Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven



 חיים - Kh'ayyîm
______________________________________________________________

Grec (LXX): βίος - bios; ζωή - dzōē
Latin (Vulgate): vita

______________________________________________________________

Fréquence d'emploi dans le Premier Testament: 147 occurrences, dont:
- Proverbes: 33
- Psaumes: 26
- Genèse: 20
______________________________________________________________

Étymologie: Le substantif חיים dérive du verbe-racine חיה kh'âyâh; l'ensemble des dérivés de cette racine compte environ 800 occurrences, dont:
- 282 pour le verbe חיה, "être", au sens fort de "vivre" (rappel: le verbe-copule - i.e. servant à lier un terme et son attribut - français n'est pas exprimé en hébreu);
- 112 pour le substantif féminin חיה kh'âyâh, "animal";
- 252 pour l'adjectif חי kh'ay / חיה kh'âyeh, "vivant";
- 147 pour le substantif חיי kh'âyay, au pluriel חיים kh'âyyîm, "vie".
C'est ce dernier terme que nous allons étudier ici, en l'éclairant au besoin par d'autres mots de la même famille.
______________________________________________________________
______________________________________________________________

Valeurs et sens:


Valeurs:

Le mot חיים est un concept-clef de la littérature sapientiale - puisqu'elle revendique - avec Pr, Jb et Qo - un tiers de ses 147 occurrences.
On a pu ainsi écrire (par ex. R.E. Murphy, en 1966) que le terme חיים est au cœur du kérygme des sages - dont le souci premier est
- tantôt d'observer toutes les facettes de la vie, et d'en chercher le sens,
- tantôt d'en exposer, voire en dénoncer le non-sens.
Certains emplois du mot dans les Ps s'alignent également sur cette tradition des sages; par ex. "תודיעני ארח חיים - Tu me feras connaître le chemin de la vie" (Ps 16,11); ou "מי־האישׁ החפץ חיים - Qui est l'homme qui aime la vie?" (Ps 34,13).


Vie biologique:

Le mot חיים désigne avant tout la vie organique, physique - animale et humaine.

Dans le récit du déluge, l'expression "כל־בשׂר אשׁר־בו רוח חיים - toute chair en laquelle il y a souffle de vie" (Gn 6,17;7,11;15;22) désigne l'ensemble des êtres vivants, hommes et animaux, qui peuplent la terre.

- Vie animale:
Pris collectivement, le substantif חיה désigne l'ensemble des animaux (Gn 1,24;25;28), y compris "les poissons de la mer et les oiseaux des cieux" (Gn 1,26)->

- Vie humaine: 
L'être humain occupe une place à part dans le cycle de la vie, puisque c'est Dieu lui-même qui lui transmet "נשׁמת חיים une respiration de vie" (Gn 2,7).
L'intérêt des auteurs bibliques pour le cycle de la vie humaine se traduit notamment par la consignation des généalogies; dans les seuls chap. 5 et 11 de la Gn, on trouve le verbe חיה plus d'une trentaine de fois.
Dans ce même livre de la Gn, le mot חיי apparaît dans des notices qui résument la carrière terrestre des matriarches et des patriarches ou de leur descendance:
Sara: "ויהיו חיי שׂרה מאה שׁנה ועשׂרים שׁנה ושׁבע שׁנים שׁני חיי שׂרה׃ - Et la vie de Sara fut de cent vingt-sept ans: ce sont là les années de la vie de Sara." (Gn 23,1);
Abraham: "ואלה ימי שׁני־חיי אברהם אשׁר־חי מאת שׁנה ושׁבעים שׁנה וחמשׁ שׁנים׃ - Et ce sont ici les jours des années de la vie d'Abraham, qu'il vécut: cent soixante-quinze ans." (Gn 25,7);
Ismaël: "ואלה שׁני חיי ישׁמעאל מאת שׁנה ושׁלשׁים שׁנה ושׁבע שׁנים - Et ce sont ici les années de la vie d'Ismaël: cent trente-sept ans." (Gn 25,17a);
Jacob:
ויאמר פרעה אל־יעקב כמה ימי שׁני חייך׃"
  ויאמר יעקב אל־פרעה ימי שׁני מגורי שׁלשׁים ומאת שׁנה מעט ורעים היו ימי שׁני חיי ולא השׂיגו את־ימי שׁני חיי אבתי בימי מגוריהם׃
 ויחי יעקב בארץ מצרים שׁבע עשׂרה שׁנה ויהי ימי־יעקב שׁני חייו שׁבע שׁנים וארבעים ומאת שׁנה׃
- Et le Pharaon dit à Jacob: Combien sont les jours des années de ta vie? Et Jacob dit au Pharaon: Les jours des années de mon séjour sont cent trente ans; les jours des années de ma vie ont été courts et mauvais, et ils n'ont pas atteint les jours des années de la vie de mes pères, dans les jours de leur séjour [...] Et Jacob vécut dans le pays d'Égypte dix-sept ans; et les jours de Jacob, les années de sa vie, furent cent quarante-sept ans." (Gn 47,8-9;28).

La vie y est alors appréciée surtout en fonction de sa longévité.  


Santé et bien-être:

Si la longévité est encore très appréciée dans la sagesse populaire (Pr 3,2;9,11), les sages ne manquent pas de rappeler que la vie ne se réduit pas au simple fait d'exister:
בני לדברי הקשׁיבה לאמרי הט־אזנך׃"
 כי־חיים הם למצאיהם ולכל־בשׂרו מרפא׃
מכל־משׁמר נצר לבך כי־ממנו תוצאות חיים׃
- Mon fils, sois attentif à mes paroles, incline ton oreille à mes discours; car ils sont la vie de ceux qui les trouvent, et la santé de toute leur chair.
Garde ton coeur plus que tout ce que l'on garde, car de lui dépendent les limites de la vie." (Pr 4,20;22-23); voir aussi Pr 13,12;14,30.

