Au service de l'Ecriture - Yvette Mailliet le Penven


La "crainte" de Dieu



• On entend souvent dire que le PT serait la "Loi de la crainte" et le NT la "Loi de l'Amour"...
Formule plus qu'approximative, qui ferait fi de bien des nuances!
En effet, si la "crainte" représente dans le PT une valeur importante, la Loi d'Amour y a toutes ses racines.
D'autre part la "crainte" n'est pas abrogée par la Loi nouvelle, puisqu'elle constitue le fond de toute attitude religieuse authentique.
Dans les deux Testaments, "crainte" et "amour" se recoupent donc réellement quoique diversement.

• Il est par ailleurs important de distinguer la "crainte" religieuse de la "peur" que tout homme peut éprouver en face des fléaux de la nature ou des attaques de l'ennemi - attaques physiques... ou non:
- Jr 6,25
אל־תצאי השׂדה ובדרך אל־תלכי כי חרב לאיב מגור מסביב׃
Ne sortez pas dans les champs, et n'allez point par le chemin; car l'épée de l'ennemi, la terreur est partout. 
- Jr 20,10:
שׁמעתי דבת רבים מגור מסביב הגידו ונגידנ
J'ai entendu les diffamations de plusieurs, la terreur de tous côtés: "Rapportez, et nous rapporterons!" (terme employé dans ces deux cas: "מגורmâgôr")
Seule la première - la crainte religieuse - a place dans la révélation biblique.


1. De la peur humaine à la crainte de Dieu.

Devant les phénomènes grandioses, inhabituels, terrifiants, l'homme éprouve spontanément le sentiment d'une présence qui le dépasse et devant laquelle il s'abîme en sa petitesse. Sentiment ambigu, où le sacré apparaît sous l'aspect du tremendum sans révéler encore sa nature.

(page en construction)

2. Crainte de Dieu et confiance en Dieu.

3. Crainte des châtiments divins.

4. Crainte de Dieu et religion. 

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint