fresque (Xème siècle) de l'Ancienne église de Tokahkilise (Cappadoce)

Verset 25.
ἔρχεται μετ᾿ ἐμὲ οὗ οὐκ εἰμὶ ἄξιος τὸ ὑπόδημα τῶν ποδῶν λῦσαι - après moi vient celui des pieds duquel je ne suis pas digne de délier les souliers: voir Mt 3,11 // Lc 3,16 et Jn 1,19-27.

______________________________________________________

• Ac 13,14;43-52.

Antioche de Pisidie (actuellement Yalvaç, en Turquie; voir la carte ci-dessus): une communauté juive importante, mais sans doute de tendance traditionaliste, repousse Paul et Barnabas, parvenant même à les faire expulser du territoire.
Les apôtres se tournent alors vers les païens, qui accueillent avec joie la Bonne Nouvelle de leur appel au salut.
C'est à partir de ce moment-là, selon le témoignage de l'auteur des Actes, que l'Évangile est annoncé à tous sans distinction. Bientôt, le "concile de Jérusalem" (Ac 15,1-35) décrétera la légitimité de cet universalisme, et reconnaîtra Paul comme "l'Apôtre des Gentils" (= des goïm, des "païens", des non-Juifs) choisi par Dieu.

Le contexte:
Sur Ac 13,1 - 14,28:
• Paul et Barnabas, premiers missionnaires envoyés par l'Église d'Antioche (de Syrie), partent annoncer l'Évangile dans le monde païen.
Sous l'impulsion du Saint Esprit, ils sont mis à part par l'Église dans ce but (13,1-5).
- Ils commencent par se rendre à Chypre (13,6-12), île d'où Barnabas était originaire. Conformément à une stratégie qui s'enracine dans le plan de Dieu, Paul et Barnabas s'adressent en premier lieu aux Juifs, puis cherchent le contact avec les non-Juifs (13,6-7;46-48; 14,1). L'opposition se manifeste en la personne d'Elymas le magicien (comp. 8,9-24).
- A Antioche de Pisidie (13,13-52), Paul fait dans la synagogue un discours (vv.16-41) qui donne une idée de sa prédication aux Juifs. Il y développe des thèmes très proches de ceux des prédications de Pierre (Ac 2-3).
- A Lystres (14,15-17) en revanche Paul s'adresse à des païens (voir 17,16-34); son discours souligne, contre les idoles, la réalité du Dieu unique et Créateur, qui - jour après jour - prend soin de ses créatures.
Dans chacune des villes qu'ils visitent, Paul et Barnabas ont affaire à l'opposition des Juifs (13,50; 14,2;5;19;22); cependant, malgré leur hostilité, les deux "apôtres" (14,4;14) retournent dans les communautés qu'ils ont créées pour fortifier les croyants et consolider le travail accompli (14,21-25), puis reviennent à Antioche de Syrie, dans l'Eglise qui jouera pour Paul, tout au long de son ministère, le rôle de base missionnaire.

Traduction et notes:

Verset 14.
αὐτοὶ δὲ διελθόντες ἀπὸ τῆς Πέργης παρεγένοντο εἰς ᾿Αντιόχειαν τῆς Πισιδίας, καὶ εἰσελθόντες εἰς τὴν συναγωγὴν τῇ ἡμέρᾳ τῶν σαββάτων ἐκάθισαν.
De Pergé ils poursuivirent leur route, et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Étant entrés dans la synagogue le jour du sabbat, ils s'assirent. 

Verset 43.
λυθείσης δὲ τῆς συναγωγῆς, ἠκολούθησαν πολλοὶ τῶν ᾿Ιουδαίων καὶ τῶν σεβομένων προσηλύτων τῷ Παύλῳ καὶ τῷ Βαρνάβᾳ, οἵτινες προσλαλοῦντες αὐτοῖς ἔπειθον αὐτοὺς προσμένειν τῇ χάριτι τοῦ Θεοῦ. 
et, à l'issue de l'assemblée, beaucoup de Juifs et de prosélytes pieux suivirent Paul et Barnabas, qui s'entretinrent avec eux, et les exhortèrent à rester attachés à la grâce de Dieu.
τῶν σεβομένων προσηλύτων - de prosélytes pieux: Normalement, cette expression désignait les païens convertis au Judaïsme et ayant en particulier adopté la circoncision; mais ici il pourrait s'agir d'un groupe beaucoup plus large (voir 13,16 - et note sur ce verset, plus haut).

Verset 44.
Τῷ δὲ ἐρχομένῳ σαββάτῳ σχεδὸν πᾶσα ἡ πόλις συνήχθη ἀκοῦσαι τὸν λόγον τοῦ Θεοῦ.
Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole de Dieu.

Verset 45.
ἰδόντες δὲ οἱ ᾿Ιουδαῖοι τοὺς ὄχλους ἐπλήσθησαν ζήλου καὶ ἀντέλεγον τοῖς ὑπὸ τοῦ Παύλου λεγομένοις ἀντιλέγοντες καὶ βλασφημοῦντες.
Les Juifs, voyant la foule, furent remplis de jalousie, et ils s'opposaient à ce que disait Paul, en le contredisant et en l'injuriant.

