Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven
בּרא -Bara'
______________________________________________________________

Grec (LXX):κτίζω - ktizô /ποιέω- poieô
Latin (Vulgate):creare
______________________________________________________________

Fréquence d'emploi dans le Premier Testament: 49 occurrences, dont:
- Isaïe: 21
- Genèse: 11
- Psaumes: 6

Les 49 emplois du verbe dans la Bible présentent la particularité d'avoir toujours Dieu comme sujet.
Autrement dit, ce verbe est le terme technique exprimant la spécificité de l'œuvre divine de création, son caractère incomparable et inimitable.
______________________________________________________________

Etymologie: La racine בּרא n'est pas attestée dans les langues sémitiques anciennes, à part l'hébreu.
Pour le sens, elle correspond à l'akkadien (voir à cette page) banû, créer, bâtir, pourtant plutôt représenté en hébreu par le verbe de même racine בּנה bânâh (habituellement employé au sens de bâtir - mais, avec Dieu pour sujet, également au sens de créer: Gn 2,22; Am 9,6). En hébreu, le sens premier pourrait être couper, séparer (voir Jos 17,15;18; Ez 21,24;23,47): l'acte de création est en effet très souvent assimilé, dans les cosmogonies proche-orientales anciennes (voir les pages sur ce thème: cette page et les suivantes) à un acte de séparation d'un élément identifié d'un "magma" informe.
______________________________________________________________

Répartition:
Le verbe est employé surtout dans des textes reconnus comme postexiliques (20 fois en Is 40-66; 3 fois chez Ezéchiel; 1 fois chez le Qohélet - Ecclésiaste).
Les 11 attestations du verbe en Gn 1-6 relèvent de la tradition sacerdotale (voir à cette page), et ne sauraient dater d'avant l'exil. Les deux emplois les plus anciens seraient Ex 54,10 et Nb 16,30 (textes yahvistes - voir à cette page), tous deux ayant trait à une intervention retentissante de Dieu dans l'histoire du Salut.
______________________________________________________________

Traductions:
La LXX n'a pas conservé le caractère spécifique de l'hébreu בּרא.
Pas moins de 8 termes différents sont utilisés pour le traduire, dont le générique ποιέω(faire): 15 occurrences.
בּרא est traduit 17 fois par κτίζω, bâtir, fonder (une maison, une ville) - mais jamais dans la Genèse.
La Vulgate en revanche utilise systématiquement creare; les versions françaises s'en tiennent également au verbe créer.
______________________________________________________________
______________________________________________________________

Valeurs et sens:

Comme on l'a vu plus haut, les 49 emplois de בּרא dans la Bible impliquent toujours Dieu comme sujet.
Le fait est d'autant plus remarquable que la Bible applique à Dieu, à propos de la création, de nombreux termes liés aux activités humaines (voir page "Dieu artisan").

L'idée de nouveauté:
Le contexte confirme souvent le caractère unique et incomparable de l'activité créatrice de Dieu en introduisant explicitement la notion de nouveauté (Is 65,17; Jr 31,22; Ps 51,12;104,30), d'inédit (Dt 4,32; Is 48,7) - ce qui explique aussi la notion de césure contenue dans cette racine: ce que Dieu crée est radicalement différent de ce qui pouvait être auparavant.

Sens cosmologique:
Ce sens est attesté d'emblée dans la Genèse (1,1;21; 2,4).
Par la suite cependant le rôle de Dieu par rapport aux puissances cosmiques n'est exprimée avec בּרא que dans Is 40,26;28; Am 4,13; Ps 89,13; 148,5. Il s'agit alors de pièces à forte connotation liturgique, insérées dans des prières ou des hymnes.

Sens anthropologique:
Le verbe בּרא est particulièrement indiqué lorsqu'il est question de la création de l'être humain. A preuve, son triple emploi en Gn 1,27 pour la création de l'אדם Adam, mâle et femelle (voir à cette page).
Gn 5,1-2 fait écho à ce premier énoncé en utilisant, lui aussi, trois fois ce même verbe.
La distinction qu'on trouve dans le Deutéro-Isaïe (voir introduction au(x) Livre(s) d'Isaïe à cette page) entre בּרא etיצר yâtsar, par exemple (en Is 43,1)indique, elle aussi le caractère unique de l'intervention divine dans la création de l'אדם.
Sur ce sens de בּרא, on peut voir également Ml 2,10. 

Sens sotériologique et historique:
La principale contribution du Deutéro-Isaïe est d'avoir appliqué le verbe בּרא au domaine de l'histoire du Salut (Is 43,1;15).
De ce fait, on argumente souvent, à partir du caractère tardif des textes où apparaît le verbe בּרא, pour affirmer la préséance d'une théologie de l'histoire du Salut par rapport à une théologie de l'histoire de la Création.
Que la théologie de l'histoire du Salut soit dominante et ancienne, cela est indéniable.
Mais l'usage du verbe בּרא - particulièrement dans le Deutéro-Isaïe - opère précisément une réconciliation entre ces deux approches théologiques et invite à en reconsidérer les rapports, puisque toutes deux célèbrent la puissance incomparable et radicalement novatrice de Dieu, créateur et sauveur.
______________________________________________________________


Assistant de création de site fourni par  Vistaprint