Il n'est pas rare, d'ailleurs, que le verbe חיה ("vivre") soit employé pour signifier "guérir", "recouvrer la santé" (Nb 21,8-9; Jos 5,8; Jg 15,19; 2R 20,1-7).


Les pendentifs "חי" sont considérés
comme des porte-bonheur.










La vie qui est valorisée et désirée, c'est celle qui permet de s'accomplir pleinement, et de goûter au bonheur (Ps 34,13;15; Pr 3,17-18).



Vie et sagesse:

Dans les écrits de sagesse, la vie est objet de choix et de discipline:
"ארח לחיים שׁומר מוסר - Garder la discipline, c'est le sentier qui mène à la vie" (Pr 10,17);
"כן־צדקה לחיים ומרדף רעה למותו׃ - Comme la justice tend à la vie, celui qui poursuit le mal tend à sa mort." (Pr 11,19);
"בארח־צדקה חיים ודרך נתיבה אל־מות׃ - La vie est dans le sentier de a justice, et il n'y a pas de mort dans le chemin qu'elle trace." (Pr 12,28).
On retrouve ici le thème des "deux voies": tous sont appelés à choisir et à façonner eux-mêmes leur vie, leur destinée: par l'exercice de la צדקה - la justice, on trouve le bonheur et la vie; par l'injustice, le malheur et la mort:
ראה נתתי לפניך היום את־החייםואת־הטוב ואת־המות ואת־הרע׃"
 בחרת בחיים למען תחיה אתה וזרעך׃
- Regarde, j'ai mis aujourd'hui devant toi la vie et le bonheur, et la mort et le malheur [...] Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité." (Dt 30,15;19b).

Ainsi, la sagesse devient, pour qui sait l'accueillir et se mettre à son école:
"ארח חיים chemin de vie" (cf. Pr 5,6;10,17;12,28);
"מקור חיים source/fontaine de vie" (cf. Pr 10,11;13,14;16,22);
"עץ חיים arbre de vie" (cf. Pr 3,18;8,35;11,30;13,12).


La vie au risque de la mort:

L'appréciation que les auteurs et les personnages bibliques ont de la vie n'a rien d'un regard naïf. Ils ont aussi su prendre en compte le caractère tragique de la condition humaine, aux prises avec l'inéluctabilité de la mort.

Ainsi le personnage que l' "Ecclésiaste" fait s'exprimer (voir, à cette page, les notes sur le Livre, son auteur et sa pensée) n'a pas peur d'affirmer:
ושׂנאתי את־החיים כי רע עלי המעשׂה שׁנעשׂה תחת השׁמשׁ כי־הכל הבל ורעות רוח׃"
- Et j'ai haï la vie, parce que ce qui se fait sous le soleil m'a déplu - car tout est vanité et poursuite du vent." (Qo 2,17).

Job n'avait pas été moins cinglant dans son jugement sur la vie humaine, qui comprend plus que son lot de souffrances:
 נקטה נפשׁי בחיי אעזבה עלי שׂיחי אדברה במר נפשׁי׃"
- Mon âme est dégoûtée de ma vie; je laisserai libre cours à ma plainte, je parlerai dans l'amertume de mon âme." (Jb 10,1);
 למה יתן לעמל אור וחיים למרי נפשׁ׃"
המחכים למות ואיננו
- Pourquoi la lumière est-elle donnée à celui qui peine? et la vie à ceux qui ont l'amertume dans l'âme, à ceux qui attendent la mort, et elle n'est pas là?" (Jb 3,20-21a).

Quant au roi Ézéchias, il se remémore ainsi ses interrogations lors de la maladie qui avait failli l'emporter, ses sentiments alors qu'il était confronté à une mort imminente:
 אני אמרתי בדמי ימי אלכה בשׁערי שׁאול פקדתי יתר שׁנותי׃"
- Moi, je disais: Au midi de mes jours j'irai dans les portes du shéol; je serai privé du reste de mes années..." (Is 38,10).
 
En effet, existe-t-il une issue au-delà de l'horizon terrestre de la vie?
Les auteurs bibliques ne semblent pas avoir résolu l'énigme. Mais leur conception de la vie, leur attachement à la vie présente, leur a sans doute permis de pressentir le mystère d'un Dieu qui, lui aussi, reste profondément attaché à la vie des siens
 יהוה ממית ומחיה מוריד שׁאול ויעל׃"
- YHWH-l'Éternel fait mourir et fait vivre; il fait descendre au shéol et en fait monter." (1S 2,6);
 אני אמית ואחיה"
- Moi, je tue, et moi, je fais vivre" (Dt 32,39b);
  לכו ונשׁובה אל־יהוה כי הוא טרף וירפאנו יך ויחבשׁנו׃"
יחינו מימים ביום השׁלישׁי יקמנו ונחיה לפניו׃
- Venez, retournons à YHWH-l'Éternel, car il a déchiré, mais il nous guérira; il a frappé, mais il bandera nos plaies. Dans deux jours, il nous fera vivre; au troisième jour, il nous mettra debout, et nous vivrons devant sa face." (Os 6,1-2).


Ce superbe Talit porte en broderies la Ménorah, le Maguèn David (l'Etoile à six branches), des grenades (symbole de prospérité) et le mot "חי".
______________________________________________________________


Assistant de création de site fourni par  Vistaprint