Verset 46.
παρρησιασάμενοι δὲ ὁ Παῦλος καὶ ὁ Βαρναβᾶς εἶπον· ὑμῖν ἦν ἀναγκαῖον πρῶτον λαληθῆναι τὸν λόγον τοῦ Θεοῦ· ἐπειδὴ δὲ ἀπωθεῖσθε αὐτὸν καὶ οὐκ ἀξίους κρίνετε ἑαυτοὺς τῆς αἰωνίου ζωῆς, ἰδοὺ στρεφόμεθα εἰς τὰ ἔθνη.
Paul et Barnabas leur dirent avec assurance: C'est à vous premièrement que la parole de Dieu devait être annoncée; mais, puisque vous la repoussez, et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, voici, nous nous tournons vers les païens. 
πρῶτον - premièrement: Voir 3,26; 13,5. Paul utilisera régulièrement cette approche: s'adresser d'abord aux Juifs (13,14;14,1; 17,1;10;17; 18,4;19; 19,8); voir Rm 1,16.

Verset 47.
οὕτω γὰρ ἐντέταλται ἡμῖν ὁ Κύριος· τέθεικά σε εἰς φῶς ἐθνῶν τοῦ εἶναί σε εἰς σωτηρίαν ἕως ἐσχάτου τῆς γῆς.
Car ainsi nous l'a ordonné le Seigneur:
Je t'ai établi pour être la lumière des nations,
Pour porter le salut jusqu'aux extrémités de la terre
τέθεικά σε εἰς φῶς ἐθνῶν τοῦ εἶναί σε εἰς σωτηρίαν ἕως ἐσχάτου τῆς γῆς - Je t'ai établi pour être la lumière des nations, Pour porter le salut jusqu'aux extrémités de la terre: Is 49,6d.e:
ונתתיך לאור גוים להיות ישׁועתי עד־קצה הארץ׃
LXX: ἰδοὺ τέθεικά σε εἰς διαθήκην γένους εἰς φῶς ἐθνῶν τοῦ εἶναί σε εἰς σωτηρίαν ἕως ἐσχάτου τῆς γῆς.
Vulgate: dedi te in lucem gentium ut sis salus mea usque ad extremum terrae.
Paul et Barnabas interprètent leur ministère à la lumière de la mission du Serviteur de YHWH-l'Éternel. Ils vont être les hérauts des hauts faits du Serviteur (voir aussi Is 53,1 cité en Rm 10, 16), prolongeant par leur ministère celui du Serviteur. Telle est en fait la fonction des apôtres qui ont eu la charge d'annoncer et d'expliquer l'œuvre du Serviteur.  

Verset 48.
ἀκούοντα δὲ τὰ ἔθνη ἔχαιρον καὶ ἐδόξαζον τὸν λόγον τοῦ Κυρίου, καὶ ἐπίστευσαν ὅσοι ἦσαν τεταγμένοι εἰς ζωὴν αἰώνιον·
Les païens se réjouissaient en entendant cela, ils glorifiaient la parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent.

Verset 49.
διεφέρετο δὲ ὁ λόγος τοῦ Κυρίου δι᾿ ὅλης τῆς χώρας. 
La parole du Seigneur se répandait dans tout le pays.

Verset 50.
οἱ δὲ ᾿Ιουδαῖοι παρώτρυναν τὰς σεβομένας γυναῖκας καὶ τὰς εὐσχήμονας καὶ τοὺς πρώτους τῆς πόλεως καὶ ἐπήγειραν διωγμὸν ἐπὶ τὸν Παῦλον καὶ τὸν Βαρνάβαν, καὶ ἐξέβαλον αὐτοὺς ἀπὸ τῶν ὁρίων αὐτῶν. 
Mais les Juifs excitèrent les femmes dévotes de distinction et les principaux de la ville; ils provoquèrent une persécution contre Paul et Barnabas, et ils les chassèrent de leur territoire.
τὰς σεβομένας - dévotes: Voir v.43 et note.
• διωγμὸν une persécution: Voir 14,2;5;19;22.

Verset 51.
οἱ δὲ ἐκτιναξάμενοι τὸν κονιορτὸν τῶν ποδῶν αὐτῶν ἐπ᾿ αὐτοὺς ἦλθον εἰς ᾿Ικόνιον.
Paul et Barnabas secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds, et allèrent à Iconium.
• ἐκτιναξάμενοι τὸν κονιορτὸν τῶν ποδῶν αὐτῶν ἐπ᾿ αὐτοὺς secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds: En revenant d'un voyage en territoire païen, les Juifs avaient coutume de secouer de leurs pieds la poussière de ces terres pour signifier qu'ils ne gardaient rien de commun avec les païens. En Mt 10,14, Jésus demande aux disciples d'accomplir ce même geste vis-à-vis de certains de leurs concitoyens, donc de les considérer comme des païens.
• εἰς ᾿Ικόνιονà Iconium: Voir la carte ci-dessus.

Verset 52.
οἵ δὲ μαθηταὶ ἐπληροῦντο χαρᾶς καὶ Πνεύματος ῾Αγίου. 
tandis que les disciples étaient remplis de joie et du Saint Esprit.
______________________________________________________
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint